/

Sénatoriales : « ne pas jouer à cochon vole ! »

18 min de lecture
1

A la tête de « NSR » (Nous Sommes Réunionnais), Jean-Philippe Desby, employé d’une collectivité locale, souhaite conduire une liste aux sénatoriales du 24 septembre prochain. En attendant de présenter officiellement son mouvement politique, il nous livre une réflexion sur la situation économique et sociale de La Réunion.

« S’amuser avec la vie des gens…et ensuite se présenter aux élections sénatoriales ! » Depuis quelques semaines, les choses se précisent, et on sait, plus ou moins, maintenant, qui sont ces femmes et ces hommes qui veulent se retrouver dans la Chambre Haute…au soir du 24/09 prochain ! Toutefois, je voudrais juste revenir sur une petite page de la vie publique, ici, dans notre petit département de 2 512 km2 et aux 840 milles âmes, comprenant administrativement 24 communes (la proximité…) et leurs cinq regroupements (ayant tous le statut de communauté d’agglomération et un ressort territorial!), un conseil départemental (le social…), un conseil régional (aménagement du territoire et développement économique, etc.), avec la toute nouvelle loi NOTRe du 7 août 2015 ayant pour ambition de retirer quelques petites couches du mille-feuille territorial…

Je pense que tout le monde s’en souvient, ou se rappellera ici de cette séquence qui aura fait couler beaucoup d’encre et pas que… À l’occasion du vote du BP 2012 (budget primitif) du Conseil général de La Réunion, aujourd’hui départemental (suite abrogation de la clause de compétence générale voulue par le législateur, cf. ladite loi NOTRe), l’ambiance était plus qu’électrique au Palais de la Source. En ce début d’année, d’il y a seulement 5 ans, et d’exercice budgétaire le calme régnait presque, avant la tempête comme on dit. Cette réunion de l’Assemblée plénière (49 membres la composant alors) aura révélé une partie du dessous d’un dossier, comme il y en a des dizaines et des dizaines (Foyer de Terre Rouge, la subvention régionale pour un bateau de luxe en 2015 (catamaran?) etc.), certes pas tous ont atteint un tel degré d’invectives, brimades, vexations ou atteindront un tel niveau d’incompréhension dans l’opinion (indignation?), d’autant que là le drame était bien humain. Reparler et revenir sur cet épisode en cette veille d’élection, d’autant que l’on retrouve à peu près les mêmes acteurs et prétendants à des postes de responsabilité encore plus grande, nous sortons, certes, tout juste, d’une période de vacances scolaires pour les uns et congés tout court pour les autres, quand une partie (fonctionnaires de 3 catégories en ligne de mire, mais pas que…le patronat réunionnais y est bien) a pris l’habitude de quitter l’île pour aller respirer et déstresser comme elle le dit elle-même, faisant les choux gras des deux ou trois compagnies (quasi-entente illicite perdurant ; bienvenue à French Bleue dans ce paysage fermé…) utilisant la voie des airs (un avion commercial = transport en commun des airs!) pour transporter ces/ses vacanciers dans l’autre hémisphère, auquel ils sont manifestement très attachés (ensuite, variante :en croisière/produit en plein boom à l’échelle mondiale, tandis que « nous » on peine pour recevoir quelques bateaux en janvier février, à chaque fois c’est la pagaille, pas de change, pas de chauffeur parlant anglais, russe, espagnol, allemand, etc.).

Ne pas s’y rendre [en France, en laissant croire qu’ici ce n’est pas, effectivement dans certains domaines je dirais que oui], ne serait-ce qu’un été (et oui : ils nomment cette période ainsi, et même quand ils vivent (les 90 % de l’année) sous le Tropique du Capricorne, enfin La Réunion est juste 20° au-dessus!) serait vécu comme un drame et ressenti comme une injustice et punition !, parfois certain croit même que la Guyane est une île : on devrait juste changer [que pour lui EM…39 ans, sa Brigitte aurait dû mieux assurer son éducation…de base et palier à la défaillance de son professeur-collègue histoire-géographie] la rédaction de notre Constitution (Vème) pour marquer que la France est composée de deux pays + ses îles réparties sur les trois océans, l’un situé en Europe et l’autre (environ 1/6 de la métropole avec ses 91 000 km2) en Amérique du Sud, depuis que Napoléon a bradé la Louisiane pour 15 M$… suis pas sûr qu’il (EM) le sait ça !). Ceux ou celles (comme Mimose Libel) des ex- salariés de l’ARAST n’ont pas manifestement cette opportunité et cette chance et surtout le porte-monnaie assez solide et rempli pour, c’est le moins que l’on puisse dire. Si la vie de ces femmes et de ces hommes déposés sur le bord du chemin a plus plongé (basculement?) que pris un envol pour atteindre un apogée, celle des politiques n’aura pas connu trop de blanc(s) et/ou de séquence(s) assimilable(s) à la traversée de Death Valley dans l’État du Nevada et un peu étendu sur la grande et riche Californie (vallée de la mort, pour ceux qui ne connaissent pas…l’anglais).

Loin s’en faut, la présidence de notre conseil départemental (j’ai bien dit notre!) est toujours assurée par la même personne, Mme Nassimah Dindar briguant donc un poste de sénateur, enfin je veux dire sénatrice dans son cas ! En revanche, et cela n’a pas échappé à personne, nous ne sommes plus dupes, les ennemis d’hier sont devenus les meilleurs amis du monde de l’instant-béni (Jim Morrison) [que ne sont-ils pas dits ou carrément traités : en mars-avril 2008,]. Cela s’appelle de la politique [ou « faire » de la politique]. Enfin pour eux, mais pas trop pour moi.

En 2012, pour rappel, l’opposition de cette assemblée locale avait pour nom Objectif Réunion et apparentés (on connaît tous son chef d’orchestre), sa figure de proue était ni plus ni moins que l’ancien et l’actuel Premier Vice-président (qui d’ailleurs s’est présenté aux dernières élections législatives de juin 2017 dans la 2nde circonscriptions, il s’agit de Monsieur Cyrille Melchior [semble-t-il, il serait un sérieux prétendant au poste a priori vacant dès le soir du 24/09! si c’est tellement sûr pourquoi perde son temps pour alller voter et surtout faire campagne : nommons-les par décret de EM, cela ferait perdre moins de temps et ils commenceront à travailler pour la population dès maintenant Cyrille au fauteuil suprême du Palais de la Source et elle, Nassimah lisant matin et soir les projets de loi ou textes d’ordonnance visant à améliorer la vie des Français, et bien sûr plus d’attention accordée à les outre-mer, et à ne JAMAIS douter La Réunion dans chacune de ses pensées de législateur/n’ayant pas le dernier mot, quoi qu’il advienne => elle n’est pas belle la vie DES élus réunionnais ? ], il aura eu du mal à franchir la barre des 20 % (candidat malheureux?), il est redevenu aussi le 1er adjoint à St-Paul suite au come-back de Sini 74 ans (celui que François Fillon ne comprend pas quand il parle…), son rapprochement avec TR et les autres n’a donc pas trop séduit Mme la présidente. La sortante de la 2nde circonscription (HB) a franchi largement la barre des 50 %, mais qui sera obligé de faire un deuxième

round, en raison que son suffrage ne représentait pas au moins 25 % des inscrits (15 871 voix obtenus, il aurait fallu excéder 23 178! C’est-à-dire que 7 307 personnes-abstentionnistes ou désintéressés à vie (?) aurait faire économiser de l’argent public et non public et du temps dans ce grand territoire électoral…).

Ce fameux jour de l’AP de début 2012, des femmes ont été intimidées et « tabassées » par des vigiles employés par cette institution locale, à l’époque son chef d’exécutif avait demandé aux personnes qui ont vu ce qui s’est réellement passé de porter plainte. Et, c’est tout.
L’opposition, c’est-à-dire quasiment la majorité d’aujourd’hui, avec comme chef de file l’élu Saint-Paulois que je citais, aura préféré prendre congé de cette séance devant procéder au vote du budget pour 2012, en prenant le soin de rendre à Mme Dindar son panier de fruits et légumes…

Pourquoi raconter tout ça maintenant ? Tout simplement parce que dans moins d’un mois (le 24 septembre prochain)/mais les tractations ont bien démarré en misouk et les visages (les mêmes) apparaissent (enfin réapparaissent!), ces mêmes personnes vont jouer une tout autre partition pour se faire élire ou réélire sénateur de La Réunion et donc de La France.

Je trouve tout ça bien pathétique et bien bas. Et, vous, citoyen-électeurs, voire grand-électeurs (en réalité délégués de chaque conseil municipal), qu’en pensez-vous de cette mascarade ? J’espère que les délégués ne se laisseront pas acheter comme « cochon-vole » (pour un repas dans un restaurant, même pas gastronomique)… Les sénatoriales avant d’être une affaire d’élus sont, selon moi, une affaire éminemment publique et concernent en 1er rang le peuple réunionnais et français.

Chacun doit, a le devoir et l’obligation de briefer « son » délégué de quartier et ses élus locaux, voire faire un travail de conviction sur ce collège afin que leur vote soit dans le sens de la population et de ses attentes et non dans le leur ! C’est ça la démocratie et seulement ça. Tout ce que je sais, c’est que les mêmes effets (élus) produisent les mêmes causes, c’est-à-dire une politique de clientélisme aura été déployée durant ces 70 ans de départementalisation, entraînant tous ces maux et générant tous les ravages dont la nuisance est perceptible dans un domaine comme l’éducation. En plus de 3 ou 4 mandats de maire, aucune commune n’a été capable de gérer le personnel en le formant et en le titularisant dans les cadres d’emplois (fonction publique territoriale) leur permettant d’exercer pleinement toutes les compétences octroyées par le législateur. Quand ils vont devant la population pour se faire réélire, ils ne disent jamais qu’ils ne seront pas capables d’assumer entièrement leur responsabilité, ils trouvent toutes sortes d’arguments pour dire qu’ils seront les champions et les gabiers de la gestion communale, départementale et régionale. Et, que fait l’État ici, avec son représentant, les collectivités locales sont de facto placées sous SA responsabilité, autrement dit si un chef d’exécutif local déconne, ce dernier doit être rappeler à l’ordre et si nécessaire être congédié. Les enfants, la population dans son ensemble n’est pas là pour subir -à l’échelle de toute une vie voire de plusieurs générations sous l’emprise d’incompétents ou d’incapables. Qu’est-ce qu’on attend pour réagir que les Réunionnais tuent des Réunionnais pour avoir à manger, un logement, une scolarité et un accès au savoir ? La situation est plus que dramatique et préoccupante, et quand je vois leurs réunions dans les grands hôtels (ce sont les contribuables qui paient tout çà, même si l’argent vient parfois de remboursement de frais de campagne ou autres dons).

Dimanche 24, La Réunion à travers ses représentants a la possibilité de revoir tout ça. Personnellement, je suis très en colère contre ces messieurs-dames les élus locaux, mais aussi avec l’État français. Il est censé transcender [en bien, en mieux, par rapport à nos ascendants !] les générations, assurer la protection de notre environnement (La Réunion est polluée et très sale, nos rivières ne contiennent presque plus de poissons endémiques !], garantir notre santé (les vieux souffrent avec une retraite de misère! de 300 ou 400 €)/mois, notre éducation et bonne scolarité (le taux d’échec scolaire et le décrochage son corollaire grimpent en flèche!). Où sont les résultats tangibles et palpables ? Je les cherche et je ne les trouve pas ! Sinon, après ce n’est pas la peine de venir pleurer sur Freedom à longueur de journée et de la nuit. La nuit, c’est fait pour les activités nocturnes, comme dormir pour être en forme pour aller bosser le lendemain.

Il ne nous appartient que d’élire des personnes qui agissent dans l’intérêt du Réunionnais et de La Terre réunionnaise…

Jean-Philippe Desby


1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Gavarri Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox