//

St-Joseph : l’Université Rurale de l’océan Indien se tiendra du 7 au 9 décembre prochains

12 min de lecture

L’Université Rurale de l’Océan Indien se tiendra du 7 au 9 décembre prochain. Il s’agit de la dixième édition. Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph, a tenu une conférence de presse ce mercredi 30 novembre à la mairie.

La 1ère édition a eu lieu en 2004, ce qui témoigne de la constance et de la détermination de Saint-Joseph à promouvoir la ruralité sous toutes ses formes, car elle est le fondement de notre identité et un vecteur d’avenir. La ruralité réunionnaise se veut moderne, tournée vers le progrès et l’affirmation de ce que nous sommes afin de ne pas être noyés dans une uniformisation à outrance qui broie les identités, anonymise les populations et fait de nous des êtres interchangeables.

Malgré la pandémie du COVID-19, les liens ont continué à perdurer avec les îles de l’océan Indien qui confèrent à l’UROI sa dimension éminemment régionale.

Madagascar devait organiser cette dixième session de l’UROI en 2020 ou 2021 mais les conditions sanitaires n’étaient pas propices à un rassemblement d’envergure.

La Réunion et Saint-Joseph reprend donc le flambeau pour cette année.

Aménagement, planification et développement de nos territoires.

« Ce n’est pas le rendez-vous de la parlote ! » Patrick Lebreton

La thématique qui va irriguer les travaux de cette UROI s’articule autour de l’aménagement, de la planification et du développement de nos territoires.

Si la ruralité ne fait pas entendre sa voix dans les documents stratégiques de planification en cours de révision (SAR) ou d’élaboration, elle ne constituera qu’une variable d’ajustement pour les extensions urbaines.

Or, ruralité et urbanité sont les deux jambes d’un même corps qu’il faut synchroniser pour garder un équilibre.
Les thématiques de planification et d’aménagement peuvent apparaître lointaines, trop techniques et pas assez proches des réalités du quotidien de la population.

Cependant, planification rime avec stratégie de déplacement, zone d’activités, zone d’habitat, espaces de loisirs, lieux de formation… A travers ces déclinaisons, force est de constater que la planification impacte notre quotidien et nos comportements.

« Selon l’INSEE, La Réunion comptera un million d’habitants d’ici 2044 » Patrick Lebreton

C’est pourquoi, dans les conférences plénières et dans les ateliers, il faudra porter l’attention sur le travail pédagogique orienté vers la sensibilisation et la conscientisation au sens de l’éducation populaire. Il s’agit pour la population d’être attentive aux enjeux qui se présentent à tous et d’orienter des choix stratégiques.

Cette thématique intéresse fortement les îles de l’océan Indien, que ce soit à Mayotte, à Maurice, à Madagascar, aux Comores, aux Seychelles, à Rodrigue… Les enjeux et les défis sont les mêmes pour toutes ces îles : nourrir, loger, habiter, éduquer, travailler.

« La prochaine crise sera une crise alimentaire. La sécheresse avance. Comment continuer à planter avec moins d’eau? L’enjeu des retenues d’eau va devenir important. » Jean-Bernard Gonthier, président de l’UROI

Les délégations reçues à l’occasion de cette édition apporteront, elles aussi, leur contributions sur tous ces sujets.

Les éléments de programme :

La première journée sera consacrée aux débats sur la place de la ruralité dans les documents stratégiques : est-elle suffisamment prise en compte ? Les dispositions législatives et réglementaires sont-elles adaptées à notre situation particulière ? Doit-on se contenter de dénoncer une application uniforme de ces textes ou bien faire de réelles propositions pour que l’État prenne en compte nos particularités ?

Les trois premiers ateliers du mercredi 6 s’attacheront à explorer ce champ de réflexions et à élaborer des propositions concrètes. Le lendemain, jeudi 8 est consacré à ce qu’on appelle habituellement l’UROI hors les murs. Il s’agit de partir à la rencontre des expériences, des hommes et des femmes qui font la ruralité d’aujourd’hui, sur toute l’île.

C’est ainsi que seront organisés en simultané quatre itinéraires d’une journée :

– l’Itinéraire 1 nous conduira dans les hauts de Saint-Leu, dans une structure agri touristique, la Café-Hier. Au cours de cette journée, le Conseil de la Culture, de l’éducation et de l’Environnement (CCEE) présentera en avant-première son dernier rapport consacré à l’agritourisme et proposera des pistes d’actions pour la dynamisation et l’accompagnement de ce secteur d’activités.
– l’itinéraire 2 s’adresse particulièrement à notre jeunesse, public que la municipalité souhaite fortement associer aux travaux. Les jeunes sont les forces vives de la ruralité, et c’est à eux aussi de définir le cadre de vie dans lequel ils veulent vivre.

Il est primordial en effet de sensibiliser les jeunes à la prospective territoriale : à cet effet, nous visiterons la ZAC les TERRASS, relativement récente. Il s’agira de montrer comment à partir d’un espace disponible, entamer un processus d’implantation de structures commerciales (grandes surfaces, boutiques, loisirs…) pour renforcer l’attractivité des territoires. Comment s’opèrent ces liaisons avec le centre ville ? Quels sont les métiers de l’aménagement ? Comment imaginer le futur de cette ZAC ?

Cet itinéraire proposera une autre séquence sur le site de la rivière des Remparts où, en plus de l’objectif de protection, il est nécessaire de conduire une réflexion sur une nouvelle qualification de cette rivière qui est l’une des rares qui traverse un centre urbain à La Réunion.

C’est une chance et la jeunesse sera sensibilisée à cette opportunité : à eux aussi d’imaginer le futur de nos territoires.

  • l’itinéraire 3 est multi-sites et permettra d’appréhender toutes les facettes du projet Ecocité de l’Ouest : destination Le Port, La Possession et Saint-Paul. L’équipe du TCO accueillera et guidera les participants.
  • l’itinéraire 4 sera consacré au travail de coopération inter-îles, d’où sortiront des résolutions qui engageront les îles parties prenantes. Seront présentes des délégations :
    – de Rodrigues conduite par Monsieur le Chef Commissaire M. Johnson ROUSSETY ;
    – de Madagascar avec la présence de M. le Gouverneur de la région d’Atsinanana, M. Richard RAFIDISON et de M. le Directeur de l’École Doctorale de Tamatave, M. Eugène MANGALAZA ;
    – de Mayotte avec M. le Président du Conseil Départemental de Mayotte, M. Ben Issa OUSSENI.

Dans le cadre de l’UROI permanente, des projets de coopération sont en train d’être élaborés, notamment au niveau des fonds de coopération Interreg avec par exemple la poursuite des éditions des atlas ruraux.

«La ruralité des Bas est devenue industrielle, celle des Hauts a été liquidée avant de renaître de ses cendres. » Wilfrid Bertile

La Réunion a déjà le sien grâce aux travaux menés dans le cadre de l’UROI et de l’UROI permanente. Mayotte a aussi engagé une démarche en ce sens : il convient aujourd’hui d’engager ceux de Rodrigues et de Madagascar.

L’UROI constituera donc une plate-forme technique et assurera la cohérence méthodologique des travaux réalisés à partir des ressources entièrement locales des îles. Un travail est aussi mené sur un projet de formation d’animateurs territoriaux et à l’accueil de jeunes des îles désireux de découvrir la modernité du travail de l’agriculteur.

Par ailleurs, petite innovation cette année : la clôture de cet événement, consacrée à la synthèse de l’ensemble des travaux s’effectuera au MOCA à Saint-Denis. Une manière de saluer le partenariat engagé avec la Région Réunion qui prend activement part aux échanges.

L’UROI est ouverte sur le monde. Beaucoup d’expériences sont développées dans les Régions Ultra-Périphériques, aux Canaries, aux Açores, aux Antilles, en Guyanne et dans les îles du Pacifique.

« L’avenir de l’UROI c’est de l’ouvrir vers d’autres horizons. » Patrick Lebreton

Le souhait est de travailler à la constitution d’un axe fort autour de nos ruralités respectives qui fédérerait nos énergies, explorerait d’autres voies (pour le tourisme, pour les déplacements, pour la gouvernance territoriale…).

« Nous devons voir ce qui se fait autour de nous et que nous soyons preneur de toutes les expériences et les partager. » Jean-Bernard Gonthier, président de l’UROI

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-Pierre : la SEMADER expérimente un dispositif innovant de recyclage

Article suivant

Contrôle routier, un scootériste contrôlé positif au zamal, un autre positif aussi zamal plus cocaïne

Free Dom