Une mauvaise qualité des combustibles de propulsion délivrés à Singapour, à l’origine d’importantes d’avaries de propulsion.

5 min de lecture
4

C’est à Singapour que soutent l’immense majorité des navires transitant au large de la Réunion. Les combustibles qui y sont délivrés pourrait être à l’origine du nombre important d’avarie de propulsion constatées ces dernières semaines dans la zone des Mascareignes.

« Mise à jour sur les conclusions préliminaires de l’APM sur la contamination signalée du combustible de soute dans le port de Singapour

L’Autorité maritime et portuaire de Singapour (APM) a été informée le 14 mars 2022 qu’un certain nombre de navires avaient été approvisionnés en fioul à haute teneur en soufre (HSFO) contenant des concentrations élevées de composés organiques chlorés (COC) (1,2-dichloroéthane, tétrachloroéthylène) dans le port de Singapour. MPA a immédiatement contacté les fournisseurs de soute concernés pour prendre les mesures nécessaires pour arrêter de fournir le carburant affecté et pour informer également tous les navires qui ont été fournis avec le carburant de faire preuve de prudence lors de son utilisation.

2. Des enquêtes préliminaires menées par MPA ont révélé que le carburant affecté – un produit mélangé, était fourni par Glencore Singapore Pte Ltd (Glencore). Glencore a informé MPA qu’après avoir reçu des rapports de contamination de son carburant, Glencore a procédé à l’essai des carburants fournis par ses sources utilisées dans son produit mélangé, et a découvert que l’un d’entre eux provenant de l’étranger contenait environ 15 000 ppm de COC. Au moment des essais, Glencore avait déjà vendu une partie du carburant affecté à PetroChina International (Singapour) Pte Ltd (PetroChina), qui, à son tour, avait fourni aux navires dans le port de Singapour.

3. À ce jour, Glencore et PetroChina avaient fourni le carburant affecté à environ 200 navires dans le port de Singapour. De ce nombre, environ 80 navires ont signalé divers problèmes avec leurs pompes à carburant et leurs moteurs. La MPA a effectué des tests d’échantillons de carburant pour certains des navires concernés et a trouvé des niveaux élevés de COC dans leurs échantillons de carburant. Il s’agit du premier cas de contamination du carburant due à des concentrations élevées de COC signalées à Singapour au cours des deux dernières décennies.

4. Le carburant de soute fourni dans le port de Singapour doit répondre aux normes internationales des produits pétroliers du carburant – Organisation internationale de normalisation 8217 (ISO 8217) [1]. Le carburant contaminé acheté par Glencore était conforme à la norme ISO 8217. Glencore avait également effectué des essais supplémentaires du carburant sur la base de l’American Society for Testing and Materials (ASTM) D7845 [2]. Les normes ISO 8217 et ASTM D7845 ne testent pas le COC.

5. MPA est actuellement en discussion avec l’industrie sur la mise en œuvre de contrôles supplémentaires de la qualité du carburant qui permettraient de détecter la présence de produits chimiques inacceptables. L’APM a également l’intention de soumettre un document sur la contamination des combustibles par le COC à l’Organisation maritime internationale pour qu’il les membres les sensibilise.

6. En tant que centre majeur de soutage, MPA prend au sérieux l’assurance de la qualité des soutes et n’hésitera pas à prendre les mesures nécessaires contre les parties concernées si elles ne se sont pas conformées aux conditions de permis de soute de MPA ou à d’autres règlements applicables.

[1] ISO 8217 – Normes internationales Produits pétroliers — Combustibles (classe F) — Spécifications des carburants marins.
[2] ASTM D7845 – Méthode d’essai standard pour la détermination des espèces chimiques dans le mazout marin par chromatographie en phase gazeuse multidimensionnelle/spectrométrie de masse. »

4 Commentaires

  1. « Une mauvaise qualité des carburants délivrés à Singapour, à l’origine d’importantes d’avaries moteur. »
    C’est pas plus clair et simple comme titre ?

    • Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Sans compter que ce journaliste ne doit pas avoir de correcteur d’orthographe ! Le 1er paragraphe de son cru compte déjà deux belles fautes, le reste étant du copié collé

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le nouveau compagnon de la mère d’Elianna, condamné pour violences conjugales

Article suivant

Saint-Paul : Margie Sudre a animé la conférence intitulée « La Francophonie, histoire et perspectives ».

Free Dom