Un ouvrage sur Radio Free Dom, “un processus de coproduction de l’information” par Jacky Simonin et Eliane Wolff

Radio FreeDom, c’est la radio de l’événement, du lien social et de l’expression. Cette station a fait de la participation permanente, instantanée et relativement peu régulée des auditeurs sa marque de fabrique. Elle bouscule les normes journalistiques en vigueur et impose son format original ; un format auquel les Réunionnais sont profondément attachés en y participant activement dans le cadre d’une coproduction continue de l’information. Ce « phénomène radiophonique » fait l’objet d’une recherche au long cours [1][1]Pour ce faire, divers procédés d’investigation sont mis en…, menée par une équipe qui privilégie une ethnographie multidimensionnelle, de type systémique.

2L’objet de l’article est d’abord de présenter le contexte d’inscription territoriale de Radio FreeDom qui émet depuis près de trois décennies à l’île de la Réunion, puis, à titre d’exemple, l’analyse de la mise en récit « freedomienne » de l’information constituée de faits qui émaillent la vie quotidienne. Une troisième partie indiquera que le modèle informationnel élaboré avec succès par Radio FreeDom fait cependant débat. Enfin, la parole donnée au public sous forme d’interviews montrera comment un tel format se trouve en résonance avec le mode de communication propre à la société réunionnaise. La conclusion ouvre sur une perspective qui place la question de la confiance au cœur du monde d’aujourd’hui, faisant de Radio FreeDom un enjeu sociétal et théorique.

L’inscription territoriale de Radio FreeDom

3Radio FreeDom est profondément ancrée dans un territoire, une société, une histoire. La Réunion a longtemps connu un espace médiatique verrouillé : radio et télévision publiques contrôlées par l’État et presse d’opinion sont omniprésentes jusqu’au milieu des années 1970 [2][2]Arnaud Pontus, 1995, Le Phénomène Freedom à l’Île de la…. Née dans la mouvance des radios libres [3][3]Les lycéens et les journaux qu’ils animent ont joué un rôle peu…, Radio FreeDom émet pour la première fois le 14 juillet 1981 [4][4]Radio FreeDom a ouvert la voie à une multitude de « radios…. Elle va tenir un rôle majeur dans le processus d’ouverture de l’espace public médiatique local et de lutte pour la liberté d’expression. Elle innove en proposant des émissions interactives et autres « radios doléances » où les auditeurs peuvent s’exprimer en créole et discuter des thèmes qui leur tiennent à cœur. Une population jusque-là tenue éloignée de la scène et du débat publics se reconnaît dans cette radio qui lui permet de prendre la parole et de débattre dans la langue et selon les modalités qui lui sont propres. Radio FreeDom a progressivement imposé cette radio de « libre parole » fondée sur le principe de l’interconnaissance et de la proximité, jusqu’à devenir leader et à imposer son modèle contesté mais « incontournable » dans la société réunionnaise.

4Donner la parole au public n’est pas un fait récent à la radio, même si cet espace ouvert aux auditeurs a connu des formes très différentes, des premières participations (jeux, radios crochets) à l’émergence de la libre antenne dans les années 1990, jusqu’à l’omniprésence de l’interactivité aujourd’hui. En effet, les émissions de libre antenne se font de plus en plus nombreuses, ainsi que les recherches qui leur sont consacrées [5][5]Dominique Voir en particulier Cardon, 1995 , « Comment se faire…. Cependant, cette parole des anonymes de plus en plus sollicitée, qu’elle soit de type « forum », « divan » ou « documentaire » [6][6]Catégorisation que l’on doit à Christophe Deleu (op. cit.)., reste encore extrêmement encadrée et finalement assez limitée en temps d’antenne, comme le note Blandine Schmidt [7][7]Schmidt, Blandine, 2009, « La radio au service de ses….

5Cela n’est pas le cas de Radio FreeDom, qui a fait de la participation des auditeurs le fondement même de son fonctionnement en leur permettant un accès permanent et quasi direct à l’antenne. Ils sont sollicités dès l’ouverture de l’antenne, et leur parole s’insère dans des formats divers tout au long de la journée : « Les auditeurs en direct », « Libre antenne », « Le Baromètre », « Radio doléances », « Allo FreeDom », « Droit de parole », « Chaleur tropicale ». Les interventions suscitent commentaires et débats passionnés qui s’accompagnent de dérapages plus ou moins contrôlés [8][8]À ce jour, l’autorité du CSA n’a prononcé qu’une seule mise en… en particulier aux débuts de la radio : « au début c’est vrai qu’ils étaient virulents, excessifs ; maintenant ça se modère tout ça ; ils peuvent maintenant parler d’un sujet sans être trop excessifs quoi. » [9][9]Entretien avec Camille Sudre, 16 octobre 2009. L’exercice est difficile car les filtres sont quasi inexistants (hormis l’obligation faite à l’appelant de permettre l’affichage de son numéro de téléphone), et les appels sont gérés en direct via un standard de dix lignes [10][10]L’animateur est supervisé, via une oreillette, par un collègue…. Les journaux d’information produits par la radio s’alimentent massivement à cette source : le slogan martelé à longueur d’antenne rappelle à l’auditeur que « nous informer, c’est vous informer ». Comme le souligne Bernard Idelson [11][11]Idelson, Bernard, 2009, « Radios locales sur le web : nouveaux…, la véritable révolution technique sur laquelle repose ce dispositif est le téléphone fixe et surtout, à partir de 1996, le téléphone mobile. Il permet à chaque auditeur témoin d’un événement d’appeler très facilement la radio et il inscrit le média dans une logique du flux et du direct, « cet apparent présent absolu » évoqué par Jean-François Tétu [12][12]Jean-François Tétu, 1994 , « La radio et la maîtrise du….

6Si Radio FreeDom se rapproche des modèles de radio de libre antenne, la station réinterprète leur partition pour, au final, proposer un modèle hybride, inscrit dans un contexte anthropologique singulier, celui de l’île de la Réunion.

7Est-ce pour autant une radio communautaire ? L’appellation est régulièrement utilisée dans les pays anglo-saxons ou hispaniques, mais aussi au Québec ou en Afrique francophone, comme le souligne Pascal Ricaud [13][13]Pascal Ricaud, 2008 , « Les radios communautaires de la FM à…. La catégorie de « radio communautaire » recouvre des réalités très diverses : radio de quartiers, radio des nations premières, radio des communautés minoritaires ou immigrées. En France, pays encore marqué par sa tradition républicaine et universaliste, le terme de « radio communautaire » est peu utilisé, connoté et vite assimilé à un communautarisme cloisonné, exclusif. On parle plus volontiers de radios libres, associatives, locales ou de proximité. Si on se réfère à la catégorisation administrative qui prévaut, on définit Radio FreeDom comme une radio associative de catégorie B, dont le chiffre d’affaires est de plus de deux millions d’euros [14][14]Harris en 2006 donne des recettes publicitaires à hauteur de 3…. La radio diffuse sur tout le territoire de la Réunion par voie hertzienne et dispose de dix fréquences ; elle diffuse également en streaming direct via un site [15][15]www.freedom.fr.. En tête des audiences depuis quelques années, les dernières mesures [16][16]Enquête Médiamétrie janvier-juin, 2009. lui attribuent pour la première fois une part d’audience en semaine de presque 40 % devant RFO, la radio de service public (13 %), et NRJ (10,9 %).

8Comment expliquer un tel succès ? Un format narratif original de mise en onde des événements de la vie ordinaire fournit une première clef de compréhension.

La mise en récit « freedomienne » d’un fait « divers » de la vie quotidienne

Un modèle d’analyse

9Dans le cadre imparti, nous exposons l’analyse de quelques brefs extraits d’un événement survenu en juin 2008 : l’agression physique d’un automobiliste qui a vu sa voiture volée par son agresseur. Les catégories professionnelles du journalisme rangeraient ce type d’événements sous la rubrique des faits divers qui émaillent les médias d’information.

10Le fait divers constitue d’ailleurs un domaine d’analyse bien déchiffré [17][17]Annick Dubied, Marc Lits, 1999, Le fait divers, PUF, Paris ;… et qui continue à l’être [18][18]Se reporter au numéro spécial que lui a consacré en 2008, la…, y compris dans le cadre réunionnais [19][19]Cochard, Nadia, 2007, Fiction ordinaire. Le fait divers à la…. À partir d’une observation attentive et continue, il nous semble que le traitement qu’en fait Radio FreeDom mérite que l’on s’y attarde. Radio FreeDom présente la particularité de traiter le fait divers comme une histoire « pleine », qui se déroule à partir d’une situation initiale et qui va jusqu’à son terme, la coda, et se rythme en épisodes successifs selon un tempo radiophonique propre. L’objet est donc d’en décrire la chronologie, d’en mettre au jour la trame narrative, qui rappelle le genre « enquête policière », avec ses effets de dramatisation (intrigue, moment de suspens). Le modèle d’analyse repose sur un appareil conceptuel centré sur quelques concepts, issus d’une part des approches interactionnistes, dont la notion goffmanienne de « cadre », d’autre part des courants « voisins » de l’ethnométhodologie, principalement autour des concepts de « systèmes de catégorisation » et de storytelling élaborés par Sacks [20][20]Voir Sacks, Harvey, 1972, « On the analysability of stories by…, de syntaxe narrative développée par Labov [21][21]William Labov, John Waletsky, 1967, « Narrative analysis: oral…, ainsi que des théories de l’énonciation centrées sur les phénomènes de co-énonciation, de polyphonie énonciative, de déicticité [22][22]Marie-Anne Morel, Laurent Danon-Boileau (éd.), 1992, La deixis,… et d’ethos [23][23]Peter Voir Brown, Stephen Levinson, 1988, « Universals in….

11Les points plus particuliers de l’analyse portent sur les modalités de catégorisation par les énonciateurs de l’événement lui-même, de l’ensemble des énonciateurs – agresseur, victime – ainsi que la manière dont ceux-ci décrivent la scène physique, les objets, au premier chef la voiture volée, ainsi que les actions engagées par les divers protagonistes. En effet, l’activité testimoniale, description directe de la scène et appel à témoin, constitue le cœur du récit médiatique traitant du fait divers.

12L’attestation personnelle en tant que témoin oculaire [24][24]Voir en particulier Dulong, Renaud, 1991, « Le corps du témoin… présente la force de l’évidence. Qu’elle s’exerce de face à face en présence physique des interactants ou, dans le cas présent, qu’elle se voit médiatisée par un dispositif technique composé d’un téléphone portable et d’un studio de radio, la communication sociale se contextualise ici selon les modalités de l’interconnaissance, des relations interpersonnelles, et que constitue un monde de vie du familier. Le tangible fait preuve [25][25]Francis Chateauraynaud, 2004, « L’épreuve du tangible.…. Selon Dominique Cardon [26][26]Voir en particulier l’enquête menée au standard des « Auditeurs…, la légitimité de l’auditeur ne repose que sur son vécu. S’intéressant à la réception adolescente, Hervé Glevarec [27][27]Glevarec, Hervé, 2005, op. cit. souligne que le témoignage a valeur d’exemple lorsque l’on se retrouve dans la même situation que celui qui témoigne. L’information crédible, légitime, procède de la narration de l’expérience vécue qui la marque du sceau de l’authenticité.

13« Faire » témoin, porter témoignage, se manifeste dans notre exemple par une série circonscrite d’actes médiatiques que sont l’intervention des auditeurs (ici témoins, père de la victime), le rappel des faits et l’appel à témoins. La mise en récit suit une syntaxe narrative correspondant à l’insertion successive de séquences et dont les modalités de mise en onde dépendent des divers formats radiophoniques. La temporalisation est séquentiellement structurée par les diverses émissions qui scandent le rythme journalier de la radio : revue de la presse, baromètre, journal local, libre antenne, trafic. À chaque instant, toute personne peut intervenir à l’antenne, qui lui est ouverte en permanence, et peut provoquer une rupture dans le cours de l’émission concernée.

14En raison de la taille des données de discours enregistrés et transcrits, nous nous limitons ici au seul mode de catégorisation de l’événement par les différents énonciateurs, ainsi qu’à la manière dont ceux-ci catégorisent la victime et l’instrument utilisé par l’agresseur. Ce faisant, est mis en lumière le cheminement pris par le récit tout au cours de son traitement radiophonique, qui s’étale sur trois journées et qui alimente les diverses émissions qui en font état.

15C’est lors de l’émission « Trafic » animée par Bobby (F1), un animateur notoirement connu, que l’événement surgit à l’antenne.

Le parcours radiophonique de l’agression

16

18 juin 2008 : « Trafic » (16 heures)
F1: Information importante : il s’est passé quelque chose à Saint-Gilles-les-Haut.

17Mise en relief, l’information fournie en direct n’indique que le lieu supposé de l’événement, « Saint-Gilles-les-Hauts ». L’intervention de l’animateur (F1) à l’antenne produit un cadrage de la situation initiale, qui a pour seule signification une mise en alerte, provoquant un effet de suspens.

18Un peu plus avant dans l’échange avec les témoins, une partie du suspens se lève quant au lieu exact où s’est commis le délit, à sa nature et sa gravité :

19

F1 : C’est un vol avec violences, ça a été extrêmement violent tout à l’heure devant la poste de Saint-Gilles.

20La production hyperbolique signe la dramatisation du vol de voiture, et le lieu est enfin indiqué avec précision. Contrairement à ce qui avait été annoncé, ce n’est pas à « Saint-Gilles-les-Hauts » mais « devant la poste de Saint-Gilles-les-Bains ».

21

18 juin 2008 : « Trafic » (18 h 30)

22En fin d’émission, l’animateur (F1) rappelle les faits et synthétise l’agression en ces termes :

23

F1 : L’information peut-être de l’après-midi cette agression heu à l’a- à l’arme blanche à coups de couteau pour heu lui voler sa voiture c’est ce qui est arrivé au propriétaire d’une Peugeot 206.
19 juin 2008 : « Revue de la presse » (5 h 30)

24Tôt le lendemain matin, une journaliste (F2) catégorise l’événement par l’emploi d’un terme anglais car jacking accompagné d’hyperboles « sanglant, violent » et « en plein centre-ville » :

25

F2: Un car jacking au couteau, car jacking sanglant en plein centre-ville de Saint-Gilles, un jeune homme a été victime d’un violent car jacking dans l’après-midi à côté de la poste de Saint-Gilles-les-Bains.
19 juin 2008 : « Journal » (7 h 30)

26Une troisième personne (F3) ouvre le journal du matin sur ce sujet, signant la hiérarchie de l’information pratiquée par Radio FreeDom :

27

F3 : Bonjour à tous. C’est avec cette agression en plein centre-ville de Saint-Gilles que nous ouvrons cette édition un très jeune voleur de voitures.

L’agression : l’arme du délit et la blessure

28Les modes successifs de catégorisation relatifs à l’instrument du délit et à la blessure montrent que le sabre se révèle en fait un couteau pour les auditeurs (A1 et A2), alors que l’animateur recourt au terme technique « d’arme blanche », propre au discours policier et judiciaire.

29

18 juin 2008 : « Trafic » (16 heures)

30La manière de catégoriser la blessure, quant à elle, suit au fil des passages dans les divers formats radiophoniques un processus de dédramatisation :

31

A1 : un coup de sabre dans le ventre.
F1 : un homme qui a été blessé par heu arme blanche.
A2 : un couteau au ventre.
19 juin 2008 : « Revue de la presse » (5 h 30)

32Un processus identique s’observe lorsqu’intervient F2, qui place son propos sous l’autorité des pompiers :

33

F2 : Les pompiers l’ont médicalisé et constaté que bien qu’impressionnante la blessure à l’abdomen n’était que superficielle. Selon le témoin elle aurait été causée par un coup de couteau […]. Soudain le propriétaire de la voiture s’est vu frappé d’un grand coup de couteau en plein thorax.
20 juin 2008 : « Journal » (12 heures)

34C’est lors du journal de la mi-journée du troisième jour qu’à l’antenne se clôt le récit avec l’annonce de la sortie d’hôpital de la victime :

35

F4 : Le jeune homme agressé à coups de couteau à Saint-Gilles devrait sortir de l’hôpital aujourd’hui. Je vous rappelle qu’il avait été agressé à coups de couteau.

36L’annonce est assortie d’un échange en direct avec le père de la victime (P.). C’est l’occasion pour lui d’exprimer son émoi et de donner une précision sur la blessure :

37

Puis moi c’était un choc il en a reçu deux dans le dos touché ça fait encore mal par contre quand même l’os il y a très peu de chair dessus.

38Empreinte d’ethos, la parole paternelle fait autorité, légitimant in fine une version des faits qu’aucune autre parole ne contredira. Signant la coda, se clôt l’histoire médiatique de ce banal fait divers. Coproduit par les différents protagonistes, le trajet radiophonique de l’agression parvient à sa situation finale.

39L’exemple de narration radiophonique qui vient d’être exposé laisse entrevoir comment se fabrique l’information « freedomienne ». D’une part, et contrairement à ce qui se pratique selon les formats usuels, FreeDom suit de bout en bout le déroulé de l’histoire, en construisant la figure centrale de l’auditeur acteur. Coproduite, continue, circulante, l’information s’organise en récit radiophonique. Ce modèle informationnel, d’autre part, repose sur une conception négociée des catégorisations des événements et de ce qui les compose. Il ne laisse pas au seul jugement professionnel d’en décider les contours et de produire une version des faits, fût-elle mise en musique polyphonique par propos rapportés. Enfin le troisième trait distinctif, et non des moindres, vient de ce que la fabrication narrative des cadres se fait sur le devant de la scène, et non en coulisses, pour reprendre une formule de Erving Goffman. Les catégorisations des événements sont ainsi interactionnellement négociées entre les divers protagonistes dans le cours même de l’action et à l’antenne. C’est cependant l’acteur principal, le journaliste animateur, qui conserve la maîtrise du déroulé de l’histoire, qui en est le conducteur, le « chef d’orchestre ». Radio Freedom met en œuvre un modèle orchestral de la communication, selon la métaphore de Hymes [28][28]Dell Hymes, 1991, Vers la compétence de communication, Crédif,….

40Trois traits typiques distinguent ainsi le format élaboré par FreeDom de celui pratiqué en général par les entreprises radiophoniques et qui suivent les canons établis du journalisme.

Un modèle contesté qui s’impose dans l’espace public médiatique

41Une telle pratique ne peut que heurter de front la conception professionnelle du traitement de l’information.

42Une ancienne journaliste à Radio FreeDom témoigne [29][29]Lors de l’émission « Freedom, radio ladilafé », reportage… de la difficulté à exercer son métier dans le respect des normes et valeurs qui définissent la profession [30][30]D’autres journalistes ont également manifesté leur… – investigation, vérification de l’information, polyphonie – et s’opposent aux attentes du directeur de la radio et à la vision du métier qu’elles traduisent :

43

Quand on arrive à FreeDom, on peut très vite être surpris par la notion du journalisme. Un journaliste doit normalement effectuer lui-même ses propres recherches pour donner des informations aux gens. Quand on te demande de récupérer l’intervention de monsieur ou madame untel, qui a fait une intervention à 15 h 15, pour pousser un coup de gueule contre un politique – « oui, moi je connais monsieur untel, c’est un voleur et tout » – et bien nous on récupère ça et on le met en information ! On ne donne même pas de droit de réponse à la personne qui est mise en question.

44On observe ici un modèle charismatique de management de la radio. Son directeur-fondateur, Camille Sudre, surnommé « Dieu » par ses employés, règne sur son personnel, entre fascination et menace.

45

Il y a quelque chose qui m’avait choquée, c’est que la première fois que je suis arrivée, il y avait un des journalistes, qui lui avait une carte de presse – c’était l’un des seuls – qui me regarde en disant : « tu as intérêt, quand Camille te dit quelque chose, de dire oui. Si tu dis non, ça va vraiment mal se passer pour toi ».

46Camille Sudre est un manager qui forme et formate son personnel via une formation « maison », comme il s’en explique lui-même : « Nos animateurs et nos journalistes sont formés par la maison. FreeDom est un format nouveau, à part. On s’est aperçu que quand on prenait des animateurs ailleurs ou des journalistes ailleurs, ou qui avaient une grosse expérience, ils s’adaptent très mal [31][31]Propos recueillis par Laurent Decloitre, correspondant à…. »

47Un étudiant sortant d’une école de journalisme ne peut accepter les pratiques en cours dans le traitement de l’information, pratiques qui s’opposent frontalement à tout ce qu’il a appris [32][32]Radio FreeDom ne tient pas à les accueillir ; ainsi, c’est le….

48La socialisation au format FreeDom passe par plusieurs étapes dans la mise à l’antenne, ce qui permet le repérage des « meilleurs » qui se verront confier la tranche de la matinale la plus interactive et la plus écoutée :

49

Ils ont au moins six mois de formation, pour les meilleurs hein, avant d’être mis en direct quoi. D’abord on leur fait faire des chroniques. Ensuite on les fait passer en double le soir. Après, ils apprennent à commander la machine, toujours le soir sur « Chaleur tropicale ». Et après, on les fait descendre dans les créneaux horaires. Quand on estime qu’ils sont bons… après ils descendent dans la tranche de Bobby, à 15 h. Et puis ceux qui sont les plus doués, à ce moment-là, ils commencent à 5 h du matin. C’est là où il y a le plus d’audience [33][33]Propos recueillis par Laurent Decloitre, op.cit..

50Les animateurs-journalistes « maison » sont formés à produire et à mettre en récit l’information selon les normes que l’analyse discursive du traitement de l’information sous le mode du récit a tenté de mettre en évidence. Elles visent à soutenir l’intérêt constant de l’auditeur et c’est ce qui fait pour partie le succès de cette radio. C’est aussi ce qui la rend incontournable ainsi qu’en témoignent divers acteurs de la société réunionnaise, incarnés ici par le politique, le religieux et le médiatique [34][34]Émission « FreeDom, radio ladilafé », op. cit..

51Pour le sénateur Virapoullé, cette radio constitue un mode de connaissance de l’état de l’opinion publique qu’un homme politique ne peut ignorer :

52

J’aime la population, j’aime le peuple. En ce sens, FreeDom est une radio qui a sa place à la Réunion. Ici nous sommes 800 000 habitants. Tout le monde ne roule pas en BMW. Il y a beaucoup de gens ici qui ont des soucis de fin de mois. Mais qu’ils les expriment, qu’ils expriment leurs souffrances personnelles, sentimentales, matérielles. FreeDom fait partie du paysage. L’homme politique qui respecte les gens, respecte aussi leurs choix et écoute FreeDom.

53L’évêque de la Réunion se dit interpellé :

54

Quand Radio FreeDom s’est lancée, tout de suite, j’ai perçu qu’il y avait là une dérive. C’est-à-dire que la liberté a été confondue avec la licence. Mais, en même temps, FreeDom a joué et joue un rôle. C’est vrai qu’il permet une expression d’une population qui trop souvent a été privée de parole dans le passé. Ça interpelle.

55Actuel directeur des radios de RFO et ancien patron de la station locale RFO Réunion, Gora Patel souligne à quel point l’instance de régulation du CSA est prudente dans ses rappels à l’ordre, marquée qu’elle est par l’histoire douloureuse de ses rapports avec ce média [35][35]C’est suite à la plainte du CSA que les émetteurs de Télé….

56

En tant qu’auditeur, il m’arrive d’entendre des choses et de me poser la question de savoir si jamais c’était sur l’antenne de RFO, est-ce qu’il n’y aurait pas une réaction de l’autorité qui est chargée de surveiller les ondes ? […] Je ne sais pas si FreeDom fait peur aux autorités. Je crois qu’aujourd’hui c’est un tel phénomène à la Réunion que personne ne sait plus par quel bout prendre cette radio. Je pense qu’on réfléchit à deux fois avant de s’attaquer à cette radio-là.

57Malgré les reproches qu’elles peuvent émettre, des personnalités de poids de la société réunionnaise reconnaissent que cette radio est incontournable. Après trois siècles d’expression bridée, elle offre à tous un espace à l’expression publique. Elle remplit en outre une fonction sociale dans la société locale, en assurant la cohésion et le lien social, en encourageant la solidarité et l’entraide. Et les résultats sont là : Radio FreeDom est viable et produit un modèle économique qui a du succès. Face à cela, le politique, le religieux, les professionnels des médias et les instances de régulation sont impuissants et s’interrogent : « par quel bout prendre cette radio ? ». La raison d’une telle audience est sans doute à trouver dans le rapport fusionnel qui se tisse entre le public et son média.

Un public et son média

58La Réunion, qui a connu en quelques décennies des mutations profondes menées à rythme soutenu, présente tous les signes d’une société développée. Mais ces transformations doivent se lire au regard du passé douloureux de l’île et de l’histoire de son peuplement à l’origine même de la société créole. C’est sur ce substrat historique issu de la période coloniale et servile et du système de plantation que s’organise la société locale : le quotidien y est encore marqué par le poids de l’interconnaissance, de la rumeur (le ladi lafé) ; les réseaux sociaux familiaux, de voisinage, religieux conservent encore une forte pertinence et au final la sociabilité du kartié créole reste encore très active, même si l’urbanisation a quelque peu délité son inscription territoriale.

Radio FreeDom : une forme contemporaine médiatique du kartié créole

59Radio FreeDom propose quotidiennement sur les ondes une mise en résonance de la vie ordinaire réunionnaise, au sein de laquelle interconnaissance, rumeur mais aussi entraide sont essentielles. La radio se retrouve ainsi en phase avec la population réunionnaise, car elle donne à entendre ce qui se passe quotidiennement dans le kartié créole [36][36]Éliane Wolff, 2010, « Les (nouveaux?) territoires de la radio.…. Comme le résume à sa manière une auditrice [37][37]Une partie des entretiens a été recueillie par des étudiants de… : « C’est la meilleure radio parce que c’est la vie des gens de tous les jours depuis la naissance jusqu’à la mort quoi, on peut entendre de tout sur radio freedom. » (Farah, 41 ans)

60Les auditeurs omniprésents à l’antenne rendent compte des petits faits ou des grands événements de la vie quotidienne ; ils débattent également de ce qui les préoccupe et témoignent de leur solidarité et ce, dans la langue et selon les formats en usage dans la vie de tous les jours. Rumeur et information sur le quotidien, discussion et débat, enfin entraide et solidarité communautaires constituent les éléments clés du fonctionnement de cette radio [38][38]Éléments qui ne sont pas sans rappeler le rôle joué par….

61Le témoignage de Marie, une femme au foyer de 49 ans, permet d’illustrer le rôle social de cette station qui propose une forme contemporaine médiatique du kartié créole. Radio Freedom « parle de tout ce qui se passe dans l’actualité », ce qui permet d’être « au courant de tout » et ce, avant ceux « qui n’écoutent pas la radio, qui sont pas informés [qui] ne savent pas ». Ici l’interconnaissance est de mise et il est nécessaire d’être informé de ce qui fait le quotidien du territoire pour être membre à part entière de la communauté.

62Le commentaire des événements du quotidien est au cœur des relations sociales. Il est important « d’entendre des gens parler, de discuter, d’avoir l’avis des autres […] de voir s’ils pensent pareil », et c’est dans cette confrontation des points de vue qu’il devient possible de construire sa propre opinion.

63Pour Marie, les auditeurs de radio FreeDom constituent « un peu comme une grande famille ! Tous les gens que je connais qui écoutent la radio, disent ça. » Les annonces de décès font partie des informations les plus suivies : il s’agit de « savoir s’il y a quelqu’un que tu connais » et donc agir en conséquence en procédant à la sociabilité des condoléances dans une île où le respect dû aux morts imprègne la vie de tous les jours.

64Le rôle régissant les rapports sociaux d’entraide donnés à entendre sur les ondes n’est pas sans rappeler la « solidarité mécanique ». Ainsi, les multiples opérations de soutien aux victimes relayées quotidiennement à l’antenne comme les collectes « pour les enfants malades, qui vont aller faire une opération en métropole et qui ont besoin d’aide parce que l’État peut pas aider », contribuent à asseoir cette réputation de « radio du peuple », de radio « de la solidarité qui aide les gens ».

65Radio FreeDom reste profondément ancrée dans un territoire et une sociabilité créole qui est celle du kartié ; en s’appuyant sur les éléments structurant de la vie sociale réunionnaise, cette radio transforme le territoire de la Réunion en un seul et même kartié. Et le développement récent de la numérisation et de la diffusion par internet permet désormais d’étendre sa zone de diffusion au reste du monde. Les dédicaces que les Réunionnais ayant « sauté la mer » envoient à leur famille de la Réunion sont rapidement identifiées dans une île où tout le monde se connaît :

66

On a entendu ta fille dire un bonjour sur internet. Tout le monde sait c’est qui Brigitte de Mulhouse, surtout le kartié ici tout le monde se connaît, on sait que Brigitte est partie en métropole et maintenant ils savent qu’elle est à Mulhouse et quand ils disent juste le prénom de maman, de papa qui habitent Grande Fontaine, tout le monde sait tout de suite quelle famille c’est. (Sabrina, 43 ans)

67Inversement, la radio diffusée en streaming permet une écoute déterritorialisée et offre désormais à tout expatrié la possibilité de maintenir une proximité forte avec son île, sa langue, le quotidien insulaire et de participer aux débats qui y ont cours [39][39]Voir Wolff, Éliane, 2010, op. cit..

Une information « à hauteur d’homme »

68Les auditeurs, toutes générations confondues, apprécient tout particulièrement la feuilletonisation de l’information locale visant à soutenir l’intérêt de l’auditeur et à tenir l’auditoire en haleine. Pour Karima (23 ans), la réactivité qu’autorise le média radio permet un « suivi heure par heure » des événements. Radio FreeDom peut ainsi de faire vivre le déroulement d’un fait divers exceptionnel comme l’enlèvement d’un jeune garçon par les membres d’une secte [40][40]Affaire aux multiples rebondissements dont le principal… et, quelques années plus tard, l’évasion en hélicoptère du centre pénitencier de son principal instigateur ou, plus prosaïquement, du vol d’une voiture et de la course-poursuite commentée en direct à l’antenne par les auditeurs pour retrouver les voleurs.

69Pour une autre auditrice (Sabrina, 43 ans), le suivi de l’information sur la durée, dont nous avons étudié le dispositif plus haut, constitue une qualité qu’elle ne retrouve pas dans les autres médias, où une information chasse l’autre, sans que jamais l’auditeur ne puisse connaître « la suite de l’histoire ». Ici le dispositif FreeDom est bien identifié : « Des fois l’animatrice appelle pour avoir des nouvelles ; elle récapitule un peu l’histoire et elle demande si on se souvient de telle ou telle histoire et elle rappelle la personne pour connaître la suite pour savoir où elle en est. »

70Enfin, une grille d’évaluation des médias est proposée par Martine (65 ans) qui reprend le qualificatif de radio ladi lafé – souvent évoqué pour stigmatiser la radio FreeeDom –, pour insister sur le fait que la radio, critiquée par ailleurs, « raconte beaucoup de choses mieux que les autres radios même mieux que RFO, même mieux que RTL ».

71La mise en récit de l’information « à hauteur d’homme » est opposée au traitement trop rapide, concis et sans suivi à moyen terme, qui renvoie à la grammaire professionnelle en usage dans l’espace médiatique des professionnels : « Le journaliste, il prend l’information, il la traite à peine, et il la rejette. »

72Avec Radio FreeDom, « ça devient plus humain en fait ! ». Et le procédé est apprécié car il repose avant tout sur le témoignage direct : « C’est pur ! Tu vois c’est l’information telle qu’elle est ! C’est comme les gens ils l’ont vécue, comme n’importe qui pourrait la vivre ! » (Céline, 21 ans)

73La question de la véracité des faits ne se pose pas. La confiance va de soi, puisqu’elle est interpersonnelle, participant du commun et repose sur l’auditeur témoin qui ne saurait mentir : « Je me pose pas de questions, pour moi c’est vrai… en fait on fait d’autant plus confiance que c’est des auditeurs, des gens comme nous, des gens ils étaient sur la route, ils sont passés là, ils ont vu. » (Céline, 21 ans)

74Le témoin oculaire n’est pas remis en question. Il n’a aucune raison de mentir, puisqu’il décrit simplement ce qu’il voit en direct à l’antenne. Cette activité testimoniale « vue des yeux d’un homme, d’un être humain ! » présente la force de l’évidence.

75Pour les plus sceptiques, c’est le cumul des témoignages qui progressivement construit la crédibilité : « On fait notre opinion après avoir écouté plusieurs auditeurs… on commence à se faire son idée […] comme le style d’émission est un peu en continu, donc à un moment donné, on arrive à atteindre une certaine crédibilité. » (Emmanuel, 35 ans)

76L’information est reprise par les autres médias, ce qui conforte encore sa valeur et indique la hiérarchie qu’opère parfois le public au sein du paysage médiatique local : « Certainement RFO va pomper cette information pour le diffuser ou… mais au départ ça vient des auditeurs. » (Béatrice, 52 ans)

Perspectives

77Radio FreeDom est une radio de libre antenne permanente de la vie ordinaire au sein de laquelle l’interconnaissance, la rumeur, le ladi lafé et l’oralité sont essentielles. La parole ordinaire de l’auditeur est au cœur du format et participe à la mise en récit des événements du quotidien dans le cadre d’une coproduction permanente avec les « journalistes-animateurs » gérant l’antenne. Ce format qui bouscule les canons de la profession s’impose comme « incontournable » et interroge notamment la catégorie de l’information légitime, dont on peut penser qu’elle est variable selon les contextes, les époques, les perceptions des divers acteurs et leurs pratiques.

78C’est au final la conception que le public se fait de sa radio qui prévaut et peut éclairer l’ampleur du succès de Radio FreeDom, dont l’audience ne faiblit pas. Son modèle d’information fondé sur le principe de la coproduction se trouve de plain-pied avec le mode de communication sociale du kartié créole. Il ne se situe pas en surplomb, il n’opère pas une coupure tranchée entre « système » et « monde de vie », il est familier parmi le familier. Il repose sur la confiance réciproque, interpersonnelle, sur l’entre-soi, participant du commun : on fait foi aux discours qui circulent sur les ondes, alors que ceux qui proviennent des voix professionnelles ou institutionnelles font a priori soupçon, suscitent méfiance.

79À l’ère du soupçon [41][41]Nicole Almeida (d’), 2001, Les promesses de la communication,…, Radio FreeDom pose la question de la confiance, question qui est propre à l’univers de vie qui caractérise la modernité tardive. Sa prégnance invite à ouvrir un chantier théorique prenant pour objet la confiance, et dont on sait qu’il représente un paradigme riche de travaux, ancré depuis Simmel dans la tradition pragmatique et phénoménologique [42][42]Guido Möllering, 2001 , « The nature of trust, from Georg…, comme dans les approches fonctionnalistes [43][43]Voir en particulier Luhman, Niklas, 1979, Trust and power ; J.….

80De par son ancrage territorial, Radio FreeDom participe d’un enjeu sociétal qui interroge la Réunion d’aujourd’hui, traversée par les flux mondiaux [44][44]Simonin, Watin, Wolff, 2009, « Comment devient-on Réunionnais…. À ce titre, elle constitue un analyseur anthropologique des mutations en cours.

Notes

  • [1]
    Pour ce faire, divers procédés d’investigation sont mis en œuvre allant du recueil des biographies sociales des personnels de l’entreprise et de son dirigeant (entretiens avec les animateurs in situ, et une dizaine d’heures d’entretiens avec Camille Sudre, le responsable de la radio) à l’étude de l’organisation de l’entreprise menée par observation directe (analyse socio-spatiale des lieux, analyse proxémique des dispositifs et des personnels) et au décryptage de son modèle économique. La recherche est également attentive à l’analyse de la programmation, avec écoutes systématiques qui permettent de mesurer le décalage entre programmation réelle et grille de programme annoncée. Par ailleurs, sont conduites des analyses narratives des mises en récits radiophoniques (analyse des discours radiophoniques, traitement de l’information sur une journée, etc.). Enfin, les publics sont saisis via des entretiens auprès des auditeurs ordinaires, mais également des acteurs institutionnels (CSA, personnalités politiques, religieuses) ainsi que des journalistes des autres médias (locaux et nationaux).
  • [2]
    Arnaud Pontus, 1995, Le Phénomène Freedom à l’Île de la Réunion, Rochemaure, Éd. Sudre Simone. Bernard Voir également Idelson, 2006, Histoire des médias à la Réunion de 1946 à nos jours, Le Publieur, Paris.
  • [3]
    Les lycéens et les journaux qu’ils animent ont joué un rôle peu reconnu dans ce processus de libéralisation ainsi que le montre Eliane Wolff (1998, Lycéens à la une. La presse lycéenne à la Réunion : 1970-1995, Saint-André, Océans Éditions). C’est à eux que l’on doit la création de la première radio libre qui émet quelques jours avant Radio Freedom.
  • [4]
    Radio FreeDom a ouvert la voie à une multitude de « radios libres » : le 4 juin 1985 la Haute Autorité de l’audiovisuel légalise 44 radios ce qui, rapporté au territoire de la Réunion, confirme l’engouement pour le média radiophonique. Et cet attachement n’a pas faibli ; au contraire, le paysage radiophonique réunionnais s’est encore densifié. En 2009, on compte 48 radios autorisées à émettre.
  • [5]
    Dominique Voir en particulier Cardon, 1995 , « Comment se faire entendre ? La prise de parole des auditeurs de RTL », Politix, volume 8, 31, pp. 145-186 ; Becqueret, Nicolas, 2004, « La parole des auditeurs dans les émissions de radio informatives en France : entre tradition républicaine et tentation libérale », Questionner l’internationalisation. Actes du XIVe congrès national des sciences de l’information et de la communication, Béziers, mai, pp. 103-110 ; Christophe Deleu, 2006, Les Anonymes à la radio, usages, fonctions et portée de leur parole, INA/ de Boeck, Paris, Bruxelles ; Hervé Glevarec, 2005, Libre antenne. La réception de la radio par les adolescents, Armand Colin, Paris.
  • [6]
    Catégorisation que l’on doit à Christophe Deleu (op. cit.).
  • [7]
    Schmidt, Blandine, 2009, « La radio au service de ses auditeurs », Bordeaux, en ligne, site internet du GRER, http://www.grer.fr/, mars 2009.
  • [8]
    À ce jour, l’autorité du CSA n’a prononcé qu’une seule mise en demeure à l’encontre de la radio (assemblée plénière du CSA du 26 juillet 2004).
  • [9]
    Entretien avec Camille Sudre, 16 octobre 2009.
  • [10]
    L’animateur est supervisé, via une oreillette, par un collègue ou le patron de la radio.
  • [11]
    Idelson, Bernard, 2009, « Radios locales sur le web : nouveaux acteurs, nouveaux territoires. L’exemple de Radio FreeDom (La Réunion) », Enjeux et Usages des Technologies de l’Information et de la Communication. Dynamiques de développement au carrefour des mondes. Actes du 4e colloque international (coord. C. Correia et I. Tomé), CITI-Faculté des Sciences Sociales et Humaines, Université Nova de Lisboa, Portugal, pp. 587-604.
  • [12]
    Jean-François Tétu, 1994 , « La radio et la maîtrise du temps », Études de communication, 15, pp. 75-90.
  • [13]
    Pascal Ricaud, 2008 , « Les radios communautaires de la FM à internet », MédiaMorphoses, 23, juin, pp. 45-48.
  • [14]
    Harris en 2006 donne des recettes publicitaires à hauteur de 3 millions.
  • [15]
  • [16]
    Enquête Médiamétrie janvier-juin, 2009.
  • [17]
    Annick Dubied, Marc Lits, 1999, Le fait divers, PUF, Paris ; Annick Dubied, 2004, Les dits et les scènes du fait divers, Droz, Genève.
  • [18]
    Se reporter au numéro spécial que lui a consacré en 2008, la revue Média Culture : « Faits divers et dispositifs ».
  • [19]
    Cochard, Nadia, 2007, Fiction ordinaire. Le fait divers à la Réunion, le Journal de l’île (1967-2007), Thèse. J. Simonin), LCF/CNRS/Université de la Réunion.
  • [20]
    Voir Sacks, Harvey, 1972, « On the analysability of stories by children », Directions in Sociolinguistics : The Ethnography of Communication, Hymes D.H, Gumperz J.J. (eds), Holt, Rinehart & Winston, New York, pp. 325-345 et 1974, « Analysis of the course of the joke’s telling », Explorations in the ethnography of speaking, Bauman R., Sherzer J., (eds), Cambridge University Press, London, pp. 337-353.
  • [21]
    William Labov, John Waletsky, 1967, « Narrative analysis: oral versions of personal experience », Essays on Verbal and Visual Arts, J. Helm (ed), University of Washington Press, Seattle, pp. 12-44.
  • [22]
    Marie-Anne Morel, Laurent Danon-Boileau (éd.), 1992, La deixis, PUF, Paris.
  • [23]
    Peter Voir Brown, Stephen Levinson, 1988, « Universals in language usage: Politenes phenomena », Questions and politeness. Strategies in social interaction, Goody (ed.), Cambridge University Press, Cambridge, pp. 56-289 ainsi que Amossy, Ruth (éd.), 1999, Les images de soi dans le discours. La construction de l’éthos, Delachaux Niestlé ; Christian Plantin, Marianne Doury, Véronique Traverso, 2000, Les Émotions dans les interactions, Presses universitaires de Lyon, Lyon.
  • [24]
    Voir en particulier Dulong, Renaud, 1991, « Le corps du témoin oculaire », Les formes de la conversation vol. 2, Conein, Bernard, Fornel (de), Michel, Quéré, Louis (éd.), Réseaux, Paris, CENT, pp. 77-92 et 1998, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, EHESS, Paris.
  • [25]
    Francis Chateauraynaud, 2004, « L’épreuve du tangible. Expériences de l’enquête et surgissements de la preuve », La croyance et l’enquête. Aux sources du pramatisme, Bruno Karsenty, Louis Quéré (éd.), Éditions EHESS, Paris.
  • [26]
    Voir en particulier l’enquête menée au standard des « Auditeurs ont la parole » dont rend compte l’article : Cardon, Dominique, 1995, « Comment se faire entendre ? La prise de parole des auditeurs de RTL », Politix, pp. 145-186.
  • [27]
    Glevarec, Hervé, 2005, op. cit.
  • [28]
    Dell Hymes, 1991, Vers la compétence de communication, Crédif, Hatier/Didier, Paris.
  • [29]
    Lors de l’émission « Freedom, radio ladilafé », reportage réalisé par le journaliste David Ponchelet (http://www.rfi.fr/radiofr/editions/072/edition_45_20090517.asp), diffusée sur RFI le 17 mai 2009 dans le cadre des Terres d’outre-mer.
  • [30]
    D’autres journalistes ont également manifesté leur désapprobation face aux pratiques de Radio FreeDom et sa conception de l’information. À titre d’illustration : « Sudre, vous êtes un imposteur » (Le Quotidien, 31octobre 2002) ; « Carton rouge » (Journal de l’Île, 9 septembre 2007) ; « Radio Freedom : déni de démocratie, caricature de journalisme » (Témoignages, 22 mars 2008).
  • [31]
    Propos recueillis par Laurent Decloitre, correspondant à Libération (article du 6 juin 2008, « Free Dom, les ondes à tout faire de la Réunion »).
  • [32]
    Radio FreeDom ne tient pas à les accueillir ; ainsi, c’est le seul média à la Réunion qui refuse nos stagiaires en master info-com option journalisme.
  • [33]
    Propos recueillis par Laurent Decloitre, op.cit.
  • [34]
    Émission « FreeDom, radio ladilafé », op. cit.
  • [35]
    C’est suite à la plainte du CSA que les émetteurs de Télé FreeDom, qui émettait illégalement, ont été saisis, ce qui a déclenché en février 1991 des émeutes urbaines provoquant la mort de huit personnes.
  • [36]
    Éliane Wolff, 2010, « Les (nouveaux?) territoires de la radio. Radio FreeDom et ses auditeurs », colloque Vers la Post Radio, Enjeux des mutations des objets et formes radiophoniques, Paris, 26-28 novembre 2009.
  • [37]
    Une partie des entretiens a été recueillie par des étudiants de Licence 3 mention « Information-Communication » de l’université de la Réunion, dans le cadre d’une initiation à la méthodologie de recherche.
  • [38]
    Éléments qui ne sont pas sans rappeler le rôle joué par certaines radios africaines étudiées par André-Jean Tudesq, « Médias et transfert de modèles, les radios de proximité en Afrique sub-saharienne : un modèle autochtone ? », en ligne, site internet du GRER, http://www.grer.fr/, mars 2009 et Capitant, Sylvie, 2008, « La radio en Afrique de l’Ouest, un “média carrefour” sous-estimé ? L’exemple du Burkina Faso », Réseaux, 150, vol 4 , pp. 189-217 et « Évolutions technologiques et rôle social de la radio : l’Afrique comme source d’interrogation de la situation en Europe », communication au colloque international Vers la post radio, Paris 26-28 novembre 2009, GRER.
  • [39]
    Voir Wolff, Éliane, 2010, op. cit.
  • [40]
    Affaire aux multiples rebondissements dont le principal protagoniste est un gourou pédophile, Juliano Verbard, dit « Petit Lys d’amour », principal animateur de la secte Cœur douloureux et immaculé de Marie.
  • [41]
    Nicole Almeida (d’), 2001, Les promesses de la communication, PUF, Paris.
  • [42]
    Guido Möllering, 2001 , « The nature of trust, from Georg Simmel to a theory of expectation, interpretation and suspension », Sociology, 35(2), pp. 403-420 et Harold Garfinkel, 1963, « A Conception of and experiments with ‘trust’ as a condition of stable, concerted actions », O. Harvey (ed.), Motivation and Social Interaction, The Ronald Press Co., New York, pp. 187-208.
  • [43]
    Voir en particulier Luhman, Niklas, 1979, Trust and power ; J. Wiley, 2001 , « Confiance et familiarité. Problèmes et alternatives », Réseaux, vol. 19, 108, pp. 15-35, mais également Seligman, B. Adam, 2001 , « Complexité du rôle, risque et émergence de la confiance », Réseaux, vol. 19, 108, pp. 37-61 ; Barbara A. Misztal, 1996, Trust in Modern Societies, Polity Press, Cambridge ; Quéré, Louis (éd), 2001, La confiance, Réseaux, vol. 19, 108 et Simonin, Jacky, 2010 (à paraître), Circulations pandémiques : le proche / le lointain en confiance. Aperçus sur la médiatisation de la crise du Chikungunya à la Réunion et dans l’Océan Indien (2005-2006).
  • [44]
    Simonin, Watin, Wolff, 2009, « Comment devient-on Réunionnais du monde ? », tic&société, vol. 3, 1-2, mis en ligne le 14 décembre 2009, http://ticetsociete.revues.org/653
Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Poster un Commentaire

avatar