Une rave party « sauvage » sous la route des Tamarins (VIDÉO)

1 min de lecture
10

Le monde de la nuit s’est réanimé d’un coup avec la levée des restrictions Covid. Conséquence : c’est le retour des « rave party », ces rassemblements sauvages de jeunes, au beau milieu de la nature. Cette fois, vous nous avez rapporté une manifestation … à deux pas de la route des Tamarins.

C’est une maman choquée qui nous raconte la scène : elle explique s’être  retrouvée dans l’une de ces fêtes sauvages sous la route des tamarins.

Pour elle, on devrait lutter davantage pour limiter ces rassemblements.

PODCAST

10 Commentaires

    • La mentalité d’une pauvre femme ….. Les rave / freeparty sont organisées pour faire la fête ça ne veut pas dire gratuit mais libre pas de contraintes de volume ni de nombres de place pas de restriction la vrais vie en soit si l’on doit obéir et vivre dans l’interdiction….je préfère mourrir la vie n’es pas simplement surtout pour les jeunes laisser nous racer bandes d’incultes vous ne savez regarder que ce que l’on vous montre ….. Pauvre monde …. Si triste

  1. c’est trop cool !!!
    allez là … c’est la fete tous les soirs car y a pu école au lycée c fini le troisieme trimester est boucle, le bac c in ze pocket snas rien faire, parcours sup est obligé de nous accepter qq part donc no problem !!
    qui a dit que c’etait dur d’avoir 20 ans ?

  2. Boite de nuit na trop restriction asteur zot préfère la musique en plein air. Sous le pont de l’ouest un bal était donné… nonon ma fille tu n’iras pas….

  3. Vous n’avez jamais été jeunes ou quoi ? Interdits de danser et de faire la fête depuis 2 ans… les jeunes trouvent leurs propres solutions. Et franchement vous pourriez aussi dire que tout s’est bien passé et que c’était plutôt bon enfant… plutôt que de laisser imaginer que c’était sauvage !

Répondre à Bolo Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Un client mécontent asperge d’essence et brûle un mécanicien d’une casse auto

Article suivant

Renault menacé par un millier de plaignants, en cause le moteur 1.2 TCe, monté sur 400 000 véhicules

Free Dom