//

St-Denis : à la reconquête de son domaine visuel public

4 min de lecture
1

À la suite du règlement local de publicité (RLP) rentré en vigueur il y a deux ans, le 6 décembre 2020, la ville de Saint-Denis a présenté ce lundi matin les premières mesures qui sont en train d’être mises en place. Le but : libérer l’espace public et laisser le paysage urbain reprendre sa place.

Après avoir rencontré et échangé avec les afficheurs publicitaires depuis mars 2019, ils s’engagent à respecter ces nouvelles mesures prises par la mandature. Actuellement certains panneaux publicitaires font 12m2, or la nouvelle réglementation a fixé à 8m2 la surface maximale. Les plus de 30% de panneaux n’étant donc plus dans les règles vont être retirés. Au total, ce sont 200 points de retrait de panneaux qui auront lieu sur l’ensemble du territoire. L’un d’entre eux a notamment procédé au démontage symbolique d’une bâche publicitaire de 168 m2 située sur la rue Léopold Rambaud.

À partir de début 2023, les panneaux publicitaires installés sur le domaine public devraient être amenées à disparaître dans leur totalité. En effet, le
contrat avec plus de soixante afficheurs publicitaires arrivent à échéance le 31 décembre 2022 et ne seront pas renouvelés. Ces derniers avaient deux ans, à
compter de l’entrée en vigueur du RLP, pour rendre conformes les publicités et les pré-enseignes. Les enseignes de magasins ont, quant à elles, jusqu’en
2026 pour leur mis en conformité.

Saint-Denis, à la fois ville verte et économique, a également présenté ses différentes actions en matière de publicité en extérieur. La capitale ultramarine dispose d’un zonage publicitaire exigeant, divisé en quatre parties. En effet, le Règlement local de publicité contraint la commune à faire face à un dilemme. Elle se doit de trouver un équilibre entre la protection des paysages urbains, architecturaux et patrimoniaux, le maintient d’une activité économique active sur l’ensemble du territoire dionysien et la préservation de la qualité du cadre de vie de ses habitants. Saint-Denis, engagée pour son environnement, souhaite aller encore plus loin en trouvant d’autres mesures visant à limiter la publicité sur l’espace public.

Éricka Bareigts, Maire de Saint-Denis : « Nous sommes dans une phase de transformation et cette transformation passe également par l’aspect visuel pour apaiser cette ville très urbanisée. Il y aura toujours de la publicité mais le changement de comportement de tout le monde va pouvoir inscrire davantage Saint-Denis dans une démarche écologique. Plus que symbolique, c’est un acte important car c’est un vrai manque à gagner, mais la transformation a toujours des conséquences, c’est pour cela qu’elle n’est pas facile. »

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Cilaos : coupure d’eau à Bras Sec

Article suivant

Journée mondiale des sols : « Nous ne pouvons plus nous contenter de déclaration d’intentions… »

Free Dom