/

TJVabre : Thibaut & Thomas franchissent la ligne d’arrivée « merci à tous les Freedomiens »

25 min de lecture
15

Ils l’ont fait ! Nos deux skippers du bateau Free Dom ont franchi la ligne d’arrivée à 12h29, heures de La Réunion, ce jeudi 2 décembre. Thibaut et Thomas se placent 33eme au classement des Class40.

Dans un communiqué, les organisateurs de cette course confirment que ce jeudi, à 4 heures 28 minutes et 45 secondes en Martinique (9 heures 28 minutes et 45 secondes, heure métropole), Free Dom a franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre en trente-troisième position de la catégorie Class40. Le duo Thibaut Lefevere – Thomas Bulcke aura mis 24 jours 20 heures 01 minute et 45 secondes pour parcourir les 4 580 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 7.68 nœuds, mais il a réellement parcouru 5 191.49 milles à 8.71 nœuds.

« On a eu des coups durs, et des coups fantastiques, encore merci à tous les Freedomiens, à Free Dom de nous avoir accompagnés. On a traversé l’Atlantique, on fonçait comme jamais, on avait envie ! », dit Thibaut en direct sur notre antenne à son arrivée.

Et de conclure : « L’arrivée était incroyable, on venait de passer le rocher du diamant, un bateau est venu à notre rencontre, j’ai entendu ma fille m’appeler, il y avait ma femme. C’était une grande émotion, quand on a passé la ligne d’arrivée, c’était l’explosion de joie, on est content d’avoir réussi… d’avoir réussi à transporter cette aventure auprès des Freedomiens. On est content, on est fier, 5 000 arbres endémiques vont être plantés à La Réunion pour symboliser ce chemin parcouru« .

Pour Thomas, c’est l’adrénaline qui prend le dessus : « On n’est pas fatigué, alors qu’on n’a pas dormi de la nuit… les encouragements nous ont portés. Retrouver tout le monde, c’est beaucoup d’émotion. Ça fait une semaine qu’on se raccrochait à ça. La famille nous a suivie pour nous encourager sur les derniers mètres. On a appris énormément de choses sur cette transat, il faut réaliser ces rêves, c’est important. Nous, on en a réalisé un« .

 


Place à la détente maintenant pour Thibaut et Thomas :

Leurs proches les ont accueillis en Martinique

Les familles et amis de Thibaut et Thomas ont fait le déplacement jusqu’à Fort de France pour retrouver les deux skippers ! Ils ont rejoint les skippers en plein mer, en pleine nuit, à bord d’un bateau à moteur. Leur arrivée ainsi que ces émouvantes sont à suivre en direct sur notre page Facebook !

 

Jeudi 2 décembre (et non pas novembre, comme indiqué par Thibaut dans son audio) : « On a emmené le bateau Free Dom sur un autre continent et on a traversé l’Atlantique »

Thibaut & Thomas passent le rocher du Diamant et ne lâchent rien ! Actuellement sous SPI et par une belle nuit étoilée, nos skippers préférés ont hâte de franchir la ligne d’arrivée !

Mercredi 1er décembre : le retour du vent

La femme de Thibaut, Elodie, s’est exprimée en direct sur notre antenne de Radio Free Dom : « Ça va bien ! La nuit d’avant a été compliqué, la voile est tombée dans l’eau, ils ont galéré toute la nuit… Mais cette nuit, ça s’est bien passé, ils avancent bien. Ils arriveront vers 6h demain matin (heure Martinique) en 24 jours et quelques heures »

« Il y a eu peu de vent jusqu’au Cap Vert, ça a été un peu pénible ! Thibaut préfère avoir une tempête… que ne pas avoir de vent, c’est très frustrant. Ils ont très chaud, ils sont dans un four, et dehors, ils sont en plein soleil, ils n’ont pas d’ombre sur le bateau« .

Elle poursuit : « On est super content, on a hâte de les voir, on est impatient, les filles commencent à réclamer leur papa. On a hâte de les voir passer la ligne d’arrivée ».

De son côté, Thibaut nous a fait parvenir un petit message vocal : portés par le vent, ils ont parcouru en 4h, ce qu’ils avaient fait la veille en 24h !

CLASSEMENT 30 NOVEMBRE – 21h

OCEAN FIFTY

Tous les Ocean Fifty sont arrivés à Fort-de-France.

1. Primonial

2. Koesio

3. Leyton

ULTIME

Tous les Ultime sont arrivés à Fort-de-France.

1. Maxi Edmond de Rothschild

2. SVR – Lazartigue

3. Banque Populaire XI

IMOCA

19. Les Laboratoires de Biarritz – No Limit 4 us – Distance arrivée 259,95 milles

20. EBAC – Distance arrivée 432,79 milles

CLASS40

24. Fullsave – Distance arrivée 15,35 milles

25. Vogue avec un Crohn – Distance arrivée 37,72 milles

26. Everial – Distance arrivée 38,12 milles

VIRTUAL REGATTA

CLASS40 – 1. Baptiste_Rep – PVe

OCEAN FIFTY – 1. Ferarepa C

IMOCA – 1. Vingilot_esST

ULTIME – 1. PassTaga-BSP

28 novembre

Ce dimanche 28 novembre est une journée bien remplie dans la baie de Fort de France. D’ici la tombée de la nuit, 12 Imoca auront passé le rocher du Diamant, pour rejoindre la ligne d’arrivée et terminer leur Transat Jacques Vabre. Il restera demain 5 monocoques de 60 pieds encore en course : La Mie Câline, Compagnie du Lit / Jiliti et Groupe Sétin – 4myplanet, dont les arrivées sont prévues demain. Quant à Laboratoires de Biarritz – No Limit 4 us et Ebac, ils devront avoir rallié La Martinique entre le 1er et le 2 décembre. Selon Clément Giraud (Compagnie du Lit / Jiliti), joint cette nuit en vacation, il est important de montrer que la course peut être tout aussi intense avec des bateaux d’ancienne génération

27 novembre

Ce samedi 27 novembre, Thibuat et Thomas avancent et se trouvent à 1 300 milles de la Martinique. Ils avancent à 13 noeuds. Les deux skippeurs s’accrochent à bord du bateau Free Dom. Ils sont hatent d’arriver en Martinique où ses proches les attendent. Ils s’envolent déjà pour les attendre, s’impatientent-ils.  A ce rythme, ils devraient franchir la ligne d’arrivée entre mercredi et jeudi.

26 novembre

Ce vendredi 26 novembre, à 6 heures 0 minute et 31 secondes en Martinique (11 heures 0 minute et 31 secondes, heure métropolitaine), Apivia a franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre en deuxième position de la catégorie Imoca. Le duo Charlie Dalin – Paul Meilhat aura mis 18 jours 1 heure 21 minutes et 10 secondes pour parcourir les 5 800 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 12,68 nœuds, mais il a réellement parcouru 6642,18 milles à 14,64 nœuds. Son écart au premier, LinkedOut, est de 20 heures 12 minutes et 21 secondes.

25 novembre

Ce jeudi 25 novembre, en début de nuit, heure française, Actual Ultim 3 est attendu dans la Baie de Fort de France, suivi deux heures plus tard par Sodebo Ultim 3. La flotte des Ocean Fifty s’est retrouvée au complet à La Martinique, après l’arrivée de Arkéma 4 hier dans l’après-midi. Il reste l’ensemble des monocoques en course après ces arrivées.

Dilemme entre vitesse et bord rapprochant en Class40

À un peu plus de 1 000 milles de l’arrivée, Redman mène toujours la flotte. Même dans les alizés, les conditions restent capricieuses, il leur faut composer avec des fichiers peu semblables au vent réel rencontré sur l’eau et s’adapter en permanence. Sur Entrepreneurs Pour La Planète, Sébastien Audigane attend du vent plus soutenu. « Le jour vient de se lever et le vent va enfin rentrer, c’est une bonne nouvelle ! Nous avions 10 noeuds pour l’instant, et jusque-là ça n’a été que du petit temps. Nous faisons du plein ouest direction la Martinique et nous essayons de rattraper nos concurrents directs. L’ambiance est studieuse à bord car nous sommes déçus d’être à cette place mais c’est le sport… ». Le paquet aux avant-postes est davantage groupé, et selon David Sineau (Crosscall), la question est de savoir si cela est rentable de s’investir pour aller chercher le vent au sud. Le moral est bon à bord de Crosscall, où l’équipage est « surpris de la marche du bateau malgré le manque de leurs deux spis ». Le groupe de tête se complète par la remontée du duo havrais sur Seafrigo-Sogestran en troisième position. A noter, Ian Lipinski et Julien Pulvé sont contraints de ralentir après avoir heurté un OFNI. Ils vont rallier la Martinique à vitesse réduite.

Après quelques mésaventures il y a deux nuits dues au vent inattendu (ils ont perdu la chaussette du spi tout en haut du spi), ils ont réussi à continuer à faire avancer le bateau Free Dom et filent désormais sous la grand voile !

Journal de bord du 24 novembre

Nos deux skippers se sont élancés Lundi dans leur Transatlantique, direction la Martinique ! Bien placé dans le groupe de suiveurs à l’arrière du peloton, le bateau Radio Free Dom est entouré de 4 autres concurrents proches, qui naviguent à vue et régatent au milieu de l’océan !

Quelques petites avaries et faits de course notables :

L’alternateur qui recharge les batteries grâce au moteur est HS. Nos deux skippers sont donc en mode économie d’énergie et n’allument que les instruments de navigation indispensables. Ils maintiennent un niveau acceptable de recharge grâce à leurs 2 panneaux solaires. D’où la difficulté d’avoir des nouvelles quotidiennes.

Dans la nuit de Lundi à Mardi, les prévisions donnaient un vent stable alors que ce dernier est brusquement monté. Le bateau s’est retrouvé sur-toilé avec son grand spi, et a été mis au tapis. Il aura fallut 2h de lutte dans la nuit noire pour récupérer cette grande voile partie en « cocotte » (enroulée sur elle-même). Hier, Thomas et Thibaut sont montés en tête de mât pour remettre de l’ordre dans les drisses et re-fixer l’étais de trinquette qui a souffert dans la manoeuvre. Rien de cassé mais une grosse frayeur !

Thibaut nous confiait hier que les températures devenaient vraiment élevées. L’intérieur du bateau est une véritable étuve en journée, et il est quasiment impossible de dormir pendant que le soleil tape sur le bateau. Les maillots de bain sont donc de sortie, et nos deux skippers profitent des nuits fraiches pour se reposer.

Les derniers routages donnent une arrivée du bateau aux alentours du 3 Décembre prochain. A bientôt pour de nouvelles infos !

Crédit Photo : Jean-Marie Liot

Journal de bord du 18-20 novembre

« Hello la Terre
100% : depuis vendredi 19 novembre au matin soit 36H nous n’avons plus que ce chiffre en tête, notre seul KPI. 100% c’est ce que doit indiqué notre petit cadrant dans le cockpit « % vitesse cible » autrement dit le % de notre vitesse vs la vitesse optimale du bateau à cette allure, ce qu’on appelle les polaires.
Nous avons passé la nuit du 18 dans la pétole vitesse moyenne sur 12 heures 1,5 KNTS. Heureusement nos poursuivants y ont eu le droit aussi mais pas les bateaux devant qui nous ont mis une centaine de miles dans la nuit, rageant ! Stoïques, nous avons barré toute la nuit au clair de lune avec les voiles qui fasaillent. Depuis hier matin (vendredi 19) nous touchons un vent d’Est Sud Est entre 8 et 13 KNTS et filons sous CODE trinquette et GV haute à la vitesse du vent plus ou moins 0,5 KNTS et en route directe ! Nous sommes au reaching c’est donc le pilote qui barre car nous n’avons aucune valeur ajoutée à cette allure, le plus important étant d’aller tout droit. Notre tache pendant nos quarts et donc de tout faire pour aller vite et être le plus souvent possible à 100% de la polaire. Pour ce faire nous avons 6 touches à notre instrument. Sous le vent le premier winch avec l’écoute de trinquette et le taquet de point de tire, le winch avec l’écoute de Code. Au vent le winch avec écoute de GV et l’autre avec le barber de code au centre le chariot de GV et parfois à l’intérieur un ballaste à remplir ou à vider. A chaque variation de vent en force ou en direction nous devons modifier tous ces réglages pour maintenir le bateau à 100% et parfois même toucher un 101% ou 102% (sentiment de travail bien fait). »

« On essaie d’échapper à une zone de basse pression sans vent »

« L’enjeu est de taille car une zone de basse pression sans vent se forme derrière nous . D’après nos derniers fichiers météos elle devrait nous attraper par le col de justesse. Si nous allons vite et si elle prend un peu de retard nous pourrons peut-être lui échapper et creuser l’écart avec nos poursuivants. Bref une très bonne motivation pour ne rien lâcher. Nous serons fixer vers 20H TU.
Si nous ne lui échappons pas (les routages nous donnent perdants) nous devrions traverser l’archipel du Cap Vert demain dans la nuit. Dommage de ne pouvoir admirer que les phares et pas les cotes de ces iles dont nous gardons un souvenir délicieux avec Thibaut. Il y a 10 ans lors de notre tour de l’atlantique à la voile nous y avions passé 15 jours merveilleux. Film à l’appui sur notre chaine you tube JUST SAIL IT film du Cap Vert. Nous n’avons pas vu la terre depuis 1 semaine donc nous serons comme des dingues dans tous les cas. Je connais bien cette sensation maintenant, d’abord la chaleur de l’air, puis les odeurs, puis les formes.
Pour le moment la météo pour le début de notre transat nous est favorable. Nous devrions avoir un semblant alizée NOrd Est plus soutenu que les bateaux devants ce qui nous permettrait de faire de la route directe au début alors qu’ils ont du plonger au SUD pour toucher du vent et donc allonger leur route. Avec un peu de chance cette transat nous réserve des opportunités d’aller chatouiller leurs étraves de nouveau. Nous devons aussi rester vigilant et contenir les bateaux qui nous poursuivent et qui ne nous ferons pas de cadeaux. La transat risque d’être longue car peu de vent au milieu il faudra trouver le bon chemin. »

Une arrivée prévue vers le 2/3 décembre

« On prévoit d’arriver vers le 2-3 décembre soit 26 jours en mer on est loin des 18 annoncés avant le départ. Cette émulsion du départ ou les bruits de pontons prennent le dessus et te font sortir de ton PLA.  : c’est l’expérience qui rentre. Nous avons 24 jours de nourriture et d’eau donc nous commençons à faire attention mais pas de problème majeur. Nous allons vite etre à court de Gaz donc allons manger froid pour le reste tout ira bien. Grace à une famille en Or j’ai un bon stock de pamplemousses, je pense à eux des que j’en mange un. »

Plus d’énergie fossile à bord : l’alternateur a rendu l’âme

Niveau Energie nous n’essayons plus de charger avec le moteur car le diagnostique est fatal : alternateur est cassé. Nous passons les journées à déplacer les panneaux solaires pour qu’ils soient toujours exposés du mieux possible. Il nous reste 4 bidons pour la pile à combustible qui charge les batteries la nuit ce qui devrait nous permettre de tenir jusqu’au bout. On a parlé de faire escale au Cap Vert pour réparer mais avons vite écarté cette idée de peur de ne pas repartir. Ça sera une transat sans énergie fossile à bord de FREE DOM » indique Thomas Bulcke.
Les pontons de Fort-de-France eux ont déjà accueilli dans la nuit de lundi à mardi à 21 heures 54 minutes et 14 secondes en Martinique (mardi 23, à 2 heures 54 minutes et 14 secondes en heure métropolitaine), Sébastien Rogues et Matthieu Souben, premiers de cette Transat Jacques Vabre en catégorie Ocean Fifty.

Le bateau Primonial aura mis 15 jours 13 heures 27 minutes et 14 secondes pour parcourir les 5 800 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 15,40 nœuds, mais il a réellement parcouru 6536,56 milles à 17,50 nœuds.

C’est dans la nuit noire, éclairée par la pleine lune, et arrosée par une pluie fine, que Primonial a coupé la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre 2021 mouillée à l’entrée de la baie de Fort-de-France. Les deux marins, Sébastien Rogues et Matthieu Souben, sont les premiers des 150 encore en course à rallier la Martinique. Dès le passage du Rocher du Diamant, au sud de l’île, ils ont commencé à célébrer, avant de laisser totalement exploser leur joie au passage de la ligne.

Le Maxi Edmond de Rothschild est le premier Ultime à franchir la ligne d’arrivée

Ce mardi 23 novembre, à 10 heures 16 minutes et 16 secondes en Martinique (15 heures 16 minutes et 16 secondes, heure métropolitaine), Franck Cammas et Charles Caudrelier ont franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre en première position de la catégorie Ultime. Le Maxi Edmond de Rothschild aura mis 16 jours 1 heure 49 minutes et 16 secondes pour parcourir les 7500 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 20,51 nœuds, mais il a réellement parcouru 9262,13 milles à 24,01 nœuds.

Les Imoca devraient arriver en milieu de semaine.

Concernant les Class40, la lutte est acharnée… de l’autre côté de l’océan ! Ils sont attendus en Martinique plus d’une semaine après les premiers bateaux.

15 Commentaires

  1. Un moment donné lé gênant. Zot voit pas na rienk à zot lé interessé par ce machin? Tous les jours au journal c’est le même cinéma: blablabla la voile blabla 32eme blablabla thibault blablabla vent de côté. Kreols na rien à cirer. Autrement il y aurait eu 10 interventions d’auditeurs par jour minimum avec tout le tapage que vous faites.

  2. c poche sont pleines pour faire ça sponsorisés ok une fois après vaut mieux faire un jeux de tirage au sort pour les fêtes et freedom fera sa pub

  3. di a zot passe les fèts avec Jacques. si la course i dur 1 an S. Patel noré gonf à nou ek sa tous les matins .Li la pa encor compri sa i intérèss pa nou. Sa pa nout bateau!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Transat Jacques Vabre : Gaby, le plant de café qui a traversé l’Atlantique

Free Dom