Victoires de la musique: une édition Covid-19 sur fond de confinement et de couvre-feu.

7 min de lecture

« Les Victoires de la Musique c’est le plus grand show musical français, une cérémonie unique qui rassemble tous les publics autour de toutes les musiques sur les antennes de France télévisions. Cette édition est d’autant plus événementielle dans cette année de crise sanitaire, depuis bientôt un an, la musique et la culture  traversent une période sans précédent. Plus aucun concert n’a pu se tenir normalement depuis mars dernier et nombreux sont les artistes qui ont dû annuler leurs tournées, sans aucune perspective de reprise… S’ils sont très durement touchés, ce sont aussi de nombreuses professions du spectacle vivant qui sont aujourd’hui à l’arrêt et qui espèrent pouvoir reprendre leur activité et rencontrer leur public à nouveau.

Alors plus que jamais France Télévisions est mobilisé depuis des mois pour accompagner les artistes et le monde du spectacle sur toutes ses antennes, linéaires et numériques.

C’est la raison pour laquelle, à l’occasion de la 36e édition de la cérémonie, France Télévisions, l’Association des Victoires de la Musique et Carson Prod se sont mobilisés avec cœur pour rendre hommage à la musique, au spectacle vivant, à la culture et faire de cet événement unique « la Scène des artistes en live et en direct ». Et pour soutenir celles et ceux qui depuis tant d’années nous font rêver, vibrer, partager tant d’émotions sur scène, Les Victoires de la Musique seront symbole d’espoir et de joie !

Pour animer cette soirée, nous sommes heureux d’accueillir  un duo amoureux de la musique, régulièrement aux cotés des artistes sur nos antennes : Laury Thilleman  et Stéphane Bern, nous font l’honneur de présenter ces 36ème Victoires.
Tous ensemble, avec l’association des Victoires et leurs partenaires France inter, le Crédit Mutuel et Deezer, nous continuerons à vous faire partager ces moments de musiques magiques!

Des artistes d’horizons différents qui, au-delà des récompenses et du palmarès, seront là, présents, pour partager à nouveau leur amour de la musique et offrir un spectacle exceptionnel… Et peut-être entrevoir une première Victoire, celle de tous nous retrouver enfin bientôt… » Alexandra Redde-Amiel, directrice des variétés et divertissements de France Télévisions.

Retour de cette soirée très spéciale donc avec nos confrères d’Europe 1.

Doublé pour Benjamin Biolay

Il a reçu le prix du meilleur album avec Grand Prix, après avoir déjà remporté le titre d’artiste masculin aux 36e Victoires de la musique dans la nuit de vendredi à samedi. À 48 ans, ce sont les 5e et 6e Victoires dans la carrière de cette figure majeure du paysage musical français. “Grand Prix” est un disque-concept irrigué par sa passion pour la Formule 1 et porté par le tube Comment est ta peine ?.

“Ça n’a pas été une année très victorieuse pour la musique”, a lâché Biolay au moment de recevoir son premier trophée de la soirée. Et de tacler le “silence assourdissant des pouvoirs publics” face à la situation de la filière musicale, en général, et de la scène, en particulier, impactées par la fermeture des lieux culturels. “Et maintenant, la bamboche !”, a-t-il crié de joie en prenant le deuxième. Avec son disque au titre prémonitoire, Grand Prix, Biolay était aligné face à Gaël Faye et Vianney pour la catégorie artiste masculin. Pour l’album, Biolay était en course avec Aimée, Julien Doré; Lundi méchant, Gaël Faye; Mesdames, Grand Corps Malade et Paradis de Ben Mazué.

Pomme, voix de #MeToo, meilleure artiste féminine

C’est la chanteuse Pomme, aux textes sensibles et voix du mouvement #MeToo dans la musique, qui a été sacrée artiste féminine aux 36e Victoires de la musique vendredi. A 24 ans, c’est sa deuxième Victoire, après le titre d’album révélation glané l’an passé pour Les Failles.  Jeudi, à la veille de la cérémonie, elle a écrit avoir été “manipulée, harcelée moralement et sexuellement, sans en avoir conscience” à ses débuts, dans une lettre ouverte publiée dans Mediapart. En recevant son prix, elle a souhaité une “industrie (musicale) plus safe (sûre) pour les femmes”, en espérant que ces dernières puissent “renverser les codes” du milieu.

Dans sa lettre ouverte, elle décrivait son “arrivée dans l’industrie de la musique”, “traumatisante”, évoquant une période allant de “mes 15 à mes 17 ans”, sans donner de nom.  “Être un adulte de 30 ans face à une adolescente de 16 ans et la briser”, ajoutait-elle. “Réussir à lui faire croire qu’elle est le problème, en la sexualisant, en la rabaissant, en la contrôlant. Partir en marchant à pieds joints sur les débris d’une santé mentale détruite”. “J’en ai déjà parlé il y a quelques années, mais à l’époque, je n’avais pas la place que j’occupe aujourd’hui, c’était plus facile, ça faisait moins de bruit. Je vais redire les choses. Que ça fasse plus de bruit aujourd’hui, tant mieux”, concluait-elle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Website Protected by Spam Master




1 Commentaire



Free Dom
WordPress Video Lightbox