Vaccination : le délai entre deux injections passe à 3 mois

2 min de lecture
19

Jean Castex et Olivier Véran ont tenu hier soir une conférence de presse lors de laquelle ils ont annoncé les nouvelles mesures gouvernementales prises suite à une concertation du Conseil de défense sanitaire et le Conseil des ministres exceptionnel.

Suivant les recommandations de la Haute Autorité de Santé, le premier ministre a annoncé que «dès demain matin, il suffira de trois mois après votre deuxième injection ou votre première si vous avez eu le Covid pour pouvoir bénéficier de votre rappel». En effet, selon la HAS, les vaccins seraient efficaces à 80 % durant un à deux mois contre les formes symptomatiques non graves du variant Omicron, mais perdraient plus rapidement leur efficacité qu’avec les variants précédents. Ces mêmes données montrent une remontée de l’efficacité vaccinale à 75 % deux semaines après une dose de rappel.

Concernant la quatrième dose, qui est déjà autorisée dans certains cas pour les personnes immuno-déprimées, Jean Castex évoque une «possibilité» pour la population générale, bien que «Je n’ai pas la réponse à vous apporter à ce stade. Cette question viendra en son temps. Il faut qu’on observe les effets de la troisième dose dans la durée». Le ministre de la Santé a quant à lui déclaré qu’il s’agissait pour le moment d’une probabilité à étudier et que si le rappel est « indispensable, on le fera aussi.»

 

19 Commentaires

  1. « A l’instar des auteurs de cette étude, on pourrait penser que la différence observée sur le taux d’hospitalisation, 5,4 % et 1 %, n’est pas si importante que cela, les deux chiffres étant faibles. On rappellera que le vaccin anti-covid de Pfizer a été approuvé dans d’innombrables pays sur la base de taux observés de 0,88 % et 0,04 % sur les deux groupes, ces taux correspondant à la proportion de patients déclarant ressentir des symptômes de Covid-19 et confirmés par un test positif : 162 patients sur 18325 dans un groupe et 8 sur 18198 dans l’autre (voir le tableau 2 de l’étude de Pfizer). Passer de 0,88 % à 0,04 % représente en effet une réduction relative de 95 %.

    Pour le vaccin anti-covid de Moderna, c’est une réduction de 1,3 % à 0,08 % des cas de Covid-19 symptomatique qui a permis d’afficher une efficacité de 94 % (185 patients sur 14073, contre 11 sur 14134 ; voir la Figure 4 de l’étude de Moderna.)

    Dans le cas du ciclésonide, l’inversion de la hiérarchie des résultats de l’étude de Clemency et al., que rien ne justifie puisque le résultat est important (86 % de réduction relative du risque d’hospitalisation, statistiquement significative) a donc pour conséquence de rendre apparemment insignifiante une étude qui apporte pourtant un élément de preuve de l’efficacité d’un traitement précoce bon marché contre le Covid-19. »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

4 navires de croisière refoulés par plusieurs ports à cause de cas de COVID à bord(VIDÉOS)

Article suivant

St-Pierre : « le médecin nous a annoncé le décès de ma mère par erreur »

Free Dom