Une statue en l’honneur de l’aviateur Roland Garros érigée dans le stade

7 min de lecture

Dans le cadre de la modernisation du stade, une statue de l’aviateur Roland Garros vient d’être installée dans le stade en présence du Président de la FFT, Gilles Moretton, et de l’artiste qui a réalisé la sculpture, Caroline Brisset.

La FFT a souhaité rendre hommage à ce pionnier de l’aviation française et héros de la 1ère guerre mondiale qui a donné son nom au stade. Cette statue réalisée en acier, qui mesure plus de six mètres de hauteur, représente un portrait de Roland Garros, inspiré d’une photo où il pose accoudé au cockpit. Cette sculpture est intitulée « The cloud kisser ». Les exploits de Roland Garros, premier pilote à traverser la Méditerranée, lui ont en effet valu le surnom de « l’homme qui flirte avec les nuages ».

Cette statue prendra place de façon pérenne sur le tout nouveau « parvis de l’aviateur » à proximité de la nouvelle entrée grand public du stade Roland-Garros, appelée « porte 1 ».

Caroline Brisset est une jeune artiste et sculptrice française née en 1988, qui travaille le métal sous toutes ses formes dans ses sculptures.

Déclaration de l’artiste Caroline Brisset :

« L’aviateur Roland Garros m’a énormément inspirée car il dégage, à la fois une certaine sérénité mais aussi une sorte de folie des grandeurs. Je me sens proche de lui car c’était un rêveur. Dans son regard, on voit bien qu’il est perdu dans les nuages. Une poésie émane de tout ça. J’ai essayé au maximum de m’imprégner de ce personnage pour être la plus sincère possible dans mon interprétation. Je crois que c’était l’un des défis les plus compliqués que j’ai eu à relever. Ce projet a énormément résonné en moi car mon grand-père était aviateur et appartenait à la même escadrille que Roland Garros, l’escadrille des Cigognes. Du coup, j’ai mis beaucoup de cœur dans ce projet ».

Déclaration du Président de la FFT, Gilles Moretton :

« Nous sommes très fiers d’accueillir aujourd’hui cette magnifique statue, réalisée par Caroline Brisset, une artiste particulièrement talentueuse et touchante. Cette sculpture constitue un bel hommage à Roland Garros, amplement mérité, car il fut notamment un pionnier de l’aviation et l’un des héros de la première Guerre mondiale. Cette œuvre permettra ainsi au tournoi de saluer de façon pérenne la mémoire de cet homme extraordinaire qui a donné son nom au stade puis à notre tournoi ».

Qui était Roland Garros ?

Né à La Réunion le 6 octobre 1888, il passe ses jeunes années sur cette île de l’Océan Indien, puis à Saïgon. À 11 ans, il débarque seul à Paris pour ses études. Loin du foyer familial, il est confronté à l’indépendance et se forge un fort tempérament. Diplômé de HEC et sportif accompli, il découvre l’aviation à 21 ans. Une véritable révélation pour le jeune homme. Rapidement, il effectue ses premiers vols et enchaîne les succès. Il réalise notamment l’exploit de traverser en 1913 la Méditerranée à bord d’un Morane-Saulnier. Parti de Saint-Raphaël, il parvient, après 7h47 d’un vol épique, à atterrir à Tunis. Cette performance lui vaut une grande notoriété.

Alors qu’éclate la Première Guerre mondiale en 1914, il est considéré comme le meilleur pilote au monde. Il décide alors de s’engager pour toute la durée du conflit. Particulièrement visionnaire, il est convaincu que l’aviation peut jouer un rôle militaire majeur. Il va alors participer à la mise au point d’une toute nouvelle arme : un système de tir entre les pâles de l’hélice. Roland Garros devient le premier chasseur aérien de l’histoire. Prisonnier de guerre, il parvient, après plusieurs tentatives et trois ans de captivité, à s’échapper d’un camp en Allemagne. Cela ne l’empêchera pas de retourner au front. Le 5 octobre 1918, la veille de ses 30 ans, son avion s’écrase au cours d’un combat dans les Ardennes.

Pourquoi le stade a-t-il été baptisé Roland-Garros en 1928 ?

Nul besoin de le rappeler, l’héritage laissé par les Mousquetaires est immense. Outre les six victoires en Coupe Davis (de 1927 à 1932), Jacques Brugnon, Jean Borotra, Henri Cochet et René Lacoste sont également, grâce à leur premier succès en 1927 à Philadelphie, à l’origine de la création du stade Roland-Garros… Pour accueillir les États-Unis en France en 1928 à l’occasion de la finale de la Coupe Davis, un court digne de cette prestigieuse compétition doit en effet être érigé. Ce stade de tennis est construit sur un terrain de 3 hectares situé Porte d’Auteuil et cédé par le Stade Français. Le président de ce club mythique, Émile Lesieur, n’a alors qu’une requête : que le stade porte le nom d’un ami et ancien membre du club qu’il a rencontré sur les bancs de HEC, un certain Roland Garros…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

“La Diagonale Dans Tous Ses États” : ultra Trail pour sensibiliser contre les violences

Article suivant

Ligue des champions : le PSG perd face au Bayern mais se qualifie pour les demi-finales

Free Dom