/

Ste-Suzanne : clôture du festival Belfet Rakontaz Zistwar Daniel Honoré

7 min de lecture

La clôture du festival « Belfet Rakontaz Zistwar Daniel Honoré » organisé par la Ville de Sainte Suzanne a eu lieu samedi 30 octobre à la Médiathèque Intercommunale Aimé Césaire de Sainte-Suzanne. Une belle occasion pour rendre hommage à Daniel Honoré, en donnant son nom à l’auditorium.

Les personnalités présentes de la Région, du Département, de l’UDIR, de la CCEE, de la CINOR et de la Ville de Sainte-Suzanne ainsi que les proches de la famille, se sont succédés pour aussi lui rendre hommage à leur manière : exposition et lecture de ses textes, rakontaz zistwar, jeu du « Kosa un shoz »…

Daniel Honoré

Pour rappel, Daniel Honoré est écrivain et conteur. Militant du créole réunionnais, il s’est attaché à recueillir et transmettre expressions, proverbes, légendes de cette langue d’abord orale. Avec Luis Rédona : in fonctionaire, écrit en 1980, on lui doit aussi le premier roman réunionnais entièrement écrit en créole. Il est aussi l’auteur des Devinettes créoles, des Proverbes réunionnais, ainsi que du Dictionnaire d’expressions créoles et du Diksioner moféknèt ; les deux derniers ouvrages mentionnés révèlent que Daniel Honoré est donc également lexicographe.

Hubert ILLAN, élu délégué à la Culture et au Sport à la CINOR et conseiller municipal à Sainte Suzanne a rappelé dans son discours l’importance de ne pas oublier nos grands militants de la culture créole. « Il appartient également à la CINOR de faire connaître à la population les femmes et les hommes qui ont marqué l’Histoire de La Réunion : Effectivement, dans le domaine de la Culture, de nombreux militants ont consacré leurs vies à faire découvrir ou redécouvrir les trésors de notre culture réunionnaise.

A une époque où le créole était banni de l’école et plus largement de toutes les administrations
publiques, de jeunes militants ont travaillé à traduire par écrit un des fondements de notre culture créole.

Daniel Honoré était un de ces militants qui a permis à cette tradition de rester bien vivace aujourd’hui. Il était primordial pour la CINOR et tous ses élus communautaires de donner le nom de Daniel Honoré à cet auditorium. Ceci afin que sa vie, son œuvre continuent à briller, à l’image de notre Phare, dans nos existences et à illuminer nos consciences. »

Belfet Rakontaz Zistwar

Investi à l’UDIR, Daniel Honoré crée le concours littéraire LanKRéol en 2004. Conteur infatigable, il anime des ateliers de contes qui forment au fil des ans pas moins de 300 rakontèr ziztwar ; il est à l’origine du festival de contes créoles de Sainte-Suzanne qui existe depuis 2013.

« Mi rapel dé momen kom sa, li té retrouv son band dalon. Dé fwa lo soir zot té retrouv a zot ek in fe é zot té rakont zistwar. Mwin, mwin la véku sa é mi pens ke se mélanz ke zot lavé ent’ zot, sa la permi a Papa dévelop in pé plis lo rakontaz zistwar. Mi pens ke la ek tou se ke lé en trin dfé é ke i fé tou lé zan, mi pens lu ek son band dalon y ve ke toussa y kontinu. Mersi à zot do fé kontinué sa », a déclaré avec émotion Pascal Honoré, fils de Daniel Honoré.

Yolaine TOUNIA, déléguée à la Culture à la Mairie de Sainte-Suzanne, a été fière de mettre en avant le succès que le festival a eu une fois de plus cette année, avec surtout une présence forte des conteurs dans les écoles.

Le festival a été clôturé avec brio, dans l’auditorium fraichement nommé Daniel Honoré, par des
« Zistwar » des conteurs illustres Mohamed OSOFA, Alexandrine SAVOURY, Beurty DUBAR, Johan MOUNIEN et par la prestation d’un groupe de maloya.

Extraits de deux de ses textes :
Mé ousa i lé la sourse va ofèr mon lam do-lo fré pou désoif ali, pou fé roprann ali favèr ? Ousa i fo fouyé pou artrouv lo zarlor mon kisamilé ? Ousa i lé bann zartay lo pezèl mon korzéam ? An
Franse ? An Shine ? Madagaskar ? Dan Lafrik ? Partou an mèm tan sankoi isi dovan mon pié ?

Daniel Honoré – « Loui Redona » Roman en kréol – 2010 – éditions K’A

Dë foi la boush la fine paré pou aplé. La trip i sèr. La lang i amar. La voi Mélani i margongn. La raz, lanvi mord, kasé, déshiré. Lo zo lo doi i krak sitelman la min lé séré. Epï tou dousman in gran labatman i kraz zépol lo kapor. Brouyar i pass dovan son zië. Son kor i ramoli. Sank li konpran, son pié i ramëne ali dan lo santié. Li rotrouv shemin Brakanot, la tèt vid.

Daniel Honoré – « shemin brakanot » Roman en kréol – 2008 – éditions K’A

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Cyclisme : 3 Panonais au Tour international de l’île Maurice

Article suivant

34 logements livrés à Bellemène : 6,2 millions d’euros investis

Free Dom