Transat Jacques Vabre : une semaine après le départ, les bateaux continuent leur route vers la Martinique !

6 min de lecture

Il y a une semaine, 79 bateaux prenaient le départ de cette inédite Transat Jacques Vabre. Une semaine où les quatre classes ont fait route commune, avant que les chemins ne se séparent. Les Ultimes continuent vers le sud pour virer Trindade et Martin Vaz, quand les OceanFifty se recalent à l’ouest pour passer le Cap Vert. Soumis au même parcours, les Imocas, eux, longent l’Afrique et décident d’une stratégie à l’est pour négocier ces îles. Plus étendue, la flotte des quarante pieds progressent le long des côtes portugaises et marocaines, suivent les alizés et font route directe, vers la Martinique.

Class40, « les conditions se sont bien calmées »
C’est au 190° que les Class40 mettent le cap. Les Canaries laissent autant d’options qu’elles comportent d’îles. L’idée est de savoir de quel effet de site ils vont profiter. Il est certain qu’une fois la décision actée, « les dés sont jetés », comme l’affirmait ce matin Antoine Carpentier (Redman) 3e, satisfait des performances de son Mach40 dans des conditions portantes. Le duo leader profitait de conditions plus calmes pour justement analyser « pourquoi nos routes sont si différentes avec celles de nos concurrents ». Le Class40 Volvo est parti très à l’ouest de la flotte, position qui pourrait s’avérer intéressante sur le long terme. S’ils arrivent à pénétrer le petit couloir de vent existant juste à leur sud. Ils en ressortiront plus offensifs car davantage loffés. Il ne faudrait pas que le vent mollisse trop pour autant, auquel cas les scows perdraient l’avantage.

Ocean Fifty, une flotte groupée
Comme sur une régate côtière, la flotte des Ocean Fifty navigue particulièrement groupée. Ils empannent et se recalent les uns par rapport aux autres pour faire une trajectoire sud sud-ouest et approcher le Cap Vert. Les chasseurs restent cependant vigilants à ne pas « laisser les copains s’échapper par l’avant ». Les courants et effets de site de ces îles offrent plusieurs possibilités, et ce n’est pas vers un choix extrême que se tourneront Sam Goodchild et Aymeric Chappellier (Leyton), en quatrième position, car « nous n’allons pas tout risquer pour rattraper les autres. » nous disaient-ils ce matin à la vacation.

IMOCA, empannages synchronisés
Le quatuor de tête, inchangé depuis hier, se livre à une belle bagarre aux avant postes. S’ils donnent l’impression de marquer leurs concurrents, Christopher Pratt et Jérémie Beyou (Charal), quatrièmes, nous confirment que les trajectoires se ressemblent dues à une analyse similaire des fichiers météo. Les choix stratégiques sont semblables, mais pas moins profitables. A bord de Charal, « le fait d’être au contact nous permet aussi de progresser et nous essayons d’en tirer la quintessence. » La route des monocoques de 60 pieds leur permet de glisser le long de l’Afrique dans 13 nœuds de vent en moyenne. Rien n’est encore acté quant au passage du Cap Vert, les skippers attendent les derniers fichiers météos pour affiner leur stratégie. En attendant, ils s’appuient sur les OceanFifty qui leur éclairent la route.

Ultimes, vont-il avoir du Pot ?
Les voilà arrivés dans le redouté Pot-au-noir. Le Maxi Edmond de Rotschild ouvre le bal, suivi à 330 milles par le trimaran le plus récent de la flotte SVR Lazartigues. Le classement ici s’est installé depuis le Cap Vert, et 700 milles séparent le leader du dernier suiveur. Franck Cammas et Charles Caudrelier creusent l’écart avec leurs adversaires et semblent mettre de l’ouest dans leur route pour entrer dans le Pot-au-noir.

CLASSEMENT 14 NOVEMBRE – 08h

CLASS40

1. Banque du Léman – Distance arrivée 3168,73

2. Redman – Distance arrivée 3169,08

3. La Manche #EvidenceNautique – Distance arrivée 3170,49

OCEAN FIFTY

1. Primonial – Distance arrivée 3527,66

2. Solidaires En Peloton – Distance arrivée 3572,13

3. Koesio – Distance arrivée 3576,84

IMOCA

1. Initiatives-Cœur – Distance arrivée 3983,55

2. Apivia – Distance arrivée 3985,46

3. LinkedOut – Distance arrivée 3988,48

ULTIMES

1. Maxi Edmond de Rothschild – Distance arrivée 5039,5

2. SVR – Lazartigue – Distance arrivée 5330,33

3. Banque Populaire XI – Distance arrivée 5446,85

VIRTUAL REGATTA

CLASS40 – 1. Solaris31_FullSave

OCEAN FIFTY – 1. Mijn Vlakke Land

IMOCA – 1. Freizh Volante TPN

ULTIME – 1. Leszek2011

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

TJV : le bateau de Thomas Coville en difficulté suite à une collision avec un OFNI

Article suivant

Transat Jacques Vabre : le journal de bord de Thibaut et Thomas au 9eme jour

Free Dom