[Alt-Text] [Alt-Text]

Un plan de relance à 100 milliards d’euros : une partie consacrée à l’achèvement de la NRL (VIDEO)

Pour palier à la crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19, le gouvernement déploie un plan de relance à 100 milliards d’euros. Celui-ci est présenté aujourd’hui au Conseil des ministres par Jean Castex à 10 heures. S’en est suivie une conférence de presse durant laquelle le Premier Ministre a pris la parole ainsi que plusieurs ministres :

Jean Castex : “Le plan le plus massif annoncé parmi les grands pays”

Lors de son allocution, Jean Castex défend que ce plan de relance est “le plus massif annoncé parmi les grands pays. 100 milliards c’est surtout le montant dont notre économie a besoin. (…) C’est un moment très important dans notre stratégie de lutte contre les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire qui a frappé le monde et la France. La Covid a engendré une récession soudaine et brutale liée à la décision partagée par tous de placer les considérations sanitaires au-dessus des considérations économiques et donc de décider d’un confinement généralisé qui a produit des résultats sanitaires incontestables mais a paralysé des pans entiers de notre économie. C’est la récession la plus forte depuis 1929. Ce plan est nécessaire pour retrouver notre niveau d’avant la crise”.

Il soutient que le pire aurait été de ne pas faire de plan de relance. “C’est le choix très clair du Président de La République. Nous souhaitons qu’un maximum d’entreprises bénéficient de ce plan de relance. Les baisses d’impôts de production profiteront d’abord, 74% très précisément, à nos TPE, PME et ETI. Nous allons également les aider à accélérer leur transformation numérique, mais aussi à conforter leurs fonds propres. Pour encourager ces initiatives, je veux rappeler l’engagement pris avec le président de la République : pas de hausses d’impôts. Nous ne reproduirons pas l’erreur d’augmenter la fiscalité, ce qui enverrais des signaux négatifs”, déclare-t-il. Ce dernier soutient que “si ce plan est un tournant pour notre pays, il l’est aussi pour l’Europe.”

Bruno Le Maire : “Nous faisons le maximum pour les entreprises et les salariés”

Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie, a annoncé que le gouvernement continuera de soutenir les entreprises et les salariés : “Nous avons fait depuis le premier jour de la crise le maximum pour les entreprises et les salariés, et nous continuerons à faire le maximum. C’est le sens de ce plan de relance. Nous allons y arriver. La France sortira plus forte de la crise qu’elle n’y est entrée, avec une économie plus compétitive, plus décarbonée, plus solidaire. Il s’agit d’un plan historique !”

Barbara Pompili : “Des investissements inédits pour notre avenir”

Barbara Pompili, Ministre de l’Ecologie, salue ce plan de relance qui annonce un verdissement de l’économie. Rappelons que 30 milliards d’euros vont être consacrés à la transition écologique. “La France va se donner les moyens d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Le plan soutiendra à hauteur de 2 milliards d’euros l’économie circulaire, le tri la source de biodéchets, la modernisation des centres de tri, la valorisation des déchets, la biodiversité avec la rénovation des réseaux d’eau. 250 millions d’euros seront consacrés à moderniser des centres d’abattage. L’objectif étant de favoriser le bien-être animal. Les transports bénéficieront de 11 milliards d’euros dont 4,7 milliards d’euros affectés à la SNCF afin de redévelopper le fret ferroviaire et les petites lignes”, déclare-t-elle. Cette dernière annonce qu’il s’agit d’“investissements inédits pour notre avenir.”

Elisabeth Borne : “Plus de 15 milliards d’euros pour le volet emploi”

Elisabeth Borne, ministre du Travail, a annoncé que “plus de 15 milliards d’euros de ce plan seront pour le volet emploi. Celui-ci s’articule autour de trois pans : le plan jeune, un bouclier anti-licenciements et une relance de l’emploi maximisée. Le bouclier anti-licenciements sera pour les entreprises qui vont subir une baisse d’activité dans les prochains mois. Il faut éviter que les entreprises se séparent des salariés et des compétences dont elles auront besoin lors de la reprise économique. En combinant les dispositifs d’activité partielle avec le financement de formation pour utiliser le temps non-travaillé pour permettre aux salariés de monter en compétences.”

Les grandes lignes du plan de relance 

  • 1/3 du budget consacré à la transition écologique, soit 30 milliards d’euros ;
  • 1,5 milliard d’euros pour les Outre-mers dont une partie consacrée à l’achèvement de la NRL. Une décision saluée par Didier Robert :

Je tiens à saluer l’engagement du Ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, qui a réussi à mobiliser 1,5 milliards d’euros dans le cadre du Plan de relance. Nos territoires ultramarins retrouvent enfin leur juste place. Dans ce plan pour les Outre-mer, le Ministre a su répondre aux véritables attentes des Réunionnais pour permettre une relance rapide, notamment au travers des travaux routiers, l’augmentation du nombre de PEC, la rénovation des réseaux d’eau, le soutien au monde agricole. Enfin, je salue également le Gouvernement et les services de l’État pour avoir réaffirmé comme urgent et prioritaire la fin des travaux de la Nouvelle Route du Littoral pour la sécurité de tous, ainsi que son engagement dans le cadre du protocole qui sera présenté à la commission permanente du 8 septembre. Les bases d’une véritable politique pour le développement des Outre-mer sont enfin posées.

  • éviter au maximum les licenciements et relancer l’embauche notamment des jeunes avec un objectif de 160 000 emplois créés en 2021. 6,5 milliards d’euros seront consacrés à l’emploi jeune et 1,9 milliard à la formation professionnelle ;
  • relancer l’investissement des ménages et des collectivités ;
  • lutter contre la précarité.

Au total, ce sont 70 mesures qui sont comprises dans ce plan de relance autour de trois priorités : la transition écologique, la compétitivité des entreprises et la cohésion sociale. Celles-ci devront à la fois permettre de relancer l’activité économique à court terme, mais aussi préparer la France à l’horizon 2030.

Réactions des acteurs locaux 

David Lorion, Député de La Réunion

Le plan de relance annoncé par le Premier ministre est certes ambitieux sur le plan national mais insuffisant pour les Outre-mer.Sur les 100 milliards affichés, le montant du plan de relance spécifiquement ultramarin pour 2020-2021 est de l’ordre de 1,5 milliards d’euros, soit environ 300 millions d’euros par an pour La Réunion. Ce montant est à rapprocher avec les annonces déjà faites par le Ministre des Outre-mer Sébastien LECORNU, soit 120 millions pour les collectivités, 60 millions de diminution d’impôts pour les entreprises, le financement du chantier de la nouvelle route du littoral,…En réalité,ces mesures en l’état ne me semblent pas pouvoir impulser une réelle relance en matière économique sinon atténuer un peu le nombre de faillites d’entreprises et l’explosion du chômage. Pour nos économies ultramarines, je ne vois notamment pas dans les sommes annoncées de relance pour le tourisme, le logement ou le financement des énergies nouvelles… Ce plan me semble adapté à une situation hexagonale avec un effort très important concernant la compétitivité des entreprises (20 milliards d’impôts en moins sur 2 ans)mais sa déclinaison outre-mer est loin d’être satisfaisante car il risque d’engendrer des effets d’aubaine avec peu d’impact sur la création d’emplois et la formation des jeunes. Avec 42% des jeunes réunionnais au chômage, notre responsabilité est de défendre d’abord des mesures de formation et d’emploi des jeunes en entreprises dans lesquelles l’accompagnement public doit être une contrepartie de l’implication sociale. Les personnes plus âgées doivent bénéficier plus largement des contrats aidés dans les collectivités ou dans les grands services publics.

Philippe NAILLET Député de La Réunion

Le Premier ministre a évoqué ce mercredi Ies premières lignes du plan de relance. C’est un budget de 100 milliards d’euros qui sera consacré au soutien de l’activité et de l’emploi.

Ce plan sera présenté le 3 septembre, mais déjà il appelle notre vigilance sur certains points.

Qui en seront les bénéficiaires et quels secteurs d’activité ?

Est-ce que ce plan sera territorialisé ? Il est nécessaire pour chaque territoire d’associer les organisations du territoire pour qu’il corresponde au contexte local, en particulier réunionnais. En effet, si beaucoup d’argent public a été investi pour sauvegarder nos entreprises et nos emplois, l’étape de la relance est primordiale pour faire repartir notre tissu économique.

Derrière la sauvegarde de nos entreprises, c’est l’emploi et les compétences locales qu’il faut préserver, ceci d’autant plus que le chômage de catégorie A à La Réunion continue d’augmenter, + 5,6% au dernier trimestre.

Je serai vigilant lors de l’examen du prochain projet de loi de finances et m’assurerai que les aides supplémentaires versées dans le cadre du plan de relance ne viennent pas diminuer les aides et investissements annuels de l’État.

Didier ROBERT, Président de la Région Réunion

« Je tiens à saluer l’engagement du Ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, qui a réussi à mobiliser 1,5 milliards d’euros dans le cadre du Plan de relance. Nos territoires ultramarins retrouvent enfin leur juste place. Dans ce plan pour les Outre-mer, le Ministre a su répondre aux véritables attentes des Réunionnais pour permettre une relance rapide, notamment au travers des travaux routiers, l’augmentation du nombre de PEC, la rénovation des réseaux d’eau, le soutien au monde agricole. Enfin, je salue également le Gouvernement et les services de l’État pour avoir réaffirmé comme urgent et prioritaire la fin des travaux de la Nouvelle Route du Littoral pour la sécurité de tous, ainsi que son engagement dans le cadre du protocole qui sera présenté à la commission permanente du 8 septembre. Les bases d’une véritable politique pour le développement des Outre-mer sont enfin posées ».

President du Departement Cyrille Melchior

Je tiens à saluer l’engagement de notre Ministre des Outre-Mer -Sebastien Lecornu – qui défend nos territoires ultramarins.

Comme il l’a souligné,  les Outre-Mer bénéficieront pleinement de FranceRelance à hauteur de 1,5 milliard d’euros qui serviront à relancer l’activité, à sauver nos emplois et à renforcer la cohésion sociale.Sa mise en œuvre se fera en concertation avec tous les acteurs,  dont le Conseil Départemental. Pour notre part,  nous sommes prêts au travers de notre Plan Départemental de Relance économique et sociale.

Je rappelle que sur le court terme, ce plan prévoit d’engager 70 millions d’euros, afin de répondre à l’urgence du contexte socio-économique et sanitaire à La Réunion.

Et dans la durée, nous voulons inscrire notre engagement à travers une politique d’investissement de près de 500 millions d’euros sur la période 2020-2025 sur plusieurs axes : agriculture, logement, accompagnement des plus vulnérables, infrastructures départementales, transition écologique.

Olivier Hoarau, maire du Port, Vice-président au Développement Économique et au Tourisme au TCO

Le Premier ministre a présenté hier le plan de relance de l’État avec l’appui de l’Europe pour éviter la récession de tout le pays. 100 milliards d’euros au total seront engagés en faveur des ménages, des entreprises et des collectivités locales.

Les Outre-mer ont fait l’objet d’un volet spécifique. Une attention particulière qui mérite pourtant d’être détaillée. Sans préjuger de la pertinence du plan dessiné par le gouvernement, nous pouvons craindre légitimement qu’il y ait un décalage entre la volonté de la relance et son adaptation à nos réalités.

Bien sûr, que nous pouvons accueillir positivement les 3 axes qui préfigurent de l’application du plan de relance national sur nos territoires.

L’axe de verdissement de l’économie que nous défendons depuis longtemps au Port et dans notre action politique. Nous devons faire de la transition écologique un atout et une exigence.

C’est un atout pour la création d’emploi local. Notre ingéniosité créole, nos savoir-faire traditionnels, notre esprit d’innovation, la richesse de notre biodiversité doivent nous permettre de rayonner au-delà de nos frontières.

Je me réjouis que la préservation de la ressource en eau soit un enjeu majeur du plan de relance. C’est le projet que nous portons au Port avec la réutilisation des eaux traitées en sortie de station d’épuration et qui doit nous permettre d’économiser 46% d’eau potable. C’est notre ambition pour le Port et pour toute La Réunion.

C’est aussi une exigence car nous nous devons plus qu’ailleurs d’être exemplaire en matière de protection de l’environnement tant nous avons à protéger sur cette île.

L’axe de renforcement de la compétitivité des entreprises car notre richesse repose sur l’énergie de nos forces vives. Cet esprit de résilience et cette volonté de se dépasser doivent être encouragés car c’est là que se situe la vraie richesse de notre territoire. Elle se trouve dans les femmes et les hommes qui le composent.

Or, à la lecture des éléments avancés par le Premier ministre sur le soutien à l’économie locale, une grande part est fléchée sur la Nouvelle Route du Littoral. Sauver un projet d’une telle ampleur grâce au plan de relance national suite à une crise sanitaire imprévisible, quelle irresponsabilité dans la gestion de ce projet. Pourtant, comme tous les Réunionnais, je souhaite que la route se finisse.

Je regrette que cela soit au détriment des petites entreprises qui espéraient beaucoup de ce plan de relance. Je regrette que la Région ne se saisisse pas de l’occasion de ce plan de relance pour inscrire un véritable réseau ferré ou type tram-train directement dans le chantier de NRL puisque 11 milliards des annonces sont consacrés au transport. Je regrette tout autant l’absence d’actions en faveur du monde culturel. Nous savons pourtant combien ce secteur économique est primordial à l’équilibre et au développement de notre territoire.

Enfin, l’axe de cohésion sociale et territoriale est essentiel au regard de nos indicateurs sociaux : taux de chômage, personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, surpopulation dans les logements, problème de décohabitation, décrochage scolaire…

Plus de justice sociale et une meilleure prise en compte des besoins exprimés par nos concitoyens font parties des éléments indispensables à une approche territorialisée du plan de relance.

Bien sûr, j’ai noté le renforcement de l’enveloppe de contrats PEC. J’avais d’ailleurs alerté Annick Girardin alors Ministre des Outre-mer sur la nécessité de conforter notre action collective sur la lutte anti-vectorielle, sur l’accompagnement des nouveaux besoins survenus à cause de la crise Covid et sur l’insertion dans le secteur marchand. C’est une bonne nouvelle mais cela ne doit pas être à nouveau un pansement sur une jambe de bois.

Je l’ai dit et je le répète, nous devons AGIR COLLECTIVEMENT si nous voulons réellement enrayer la spirale infernale du chômage à La Réunion.

Bien sûr, tout cela prendra sens à partir du moment où un projet Réunionnais de développement sera posé et défendu à l’échelle régionale.

Il s’agit d’arrêter la politique du saupoudrage pour définir une véritable stratégie de développement du territoire, concertée, participative et surtout qui permette une action collective des acteurs, moteur de ce développement.

Plus que se relancer, La Réunion doit prendre un nouveau départ, s’ouvrir un nouvel horizon.

Jean-Luc POUDROUX Député de La Réunion

Alors que les inquiétudes liées à une nouvelle vague de Covid-19 se font de plus en plus pesantes partout en Métropole et en Outre-mer, le Gouvernement a décidé d’aller vite et fort en présentant le plan Relance France doté d’une enveloppe de 100 milliards d’euros sur 2 ans. Le Premier ministre l’a assuré, il s’agit de retrouver juste avant les élections présidentielles de 2022 les niveaux de richesse et de croissance perdus brutalement à cause de l’épidémie de coronavirus.

Je le dis simplement, ce plan de relance décidé par le Président de la République, je l’accueille très favorablement, parce que je considère qu’il va dans le bon sens, celui de l’emploi, de la formation, de l’industrialisation dont une part considérable revient à la transition écologique et à la numérisation de notre tissu économique. Je qualifie donc ce plan de résolument moderne. Il appartient à tous les acteurs et décideurs locaux de s’en emparer pleinement pour faire aussi de La Réunion un territoire industriel, innovant et solidaire.

Toutefois, je suis beaucoup plus nuancé sur la méthodologie et la répartition de l’enveloppe de ce plan de relance qui ne me semble pas suffisamment adaptées aux spécificités locales. D’abord, le Premier Ministre Jean CASTEX et le Ministre de l’Economie Bruno Le Maire affirment que la méthode est celle de la territorialisation de toutes les mesures annoncées. Mais sous quel angle exactement ? Celui de la déconcentration ou celui de la décentralisation ? A vrai dire, ce plan de relance ne réussira qu’à condition que le pilotage revienne clairement et directement à chacune des Collectivités territoriales réunionnaises, ou à défaut à la Conférence Territoriale de l’Action Publique, pour les domaines de compétences qui sont les leurs et ce, avec l’appui et le soutien de tous les services de l’Etat à La Réunion et non pas l’inverse. Et c’est là que l’idée de simplification peut s’avérer des plus efficaces. La confiance et l’efficacité territoriales se situent naturellement au niveau d’une décentralisation adaptée et aboutie. Ne nous enfermons pas dans une étatisation du plan en se concertant de temps en temps avec quelques élus, mais allons jusqu’au bout de la territorialisation grâce à un pilotage en direct par les Collectivités territoriales du Plan de relance.

Ensuite, j’aurais souhaité que le Gouvernement veille scrupuleusement à une parfaite équité dans la répartition des 100 milliards en fonction de l’importance des populations, territoire par territoire puisque le Gouvernement parle de territorialisation du plan. La Réunion compte environ 900 000 habitants sur les 66 millions de Français, ce qui reviendrait de manière proportionnelle à environ 1,36 milliard d’euros pour le territoire de La Réunion. Or, c’est une enveloppe de 1,5 milliard d’euros qui a été allouée à tous les Outre-mer. Les comptes n’y sont pas. Pour La Réunion, c’est 1,36 milliards d’euros, pas moins !

Grâce à ce plan qu’il convient d’adapter localement, La Réunion devrait retrouver quelques couleurs et accélérer le processus déjà engagé depuis des années en matière de transformation de son économie en devenant un territoire sécurisé, moderne, démocratique et durable et qui soit moteur dans l’Océan Indien. J’appelle le Gouvernement à ne pas se contenter de simples concertations mais à responsabiliser et à doter les Collectivités territoriales de tous les moyens pour que le plan de relance soit efficace et durable à La Réunion et pour les Réunionnais.

Nassimah Dindar, sénatrice 

Après deux mois de confinement, et alors que notre économie souffre et souffrira de longs mois encore des conséquences de l’épidémie de Covid, le plan de relance de 100 milliards annoncé par le Premier ministre Jean Castex dénote une ambition qu’il convient de saluer. Car il ne s’agit pas seulement de panser les plaies du présent, mais aussi d’enclencher un virage écologique, économique et de cohésion territoriale.

Les « sous-enveloppes » réservées aux Outre-Mer sont notamment destinées au soutien à l’agriculture, avec pour La Réunion « la transformation agricole et l’objectif de souveraineté alimentaire ». Le soutien à l’emploi et à la formation, avec une enveloppe augmentée pour les contrats aidés et des primes à l’embauche dans le secteur privé, est également priorisé. Est aussi prévue une enveloppe pour la NRL.

Je note avec satisfaction le soutien annoncé à l’hôpital. Je resterai vigilante, aux côtés des autres parlementaires, pour que l’hôpital réunionnais – CHU mais aussi l’EPSMR pour la santé mentale – soit doté des moyens nécessaires.

Enfin, est ouverte la possibilité d’adaptation des normes au contexte local, un assouplissement réclamé depuis de nombreuses années par les politiques comme par les opérateurs économiques.

Je note également que beaucoup des mesures du plan de relance figuraient dans le rapport sur l’urgence économique post-Covid, réalisé par la délégation sénatoriale Outre-Mer, et dont j’étais co-rapporteur.

Une étape importante nous attend, d’ici le mois de décembre : élus et monde économique doivent définir, ensemble, sous l’égide du Préfet, le plan de relance de La Réunion.  Ce rendez-vous est crucial. Nous devons, individuellement et collectivement, nous mobiliser pour que ce plan territorialisé prenne en compte nos besoins et permette de bâtir une Réunion plus forte, plus solidaire et plus durable, dans ses dimensions française, européenne et indiaocéanique.

Jean Hugues RATENON Député de la Réunion

Hier, après l’annonce du plan de relance économique par le 1er Ministre, Bruno LE MAIRE, ministre de l’économie et son ministre délégué Olivier DUSSOPT ont été auditionnés par une commission conjointe avec la commission des finances, la commission des affaires économiques et la commission des affaires sociales à l’Assemblée Nationale.
J’ai participé par visioconférence. Je devais intervenir mais ça n’a pas pu se faire compte tenu du nombre important d’intervenant.
Toutefois, un certain nombre de réponses ont été apportées. Dans divers domaines les orientations nationales se déclineront en Outre-Mer. Si un plan spécifique Outre-Mer d’1 milliard d’euros a été confirmé, le ministre a donné la garantie que les 98,5 milliards restant concerneront aussi les territoires ultramarins par le biais d’une politique transversale.
Je serai bien évidement très vigilant même si je considère qu’en terme d’objectifs, les choses ne sont pas claires pour faire baisser véritablement le chômage, la pauvreté.
100 milliards d’euros, certes, mais combien pour les familles ? Combien pour les jeunes ? Combien pour les handicapés ? Combien pour les personnes âgées ? Combien pour les retraités ? Combien pour les salariés ? Combien pour les fonctionnaires ? Combien pour les petites entreprises ? Combien pour les agriculteurs ? RIEN de précis. RIEN de clair. RIEN pour la relance par la consommation. La même politique continue ; le peuple abandonné risque d’attendre encore.
Concernant la poursuite de « la route qui ne mène nulle part », dixit Bruno LE MAIRE à propos de la nouvelle route du littoral, le ministère de l’Outre-Mer a annoncé que ce chantier devrait bénéficier des fonds de ce plan de relance. Mais il est à noter que cela risque de coincer au niveau de l’Union Européenne. En effet, cette dernière finance déjà cette route et ce plan de relance n’a pas pour vocation à financer des surcoûts. On attend des clarifications. La vigilance est de mise.
Concernant les emplois aidés, il faudra tout mettre en œuvre pour améliorer le financement de ces contrats vis-à-vis des employeurs.
Raisons pour lesquelles, je regrette que quelques élus trouvent ce plan excellent. Excellent certainement pour eux mais pas pour le peuple.
Pour autant, il nous faudra optimiser l’utilisation et l’orientation de ces sommes. Tout le monde doit se mettre au travail très rapidement et faire des propositions correspondant aux réels besoins territoire par territoire.

Rezistan’s Egalité 974

Les Départements, Régions et Collectivités d’Outre-Mer représentent plus de 4% de la population française et accumulent les retards dans la plupart des secteurs économiques:le chômage y est de 2 à 3 fois plus élevé qu’en Métropole, la richesse par habitant est presque 2 fois moins grande (20 000 € en moyenne dans les DROM-COM contre plus de35 000 € en Métropole), les prix sont en moyenne plus de 17% plus élevés qu’en Métropole, le taux de pauvreté y est d’environ 35% contre 14%en Métropole, …Tous ces chiffres pour rappeler la situation économique et sociale particulièrement préoccupante dans ces territoires.Des plans de rattrapage sont régulièrement annoncés depuis des années, mais malgré ce la la situation ne semble pas évoluer.A cela s’est ajouté ces derniers mois la crise sanitaire de la COVID, amplifiant très fortement ces inégalités.Pour répondre à cette crise, le gouvernement présente aujourd’hui son plan de relance national. Le Ministère des Outre-Mers a indiqué que 1,5 milliards sur les 100 milliards du Plan seraient consacrés aux outre-mers.De qui se moque-t-on? SEULEMENT 1,5% consacrés aux outre-mers!!Que sont devenues les promesses de rattrapage des inégalités?Par ailleurs, rien indique quelle part de cette minuscule enveloppe sera allouée à La Réunion. Ce que l’on sait, c’est qu’un partie de cette somme (combien…?) sera consacrée à l’achèvement des travaux de la Nouvelle Route du Littoral!Est-ce normal? Est-ce que ce chantier va contribuer à la relance économique?Est-ce que la toute petite enveloppe réservée à La Réunion doit se voir amputée d’une somme nécessaire à l’aide aux TPE-PME de l’Ile qui sont au bord de la faillite, et cela pour corriger les erreurs de gestion de la Région sur ce chantier?Mettre autant d’argent dans la finition d’un chantier sans s’occuper d’abord de l’activité et de l’emploi, c’est courir le risque de mettre les salariés et leurs voitures sur une route quine mène nulle part.

La Fédération Du Parti Socialiste de La Réunion

100 milliards d’euros pour relancer le pays !

Le défi est de taille pour notre Gouvernement. Surtout après les évènements qui ont marqué nos territoires ces 2 dernières années : un mouvement Gilets-Jaunes toujours d’actualité et une situation sanitaire en crise.

Le tissu économique a essuyé plusieurs coups de massue. Il est évident qu’aujourd’hui ces annonces eurent été très attendues.

Depuis 2018, les politiques locaux ne cessent d’alerter nos décideurs des dangers que présentent les différentes mesures prises. Celles-ci avaient marqué l’opinion publique, tant elles se présentaient comme un cadeau fait aux entreprises. Les indicateurs sociétaux, nous, nous les rencontrons chaque jour. Plusieurs témoignages et sollicitations nous ont amené à maintes reprises à dénoncer la ligne politique conduite par le Président Emmanuel Macron. Cette tendance à l’accroissement du taux de chômage chez nos moins de 25 ans ; ce déséquilibre entre les dispositions en faveur du social et le contexte sociétal ; cette iniquité fiscale entre ceux qui gagnent bien et ceux qui paient tout ; ces difficultés à accéder et connaître les droits.

Subséquemment, cette crise sanitaire est intervenue et a causé une fragilisation inquiétante de notre économie. Cette addition de mesures en faveur des entreprises depuis 2017 n’a finalement pas atteint les objectifs fixés. Pire, aujourd’hui elle semble complètement désuète face au contexte actuel et au moral des Françaises et des Français. Le terme de « cadeau » est aujourd’hui retenu.

Pour le 1er Ministre, il s’agit avant tout d’éviter que notre économie s’effondre. « Réinjecter massivement de l’argent dans l’économie pour que les entreprises repartent ». En « espérant que le plan de relance en 2021 créera 160 000 emplois ».

L’objectif aurait été bon s’il n’était pas conditionné à « l’espoir ». Les Réunionnaises et les Réunionnais, eux, n’y croient plus. Dire que le « dialogue social est fondamental » dans cette période est une évidence. Surtout lorsque l’on sait qu’aucune place ne lui a été donnée durant ces trois premières années de gouvernance.

En ce sens, préparer l’avenir et vouloir éviter les licenciements sont de beaux projets, ce qui détonne c’est surtout l’absence de conditions, notamment en matière de fiscalité. Il est inquiétant de savoir que 20 milliards d’euros seront fléchés sur de la baisse d’impôts de production sans contreparties fiscales, écologiques et sociales. Relancer l’économie c’est bien, mais sans accroître le pouvoir d’achat des Français, les recettes ne changeront pas. Nous devons conditionner les aides publiques dans le cadre de la relance à la création d’emplois et à une non-suppression des emplois actuels. Rien n’a été annoncé sur les salaires, sur l’économie de proximité et les petits commerces. Nonobstant, encore une fois, nous devons encore rêver à l’éventualité d’une traduction de ce plan de relance pour les Outre-mer. Encore une fois, nos territoires ont été oubliés. Si ce n’est que dans les 1,5 milliards d’euros prévus pour les Outre-mer, une partie sera mobilisée pour la gabegie du chantier de la Nouvelle Route du Littoral.

 

Tags:
Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

7
Poster un Commentaire

avatar
6 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
7 Comment authors
kimiBibiPierrotBabafigueNoah Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Bla bla en marche
Invité
Bla bla en marche

Le bla bla est en marche !

33 Ap. JC
Invité
33 Ap. JC

Hoareau !! toujours pas appris a comprendre les phrases simples du français!! Une illettrée qui s’octroie un petit pouvoir qu’elle n’a pas et n’aura jamais est le summum du critinisme!

Noah
Invité
Noah

Vive le 1er Ministre ! Vive le Président Macron ! pour leur aide à finir la NRL !

Babafigue
Invité
Babafigue

Tous les petits soldats à Sarko est en marche ,réunionnaises réunionnais ouvrent zot z.yeux vous croyez que lecornu (qui mange une fois par mois avec Sarko) est venu à la Réunion pour nous rendre visite pour dire qu’il est venu créer de la richesse de l’emploi c’est plutôt….tire gros gueule macatia dans son tas caca….petit lieutenant à Sarko…GRAND MERCI à la franc-maçonnerie

Pierrot
Invité
Pierrot

100 milliard et la NRL les deux point les plus importants en ce moment !!!!!
Eh oui la politique a ses tours de magie….
Inauguration Cortex

kimi
Invité
kimi

Dit merçi idiot qu’on terminé cette route au lieu de critiquer,créol na le syndrome de ça.

Bibi
Invité
Bibi

Depuis le quinquennat on nous roule dans la farine, il faut pas attendre rien de ce gouvernement surtout pour les retraités et salariés on nous demande de consommer plus pour enrichir ces multinationales sens ça il prendra des mesures drastiques tout va dans le sens du Medef et c’est pas fini pression faites il prépare une réforme de retraites qui va vraiment cassé le régime qui existe déjà et n’en parlons plus les cotisations qui favorisés les riches et nous allons devoir payer beaucoup comme en Amérique

Derniers de Actualités

WordPress Video Lightbox
Aller en Haut