Une marche Arc-en-Ciel pour « Sobat » contre les discriminations ce dimanche

1 min de lecture
3

Cette année, le Mois des Visibilités revient avec toujours plus d’événements et d’associations pour les soutenir. Les événements LGBTQIA+ s’inscriront dans le
quotidien des Réunionnais·es. Des conférences universitaires aux projections en passant par les marches des Visibilités, Requeer et les associations et collectifs
de l’îles offriront de nombreux espaces d’expression pour notre communauté Kwir de l’île.

Si pendant longtemps l’organisation d’une marche ou d’un événement LGBTQIA+ était marginale, marginalisée voire boycottée par la population, cela
a changé depuis 2021 quand plus de 2000 personnes se sont rassemblées dans la plus grande ville d’outre-mer pour porter un message arc-en-ciel en créole.
Les Réunionnais·es sont appelé·e·s à réitérer l’expérience cette année, dans un premier temps à Saint-Denis le 19 mai prochain.

Une marche des visibilités éminemment militante

La Marche des Visibilités LGBTQIA+ 2024 aura lieu le 19 mai à Saint-Denis. Le départ se fera à 14h du Jardin de l’État pour arriver au Barachois vers 16h avec
des discours du président de Requeer, Jonathan Marcel, de la maire de SaintDenis, Ericka Bareigt, et du préfet de La Réunion, Jérôme Filippini, suivi des
performances de Yannick Peria, de la DJette Emma Di Orio, de l’artiste Ano, Zila et Tiana.

Alors que les Réunionnais·es seront appelé·e·s aux urnes le 9 juin, cette marche se veut politique avec son slogan : Sobat pour Bann Kwir (lutter pour les droits
queer). “Cette quatrième marche est éminemment politique, à la veille  d’élections européennes, on veut passer un message fort pour les droits humains, un message de progrès, d’inclusion et d’équité face au danger des nationalismes conservateurs qui nous oppriment” explique Jonathan Marcel, président de l’association Requeer. Au vu du nombre de personnes mobilisées l’an dernier, on aurait pu croire que les Réunionnais·es avaient accepté les LGBTQIA+ comme partie intégrante de l’île. Malheureusement, cette même année a également été marquée par les LGBTphobies, avec notamment une augmentation de plus de 30 % des actes contre les personnes LGBT+ à La Réunion. L’année 2023 a aussi connu de petites avancées, notamment à Maurice, mais la criminalisation des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres reste une réalité à quelques kilomètres de l’île.

“À nos échelles, nous pouvons tous et toutes faire en sorte que les lesbiennes, gays, bi, trans ne soient pas opprimé·e·s, ostracisé·e·s, obligé·e·s de vivre
caché·e·s pour ne pas craindre pour leur liberté, leur vie,” rappelle Jonathan.

3 Commentaires

  1. Encore eux!! OK vous existez, pas la peine de vous parader comme des clowns, on vous donne un budget, des locaux, des coordonnateurs pour vos associations, et à entendre un mec ou femme que sais je ?? sur la première ce matin c pas suffisant il faut encore d autres structures, pauvres contribuables ils paient tout ces gens là même pour les travers des gens !!??

    • Vous avez lu le contenu de l’article ? Les violences et agressions homophobes sont en augmentation. On ne parade pas comme des clowns mais on manifeste pour sensibiliser les gens et expliquer que l’orientation sexuelle n’est pas un choix. On devrait tous avoir droit de vivre tranquillement sans se faire insulter ou agresser à cause de notre orientation sexuelle.

  2. Arrêtez de jouer sur les mots vous êtes maintenant reconnu OK voire protéger vous voulez quoi d’autres qu on change d’avis sur ce genre de dérive ??qu’on soit condamner pour des gestes et propos violentes envers vous je comprend mais qu’on nous oblige à accepter votre état on a encire la liberté de penser et heureusement ?!!?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Insurrection en Nouvelle Calédonie : les autres régions ultra-marines sont-elles à l’abri d’une révolte ?

Article suivant

Olivier Bancoult élevé au grade de « Grand Commandeur »

Free Dom