« Totochement » coups de poing à la mairie de Sainte-Marie !

Voici le menu de l’édito de ce vendredi 25 septembre : l’incontournable Covid et les récentes mesures coup de massue du gouvernement ; L’inévitable second tour de la législative partielle où les électeurs sont recherchés désespérément dans la 2ème circonscription ; Dans la foulée de la législative, on enchaînera avec les régionales et « l’espace de convergence » préconisé par Michel Fontaine, ainsi que les sénatoriales dont ce sera le renouvellement de 172 sièges sur les 348, ce dimanche 27 septembre ; Il sera question aussi (ou encore) de Sainte-Marie où un cadre de la mairie s’est fait totocher par un agent aux Services techniques, lequel sera vraisemblablement couvert par « le maire fantôme » Richard Nirlo; Les élections qui se déroulent actuellement à l’Université de La Réunion auront droit à quelques lignes, tout comme la société « ELAN Océan Indien » qui ne sait plus où donner de la tête en nous « inondant » depuis trois jours de mails, de coups de fil et de courriers pour la publication de ce que sa présidente Florence Beneteau qualifie de « Droit de réponse » mais qui, en réalité, n’en est pas un puisque nous n’avons rien affirmé du tout, au stade actuel de l’enquête qui est menée par les gendarmes de la section de recherches (Brigade financière) du côté de la CINOR. Nous terminerons par Bras-Panon. Ce sera tout pour aujourd’hui. Mais c’est déjà beaucoup ! C’est parti !

Covid-19 et rassemblement interdit à plus de 30 personnes : le préfet devrait s’aligner sur Paris

J’ai bien aimé cette petite phrase d’Olivier Véran, ministre de la Santé, relevée dans le journal « Le Parisien » d’hier, jeudi. Je le cite : « Mardi, j’étais à Paris, j’ai traversé Saint-Germain-des-Près, je peux vous dire que sur les terrasses, les chaises se touchaient, les tables se cognaient, j’ai pris la tangente immédiatement ». Sans blague ! De quelle planète, il débarque celui-là ? Mais Monsieur le ministre, avec tout le respect que je vous dois, il était temps que vous enleviez le « malol » dans vos yeux. Mais c’est ainsi depuis le déconfinement et encore plus depuis que le gouvernement ou les préfectures ont interdit le rassemblement de plus de 10 personnes dans les espaces publics ou privés. Je ne cesse de l’écrire, dans l’édito du vendredi, tout simplement en me promenant, non pas à Saint-Germain-des-Près mais dans les rues de notre « capitale » à nous. Et comme je l’ai déjà maintes fois signalé, dans certains de nos bars, il n’y a pas que les chaises « qui se touchent » comme vous le dites Monsieur le ministre. Les gars, si je puis me permettre, sont même sans masques, clopes au bec et verre de bière à la main. Ils sont plus de 30 au mètre carré. Je ne dis pas cela pour que vous ordonniez la fermeture des bars et restos à 22 heures ou 23 heures – ça ne changera rien au problème – puisqu’il suffit de quelques secondes pour que le virus circule. Mais tout simplement parce que nous vivons ce que l’on peut appeler l’hypocrisie à la française. Le gouvernement décide pour dire qu’il a décidé. Or, certaines décisions ne riment à rien. Tout dépend de notre attitude individuelle et de notre sens de responsabilité. Les préfets, à commencer par le nôtre qui a toujours pris les taureaux par les cornes dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, n’auront pas d’autre choix que de s’aligner sur les décisions parisiennes, histoire d’ouvrir le parapluie au cas où.

Selon nos informations, le préfet de la Réunion devrait annoncer aujourd’hui, vendredi, l’interdiction des rassemblements de plus de 30 personnes, y compris en privé. Donc plus de mariages, ni de communions etc… Dans le même temps, les grandes surfaces seront toujours pleines à craquer, l’affluence ne cessera pas dans les centres villes, les cours d’école et les cantines déborderont de gamins, les bus et les avions seront bondés. Y compris les avions en provenance de Mayotte où les passagers n’ont même plus besoin de se faire tester pour fouler le sol réunionnais ou parisien. Comprenne qui pourra ! C’est pareil pour le choix du gouvernement de classer les départements non plus par couleur (vert, orange, rouge) mais par zone : « alerte », « alerte renforcée », « alerte maximale ». Dire qu’il aura fallu réunir durant quasiment toute une après-midi de mercredi le Conseil de défense et de sécurité nationale pour aboutir à une telle trouvaille !

Législative partielle dans la 2ème circonscription : la foire-fouille politique

Bien sûr qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ou qu’il ne faut pas faire la boue avant la pluie. Bien sûr que les électeurs ne se sont pas foulés dans les bureaux de vote dimanche dernier : seulement 15% de participation. Malgré tout, les résultats sont là au terme du premier tour : plus de 52% des suffrages exprimés en faveur de Karine Lebon, la candidate PLR soutenue par toute la gauche à l’exception de Philippe Robert et 15,83% pour Audrey Fontaine, la candidate de la droite portée par Michel Fontaine « LR », par les présidents de Région (Didier Robert) et du Département (Cyrille Melchior) ainsi que par l’ancien maire de Saint-Paul Joseph Sinimalé. Contrairement à la « grosse moquette » d’en face dont le journal ne tient que grâce à l’argent de nos impôts, qui lui est abondamment servi par une grande collectivité locale, « grosse moquette » qui porte à bout de plume la candidate de la droite, moi je ne roule pour personne. Comme tout un chacun, j’observe que la candidate de gauche a une longueur d’avance considérable sur son adversaire de droite. Je le dis et le répète, les deux candidates sont « kif-kif » à savoir jeunes, dynamiques (qui nous changent un peu des tronches usées habituelles), engagées, volontaires, manifestement compétentes, déterminées à bien faire pour leur île et incarnant à merveille le renouvellement de la classe politique (même si l’une d’elles a déjà un pied dans le marigot depuis quelques années). Cela dit, à la simple lecture des résultats de dimanche dernier, sachant que la participation ne va pas bondir comme par miracle, sachant aussi que les trois communes de la 2ème circonscription ont voté à gauche il y a à peine deux mois aux dernières municipales, il me semble que les carottes sont un peu cuites pour Audrey Fontaine. La politique ne repose pas que sur le critère de compétence, c’est aussi une question de rapport de force.

Concernant les soutiens ou plutôt les désistements du second tour, c’est un peu la foire-fouille. L’ancienne secrétaire départementale de l’UMP Davilla Verdun soutient la candidate de gauche et Philippe Robert dont le papa a été un fervent militant communiste et maire de la Possession durant 40 ans à l’époque de Vergès appelle, quant à lui, à voter en faveur de la candidate de droite. Du coup, le Front de Gauche de Jean-Paul Panechou, – soit deux pelés et trois tondus – qui avait soutenu Philippe Robert au premier tour, appelle à présent à soutenir Karine Lebon et non « la candidate de Michel Fontaine, Didier Robert et Cyrille Melchior ». Ce n’est plus de la politique. C’est du règlement de compte personnel voire familial. Mais je ne jette la pierre à personne. Chacun doit avoir ses raisons. Philippe Robert dit qu’il a été « humilié » par Huguette Bello et veut « empêcher l’hégémonie de PLR ». Davilla Verdun a dû être en son temps malmenée par la droite. De la politicaillerie qui ne fait que renforcer l’abstention. Que la meilleure gagne ! Quel que soit le résultat, cela ne changera en rien la vie quotidienne des habitants de la deuxième circonscription et encore moins celle des Réunionnais.

 Régionales : « l’espace de convergence » selon Michel Fontaine

De la législative partielle aux départementales et aux régionales, il n’y a qu’un pas que certains ont déjà allègrement franchi depuis quelques semaines déjà. Ça commence à bien « bouger ». Vanessa Miranville a donné le ton en annonçant sur Antenne Réunion, le 18 août dernier sa candidature. La marraine de l’élection de Miss Ecologie – sa nouvelle casquette ! – n’arrête plus. Elle passe de ville en ville, souvent en début de soirée, pour animer des réunions dans la perspective des régionales. La semaine dernière, elle se trouvait dans l’Est de l’île. D’aucuns disent qu’elle serait pilotée par le patron d’Objectif Réunion tout comme le serait Patrick Lebreton (Le Progrès) ou encore Jean-Richard Riani, l’artiste du quartier de Tanambo à Saint-Pierre, qui s’est déclaré vendredi dernier, entouré de quelques uns de ses amis, au nom de l’écologie. Une candidature pour capter des voix écologistes, façon Miranville, ainsi que les voix du monde culturel. Jean-Richard Riani, connu pour être un proche de l’exécutif régional et surtout de l’épouse de ce dernier, comme on peut le voir sur les photos de son compte Facebook. « Objectif Réunion » ne serait pas, dit-on étranger à toutes ces candidatures. Son responsable souhaiterait s’émanciper définitivement des « dinosaures » ou plutôt de certains d’entre eux avec qui le courant ne passe plus vraiment depuis 2017, depuis que la plateforme a volé en mille morceaux.

Ce qui est sûr, c’est que la droite n’a encore réfléchi de manière commune à aucune stratégie pour l’instant en vue des échéances électorales à venir. Chacun bricole dans son coin. A ce propos, à l’instar d’Objectif Réunion, « LR » s’installe un peu partout dans l’île. Une section de « Les Républicains » devrait prochainement voir le jour à Bras-Panon sous la houlette de Rosaire Moriscot.

Pour en revenir à une stratégie commune, il n’est même pas certain que l’ébauche d’union (de façade ?) tentée à l’occasion de la législative partielle dans la 2ème circonscription autour de la charmante Audrey Fontaine puisse tenir jusqu’aux prochaines départementales et régionales. En tout cas, à quelques mois des prochaines échéances, aucun contact n’a été pris entre Didier Robert, le président sortant, et Michel Fontaine, l’un des principaux leaders de la droite locale – si ce n’est le principal – sans qui tout autre candidat de droite aura du mal à capitaliser les voix de cette famille politique aux régionales. Lequel Michel Fontaine, qui était l’invité, mardi dernier de « Ça koz politique » sur Antenne Réunion, plaide en faveur d’un « espace de convergence » qui aurait, selon lui, toute sa place entre les deux extrêmes. Et dont l’avantage serait de n’exclure personne contrairement à la plateforme de la droite qui a prévalu de 2014 à 2017. Avant même de parler tête de liste, le patron de « LR » et maire de Saint-Pierre préfère penser au projet réunionnais. Quant à la tête de liste, elle pourrait être tout simplement le plus petit dénominateur commun, capable de fédérer tout cet « espace de convergence » à l’instar de ce qui s’est passé à l’Association des maires de la Réunion (AMDR) avec Serge Hoareau, maire de la Petite-Ile. L’un des premiers magistrats le mieux élu de France qui, comme on a pu le voir lors de l’attribution des vice-présidences de l’AMDR, avant-hier, gère la boutique sans tenir faire un cas des étiquettes politiques des uns et des autres. D’où les vice-présidences réparties dans l’ordre aux quatre micro régions de l’île (Huguette Bello pour l’Ouest, Maurice Gironcel pour le Nord, Patrice Selly pour l’Est). En sachant que la présidence est sudiste. Un vrai travail d’équipe qui va au-delà des appartenances politiques, dans l’intérêt de la Réunion. C’est ce schéma que des élus comme Michel Fontaine et André Thien-Ah-Koon voudraient calquer à la pyamide inversée en 2021 en y installant un président impartial qui travaillerait avec tous les élus, jeunes et « dinosaures », dans l’intérêt de l’île, de toutes ses micro régions.

Un petit mot sur les sénatoriales pour clore ce chapitre électoral. Le renouvellement des 172 sièges du Sénat (sur les 348) se déroulera ce dimanche 27 septembre. Si la Réunion n’est pas concernée par ce scrutin, Michel Dennemont, lui, l’est à plus d’un titre car en 2017, élu grâce aux grands électeurs socialistes, il avait promis de partager son mandat de sénateur à raison de moitié-moitié (2×3 ans) avec Audrey Belim, la porte-parole du PS local et élue de la majorité municipale dionysienne. Or, tout laisse à penser que l’ancien maire des Avirons, Michel Dennemont, sénateur mi-centriste, mi-socialiste, aujourd’hui référent local de La République En Marche (LREM) en tant que parlementaire, ne tiendra pas sa promesse. Le pouvoir, avec tous ses avantages, lé trop doux oté ! Il faut croire qu’au PS, contrairement à ce que dit le proverbe, « n’a pu do moune vilain, mais na encore do moune couillon ! ». Autrement dit, pour une fois, le grand stratège du PS des villes, Gilbert Annette, s’est bel et bien fait (passez moi l’expression) « entuber » par Dennemont., le petit élu de campagne. A suivre quand même !

Université : Miranville prêt à tout pour confisquer le pouvoir

Restons dans l’ambiance électorale et dans l’univers impitoyable du pouvoir. Je veux parler de l’université de la Réunion où se déroulent depuis hier et jusqu’à ce soir les élections pour le renouvellement du bureau. Je n’aurai pas le temps de vous détailler toutes les frasques du président sortant Frédéric Miranville qui souhaite rempiler pour 4 ans. J’y reviendrai ultérieurement, c’est promis et je vous parlerai de toutes ses largesses y compris en faveur de sa directrice de cabinet qui a vu son salaire faire des grimpettes incroyablement exponentielles en si peu de temps. Pour aujourd’hui, je me limite à l’aspect purement électoral et surtout deux seulement des multiples manœuvres mises en place par ce même président pour tenter de barrer la route à son adversaire Brigitte Grondin-Perez, doyenne de la Faculté des sciences. La Covid ayant bon dos, Frédéric Miranville a en quelque sorte privé de possibilité de vote près de 2000 étudiants de l’UFR Santé du Sud en les obligeant à se déplacer jusqu’au campus de Moufia à Saint-Denis. Idem pour ceux de l’IAE qui n’ont pas pu non plus voter au siège, comme cela se faisait auparavant. Pourquoi ? Parce que, selon nos informations, Frédéric Miranville sait pertinemment que le vote sur ces deux sites ne lui aurait pas été majoritairement favorable puisque c’est le syndicat FER et FAGE qui tient la main. En revanche, il a tout fait à Saint-Denis, pour dérouler le tapis rouge aux étudiants de l’UNEF, syndicat tout acquis à sa cause, présidé par Samantha Pothin (très proche du président Miranville) qui a pris le relais de Stéphane Maillot, lequel a été recruté, il y a quatre ans, l’Université par le même Miranville. Un retour d’ascenseur ? Mais j’y reviendrai ultérieurement sur la gestion Miranville. Il y a tellement à dire. Et ce sera plus que jamais d’actualité étant donné qu’à partir des résultats de ce soir vont débuter durant deux mois d’âpres tractations pour le poste de futur président. L’élection finale devant avoir lieu en novembre prochain. Le président sortant est prêt à tout pour garder, ou plutôt pour tenter de confisquer ce pouvoir qu’il affectionne tout particulièrement pour des raisons diverses et variées. La suite, au prochain épisode. C’est une vraie télénovéla !

Sainte-Marie : le cadre des Services techniques violemment agressé par un agent proche du maire

Rien ne va plus à la mairie de Sainte-Marie. Entre le maire qui déserte la mairie et qui gère depuis chez lui, ce qui lui vaut aujourd’hui le sobriquet de « maire fantôme » et les bèsements qui éclatent aux Services techniques, les agents ne savent plus trop à quel saint se vouer. Sans compter que de nombreux cadres n’ont qu’une envie : prendre la poudre d’escampette. Ils cherchent à se caser ailleurs. Du moins ceux qui ne sont toujours pas (encore) en arrêt maladie. Le maire Richard Nirlo ne pose quasiment plus les pieds à la mairie depuis qu’il a été élu le 28 juin dernier. Il a donc délégué de nombreux pouvoirs à certains de ses adjoints, dont André M’Voulama, Marie Line Soubadou et James Clain. André M’Voulama a voulu « remettre de l’ordre » aux Services techniques en « remettant au travail » de nombreux employés, y compris les agents dits « isolés » qui opéraient jusqu’ici, sans contrôle régulier, dans leur quartier. Une réorganisation qui partait sans doute d’un bon sentiment mais qui n’a pas plus à tout le monde. D’où la colère d’un des agents isolés, connu pour son tempérament en « pétard » qui, lors d’une réunion de travail organisée vendredi dernier devant les bureaux des Services techniques s’en est violemment et physiquement pris au cadre administratif responsable du service. D’après nos informations, André M’Voulama était absent. Aurait-il senti l’ail ? Peut-être aurait-il été averti par son papa, qui bosse… aux services techniques de Sainte-Marie et qui, paraît-il, en matière de travail ne serait pas un adepte du Stakhanovisme ! Quant à Mme Soubadou et à M. Clain, lorsque la bagarre a éclaté, tous deux ont disparu de la circulation, « l’a parti cachiette », selon des témoins de la scène. Au final, le cadre s’est retrouvé complètement « amoché », le visage tout en sang pour avoir essuyé plusieurs coups de poings et même une morsure !!! Ça rigole pas à Sainte-Marie. Le médecin lui a prescrit 8 jours d’ITT et beaucoup d’antalgiques. Quid de l’agresseur ? Il fait partie d’une famille réputée très proche du maire Nirlo qui, selon plusieurs sources, fera tout pour le « protéger ». Dans cette affaire, le cadre n’était pour rien. Lui n’a fait qu’exécuter les consignes de M’Voulama car à Sainte-Marie, sous Nirlo, ce sont les élus qui donnent directement les ordres aux agents communaux. Ce ne sont pas les cadres administratifs. Ça fonctionne à l’envers. Un peu comme si on marchait sur la tête ! Il y a un vrai problème de manque d’autorité à la mairie. Normal, il n’y a plus de maire présent physiquement dans son bureau à l’hôtel de ville. Nirlo fait du télétravail. Pour se protéger de la Covid ou d’autres choses ?

Tout l’inverse de Bras-Panon où à l’instar du troisième conseil municipal qui s’est déroulé mercredi soir dans une salle sur le champ de foire, le maire Jeannick Atchapa a visiblement bien pris ses marques avec son équipe. Toutefois, on ne peut pas en dire autant dans le camp des opposants. Au sein du conseil municipal de Bras-Panon, l’opposition compte dix élus dont six pour la liste qui avait été conduite par l’ancien maire Daniel Gonthier et quatre pour celle menée par le député Jean-Hugues Ratenon. Au vu de ce qui s’est passé lors du dernier conseil, avant-hier, ça commence à frétiller dans la « team » à Gonthier. Déjà que François Pereira, l’un de ses anciens bras droit n’a pas assisté à la séance, ni à celle de préparation du conseil. Sans doute préfère-t-il consacrer son temps libre à se détendre avec son dalon Raymond Tong-Yette avec qui il a crée une association qui regroupe, comme j’ai eu déjà l’occasion de vous le signaler, plusieurs colistiers de Daniel Gonthier et ex élus de l’ancienne majorité, à l’exception de Gonthier lui-même et de Gilles Jeanson, l’ancien 1er adjoint en bisbille avec Tong-Yette. Deux autres élues (deux dames) qui siègent aux côtés de l’ancien maire seraient sur le point de prendre leurs distances avec Daniel Gonthier. Tout porte à croire qu’elles ont déjà pris contact avec l’actuel maire afin de s’impliquer davantage aux côtés du groupe majoritaire. Les rats quittent le navire qui coule ? En tout cas, cela ressemble fort à une opération de « largage ». Il y a des signes qui ne trompent pas. On l’a bien vu au conseil municipal de mercredi soir. Encore un ou deux conseils maxi, et la clarification devrait avoir lieu.

CINOR : La brigade financière enquête sur les marchés de la société ELAN

Ce n’est pas une intox. C’est bien de l’info. Je vous en faisais état dans l’édito de vendredi dernier. Suite à cela, voici ce que Mme Florence Beneteau, présidente de la société ELAN a adressé à freedom.fr. Nous publions intégralement sa réponse : « « Dans son «Edito » publié sur le site internet de freedom, Monsieur Yves MONTROUGE a mis en cause la société ELAN dans un passage intitulé « la brigade financière continue son « ELAN » à la CINOR », en des termes portant atteinte à l’honneur et la considération de la société ELAN, et en donnant des informations inexactes, sans en vérifier préalablement la teneur auprès d’ELAN. Ceci explique ce pourquoi ELAN a demandé à Free Dom la publication des informations suivantes.

Cet Edito commence et se termine par une référence à la « cité des dirigeants » qui ferait l’objet d’une enquête judiciaire en y associant la société ELAN, alors que cette dernière n’a tout simplement participé en aucune manière à ce dossier…

S’agissant des « marchés et études commandés par la CINOR », ce sont des marchés subséquents attribués au titre d’un marché cadre engagé en Aout 2017, avec le groupement Appolonia composé de 15 ingénieries, dont ELAN est effectivement mandataire, pour un montant de 4,2 millions d’euros sur 3 ans. Ce montant n’est en rien anormal, la prestation concernant 38 marchés subséquents et un travail considérable dont la qualité n’a jamais été contestée.

Il est indiqué qu’ELAN se serait servie de la CINOR comme d’un « cheval de troie avant de mettre la main sur plusieurs autres marchés ». Cette affirmation est inexacte, puisque ELAN avait déjà obtenu d’autres marchés à La Réunion et n’avait nullement besoin de « cheval de troie ». Elle n’a été « introduite » par personne pour obtenir de marchés à la CINOR, mais a répondu seule puis en groupement dans le cadre d’appels d’offres publics aux côtés d’autres sociétés.

Le groupement Appolonia a été mandaté dans le cadre de ce marché cadre pour des missions ayant donné lieu à des réunions publiques ou séminaires, qui n’avaient aucun rapport avec le livre bleu comme cela est indiqué à tort.

S’agissant du port Sainte-Marie, Elan n’a jamais proposé de projet à 80 Millions d’euros, mais au contraire un projet d’extension du port de 200 anneaux supplémentaires, adossé à une ZAE de 2 ha dédiée à l’économie bleu pour un montant de 25 M€, plus économique et compétitive, et qui n’a malheureusement pas été retenu par la CINOR.

Contrairement à ce qui est indiqué, il n’existe rien d’opaque à l’utilisation des sommes reçues par le groupement Appolonia, dont Elan est le mandataire, et qui n’est nullement intervenu dans le dossier de la cité des dirigeants.

Laisser croire aux lecteurs de Free Dom que ELAN serait coupable de détournement de fonds publics est une affirmation parfaitement fausse et déshonorante pour cette société et pour ses collaborateurs, et qui ne pouvait rester sans réponse ».

Voilà, c’est fait madame ! Et voici à présent ma réponse à la présidente de la société ELAN. Je persiste et signe dans ce que j’ai écrit vendredi dernier. Parallèlement à l’enquête menée aujourd’hui sur la Cité des dirigeants, les recherches s’orientent également vers les marchés de la société ELAN qui font d’ailleurs l’objet d’un recours bien « blindé » émanant d’un élu municipal de Sainte-Suzanne et conseiller communautaire. Une lettre que le Procureur a en sa possession.

D’après nos informations, ELAN et le groupement Appolonia, c’est kif-kif bourricot. Dans l’édito de vendredi dernier, j’ai énuméré un certain nombre de faits qui peuvent être évidemment contestés par la présidente d’ELAN mais à aucun moment, contrairement à elle, je n’ai évoqué des « détournements de fonds publics ». Je n’ai jamais employé de tels mots, ni « laissé croire » quoi que ce soit. Je ne me le permettrais pas. Je ne suis ni juge, ni Procureur de la République. L’enquête le dira. Mais il est encore trop tôt. Il existe donc une enquête ouverte concernant la Cité des dirigeants qui est déjà au stade des auditions et des gardes à vue. Et, n’en déplaise à Mme Beneteau, les investigations des gendarmes de la section de recherches portent également sur les relations CINOR-ELAN et sur les marchés subséquents d’ELAN (ou du groupement Appolonia), comme cela nous a été confirmé, pas plus tard qu’hier, par la nouvelle majorité de la CINOR. D’où la présence des enquêteurs, il y a environ deux semaines, du côté de l’EPCI Nord. Laissons donc la justice faire son travail ! J’en avais une bonne sur la mairie de Saint-Louis, une histoire de lettre anti datée par la maire, ainsi que quelques détails croustillants sur le « copinage » et les gros salaires entre anciens de l’EMPR à la SPL Sem Museo, mais vous êtes nombreux à me reprocher d’écrire trop long. Ce qui n’est pas faux, je le reconnais. Rendez-vous donc à la semaine prochaine pour la suite !

Y.M.

([email protected])

 

 

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

20
Poster un Commentaire

avatar
13 Comment threads
7 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
15 Comment authors
SPIDER-MANKoo2gleFredEncore L'ENTRE SOILuka Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Noah
Invité
Noah

Il fait un peu frais , alors on s’échauffe en se tapant dessus dans la mairie de Ste Marie (mère de Dieu) …. quoi de plus normal ! De plus quand un responsable fait le couillon , il est normal qu’on lui donne une leçon !

SPIDER-MAN
Invité
SPIDER-MAN

Avec de pareille modèle comment voulez vous endiguer la violence chez les ados quand deux adultes se tapent dessus

RIPOSTE974
Invité
RIPOSTE974

A lu comme d’hab et n’engage que son auteur !

Possession
Invité
Possession

Le neveu de robert placé au cabinet travaille un peu ! Il faut du télétravail aussi ! Mdr

DINOSAURE
Invité
DINOSAURE

Ce qui s’est dit à Sainte Marie, il couche avec le neveu de casse noisette.

Zébus Madagascarade
Invité
Zébus Madagascarade

Les dinosaures vont tout faire pour mettre le ROBERT et sa com’ au chomage!
Sans les dinosaures, il ne pèse rien….
Le robert devrait cesser de rouler dans la farine les routiers, il sait très bien que ce chantier ne se terminera PAS.
Le robert compte ses jours et comme ses proches le répètent à tout va : «  quand i perde , toute i perde ensemble »!
Sauf que la lu sa perde toute TOUT SEUL . Tout est déjà en place pou lu, reste juste 6 mois à attendre, puis vacances à durée indéterminée pou veill’ marmailles

Rifki
Invité
Rifki

des têtes vont tombées, pour le bien de la Cinor… et de ses comptes

HuguetteB
Invité
HuguetteB

Bonjour M. MONTROUGE,

Pourquoi vous cacher et ne pas assumer que vous faites campagne pour le PLR dans la 2ème circonscription?

Bisous,

Huguette B

FN
Invité
FN

Parce la candidate de droite et des médias subventionnés sait perdre toute seule.

Dominique
Invité
Dominique

La audrey est de la famille de SINI et soutenue par une droite alimentaire qui ne pense car leur boyo et ceux de leurs familles- pou sa mon quartier bois de nèfles i vote en groupée pour lebon et Huguette. Fini SINI et sa clique – colistiere CCAS l’a fini rempli zot camarade

DINOSAURE
Invité
DINOSAURE

Surtout qu’elle fait partie de la bande à SINI.

Encore L'ENTRE SOI
Invité
Encore L'ENTRE SOI

Que vaut encore une consigne de vote donné par tel candidat , tel élu qui n’a rien à foutre des gens d’une autre commune ou de tel parti politique . Il n’y a plus d’idéologie à défendre , les partis n’existent plus ou sont moribonds . Pire les candidats n’ont plus de partis ou en changent du jour au lendemain si ce n’est pas dans la journée. Les gens sont informés de la rapacité des élus, des candidats qui occupent déjà les places dans les collectivités. Seuls les électeurs communaux et alimentaires se déplacent pour voter . Une poignée de… Lire la suite »

A.I
Invité
A.I

A trop banaliser les violences gratuites et autres coups de colère avec violence, la justice à la Réunion aurait-elle aussi peur de certains gros bras?

Nirlo remis en liberté provisoire
Invité
Nirlo remis en liberté provisoire

Mais qu’est ce que les Saints Mariens ont fait au bon Dieu pour mériter cela. Nirlo mis par deux fois en garde à vue et qui vole du boucané dans la cantine de l’école de Montée Sano, des emplois fictifs, de détournements de fonds publics, de faux en écriture public pour avoir fait la promotion de sa nièce et titulariser son amant comme DGF, des travaux payés mais pas pas réalisés, des appels d’offre truqués…soit plus de sept affaires en voie d’instruction par le parquet sans compter l’affaire de la NRL dans laquelle casse noisettes a été entendu…Son fils suit… Lire la suite »

Cocuette
Invité
Cocuette

Quoi titularise le DGF à la mairie de ste marie? Promotion canapé bonhomme koméla, je pleins l’épouse officielle! Mdr , quelle vie! Berk

Ma fille
Invité
Ma fille

J’aimerais bien connaître le nom de cet employé municipal qui y est allé de ses poings. Je pense que c’est le même qui est venu devant mon portail pendant les élections pour me menacer de me casser la gu…., moi une femme, parce que , selon ce monsieur, j’aurais cité son nom sur Facebook où je l’aurais accusé de rien faire et de faire embaucher toute sa famille officielle et officieuse à la mairie. Ma demande de médiation auprès de la gendarmerie de Sainte Marie, sur conseil des gendarmes qui ont refusé ma plainte, n’a toujours pas abouti. Mon agresseur… Lire la suite »

Bruno
Invité
Bruno

Miranville se laisse teleguidé par didiet robert elle est morte d avance ,le peuple ne veut plus de ce robert et de lebreton.

Luka
Invité
Luka

Et vous pensez quoi des propos M. Lebreton?

Fred
Invité
Fred

En parlant de la grosse moquette et de JT il a raison Yves d’après les langues qui se délient de jour en jour le calcul de JT par rapport a la grosse moquette est personnel et sur une durée de un an et demie maximum , le temps de faire campagne pour son ami de tous jours DR et de se mettre plein les poches au cas où DR perdrait les élections.Rien de rassurant pour le petits personnels de la moquette et la pluralité de la presse.A savoir le JT qui dénonce les sois disants tireurs au culs gros salaires… Lire la suite »

Koo2gle
Invité
Koo2gle

Si je découpe un masque dans un soutien-gorge, suis-je un porteur sein ?