St-André : 4 ans de prison ferme pour le marchand de sommeil

1 min de lecture
3

Pendant au moins 7 ans, Jean Baraka loue ses appartements à des personnes vulnérables. Fuites…Infiltrations… les logements sont dans de mauvais états.

Lorsque les locataires se plaignent, l’homme de 53 ans les menace. Il coupait même l’eau et l’électricité au moindre retard de paiement.

En 2017, Jean Baraka demande au Crédit agricole pour demander un prêt de 24 000 euros, mais la banque remarque que les pièces justificatives sont trafiquées.

En 2019, après deux ans d’enquête, plusieurs appartements insalubres sont perquisitionnés. Les policiers découvrent de l’argent liquide, 10 000 euros en espèces, mais aussi des documents de l’ARS, des mises en demeure et des arrêtés datant de 2017 interdisant la location de ses biens si aucune rénovation n’est effectuée.

Reconnu coupable pour tentative d’escroquerie à l’encontre du Crédit agricole, abus de biens sociaux, abus de confiance, condition d’hébergement indigne, Jean Baraka a été condamné à cinq ans de prison dont un an de sursis.

Il a interdiction de rentrer en contact avec les victimes et une obligation de les indemniser.

3 Commentaires

  1. C’est pas juste du tout ! Ces gens font le couillon et ce sont tj les autres qui paient leur “changement d’air” , leurs vacances enfermées !

  2. Pour une fois , c’est pas faux…. On va payer pour que ce gros couillon soit mieux logé , bien nourri et mieux traité que ses victimes. Et tout ça aux frais de la princesse. On devrait le mettre dans les mêmes conditions qu’il imposait à ses victimes (qui ne seront hélas jamais indemnisées…..)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Ravine-des-Cabris : l’Apollo Night incendié

Article suivant

Covid-19 : 27 143 personnes ont reçu au moins une dose de vaccination

Free Dom