Suivi post-parthum : “en pleine crise sanitaire, des mamans s’isolent par peur”

Je vous écris pour pointer du doigt un sujet qui me tient à coeur.

Une amie à moi a accouché il y a peu. Ayant passé sa grossesse en confinement, elle n’a pas eu de préparation à la naissance de manière adéquate. Son accouchement a été difficile mais ce n’est pas là le réel souci. Le véritable souci est l’absence de suivi suite à la naissance, notamment au niveau psychologique. Suite à la montée du covid à la Réunion et sa nouvelle vie de maman, l’angoisse de mon amie est devenue incontrôlable, son enfant n’allait pas bien mais les médecins refusaient de l’écouter, elle a du chercher les solutions par elle même (et a fini par en trouver au bout de quelques mois ). Elle n’a pas dormi, ni le jour ,ni la nuit pendant deux mois( la pression de vouloir être la mère parfaite). Et puis un jour , comme ça , sans de réels signes apparents , elle s’est écroulée , mentalement d’abord ,puis physiquement , elle ne tenait plus debout , ouvrait à peine les yeux , ne pouvait plus manger ni boire. Elle a réussi a trouver la force de donner l’alerte pour ne pas faire ce geste inéluctable qu’est le suicide. Son compagnon n’a d’abord pas compris , travaillant beaucoup pour subvenir aux besoins de sa famille.

C’est avec un grand regret que je remarque aujourd’hui le manque de prévention et de suivi dans le post partum, surtout en pleine crise sanitaire des mamans s’isolent par peur. Cette période fragile sans réel accompagnement. La femme est préparée à donner la vie mais ça s’arrête là , dès que l’enfant est né. C’est encore taboue dans cette société de dire que l’on perd pieds , qu’on ne sait pas ou plus comment gérer son enfant , que l’on aime plus que tout ( dans son cas ). Elle a eu les idées assez claires pour dire quelle était sûre qu’elle faisait une dépression et avait besoin d’aide. Et s’en suit la galère pour trouver des psychiatres , des psychologues, à droite et à gauche . D’une part , le coût des consultations est importants ( rarement pris en charge en tiers payant pour les psychiatre , pas du tout pour les psychologues et cela dépend des mutuelles ). Tant qu’au rdv au sein des CMP ,il faut être patient. Elle n’avait plus la force de se déplacer et a demandé à être hospitalisée.

Or, à la Réunion, il n’y a pas de service d’hospitalisation conjointe maman-bebe, ce qui n’aide pas à traiter sa dépression.

En définitive le souci aujourd’hui c’est le tabou et le manque d’information autour des difficultés post partu , le manque de suivi qui se limite à un prospectus (ne secouez pas bébé , demandez de l’aide). Oui , mais à qui ? Au bout de combien de temps ? A quel prix ?

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Manoucha974LerhumBoko Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Boko
Invité
Boko

Merci mec. Je comprends mieux ma femme maintenant

Lerhum
Invité
Lerhum

Arrête fait zenfant

Manoucha974
Membre
Manoucha974

Pour info : il existe les services de PMI (Protection Maternelle et Infantile) qui se trouvent sur toutes les communes de l’île. Une équipe pluridisciplinaire composée d’un médecin, sage-femme, puéricultrice, auxiliaire de puériculture et/ou infirmière aurait pu soutenir cette maman en détresse. N’hésitez pas à les contacter pour des conseils ou le suivi d’accouchement.
Bon courage à votre amie !!