Stress, perte d’efficacité… : l’impact de la charge mentale sur le travail

dans Actualités

Véritable déferlante popularisée par la dessinatrice Emma en 2017, la charge mentale fait l’objet de
nombreuses études. Jusqu’ici, aucune ne s’était intéressée à son impact sur le monde du travail.

Yoopies, en partenariat avec le LabRH, vient combler ce vide grâce à une enquête menée auprès de
1300 répondants. Les résultats montrent à quel point, loin de rester cantonnées à la sphère privée,
les problématiques du quotidien pèsent sur les salarié.e.s et leur performance. Hommes et femmes,
parents comme aidants, sur le point de déménager ou de divorcer, quelle que soit leur situation, les
collaborateurs souhaitent que leur entreprise intervienne, souligne ainsi l’enquête.

7 salariés sur 10 moins efficaces à cause de la gestion au travail de leur problématiques privées

Réserver une baby-sitter pour la soirée de samedi, trouver un EPHAD pour son père âgé, faire les courses
pour le dîner… La charge mentale, c’est avoir en permanence dans un coin de la tête les impératifs liés aux
tâches domestiques, parentales, familiales et personnelles, même en-dehors de leur réalisation. Un
fardeau porté en majorité par les femmes puisqu’elles assurent encore 71% des tâches domestiques et
65% des tâches parentales , ce qui n’est pas sans conséquence sur leur vie professionnelle.

C’est ce que démontre l’enquête nationale Yoopies menée en partenariat avec le LabRH auprès de 1300 répondants :

● La quasi-totalité des salarié.e.s (94%) gèrent au moins un aspect de leur vie privée au travail , 86%
le font au moins une fois par semaine, et parmi eux, deux tiers y passent entre 30 minutes et 3 heures. Ils sont même 1 sur 10 à consacrer plus de trois heures par semaine à ces tâches.
● Les questions liées aux enfants (78%) et les problèmes personnels (73%), comme un divorce ou un déménagement, arrivent en tête des enjeux privés gérés au travail.
● 67% des salariés considèrent que cette charge perturbe leur efficacité, 87% confirment que c’est une source de stress et 44% que leurs missions subissent du retard.
● 1 salarié sur 5 a déjà eu des difficultés avec sa hiérarchie du fait de problématiques privées, et près d’1 sur 3 estime que ces impératifs ont eu une incidence négative sur son évolution de carrière.

Les solutions existent pour aider les salariés

La charge mentale a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années et l’expression a même fait son
entrée dans le Petit Larousse illustré en mai dernier. Révélant pour la première fois que cette boucle de
pensées incessante s’invite régulièrement dans les enceintes du monde professionnel, l’étude Yoopies
devrait agir comme un réel électrochoc pour les entreprises soucieuses de la qualité de vie de leurs
collaborateurs.

“Cette étude est une véritable révolution dans notre façon d’aborder la charge mentale”, déclare Benjamin
Suchar, fondateur de Yoopies. “Elle vient prouver que les tâches du quotidien ne restent pas derrière la
porte au moment d’aller travailler : la fameuse double journée des femmes est en réalité une seule et
même journée au cours de laquelle travail et tâches domestiques s’entremêlent en permanence avec des
effets délétères sur le bien-être et la productivité. Plus encore, en démontrant que la charge mentale a un
impact significatif sur les évolutions de carrière, cette enquête nous fait prendre conscience que la lutte
pour l’égalité femmes-hommes en entreprise passera obligatoirement par la prise en compte des inégalités
au sein de la sphère privée”, souligne l’entrepreneur.
Aménagement des horaires, participation financière (services à la personne, garde d’enfants etc.),
plateforme d’écoute et de conseil, outils numériques d’accompagnement à la recherche de prestataires et
aux démarches administratives, sensibilisation des managers… Les solutions existent et se révèlent
indispensables alors que, selon cette même étude, 2 salariés sur 3 souhaitent être soutenus par leur
employeur dans la gestion de leurs problématiques privées. A ce jour, seulement la moitié des
entreprises ont mis en place des initiatives en ce sens.

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
samiaEDDNoé Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Noé
Invité
Noé

Stress ou “le faire exprès” ??? Quand on n’aime pas son boulot , on se barre illico et laisse la place à d’autres ! Beaucoup ne savent que se plaindre … ça pollue l’atmosphère de travail ! Que les pseudo malades fument un tikalité qui déstresse leur cervo !

EDD
Invité
EDD

Merci pour cet article. C’est une réalité dont il est vital de se préoccuper. Personnellement j’ai eu un chef de service qui en a tenu compte. Je ne le remercierai jamais assez pour cela.

samia
Invité
samia

Franchement mi lé une femme en couples avec 2 enfants la dernière n’a ke 7 mois la reprise du travail pas facile la tête i travail de partout entre le travail la vie de famille le couple la maison le stress ke la venu trouve refuge dans mon dos et i fè très mal mais malgré tout sa mi continu de travaillé pa besoin de tikalité mi supporte