Un mouvement de grève à l’APEF du Port depuis le 7 juin

4 min de lecture
Depuis le 7 juin, la Force ouvrière mène un mouvement de grève à l’Association Portoise pour l’Enfance et Famille. Elle signale notamment « des dysfonctionnements importants » qui perdurent au sein de cette structure spécialisée dans le secteur d’activité de l’accueil de jeunes enfants sur 3 crèches. Ainsi, les salariés de l’association ont décidé de tenir cette manifestation pour dénoncer la situation.

Le syndicat indique dans un communiqué que « Lors d’une réunion de bureau en date du 27 mai dernier, les salariés ont soumis au président de l’Association plusieurs points très importants afin d’améliorer les conditions de travail et une reconnaissance légitime de l’ensemble du personnel. Le président n’a pas daigné apporter de réponses aux revendications des salariés, ni même les recevoir pour engager des négociations. »

Face à ce mépris et cette totale indifférence, les 25 salariés de l’APEF, soutenus par Force Ouvrière, n’ont pas eu d’autres choix que de recourir à la grève pour faire entendre leurs revendications portant sur :
• Le respect du droit en matière du CSE (Comité Social et Économique). Le président n’a jamais réuni le CSE, jugeant cette instance sans intérêt ;
• Le réajustement des salaires par rapport aux augmentations successives du SMIC depuis 2014, pour rétablir un différentiel acceptable entre anciens et nouveaux salariés (la majorité des salariés se retrouvent au smic, malgré leur ancienneté de plus de 20 ans) ;
• L’application de la convention collective ;
• Le rétablissement d’un acquis social octroyant une participation financière de l’employeur aux frais de trajet domicile – travail ;
• L’ouverture de discussions sur l’organisation de travail, le recrutement d’effectif nécessaire permettant de répondre à la réglementation en matière de fonctionnement d’une telle structure.

L’APEF, association subventionnée par la Mairie du Port et la CAF, est au service de 90 familles et gère plus de 100 enfants en bas âge. L’ensemble des familles soutien pleinement la grève et comprend l’exaspération des salariés.

Force Ouvrière condamne fermement le mépris affirmé du président, qui reste seul responsable des conséquences qu’entraîne cette grève sur les familles Portoises, qui sont également pénalisées. Face à une telle situation, Force Ouvrière demande au président d’engager sans plus attendre des négociations avec les salariés, afin de satisfaire les revendications et permettre la reprise des activités dans des conditions satisfaisantes, pérennes et répondant au respect de la réglementation.L’APEF doit pouvoir retrouver un climat serein, tant pour les salariés que pour les enfants accueillis.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Hôpital de St-André : « ma mère de 80 ans a été maltraitée »

Article suivant

Député et Pdg d’une entreprise de pêche à la légine, est-ce compatible ? Laurent Virapoullé répond (VIDÉO)

Free Dom