/

St-Pierre : formation aux gestes de premiers secours pour les non-voyants et mal-voyants (REPORTAGE VIDEO)

5 min de lecture

Les personnes mal-voyantes et non-voyantes bénéficiaires du SAMSAH DV (Service d’Accompagnement Médico-Social pour personnes Adultes Handicapées Déficients Visuels), ont participé à une formation aux gestes de premiers secours. La formation a eu lieu ce jeudi 23 septembre, à la Caserne de Pompiers de Terre Sainte, à St-Pierre.

Originale et unique dans son genre, cette formation a pour objectif de sauver des vies, surtout celles des proches qui entourent les personnes mal-voyantes ou non-voyantes.

Reportage vidéo :

 

Le 19 mai 2021, une première session de formation a eu lieu. Six personnes déficientes visuelles ont ainsi été formées à la caserne de Terre Sainte, à l’initiative de Jean-Philippe Sévagamy, non-voyant et coordinateur du projet. À ce jour, les personnes formées possèdent toutes le PSC-1 (Certificat de Compétences de Citoyen de Sécurité Civile).

« Faisant partie de la première promotion de l’année 2021, et satisfait de mes acquisitions, je souhaite promouvoir la continuité de ce projet adapté et conçu pour nous personnes déficientes visuelles », affirme Jean-Philippe Sévagamy. Au SAMSAH DV, beaucoup de bénéficiaires semblent être intéressés par cette formation. Le but serait alors d’approfondir les détails.

« Des journées de formation délivrant le PSC-1 auront lieu tous les deux mois, notamment avec l’aide de la première promotion de mai 2021 et des pompiers. En plus de l’encadrement des pompiers et formateurs de l’UDSP 974 (Union De la Sureté Départementale), la formation tend à être encadré par un ou deux professionnels du SAMSAH »

À qui s’adresser si l’on perd la vue ?

Jean-Philippe était étonné de constater que les informations ne sont pas bien véhiculées lorsque l’on perd la vue. À qui doit-on s’adresser ? Vers qui se tourner ? Après avoir partagé son expérience personnelle et son vécu (à retrouver dans le reportage vidéo), il a mis l’accent sur les démarches à effectuer pour les personnes qui deviennent mal-voyantes ou non-voyantes.

« Quand on devient mal-voyant ou non-voyant, la première chose à faire, c’est de s’adresser à la MDPH (Maison Départementale pour les Personnes Handicapées). Puis, faites une demande pour aller au SAMSAH DH, pour pouvoir faire une rééducation », explique-t-il.

« Vous allez ensuite apprendre les premiers gestes de la vie quotidienne, notamment en apprenant à vous déplacer. L’apprentissage de la canne est donc primordial et cela requiert du temps et de la patience. Vous devez également vous adapter. Par exemple, des marquages spéciaux sont prévus sur les accessoires de cuisine. Il s’agit également de mettre des repères sur les machines, sur les fours et sur tous les autres objets que l’on utilise régulièrement ».

« Il faut savoir être patient et surtout croire en soi ! »

Une fois que vous aurez appris à vous déplacer et à prendre vos repères, « vous apprendrez le braille. Il vous permettra tout comme moi de pouvoir être autonome. Je peux envoyer moi-même mes messages et mails. J’ai mon propre compte Facebook, je m’en sors seul. Je voulais vraiment être autonome pour ne pas être un fardeau pour ma famille », confie Jean-Philippe Sévagamy.

Jean-Philippe Sévagamy, coordinateur du projet © : Sinusoïde / Annaëlle Dorressamy

« Il faut savoir être patient et il faut surtout croire en soi ! Ce qui est important, c’est de ne pas baisser les bras, en pensant que notre handicap nous empêche de vivre. Bien au contraire, mon handicap fait ma force. Aujourd’hui, je coordonne des projets et c’est vraiment une très grande fierté pour moi de pouvoir partager des moments conviviaux avec d’autres personnes qui sont dans la même situation que moi ».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Giraud Payet, candidat à la Chambre des métiers : « Bernard Picadro est un cumulard ! » (VIDÉOS)

Article suivant

Route des Tamarins : nouvel incendie dans la Savane de Plateau-Caillou

Free Dom