Variole du singe : trois nouveaux cas confirmés à La Réunion

1 min de lecture
6

Santé publique France a publié ce vendredi 21 juin son point épidémiologique hebdomadaire (Conférence à cet article). L’Agence Régionale de Santé (ARS) de La Réunion a alors signalé trois nouveaux cas d’infection à virus Monkeypox, également appelée variole du singe, au cours des deux dernières semaines.

L’Institut Pasteur indique que la variole du singe est une « zoonose émergente, initialement présente chez les rongeurs en Afrique, et désormais circulant chez l’humain ». La variole du singe, causée par le virus du même nom, se manifeste comme « une forme atténuée de la variole humaine, avec des symptômes moins graves et une létalité plus faible ».

6 Commentaires

  1. certainement que les cas sus nommés étaient des cobayes aux injections expérimentales anticovod qui ne sont plus reconnus comme des vaccins devants des tribunaux américains….

    il faut obtenir les numéros de lots pou connaitre qu’elle soupe leur a été administrée..

    après il y a les faux positifs aux test PCR des ordures qui se font du pognon sur la peur

  2. Extrait d’un discours récemment prononcé au Parlement par le sénateur australien Malcolm Roberts qui déclare que l’OMS n’est pas indépendante. « Le principal bailleur de fonds actuel de l’OMS est Bill Gates, qui a gagné des milliards grâce à ses investissements dans les vaccins promus par l’OMS. Gates a pratiquement acheté l’OMS, et maintenant elle fait la promotion de ses produits. C’est aussi simple que cela », a déclaré le sénateur.

    L’OMS est dirigée par Tedros Ghebreyesus, ancien ministre de la santé de l’organisation terroriste du Front de libération du Tigré. Celui-ci aurait utilisé l’aide internationale pour s’emparer du pouvoir et punir les opposants.

    En 2006, 2009 et 2011, des épidémies de choléra ont éclaté dans des régions qui n’avaient pas reçu de médicaments. Des enquêteurs indépendants ont constaté que Tedros était complice de la souffrance et de la mort d’innombrables personnes. « C’est un assassin. L’OMS pourrit par la tête », a déclaré Roberts.

    L’agence de presse AP a rapporté que des employés de l’OMS avaient exploité des filles et des femmes lors de la récente épidémie d’Ebola au Congo. « Inhumain ». Au moins 83 employés ont été accusés d’abus, notamment de viols et d’avortements forcés. Certaines victimes n’avaient que 13 ans.

    L’OMS a refusé de licencier les auteurs de ces actes. Tedros soutient cette décision. Et pourtant, de nombreux pays veulent donner tout leur pouvoir à cette organisation.

  3. Fauci a caché son intention de créer un virus mutant de la variole du singe

    Selon un nouveau rapport, l’ancien département du Dr Anthony Fauci a trompé le Congrès au sujet de ses projets de création d’un virus Frankenstein de la variole du singe qui avait un potentiel pandémique. L’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), ainsi que les NIH et le ministère de la santé et des services sociaux (HHS) ont présenté des plans visant à créer une souche de Mpox plus transmissible et plus mortelle en 2015, alors que le Dr Fauci était encore en poste.

    Les plans visant à créer un agent pathogène plus mortel et hautement contagieux ont reçu le feu vert, mais les personnes impliquées ont menti à plusieurs reprises aux législateurs, affirmant que la recherche n’avait jamais été approuvée. Alors que l’on craint que le Covid-19 n’ait été financé par des subventions similaires du gouvernement américain en Chine, les recherches sur la variole du singe ont été révélées fin 2022, après que le Dr Bernard Moss, scientifique du NIAID, a évoqué publiquement les expériences risquées.

  4. la Version des méchants:

     » Les recherches croissantes sur les virus de la variole et autres orthopoxvirus pathogènes pour l’homme menées par des spécialistes militaires américains sont particulièrement préoccupantes.

    Chef des troupes de protection nucléaire, chimique et biologique des Forces armées de la Fédération de Russie, lieutenant-général Igor Kirillov :

    Par exemple, une augmentation du nombre de moustiques tigres asiatiques non endémiques a déjà été enregistrée en Europe méridionale et centrale au cours des deux dernières années. En Allemagne, des populations de cette espèce se sont développées dans cinq districts fédéraux. Une autre espèce de moustique vecteur de la fièvre du Nil occidental a été identifiée en Suède et en Finlande.

    Dans le même temps, une augmentation de l’incidence d’infections vectorielles inhabituelles a été constatée dans les pays de l’UE. Un plus grand nombre de personnes infectées par la dengue ont été signalées en Europe au cours de l’année qu’au cours de la décennie précédente. Le pic d’incidence de la fièvre du Nil occidental a également été enregistré avec plus d’un millier de cas, dont 92 mortels.

    L’augmentation des recherches menées par des spécialistes militaires américains sur les virus de la variole et d’autres orthopoxvirus pathogènes pour l’homme est particulièrement préoccupante. Cela implique l’évaluation du virus de la variole du singe en tant qu’agent biologique infectieux potentiel et la recherche d’agents imitant les virus de la variole.

    Je voudrais noter que seules deux institutions sont autorisées à travailler avec ce virus : les Centers for Disease Control and Prevention aux États-Unis et le Centre national de recherche en virologie et biotechnologie VECTOR en Russie.

    Cependant, malgré l’interdiction de l’Assemblée mondiale de la santé, des expériences aérobiologiques utilisant deux souches du virus de la variole ont été menées par le personnel de l’Institut de recherche médicale sur les maladies infectieuses de l’armée américaine. Le document pertinent montrant l’implication du DoD américain dans la recherche est présenté sur la diapositive.

    Cette situation démontre clairement le mépris de l’administration américaine à l’égard des normes internationales en matière de biosécurité. Un tel travail pourrait potentiellement déclencher une urgence épidémique mondiale, dans la mesure où une proportion importante de la population est devenue sensible à la variole et à d’autres orthopoxvirus en raison de la perte de l’immunité de la population. La pandémie de variole du singe et l’augmentation de l’incidence du virus de la variole de la vache dans le monde au cours des dix dernières années en sont des exemples clairs.

    Je tiens à rappeler que les chercheurs américains s’intéressent vivement à la synthèse des orthopoxvirus.

    En 2017, ils ont synthétisé un génome fonctionnel du virus de la variole équine. Dans le même temps, la possibilité d’une production artificielle des coronavirus Lassa, Ebola, Marburg et pathogènes pour l’homme a été démontrée.

    Un exemple récent est celui des études sur le gain de fonction menées à l’Université de Boston, dans lesquelles une modification dirigée de l’agent pathogène du COVID a entraîné une mortalité de 80 %, provoquant des symptômes neurologiques atypiques et de graves lésions pulmonaires chez des animaux modèles. »

    les recherches sur le gains de fonctions par les américains est une vieille histoire, mais cela l’ARS s’en fout, ,
    seul compte , l’idée de faire peur et de pousser aux expériences sur la population ignorante
    par des injections préventives avec des produits expérimentaux

  5. Mais comment elle est arrivée chez nous cette maladie ? par avion ou bateau c’est sur, tout arrivent sur l’île , les grands caméléons multicolore qui mesure presque 50 centimètres il y en à partout dans le nord , les maladies importés de plus en plus , la réunion est foutu avec les conneries humaines. Bientôt le choléra si c’est pas déjà fait !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

La Région Réunion met en œuvre le dispositif « Prêt relance à La Réunion » pour les TPE/PME

Article suivant

Karine Lebon et Perceval Gaillard appellent les forces progressistes à se mobiliser (Vidéos)

Free Dom