Théâtre Les Bambous : “Fer 6” avec Erick Isana ce jeudi

Prochain spectacle connecté de l’association RANPAR. Après Bal kabar de Davy Sicard, après le concert de l’excellent Fabrice Legros, Ranpar présente “Fer6”, le jeudi 24 septembre à 20h au Théâtre des Bambous.
L’histoire de l’esclave Furcy, -hommage puissant au combat pour la liberté – écrit par Francky Lauret et interprété par Éric Isana de Téat Lakour.

Fer6 c’est avant tout l’histoire d’une rencontre artistique. C’est la demande d’un acteur à un auteur : Erick Isana, humoriste célèbre à La Réunion reconnu pour ses performances théâtrales, demande à Francky Lauret, croisé au détour d’un parcours d’écriture, de lui écrire un Furcy.

Furcy, sorti de l’ombre par le roman de Mohammed Aïssaoui, se révèle être au fil de leur recherche le prétexte à exprimer l’écho d’une impossible voix, le questionnement contemporain sur la liberté : ce qu’on ne peut pas dire encore aujourd’hui.

Il s’agit, dans un temps probable, de permettre la rencontre de différents chemins de la liberté. C’est confronter ici les réalités de Furcy, héros historique et juridique, et de Sakatov, personnage d’une nouvelle de Leconte de Lisle, à celles du Blanc ou du Marron mythique personnifié par Sintémé pour questionner les nôtres.

Convoquer ces personnages c’est affirmer qu’ils ont existé, c’est faire entendre leur parole d’aujourd’hui, l’héritage de leur(s) histoire(s).

Un homme seul sur une scène épurée. Comptant sur le texte et la performance, la pièce, (en créole : kabar) est un kaléidoscope de nos opinions personnelles et fonctionne à l’énergie énorme d’un acteur pétri de texte et nous happant dans son pétrin.

Acteur en danger. Seul, comme Furcy. Seul, comme nous même face à la notion que nous nous faisons de la liberté.

Parcours de Création

Le premier partenaire du projet est le Théâtre Les Bambous qui s’est engagé dans une coproduction et nous a accueillis en résidence pour trois semaines de création à partir du 18 janvier 2016. Avec huit représentations du 12 au 22 février 2016.

La salle Vladimir Canter avait mis à notre disposition une salle de répétition en décembre 2015 qui nous a permis d’amorcer la direction d’acteur. Nous y avons joué en septembre 2016.

Après une programmation au théâtre Lucet Langenier à Saint-Pierre, une reprise du spectacle a été effectuée dans la Boite Noire de la Cité des Arts en octobre (8 dates).

La pièce est programmée jusqu’à décembre 2016 dans divers quartiers de La Réunion à Saint-Denis, Saint-Paul, Saint-Leu (Le Séchoir) et Saint-André. Elle sera dans la ville du Port en 2017.

Perspectives

Le très bon accueil du public dans les salles réunionnaises a dépassé nos attentes, Fer6 tisse son fil d’Ariane. Le grand public, le public scolaire, témoignent de deux émotions très fortes : l’oppression puis la liberté.

Pouvoir accueillir un maximum de Réunionnais dans ce sas culturel et réflexif reste notre ambition première. Vivre ce huis-clos avec les mondes créoles, à la rencontre de leur Furcy, reste un horizon à atteindre, aussi bien dans le bassin des créoles français de l’océan indien ou dans les iles de la Martinique, de la Guadeloupe, en Guyane et auprès de l’ensemble de l’outre-mer français.

L’offrir aux mondes francophones c’est enfin se dire que nous partageons tous cette quête universelle, celle de la recherche de la liberté.

Dans cette perspective Fer6 peut être envisagé comme l’œil du cyclone, l’endroit pour arrêter le temps et fonder les bases d’un nouvel échange, afin de faire émerger ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous divise.

Argument

S’ouvrant avec la figure du Blanc, les premières scènes se déroulent dans une des geôles de la prison Juliette Dodu où Furcy, en attente de son premier procès, fait la rencontre de Sakatov. Ce marron, héros d’une nouvelle de Leconte de Lisle, noue une conversation avec lui.

L’enjeu ? Les chemins de la liberté.

L’un espère que le tribunal lui reconnaîtra sa condition d’homme libre, sans savoir qu’il est au début d’un périple législatif de vingt-sept ans. L’autre a déjà subtilisé les clefs au geôlier et n’a qu’un espoir : rejoindre le royaume marron, vivre libre dans l’intérieur des terres malgré les dangers.

Les dangers, un autre détenu, Sintémé, les connaît bien. On lui a déjà coupé l’oreille, le jarret, il attend son exécution publique par pendaison. Il entend les jeunes rêver à voix haute et convoquer d’autres figures légendaires allant du chasseur Mussard au chef Élie.

Les scènes de l’exil mauricien placent Furcy face au supplicié Ratsitatane, le prince malgache, victime lui aussi d’un jeu politico-judiciaire, c’est ce que Furcy confiera à sa mère.

Billet en vente sur la plateforme de l’association
Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Poster un Commentaire

avatar