maïdo

6 jours déjà que le Maido brûle

Près de 175 hectares sont déjà partis en fumée. Depuis samedi, les sapeurs-pompiers sont mobilisés pour circonscrire l’incendie qui se propage actuellement au Maïdo. “Les conséquences de cet incendie sont...

Incendie du Maido : les techniciens rétablissent les liaisons radio indispensables aux secours

Quelques jours après l’incendie du Maĩdo, les techniciens de la gendarmerie (SOLC) sont à pied d’œuvre pour rétablir les liaisons radio indispensables aux gendarmes et aux pompiers.

Ces liaisons permettent également aux gendarmes du PGHM et de la Section Aérienne d’intervenir efficacement au sein du cirque de Mafate.

Incendie au Maïdo : le préfet fait le point avec les équipes du SDIS 974

9 jours après le début de l’incendie au Maïdo, Jacques Billant, préfet de La Réunion a fait ce dimanche le point avec les équipes du SDIS 974.

Samedi, 8 jours de l’incendie au Maïdo, une amélioration globale de la situation a été enregistrée . 150 pompiers sont toujours sur place, donc 80 renforts venus de métropole. Il s’agit de 40 pompiers et 40 militaires de la Sécurité civile âgés de 18 à 55 ans . Ils devront rester au moins 15 jours et arrivent des Bouches-du-Rhône, du Gard, du Var et du Vaucluse.

Pour les aider : 22 engins et un hélicoptère afin de pouvoir assurer des interventions efficaces au sein des casernes au cas où un incendie serait à déclarer.

Cette semaine, le ministre des Outre-mer était présent

Sébastien Lecornu est allé à leur rencontre ce mercredi soir au Village Corail, à l’Hermitage. Avant de partir pour Paris, j’ai tenu à saluer les 80 sapeurs-pompiers professionnels et volontaires qui ont décidé de venir en renfort des équipes du SDIS 974 pour éteindre le feu qui ravage le #Maido. Je les ai remerciés pour leur engagement et leur courage“.

L’enquête se poursuit pour un incendie visiblement d’origine criminelle

L’enquête sur les causes de l’incendie est confiée à la brigade des recherches de Saint-Paul. Deux départs de feu ont déjà été identifiés par les experts locaux à proximité du belvédère du Maïdo : le premier, vers 19h vendredi dernier, le second vers 00h15 durant la nuit de vendredi à samedi.

Deux experts de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN) spécialisés dans les environnements incendie et l’identification des causes de départs de feu sont sur notre île.

Dans le cadre de cette enquête, un appel à témoins a été lancé. Toute personne ayant pu se trouver dans cette aire géographique, dans la période concernée, est invitée à contacter la communauté de brigades de Saint-Paul au 0262 45 45 45.

Aucune piste, accidentelle ou criminelle, n’est écartée.

La lutte a été acharnée et suivie par notre reporter Matthias Ramsamy :

CREDIT PHOTOS : Matthias Ramsamy 

Suite à l’incendie du Maïdo, il est recommandé de ne pas consommer l’eau à Mafate.

Via un flash info sur sa page internet, la CRÉOLE demande aux Mafataises et Mafatais qui habitent les îlets DES ORANGERS, DE ROCHE PLATE et DES LATANIERS de ne pas boire l’eau du robinet lors des prochains jours.

Notamment s’il y a des averses. Il est recommandé de consommer de l’eau en bouteille, même pour la cuisson.

Au regard des produits utilisés par les pompiers (retardant) ainsi que des débris des végétaux brûlés, l’eau des captages est susceptible d’être polluée, et d’être impropre à la consommation. Des analyses de l’eau seront réalisées.

Ainsi, des bouteilles d’eau sont actuellement en cours de distribution à Mafate. Hier, nos services ont pu déposer 1800 bouteilles sur les 3 îlets concernés. La Créole remercie les Mafatais et les Mafataises de leur compréhension.

Incendie au Maïdo : l’enquête se poursuit avec un appel à témoin

DU RENFORT SUR LE TERRAIN

Ce mercredi 11 novembre, 80 pompiers et agents de la sécurité civile sont arrivés à La Réunion. Ils viennent renforcer les 150 soldats du feu déjà à pied d’œuvre. Les 40 pompiers et 40 militaires de la Sécurité civile âgés, de 18 à 55 ans doivent rester au moins 15 jours. Ils arrivent des Bouches-du-Rhône, du Gard, du Var et du Vaucluse.

Si le feu semble fixé, il s’agit désormais de noyer les lisières pour éviter toute reprise.

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu est allé à leur rencontre ce mercredi soir au Village Corail, à l’Hermitage.

Avant de partir pour Paris, j’ai tenu à saluer les 80 sapeurs-pompiers professionnels et volontaires qui ont décidé de venir en renfort des équipes du SDIS 974 pour éteindre le feu qui ravage le #Maido. Je les ai remerciés pour leur engagement et leur courage“.

L’ENQUÊTE SE POURSUIT

L’enquête sur les causes de l’incendie est confiée à la brigade des recherches de Saint-Paul. Deux départs de feu ont déjà été identifiés par les experts locaux à proximité du belvédère du Maïdo : le premier, vers 19h vendredi, le second vers 00h15 durant la nuit de vendredi à samedi.

Deux experts de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN) spécialisés dans les environnements incendie et l’identification des causes de départs de feu sont sur notre île.

Dans le cadre de cette enquête, un appel à témoins a été lancé ce mardi 10 novembre. Toute personne ayant pu se trouver dans cette aire géographique, dans la période concernée, est invitée à contacter la communauté de brigades de Saint-Paul au 0262 45 45 45.

Aucune piste, accidentelle ou criminelle, n’est écartée.

 

6 jours déjà que le Maido brûle

Près de 175 hectares sont déjà partis en fumée. Depuis samedi, les sapeurs-pompiers sont mobilisés pour circonscrire l’incendie qui se propage actuellement au Maïdo. “Les conséquences de cet incendie sont catastrophiques, pour les mafatais, pour notre biodiversité et bien évidemment pour notre patrimoine”, déclare Huguette Bello, maire de St-Paul.

Incendie Maïdo : le feu a ravagé plus de 80 hectares ce week-end, cliquez pour les vidéos

Dans la nuit de dimanche à lundi, la situation ne s’est pas améliorée à cause de vents forts. Ainsi, le feu a gagné du terrain en direction de l’Est. Celui-ci a traversé la route forestière et se rapprochait dangereusement de la forêt des tamarins.

La Mairie a mis à disposition la salle polyvalente de la Petite France pour servir de base arrière aux soldats du feu.

Une cellule de crise s’est tenue ce lundi matin. “Les sapeurs pompiers sont inquiets”, nous remontent le Préfet de la Réunion. Ce lundi, les effectifs vont être renforcés pour lutter contre les flammes. 80 pompiers ont été appelés et 18 véhicules vont être mobilisés.

L’ONF a construit des tranchées afin d’éviter toute propagation du feu dans les sous-sol.

Ce mardi 10 novembre, le feu est contenu. Une météo favorable a permis aux sapeurs-pompiers et aux moyens aériens de stopper l’avancée de l’incendie. La journée va être capitale. Il faudra tout de même encore quelques semaines pour mettre fin au sinistre. Notre journaliste Cindy Clain est sur place :

Ce sont 250 hommes présents sur le terrain. Au regard de la situation, Jacques Billant, préfet de La Réunion a décidé de mobiliser des moyens complémentaires. Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu se trouve sur notre île pendant deux jours pour coordonner avec ce dernier les moyens de lutte contre l’incendie.

Pour l’heure, le Dash n’a plus de retardant, un produit chimique destiné à freiner la propagation des incendies. Le Préfet travaille donc activement au réapprovisionnement de la Réunion.

Le ministre a annoncé dans son intervention de ce matin que 36 tonnes de retardant arrivent cette nuit.

https://freedom.fr/incendie-au-maido-le-ministre-des-outre-mer-sebastien-lecornu-se-rend-a-la-reunion/

Incendie au Maïdo : les renforts sont arrivés !

Ce mercredi 11 novembre, 80 pompiers et agents de la sécurité civile sont arrivés à La Réunion. Ils viennent renforcer les 150 soldats du feu déjà à pied d’œuvre. Les 40 pompiers et 40 militaires de la Sécurité civile âgés de 18 à 55 ans doivent rester au moins 15 jours. Ils arrivent des Bouches-du-Rhône, du Gard, du Var et du Vaucluse.

Notre journaliste Frederic Rustan est allé à leur rencontre :

Sebastien Lecornu a rencontré les équipes de renfort à 18h30 au village corail.

Pas de 2e Dash dans l’immédiat

Huguette Bello a demandé la venue d’un 2ème Dash. “Avec les autorités présentes sur place, le Sous préfet, le SDIS, l’ONF, le Parc National des Hauts, le Conseil Départemental et la mairie, nous conjuguons nos efforts afin de contenir cette catastrophe”, ajoute-elle.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

Sur place ce lundi matin, le Préfet de la Réunion Jaques Billant a annoncé s’entretenir avec le ministère de l’Intérieur pour en mobiliser un second. L’objectif est de faire venir un deuxième Dash à La Réunion. Mais la réponse sera non ou encore pas dans l’immédiat.

Lors d’un point sur la situation cet après-midi, le Préfet a indiqué que “pour l’instant, les Dashs sont engagés au niveau métropolitain sur le transport de patients infectés par la Covid. C’est une des missions du Dash, au regard de la tension hospitalière dans nombre de régions, ils sont configurés pour faire du transport d’un territoire à l’autre, compte tenu de la situation nationale. Pour le moment, pas de venue attendue du Dash à court terme.”

Dans la matinée, il avait déjà déclaré que “si on obtient une réponse favorable, il faudra 72 heures pour que le deuxième Dash arrive”.

 

Le Préfet demande la fermeture de plusieurs sentiers

Le Maïdo en feu : plusieurs sentiers fermés par un arrêté préfectoral

La Région mobilisée

Le Président de la Région Réunion fait part de son soutien à tous les acteurs engagés dans cette lutte pour la préservation de notre patrimoine naturel. Comme pour l’incendie de 2010, la Collectivité mobilise en renfort supplémentaire, les associations d’emplois verts et s’inscrit dès à présent, dans une logique de restructuration de la forêt impactée.

 « C’est un véritable drame écologique et patrimonial qui se joue sur les hauteurs de La Réunion. J’apporte mon plein soutien à tous ceux qui sont engagés sans relâche contre cet incendie. Notamment les agents de l’ONF qui œuvrent aux côtés des pompiers » déclare Didier Robert. « Demain, nous serons aux côtés de ces mêmes acteurs, lorsqu’il s’agira d’être dans une démarche de replantation, à la fois de nos espèces indigènes mais surtout endémiques ». Le feu qui a déjà touché plus de 200 hectares de végétation, impacte également le quotidien d’une partie de la population mafataise “à laquelle nous devons également penser“, ajoute le Président de la Région Réunion.

Comme lors du grand incendie de octobre 2010, mais également celui de 2013, la collectivité régionale demande dés à présent, à ce que les associations d’emplois verts puissent venir prêter main forte au dispositif. Pour Didier Robert, « le nettoyage des ravines, des sentiers touristiques et autres lieux sensibles, joue un rôle essentiel dans la maîtrise de ce genre d’incendie ».

PHOTOS DANS LA NUIT DE DIMANCHE A LUNDI 

CREDIT PHOTO : Matthias Ramsamy

VIDEOS DANS LA NUIT DE DIMANCHE A LUNDI AVEC Matthias Ramsamy

Incendie au Maïdo : le ministre au centre opérationnel de la Préfecture

Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, est arrivé à La Réunion ce mardi 10 novembre et restera jusqu’à aujourd’hui. Il vient coordonner avec le préfet de La Réunion les moyens de lutte contre l’incendie du Maïdo.

Dès son arrivée, le ministre s’est rendu sur le lieu du sinistre. Il a rappelé que l’Etat est mobilisé dans cette opération avec :

– le renfort de 80 pompiers dès cette nuit
– la reconstitution du stock de retardants (36 tonnes vont arriver de métropole)

– l’emploi de tous les moyens aériens : le DASH et les hélicoptères.

Lors d’une conférence de presse sur place, Sebastien Lecornu a également dressé un nouveau bilan : 175 hectares ont brûlés, soit moins que les 200 hectares évoqués.

En fin d’après-midi, une réunion s’est tenue au centre opérationnel de la Préfecture en présence de Sébastien Lecornu.

 

Maïdo : l’incendie est-il volontaire ? Une enquête est ouverte

C’est ce que tentent de déterminer les enquêteurs. Hier, les deux personnes qui avaient donné l’alerte aux pompiers à 19h30 ont été entendues. Pour l’heure, les militaires penchent pour un incendie d’origine humaine mais ils ignorent si celui-ci est accidentel ou volontaire.

Rappelons que depuis samedi, les sapeurs-pompiers sont mobilisés pour circonscrire l’incendie qui se propage actuellement au Maïdo. Près de 80 hectares sont déjà partis en fumée.

Des circonstances qui rappellent les incendies de 2010 et 2013

Les circonstances du départ de feu sont troublantes. Les incendies d’octobre 2010 et 2013 s’étaient également déclarés aux alentours de 19h30. À l’époque, c’était un pompier qui avait mis le feu au site. Condamné depuis, ce dernier était devenu pyromane afin de se sentir utile et d’obtenir de la reconnaissance.

Autre “hasard du calendrier” : ce nouvel incendie a eu lieu pile au moment de l’année où le Dash était en panne. Heureusement, celui-ci a pu être remis en état de marche pour effectuer des rotations.

L’enquête n’en est qu’à ses débuts et se poursuivra dans les prochains jours. L’incendie est déjà qualifiée de désastre écologique par le président du Conseil Départemental. 

Ce lundi après-midi, le préfet de La Réunion, Jacques Billant, a confirmé que l’ouverture d’une enquête par le parquet de Saint-Denis. Ce, afin  de faire toute la lumière sur l’origine de l’incendie. Le procureur, Eric Tuffery, a par ailleurs indiqué qu’un pyromane risque une peine de quinze ans de réclusion criminelle.

Incendie du Maïdo, sécheresse persistante : “Sauvegardons la biodiversité réunionnaise”

VINCENT DEFAUD, membre du Conseil Exécutif de Génération Ecologie, chargé de l’écologie de la mer et des Outre-mer, Délégué Départemental de Génération Ecologie La Réunion, adresse une lettre ouverte au ministre des Outre-mer :

“La fréquence de plus en plus rapprochée des incendies dans le massif du Maïdo, années 1988, 1997, 2010, 2011, 2020, prouve que de tels drames écologiques, humains et économiques ne sont pas que d’origine accidentelle ou criminelle. Ces incendies, tout comme les méga feux d’Australie ou les incendies de brousse en Nouvelle-Calédonie, illustrent la dure réalité du réchauffement climatique qui n’épargne pas La Réunion. Le changement climatique se caractérise, en effet, par des périodes de sécheresses de plus en plus longues et exacerbées où toutes les conditions sont réunies pour un embrassement de nos forêts, broussailles et champs de cannes.

Pourtant la leçon des incendies des années 2010 et 2011 a été retenue. Saluons à ce titre l’immense travail de prévention et d’action face au risque incendies réalisé par les éco-gardes du Parc National, les agents de l’ONF et les sapeurs-pompiers. Et Effectivement les moyens supplémentaires déployés permettent de détecter voire de circonscrire rapidement les feux de forêts et de broussailles.
Mais aujourd’hui les pouvoirs publics doivent s’attaquer à la racine du problème. Pour sauvegarder notre biodiversité, ici au Maïdo, le gecko vert des Hauts, espèce endémique menacée d’extinction, et le Pétrel nichant dans le rempart, mais aussi les végétaux endémiques (branle vert, ambavilles et fleurs jaunes), il est impératif d’éradiquer urgemment les plantes invasives et pyrophytes tel l’ajonc d’Europe qui pullule dans cette zone et qui favorise les départs de feu. Ce travail d’enlèvement peut être fait dans le cadre d’un partenariat entre le Parc National, l’ONF et les associations d’emplois verts. La priorité ensuite pour restaurer durablement ces espace naturels riches mais sensibles en terme de biodiversité, c’est de replanter au Maïdo des espèces végétales endémiques originelles, résistantes au feu et adaptées à la sécheresse persistante.

Monsieur Le Ministre, il en va de la responsabilité de l’État d’accompagner et de mettre tous les moyens nécessaires à la disposition des Réunionnais dans leur lutte contre le réchauffement climatique. Par leur histoire, les Réunionnais ont su faire preuve de résilience face aux nombreuses calamités qui ont frappé notre île. Face au chaos climatique qui s’annonce, nous saurons aussi nous adapter et trouver des solutions pour limiter les risques et préserver notre biodiversité”.

 

(VIDEOS) Incendie au Maïdo : “le feu est stabilisé”, selon Jacques Billant

/

Un incendie s’est déclaré au Maïdo vendredi 06 novembre.

Jacques Billant, préfet de La Réunion a présidé une réunion de la cellule opérationnelle de préfecture (COP) réunissant les représentants du Conseil départemental, du SDIS, de la gendarmerie nationale, de la police nationale, de l’Office national des forêts (ONF), du Parc national, de la Direction de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt (DAAF), de la Direction de l’environnement de l’aménagement et du logement (DEAL), de l’Agence régionale de santé (ARS), du Rectorat, de la mairie de Saint-Paul et de la mairie de La Possession, ce jour à 14h00.

Cette réunion a permis de faire le point sur les opérations en cours et de définir les scénarios de la  stratégie de lutte contre l’incendie.

“Je viens de faire le point sur la situation et de définir une stratégie de lutte contre l’incendie avec l’ensemble des partenaires. Je tiens tout d’abord à saluer l’engagement des personnels mobilisés dans cette lutte en cours contre le feu au Maïdo. La mobilisation et la coordination de tous les acteurs sur le terrain est essentielle pour sauver notre patrimoine unique et la biodiversité de ce site classé au patrimoine mondial. Les esprits sont encore marqués par les incendies de 2010 et 2011. Nous devons rassembler nos forces et moyens pour éviter un nouveau drame. Je tiens à ce titre à souligner que des travaux considérables ont été réalisés depuis 2010 en matière de défense contre l’incendie sur ce secteur sensible. Tous les acteurs de terrains s’accordent aujourd’hui sur le fait que sans l’aménagement des pistes DFCI et l’installation des réservoirs d’eau, la situation actuelle aurait sans nul doute déjà dégénéré en catastrophe écologique”, a indiqué le préfet, à l’issue de cette réunion.

Bilan de la situation et des forces déployées

 Le vent s’est renforcé dans la nuit du 8 au 9 novembre avec des vents tourbillonnants d’Est en Ouest à 50km/h. Les sapeurs-pompiers ont tenté durant toute la nuit de tenir la route forestière, mais celle-ci a été franchie vers 04h30 du matin. On estime à environ 200 hectares la surface brûlée. A ce stade, le sinistre ne touche que des zones déjà victimes d’incendie par le passé.

  Les forces mobilisées à ce stade sont les suivantes:

80 sapeurs-pompiers du SDIS (à compter de demain ils seront 150)

6 éco-gardes du Parc national

22 engins incendie

6 engins transporteurs d’eau de grande capacité

1 tractopelle de l’ONF pour l’aménagement des pistes DFCI

5 hélicoptères bombardier d’eau (location privée)

1 Dash (sécurité civile)

A la demande du préfet, un poste de commandement opérationnel assurant la coordination interservices et deux postes de commandement de site ont été installés sur le site, en lien avec le SDIS et la mairie de Saint-Paul. Des cellules d’anticipation vont également être déployée pour :

–          réaliser un diagnostic et analyser les actions à mettre en œuvre pour la préservation de la biodiversité.

–          travailler sur le rétablissement des réseaux téléphoniques

–          surveiller l’impact des feux sur la qualité de l’air et captage de l’eau

Mobilisation de moyens supplémentaires

 Dans les prochaines 72h, l’évolution de la situation météorologique n’est pas favorable. Des vents forts sont à prévoir. Les forces présentes sur le terrain vont être doublées passant de 80 à 150 sapeurs -pompiers. Dès mardi 10 au matin 250 hommes seront présents sur le terrain.

Au regard de la situation, Jacques Billant, préfet de La Réunion a décidé de mobiliser des moyens complémentaires. L’arrivée de stock de produit retardant par avion est actuellement en étude.  Des équipes de renfort (FORMISC) (spécialisée en brûlage dirigé et des commandos feux de forêt) complémentaire à l’action des sapeurs-pompiers sur certains points spécifiques pourraient également arriver en renfort dans les prochains jours.

Le préfet a déclaré, malgré tout que “le feu est stabilisé”, aussi bien dans le Nord que dans le Sud. Des “zones barrières” ont été créées, des lances sont prêts pour anticiper pour limiter la propagation de feu..

 

 

Incendie Maïdo : le feu a ravagé plus de 80 hectares ce week-end, cliquez pour les vidéos

Voilà qui rappelle de bien mauvais souvenirs aux réunionnais : 10 ans après les grands incendies de 2010 et 2011, la forêt du Maïdo est encore en train de brûler. L’incendie s’est déclaré dans la nuit de vendredi à samedi, et les secours ont commencé à se déployer au petit matin samedi.

Les routes forestières, les sentiers pédestres et VTT sur le massif du Maïdo sont coupées. Mafate a vu ses communications coupées, et le feu gagne du terrain, surtout que le Dash, bombardier d’eau, était signalé en panne toute la matinée de samedi. Il a pu être reparé et c’est vers 13h que les premiers largages ont été effectués dans cette zone difficile d’accès.

Hier, 80 pompiers étaient sur place, avec une vingtaine d’engins et le concours de 7 hélicoptères bombardiers d’eau.

Il y aura des “groupes incendies” toute la nuit pour contenir l’incendie car le dash et les hélicoptères ne pourront plus intervenir“, indiquait le lieutenant colonel Boucheron hier. “Un point chaud a sauté la route dans le sens du vent. Il y a des galeries souterraines, nous installerons des caméras thermiques pour déterminer les point chauds“.

Ce dimanche soir, le feu n’était pas maîtrisé et la situation était difficile à gérer , comme le montrent les vidéos tournées sur place, par notre reporter Matthias Ramsamy :

Photos “en live” de nos internautes ce dimanche soir

Des caméras thermiques installées ce dimanche

Après une nuit de surveillance, les pompiers sont à pied d’œuvre pour tenter de contenir le feu. Ce dimanche, des caméras thermiques ont été installées pour surveiller d’autres départs de feu potentiel.

La situation la plus critique se trouve dans le secteur nord. Dans le sud, le feu est fixé, mais on observe plusieurs reprises. 80 pompiers sont présents, on compte des divisions d’intervention hélitreuillée, de nombreux camions, et les trois hélicoptères bombardiers d’eau et du Dash. 80 hectares sont partis en fumée en tout. Soit une trentaine de plus brûlés depuis ce matin. L’origine de l’incendie est encore inconnue.

Les soldats du feu commencent à être à cours d’eau et de carburant. Des camions citernes civils ont été réquisitionnés pour approvisionner les véhicules du SDIS.

A 16h, le Dash et les hélicoptères étaient cloués au sol en raison d’une couverture nuageuse. L’ONF va construire des tranchées afin d’éviter toute propagation du feu dans les sous-sol.

Gros dispositif sur site

La mission d’appui de la Sécurité civile dans le cadre du dispositif de lutte contre les feux de forêt a déployé deux formations militaires de la sécurité civile (ForMiSC), pour une évaluation conjointe avec le SDIS, de la situation. Le relais téléphonique pour les Mafatais aurait été coupé par l’incendie, selon des auditeurs. Les flammes continuent d’avancer vers les remparts de Mafate.

Restez à l’écoute de Radio Free Dom et vos témoignages en direct sur le service radio guidage au 0262 41 51 51.

Une enquête est ouverte. Le commission d’enquête passera dès que le sinistre sera circoncit. Concernant l’origine de l’incendie, pour le moment, aucune piste n’est privilégiée. Les deux personnes qui ont donné l’alerte la seconde fois ont été auditionnées par la gendarmerie.

CE DIMANCHE 8 NOVEMBRE 2020

 

 

 

CE SAMEDI 7 NOVEMBRE 2020

SUIVEZ LE LIVE DE CE SAMEDI DE NOTRE REPORTER MATHIAS RAMSAMY

Découvrez les vidéos de notre correspondant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La mairie de St Paul appelle à la prudence

La Commune lance donc un appel à la plus grande prudence et à la plus grande vigilance. Il est donc demandé à la population de ne pas emprunter la route forestière du Maïdo afin de ne pas gêner l’intervention des pompiers de toute l’île et pour permettre le bon déroulement des opérations de secours.

La Mairie a mis à disposition la salle polyvalente de la Petite France pour servir de base arrière aux soldats du feu. Nous déplorons ce nouvel incendie et assurons de tout notre soutien nos concitoyens du territoire du Maïdo. Toute la Ville de Saint-Paul reste solidaire dans cette épreuve.

 

 

 

 

Plusieurs habitants des communes de l’Ouest nous ont envoyé des photos :

 

Free Dom
WordPress Video Lightbox