Une manifestation devant le Centre des Finances Publiques de Champ Fleuri

4 min de lecture
2

En ce jour d’appel à la grève nationale au sein des services de la Direction Générale des Finances Publiques, Solidaires Finances Publiques a procédé à un rassemblement revendicatif devant le Centre des Finances Publiques de Champ Fleuri.

“Une grève pour dénoncer le dépeçage de nos services, l’abandon de nos missions . Sous couvert de modernisation, notre administration très spécialisée se détériore en qualité de service rendu aux usagers et se transforme en administration numérique éloignée des besoins de la population. L’illectronisme, l’accès difficile à un réseau internet de qualité , la complexité grandissante des textes et des procédures ne concerne pas que les plus fragiles d’entre nous . Une majorité de la population se sent livrée à elle-même et les services publics, à la DGFIP comme ailleurs n’assurent plus leur mission première .

Notre ministère abandonne le professionnalisme des agents au profit d’une communication mensongère , enveloppant de dorures et de noms pompeux une coquille vide .
Nos services ferment au public, les suppressions d’emploi se multiplient, la centralisation des services les éloigne de la population, les ouvertures de services publics au rabais , qui soi-diasnt répondent à tout sans être spécialisé à rien , se multiplient .

Ouvrir une maison France service, cela fait bien sur une affiche électorale, mais qu’y a t’il réellement derrière ?

Notre administration supprime ses fonctionnaires mais incite les collectivités à faire ce qui était notre travail , alors que ce n’est absolument pas leur mission première .
La COVID a accéléré de façon presque caricaturale un système que l’administration souhaitait installer lentement . Tout devient plus complexe, mais on y met que de faibles moyens . Nos services n’ont pas les réseaux informatiques en capacité d’absorber tout cela de façon efficace, nos agents sont mal équipés , la téléphonie reste à déplorer , et le télétravail éloigne les équipes de l’usager et de leur cohésion .

Bientôt l’ensemble des dossiers des petites et moyennes entreprises seront traités à distance , mais pas forcément à la Réunion,
Les dossiers des particuliers sont traités par une balf générique, un numéro en 800 qui n’est plus territorialisé …

Une grosse période de crise économique s’annonce, la Réunion va vivre des moments difficiles, l’éloignement se paiera au prix fort , nos services publics doivent aider la population à passer ces étapes difficiles , c’est leur rôle, ici encore plus qu’ailleurs et nous faisons bien plus que les abandonner, nous les détruisons peu à peu en les vidant de toute mission .

Le travail morcelé devient la règle, le numérique remplace l’humain, et la mauvaise technocratie, le travail de terrain . Face à l’avenir, il y a plusieurs routes, et clairement, nous n’empruntons pas la bonne”, indique le communiqué.

2 Commentaires

  1. Eh oui, dans notre pays, on préfère fermer des services, et donner le RSA au gens.
    Il est tellement plus simple ainsi de les asservir…

  2. Il fallait s’y attendre est ça ne va que empirer le monde évolue est la technologie aussi avant nos voitures ètait faites des mains des hommes aujourd’hui par des machines ! Toute est numérisé aujourd’hui par des espace personnel sur des différentes prestations de service administratif ( impôt, CAF, C. G. S. S., EDF) , Eeau, demande auprès de la région… etc etc) tout ce fait en ligne est puis triste à dire pourquoi payer des personnes pour des instruction d’étude est démarche administratives si les instructions est acte peuvent ce faire sur un serveur à titre gratuit…une climatisation du courant un serveur est hop 90 personne sur le carreau .. Ça coûte moin chère. Mais continuer comme ça la technologie dépassera l’homme un moment donner en autre avec l’intelligence artificielle les processeur devient de plus en plus performant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Les métiers de l’artisanat et de l’ingénierie à l’honneur cette semaine

Article suivant

74 cas de leptospirose depuis le début de l’année sur l’île

Free Dom