Uber Files : entre Macron et Uber, une relation très privilégiée ?

2 min de lecture

Une enquête reposant sur des milliers de documents internes à Uber, dévoilés par de nombreux médias, a révélé l’implication du président de la République, alors ministre de l’Économie, dans l’implantation et la consolidation du géant du VTC en France.

« Ce n’est pas une nouvelle qu’Uber soit à ce point dans une logique de lobbying pour déréguler, pour se faire de l’argent en tenant assez peu compte de ce qui existe en terme de droit dans les pays et surtout en terme de droits des travailleurs concernés », Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT.

La plateforme Uber s’est retrouvée plongée dans son passé tumultueux ce dimanche 11 juillet. L’enquête accuse Uber d’avoir « enfreint la loi » et utilisé des méthodes brutales pour s’imposer malgré les réticences des politiques et des compagnies de taxis. « Nous n’avons pas justifié et ne cherchons pas d’excuses pour des comportements qui ne sont pas conformes à nos valeurs actuelles en tant qu’entreprise », a indiqué Jill Hazelbaker, vice-présidente chargée des Affaires publiques d’Uber, dans un communiqué en ligne. « Nous demandons au public de nous juger sur ce que nous avons fait au cours des cinq dernières années et sur ce que nous ferons dans les années à venir », a-t-elle ajouté.

Emmanuel Macron serait complice

L’enquête démontre qu’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie entre 2014 et 2016, a favorisé l’implantation et le développement en France d’Uber.

Le chef de l’Etat a rencontré à plusieurs reprises le fondateur d’Uber, Travis Klalanick, et des lobbyistes de la société. La loi Thévenoud réglemente alors l’activité des VTC en France. Uber souhaite développer UberPop, ce service qui permet à n’importe quel conducteur de devenir chauffeur pour arrondir ses fins de mois. Accusée de déréguler le marché, l’implantation d’Uber avait provoqué un important conflit social avec les taxis avec des manifestations et des heurts.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Jean-Marie Virapoullé : « pour «partenariat public-privé » en matière d’aide alimentaire d’urgence »

Article suivant

Covid-19 : un deuxième équipier de Pogacar positif au covid

Free Dom