Tambours malbars : peau cabris ou synthétique dans les temples tamouls ? Le débat est ouvert !

2 min de lecture
9

Fin décembre-début janvier, c’est bien connu, c’est la période notamment à la Réunion des fêtes religieuses tamoules dans les temples éponymes. C’est la période où les tambours résonnent. C’est sans doute la raison pour laquelle, une fidèle de la religion tamoule, via sa page Facebook, avait posé, il y a quelques jours, ce débat. Il s’agit de Lynda Ponapin, fille de prêtre tamoul. Son père (disparu depuis 12 ans), Adrien Ponapin avait officié durant plusieurs décennies comme poussari (maître des cérémonies) au temple du Colosse à Saint-André. Pascal, le frère de Lynda, a pris le relais depuis avec, à ses côtés, André Latchaya. Feu Adrien Ponapin était connu dans quasiment tous les temples de l’île puisqu’il a organisé des marches sur le feu dans de nombreuses communes de la Réunion.

Lynda Ponapin (à droite sur la photo). Crédit Photo : Yves Mont-Rouge

La question posée récemment par Lynda Ponapin est on ne peut plus claire, car elle semble, à l’instar de nombreux coreligionnaires, avoir été surprise par l’utilisation de plus en plus fréquente dans les temples tamouls des tambours non plus « malbars », c’est-à-dire confectionné à base de peau cabri séchée, mais des tambours synthétiques « Made in China ». La question était la suivante : « Faut-il sauver les tambours traditionnels ? ». A noter que, le jour de la marche sur le feu au temple du Colosse, le 1er janvier 2023, la quasi-totalité des tambours étaient des « synthétiques ». D’où l’interrogation, somme toute légitime, pour une pratiquante de l’hindouisme.

Selon elle, si les « synthétiques » peuvent être utilisés pour des manifestations culturelles (comme le Dipavali…), il faudrait, en revanche, recourir aux « traditionnels » dans les temples tamouls lors des cérémonies cultuelles. Nous avons interrogé quelques « tambouriers » qui, aujourd’hui, sont généralement des jeunes. « Le problème avec le tambour traditionnel, c’est qu’il faut le chauffer régulièrement sinon la peau n’est plus assez tendue et il n’y a plus de son », explique Loïc.

« C’est une question d’organisation pratique. Pour utiliser des tambours traditionnels, il nous faut quelqu’un qui puisse nous suivre avec une brouette remplie de braises afin de pouvoir chauffer nos tambours. Alors qu’avec le synthétique, on n’a pas besoin de tout ça. Ça sonne pareil du début à la fin. On n’a pas besoin de se soucier d’un feu du début à la fin des cérémonies », intervient Ulrick, jeune « tambourier » lui aussi.

« C’est une décision que devrait imposer le bureau de l’association qui gère le temple en question : c’est soit tambour traditionnel exclusivement, soit un peu des deux. Mais la décision appartient au président du temple », pense un fidèle qui a remarqué que « dans certains temples de l’île, les synthétiques ne sont pas du tout autorisés ».

Le débat est ouvert. Dites-nous ce que vous en pensez !

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

9 Commentaires

  1. Eh oui Madame. L’inflation est passé par là ! On fait avec les moyens de bord. Est ce plus loyal d’emmener un cabri la valeur de sa poche en offrande pour une divinité ou faire le ventard avec un gros cabri hyper cher que pour les yeux do moune. À méditer car avoir la foi ne demande ni argent et ni de vantardise, il suffit de l’avoir dans son coeur, c’est tout. Aimer Dieu, c’est le faire habiter dans son coeur tout simplement et ne pas faire l’hypocrite en allant à la messe ou au temple souvent et faire du mal et dire des méchancetés aux autres. Heureusement que pour tout humain il y a 3 choses qui sont justes et que nul ne peut y échapper, c’est la vieillesse, la maladie, et la mort. Même avec ta belle maison, ta beauté qui ne durera pas, ta jeunesse, ta belle BMW et la fête tous les jours, un jour viendra où tu t’arreteras de danser comme la cigale pendant que les autres trimestre pour manger et toi tu passes ta vie à montrer que tu as plus que les autres et que certains hommes feraient mieux de s’occuper de leurs enfants qu’ils ont jeté et à s’afficher sur Facebook après chaque conquête collectionné, rien n’est acquis et dans la vie TOUTE BONNE CHOSE NE DURE QU’UN TEMPS, Ki Tout nu, c’est comme un FONT Vide. À méditer, belle journée à tous. Prenez soins de vous !

  2. Eh oui Madame. L’inflation est passé par là ! On fait avec les moyens de bord. Est ce plus loyal d’emmener un cabri la valeur de sa poche en offrande pour une divinité ou faire le ventard avec un gros cabri hyper cher que pour les yeux do moune. À méditer car avoir la foi ne demande ni argent et ni de vantardise, il suffit de l’avoir dans son coeur, c’est tout. Aimer Dieu, c’est le faire habiter dans son coeur tout simplement et ne pas faire l’hypocrite en allant à la messe ou au temple souvent et faire du mal et dire des méchancetés aux autres. Heureusement que pour tout humain il y a 3 choses qui sont justes et que nul ne peut y échapper, c’est la vieillesse, la maladie, et la mort. Même avec ta belle maison, ta beauté qui ne durera pas, ta jeunesse, ta belle BMW et la fête tous les jours, un jour viendra où tu t’arreteras de danser comme la cigale pendant que les autres trimestre pour manger et toi tu passes ta vie à montrer que tu as plus que les autres et que certains hommes feraient mieux de s’occuper de leurs enfants qu’ils ont jeté et à s’afficher sur Facebook après chaque conquête collectionné, rien n’est acquis et dans la vie TOUTE BONNE CHOSE NE DURE QU’UN TEMPS, Ki Tout nu, c’est comme un FONT Vide. À méditer, belle journée à tous. Prenez soins de vous !

  3. Bonjour,
    Je me permets d’ouvrir une parenthèse sur votre vision des chose.je suis actuellement en place depuis 4 années sur le temple du colosse,et je partage mon avis.
    le prix des peaux de cabris et le prix d’un tambour traditionnel par rapport au synthétique.
    beaucoup de polémique sur le sujets arrivant en fin d’année période pluvieuse surtt lors des cérémonies principales,la pluie très souvent au rendez-vous.
    les personnes qui sont contre le tambour synthétique qui ne viens pas de chine pour information fabrication maison avec du savoir faire qui nous offre une sonorité par tt temps .
    vous lancer une polémique, j’aimerai bien vous voir jouer avec un tambour traditionnel sous la pluie ,dans un 2e temps le temple pourrait il fournir la différence pour assurer 20 jours de cérémonie avec des tambour traditionnel avec la casse occasionnée pendant tte la durée de la marche sur le feu. Jouant au collose depuis 4 années, je vous assure que le temps n’est pas souvent au rdv. Si le tambour traditionnel est imposé ce ne sera pas un probleme il va falloir juste taper dans les main lors des précipitations.
    personnellement le tambour traditionnel et la base de la musique de cérémonie, mais plein de facteurs vien s’y coller.c’est plus de dépenses qu’autre chose ca reste une passion mais très coûteuse.alors assumer la tradition avec des fonds personnels ca serai compliqué, la rémunération de c’est 20 jours de carême à jouer n’est rien comparé au journée labeur d’un travail professionnel. La passion passe avant pour notre culture religieuse. Perpétuer la tradition c’est bien si le confort financier pour avoir du matériel et au rdv.la suite au prochain numéro.
    Je n’est pas étais vulgaire.,j’ai juste partager ma vision du déroulement des cérémonie et du côté financier de l’envers du décor. Merci

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

« Tir pa le ver dan zot manger » : que veut dire ce proverbe de la moucat a li ?

Article suivant

Dernier hommage à Marcel Sam Mine à St-Denis et à St-Pierre

Free Dom