Tribune de Jean Philippe Desby de NSR sur l’eau à St André

6 min de lecture
2

L’eau potable à Saint-André (et à La Réunion)

Dans ma commune, la distribution d’eau est confiée à la CISE Réunion depuis pas mal d’années. Le souci est que dès qu’il pleut, et pas forcément la grosse pluie (petite mousson tropicale zone Sud Océan indien) ou à l’occasion du passage d’une dépression, dans ce dernier cas on pourrait comprendre le caractère de situation exceptionnelle, l’eau distribuée au robinet vire rapidement au jaune quand ce n’est pas au marron clair, voire contient des matières solides (dépôt obtenus au bout de 5 ou 10 minutes). Cette problématique date de plus de 20 ans. À chaque élection municipale, la dernière fois c’était durant la campagne de mars 2014, on promet à la population de s’y atteler dès que le nouveau conseil sera installé. Nous sommes pile-poil à mi-mandat, et rien n’aura été entrepris par la ville et ses services. Quant au fermier, les trois-quart du temps, il ne répond même plus au téléphone (services techniques de Champ-Borne/RdM les Bas). Tous les ans, ou plus exactement la période allant de fin décembre à fin avril, tous les foyers de la commune sont contraints et forcés d’acheter pas mal de pack d’eau dans les grandes surfaces de l’Est, il y a même parfois de la ruée sur les palettes quand il est proposé une promotion de quelque cents d’€ sur les six ou huit bouteilles, j’ai vu aussi des chariots remplis à raz-bord que de packs d’eau. Avec les difficultés que tout le monde rencontre tous les jours, le coût de la vie connaissant l’inflation, une monnaie (€ Maastricht…1992) qui aura globalement pesé sur les ménages, notamment les plus démunis et ceux de la classe moyenne de plus en plus touchée, ce n’est plus du tout acceptable de faire supporter ceci à la population. Le contrat d’affermage (sans compter que l’assainissement en eaux usées vient encore faire exploser la facture CISE) génère des millions d’euros tous les ans. Le budget de l’eau est d’ailleurs un budget annexe, c’est la loi. Comment alors comprendreune telle carence, parce qu’il s’agit bien de ça dont on constate de façon irréfutable de la part du conseil municipal, les administrés pour ce coup n’ont point besoin d’apporter une quelconque preuve, puisque la plupart des conseillers et le Maire vivent sur ce même territoire communal ? Les marchés de l’eau, l’échelle planétaire se présente comme des empires (on les connaît bien les groupes tels que la Lyonnaise des eaux-SUEZ, Bouyues, Vivendi/Véolia, etc.). C’est l’argent public qui leur aura permis de bâtir leurs empires. À une époque donc, on avait décidé de marier les collectivités locales et ces firmes pour soi-disant avoir une meilleure gestion de ce service public. Qu’en est-il aujourd’hui, plus de cent soixante ans de relations entre les élus locaux et à peine deux ou trois big-groupes en France (intervenant pratiquement sur tous les continents de la Terre) ? Quand, on sait aussi tous les scandales de ces dernières décennies, ces mêmes entreprises ont par-ci par-là alimenté les caisses noires des partis politiques en France [impliquées dans les emplois fictifs de la Ville de Paris et des marchés truqués de la région IDF, fausses factures des HLM de Paris dans les années CHIRAC (avant 95), on peut avoir quelques doutes et réserves sur la poursuite de cette collaboration et partenariat qui ne va pas/plus (l’a-t-il été?) dans le sens d’un service de qualité envers les abonnés qui se font donc plumés sans état d’âme. Il serait grand temps que notre État-nation remettre un peu d’ordre dans ces entreprises de spoliation des Français. Je demande des comptes à mon conseil municipal. S’il faut revenir à une gestion en régie, je suis totalement pour. Elle serait à mon sens bien plus transparente, le plus important nettement moins chère. Certaines l’ont bien compris en métropole… L’eau ne devrait être un commerce. On touche à l’essence de la vie ici. Donc, les bénéfices, dieu sait qu’il y en a (coté en bourse, etc.) !

=> cette réflexion a été menée en 2017, elle est plus que jamais d’actualité, nos installations ne sont pas dimensionnées pour résister aux fortes pluies ; et là le cyclone ne nous a juste que tangenté à plus de 100 km.

La question : qu’est-ce que cela sera le jour où il viendra nous voir dans nos 24 communes ?

Jean Philippe Desby de NSR


2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
subiteLE FAUCON Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox