Tribune de Stéphanie Gigan “LA REGION, SEULE ET UNIQUE RESPONSABLE DU RETARD ACTUEL DE LA NRL”

dans Courriers des lecteurs

A l’origine, le calendrier du chantier prévoyait une mise en service de l’ensemble de la NRL pour 2019/2020. Un calendrier qui faisait rêver.Nous sommes fin mars 2019 et, alors que le viaduc n’est pas encore tout à fait finalisé, le tronçon en digue entre la Grande Chaloupe et la Possession peine à sortir de l’eau faute de matériaux.Le chantier a donc pris beaucoup de retard.

La faute aux « anti-carrières » pensez-vous ?

Et bien vous avez tout faux ! Car jusqu’à ce jour, aucune action des « anti-carrières » n’a eu pour effet de suspendre l’avancée des travaux.

Alors pourquoi ce retard du chantier ?

Et bien uniquement à cause de la Région et de son entêtement dans son choix de digue sur ce dernier tronçon.

Car la Région n’a tout simplement pas anticipé les délais (longs) des procédures (normales) pour satisfaire le besoin pharaonique en matériaux de cette digue (3 pyramides de Khéops !).

Voici donc la preuve que la Région est SEULE responsable du retard actuel de la NRL.

Enfin, un peu avec la complicité de l’Etat quand même…

2010 : Après des années d’études sur le projet de NRL et ses besoins, le Schéma des Carrières est révisé pour prendre en compte le besoin en matériaux de ce projet.

2011 : Pour obtenir l’Utilité Publique de son projet, la Région doit présenter un bilan « coût-avantage » satisfaisant de la variante viaduc+digue qu’elle a retenue.

C’est ainsi que dans son dossier la Région Réunion affirmait que les besoins en matériaux de cette variante « peuvent être couverts dans le cadre des Espaces-Carrières Ressources définis dans le Schéma Départemental des Carrières (SDC) dont la révision a été approuvée fin 2010 ».

Encore heureux puisqu’encore une fois, ce SDC vient d’être révisé après quelques années d’études, pour satisfaire les besoins de ce chantier !

7 mars 2012 : le Préfet de La Réunion déclare la NRL d’utilité publique sur la base de ce dossier « rassurant ».

Un dossier qui n’envisageait donc ni Lataniers, ni Bellevue, ni Bois Blanc, ni Dioré.

Mars 2013 : A peine un an plus tard (mais à quoi ont servi les années d’études précédentes ?), la Région  fait mine de « découvrir » qu’au final les carrières du SDC révisé spécifiquement en 2010, ne suffiront pas ! Stupeur (ironique)!

Et plutôt que de suivre les avis UNANIMES des scientifiques et experts à l’époque (CGEDD, CSRPN, CNPN) qui TOUS lui recommandaient d’abandonner la partie digue au profit d’un autre viaduc (déjà étudié), la Région s’est entêtée…

 

Pourquoi ? Ou plutôt pour qui ce choix de digue?

Pas pour l’intérêt général des Réunionnais en tout cas… Car du coup la Région sait, dès cet instant, que la digue prendra plus de temps et coûtera plus cher, non seulement sur le plan financier, mais aussi environnemental et humain à long terme. Trop cher pour les quelques centaines d’emplois précaires attendus…

 

Le 20 mars 2013 donc, contre l’avis de TOUS les experts (et d’un rapport de la DEAL elle-même !), la Région s’entête avec cette partie en digue et sollicite une nouvelle modification du SDC pour y ajouter 4 nouvelles carrières (172 hectares !) dédiées exclusivement à la NRL! Rien que ça !

 

Par un premier arrêté du 18 avril 2014, le préfet de La Réunion passe en force pour accélérer la procédure de modification du SDC en décidant de la dispenser d’évaluation environnementale.

Par un second arrêté du 26 août 2014, le préfet approuve la mise à jour de ce schéma ajoutant les sites de Bois Blanc, Bellevue, Dioré et Ermitage pour la NRL.

Pensez-vous que l’utilité publique aurait été accordée à la NRL si, en 2011, toutes ces nouvelles carrières et leurs impacts humains et environnementaux cumulés avaient été connus et mis dans la balance « coût-avantage » ? La réponse est évidemment NON ! Mais là, c’est trop tard !

Entre 2014 et 2018 aucune de ces carrières n’ouvre pourtant. En effet, les procédures (normales) sont longues : maîtrise foncière des terrains, modification du SAR, révision des PLU, instructions, avis, enquêtes et autres autorisations diverses (défrichement, espèces protégées etc.).

Des délais normalement longs que la Région n’avait pas du tout anticipés.

Un manque d’anticipation entraînant des retards sur le calendrier du chantier dont la Région est seule et unique responsable à ce jour.

MAI 2018 : coup de tonnerre ! La modification du SDC ajoutant ces 4 nouvelles carrières est annulée!

N’en déplaise à la Région, sur cette nouvelle modification du SDC, elle a fauté! Et avec la complicité de l’Etat! Or NUL N’EST AU-DESSUS DES LOIS !

En effet, la dispense d’évaluation environnementale pour « aller plus vite » était illégale au regard du Code de l’environnement, comme l’a rappelé à juste titre la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux qui a donc annulé cette modification le 29 mai 2018.

Mais même cette annulation n’a pas retardé le chantier puisque, malgré tout, la Région et le groupement NRL n’en n’ont pas tenu compte et ont poursuivi les procédures pour ces nouvelles carrières.

Aujourd’hui, malgré  les risques cumulés encourus par des milliers d’enfants, de gramounes, de malades, de familles, riverains de ces sites, malgré toute la biodiversité terrestre et marine qui risque d’être gravement impactée sur le long terme, la Région fait encore le forcing pour finir en digue et ouvrir des carrières aux Lataniers, à Bois Blanc et à Bellevue.

Car si ce sont les entreprises du Groupement NRL qui portent ces projets de carrières, c’est bien la Région qui force le passage dans les communes concernées, par le biais de PIG (forçant la révision des PLU) ou de marchandage aux subventions régionales (à la Possession)…

AUJOURD’HUI, LA REGION EST DONC LA SEULE ET UNIQUE RESPONSABLE DES RETARDS DU CHANTIER.

QU’ELLE ASSUME  jusqu’au bout toute sa responsabilité dans ce mauvais choix à l’origine des retards et de tous les autres impacts négatifs qui en découleront!

 

Aujourd’hui, le CNPN est venu une dernière fois alerter la Région avant que le point de non-retour ne soit franchi.

La Région a toutes les cartes en mains pour finir cette NRL autrement qu’en digue, autrement qu’en sacrifiant l’humain et la biodiversité sur l’autel du capitalisme et des lobbies.

Va-t-elle continuer à s’entêter pour le profit à court terme que quelques nantis ?

 

Pour notre part, parce que nous refusons de laisser sacrifier l’humain et notre biodiversité remarquable pour ces profits politico-financiers particuliers à court terme, nous ferons tout désormais, à notre tour, pour empêcher ces nouvelles carrières et cette digue désastreuse.

Stéphanie GIGAN, Présidente de l’Association Lataniers Nout Ker d’Vie

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Babouk le soirMóvélangRamalagasy Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Ramalagasy
Invité
Ramalagasy

C’est pas moi, c’est lui !

Móvélang
Invité
Móvélang

Les zélections sont encore loin, même çà le didier risque encore de passer, même avec les 1 500 000 000 € de dettes actuelles

Babouk le soir
Invité
Babouk le soir

Madame, il y a encore plus grave. En arrêtant sèchement le contrat signé de partenariat public-privé pour la construction du TRAM TRAIN, dès l’arrivée de l’équipe politique qui aura remporté avec une majorité relative le scrutin exprimés (143 485 voix soit 45,46%) le 21 mars 2010, et en modifiant substantiellement le profil en travers et donc l’ensemble du projet (piles, fondations, impacts environnementaux, etc.) de la nouvelle liaison routière de statut national (réseau confié à une CL pour la gestion, l’exploitation et l’entretien, depuis le 1er janvier 2008) entre les deux communes de La Possession & de Saint-Denis (et vice… Lire la suite »