St-Denis : des œuvres d’art exposées aux quatre coins de la ville (VIDEO)

7 min de lecture

Toujours animée par la volonté forte de rendre la culture accessible à tous et de révéler sans cesse de nouveaux talents, la Mairie de Saint-Denis propose le 24 avril 2021 à l’ensemble des Dionysiens, un vernissage « à ciel ouvert » d’une cinquantaine d’œuvres exposées à travers toute la ville. La révélation de cette exposition grandeur nature vient également clôturer les premières résidences d’artistes qui se sont tenues dans huit quartiers de la ville de février à avril.

Rendez-vous le 24 avril pour une balade artistique dans Saint-Denis, ville-musée

Cette journée marquera un temps culturel fort avec une exposition d’ampleur dans un format nouveau, réunissant des œuvres d’artistes professionnels et amateurs. Dans le contexte sanitaire qui est le nôtre, la ville propose aux Dionysiens une balade artistique surprenante pour dénicher près de chez eux et dans les autres quartiers des créations inédites, s’émouvoir, se réjouir devant ces œuvres nouvelles installées dans l’espace public. Nombre de créations fleuriront dans les quartiers pour célébrer l’Art dans toutes ses formes et la Culture hors les murs.

La Ville s’entoure de nombreux partenaires culturels

Pour que cette offre culturelle et artistique fasse sens, la Ville, fidèle à sa démarche d’hyper- proximité, a sollicité la participation des membres de l’Union des Artistes Réunionnais (UDAR) et la collaboration des artistes professionnels de Lerka (l’Espace de recherche et de Création en Arts Actuels), lieu de résidence artistique permanent à Saint-François.

Et pour révéler de nouveaux talents, la municipalité a également lancé un appel à projets auprès d’artistes peintres amateurs.

L’idée ici est de revêtir les murs de la Ville (écoles, mairies annexes, gymnases…) d’affiches reproduisant les œuvres d’artistes locaux engagés pour la promotion et la diffusion de l’Art sur le territoire.

Les œuvres à découvrir en déambulation

  • Huit oeuvres majeures installées dans l’espace public, fruit des résidences d’artistes,
  • Les fonnkozèr de Lerka avec trois séries de huit affiches collées en ville et leur exposition engagée à l’Académie des Camélias et sur les murs des bibliothèques de Saint-Denis à l’occasion de la journée du 8 mars,

• Treize peintures d’artistes indépendants dont les tirages grand format habilleront les murs de la Ville,
• Les photographies du projet « Grand Chemin » porté par la Cité des Arts dans le quartier de Patates-à-Durand, et les œuvres géantes du collectif de photographes de la revue « Fragments »,

• L’exposition rétrospective sur l’histoire de la maison d’édition « Les Chemins de la Liberté » réalisée par Lofis la Lang, et visible sur les berges du Bas de la Rivière,

• Les graffs monumentaux réalisés par le collectif EKO LSA aux Camélias et à Château- Morange dans le cadre du Festival Réunion Graffiti (également dans la ruelle de La Fabrik), • Les graffs réalisés dans le cadre du projet « Désot le mur », avec les œuvres monumentales des artistes Box à la Médiathèque, Méo à la Rocade au Moufia et Mégot face au Lycée Georges Brassens.

Résidences d’artistes : des projets riches et pluriels construits avec et pour les Dionysiens

Graffeur, sculpteur, peintre, écrivain, dessinatrice… De février à avril 2021, Saint-Denis a accueilli huit artistes en résidence dans plusieurs quartiers de la Ville pour diffuser l’Art et permettre aux habitants de révéler leur potentiel, leur talent, d’exprimer leur sensibilité à travers des ateliers et la création d’œuvres collectives destinées à embellir leur espace de vie de manière éphémère ou intemporelle.

Découvrez notre reportage tourné au Brûlé :

Nous avons donc eu l’occasion d’interviewer Alice Michou, qui a porté le projet « Racine la ter- Mariaz en vert ».  Cette dernière déclare : “Le projet comprend deux activités visant à recréer un jardin à la créole en y apportant une touche de modernité et d’originalité, le jardin étant suspendu. La première activité, en intérieur, baptisée « Tresse Limièr » consistait à réaliser des sculptures végétales à l’aide d’éléments issus de la forêt du Brûlé. Tiges d’agapanthe, chèvrefeuille, bois de goyavier, bambou, écorces d’eucalyptus ont ainsi été manipulés par les habitants du Brûlé qui laissaient courir leur imagination. L’activité en extérieur visait à décorer une pergola installée par les équipes du chantier d’insertion du Brûlé.”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le transporteur Joël Mongin reconnu coupable d’extraction d’andains, sans autorisation à St Pierre

Article suivant

Rappel de produits : curcuma 37 g et massalé 32 g de marque Cigalou(Intermarché)

Free Dom