Un jeune sur trois discriminé à l’emploi

1 min de lecture
2

37% des 18/34 ans déclarent avoir été victime de discrimination ou de harcèlement dans le cadre professionnel. Un sur cinq évoque que cela s’est produit à plusieurs reprises.

Certains employeurs demandent par exemple aux salariés de changer d’apparence ou de comportement. Ces « pressions illicites » sont souvent associées à des attitudes hostiles, des stigmatisations pouvant aller jusqu’au harcèlement.

Ces discriminations portent généralement sur les origines, la couleur de peau ou encore la nationalité. Le genre et les orientations sexuelles sont également des motifs discriminatoires au sein des entreprises.

Discrimination à l’embauche : les jeunes préfèrent garder le silence

Les jeunes seraient les premiers touchés par ce phénomène, d’après le 14e baromètre sur la perception des discriminations à l’emploi, publié ce mardi. Que ce soit au cours d’un stage, d’un recrutement ou dans le travail, beaucoup préfèrent se taire. Les raisons : l’indifférence des autres faces à la situation, l’absence de moyen de défense ou encore la peur des représailles.

Ce phénomène de masse n’est pourtant pas à prendre à la légère. Il peut induire des « effets néfastes et durables sur la santé mentale » s’inquiète la défenseure des droits, Claire Hédon. Elle regrette l’absence de réaction des pouvoirs publics, et appelle à la création d’un « Observatoire des discriminations ».

2 Commentaires

  1. Je peux vous dire que certains jeunes n’ont vraiment pas l’aspect, ni l’attitude à motiver un patron de les embaucher. Savoir être, se présenter, se tenir, il y a un minimum pour ne pas faire peur à la clientèle. Sur 3 jeunes qui se présentent à moi, il est évident que je prendrai celui qui présente le mieux, pas celui qui ressemble à caniard.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Bras-Panon : intercepté à 187 km/h au volant de sa Porsche Cayman, son véhicule est expédié à la fourrière

Article suivant

Echouage du cachalot à La Grande Chaloupe : l’hypothèse d’une collision violente avec un navire

Free Dom