Soirée privée ou clandestine, quelles différences ?

1 min de lecture

Suite aux dernières mesures restrictives prises par le préfet de La Réunion, les salles et établissements recevant du public, les bars et restaurants, ont dû fermer leurs portes. En ce qui concerne les boîtes de nuit, le constat est le même depuis le début de la crise Covid. Les Réunionnais ressentent de plus en plus le besoin de faire la fête. Il y a plusieurs mois, des rave-party clandestines avaient été organisées du côté de L’Étang-Salé. Si les soirées privées sont autorisées, les soirées clandestines sont en revanche répréhensibles.

De privé à clandestin, il n’y a qu’un pas

Ce qui différencie une soirée privée entre amis, d’une soirée clandestine, c’est essentiellement l’aspect payant de l’événement. Une soirée peut très bien se tenir dans un cadre privé, mais dès lors qu’intervient le règlement d’une prestation, elle devient clandestine. Une soirée privée ne demande pas de compensation financière comme des tickets d’entrées, des consommations alcoolisées, un repas ou même un concert.

La soirée peut aussi être considérée comme clandestine s’il est question de travail dissimulé, comme par exemple des serveurs exerçant une activité rémunérée non déclarée.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Docteur Alix Galbois : “l’irrationnelle peur du vaccin”

Article suivant

Maurice : enceinte de son cousin à 12 ans

Free Dom