(VIDEO)/Serge Camatchy, candidat à St-André en 2020 : « je suis un élu propre, sans casserole »

7 min de lecture
19

Lors d’une conférence de presse tenue ce matin, Serge Camatchy a officialisé sa candidature aux municipales de mars prochain à la mairie de Saint-André. Une mairie qu’il connaît bien pour avoir été adjoint de Jean-Paul Virapoullé pendant plus de 20 ans, avant de claquer la porte en 2008. Serge Camatchy a été également 1er vice-président du conseil général du temps de la présidence de Nassimah Dindar et vice-président du conseil régional de 2010 à 2015 aux côtés du président Didier Robert.

Lors des municipales de 2014, Serge Camatchy avait totalisé environ 12% des suffrages. Depuis 2015, il n’a plus aucun mandat. « Cela me permet d’être plus disponible et plus libre pour être sur le terrain », dit-il. Entouré des membres du bureau d’Emergence Réunion à savoir Jean-Paul Mardéya, vice-président Est, Alix Jean Méra, vice-président Ouest, Abdallah Bourhane, vice-président Sud (Alain Puel, vice président Nord n’a pu se libérer de ses obligations professionnelles), sans oublier René Robert, Auguste Nayagom (“l’un des plus vieux militants communistes de la Réunion) et d’autres amis, Serge Camatchy a d’abord parlé du mouvement politique « Emergence Réunion », qui fête cette année ses dix ans, avant d’aborder les municipales.

De gauche à droite : Abdallah Bourhane, Serge Camatchy, Jean-Paul Mardéya et Alix Jean Méra. (Crédit photos : Yves Mont-Rouge)

L’ancien élu a expliqué que durant ces dix dernières années, « Emergence Réunion » a été au service des Réunionnais via plusieurs aides. « Nous avons accompagné des centaines de jeunes dans le cadre de Post-bac. Le bureau d’Emergence ne s’est jamais désempli. Nous sommes constamment sollicités », a signalé Serge Camatchy, avant de préciser qu’Emergence Réunion est passé en dix ans « d’une logique d’alerte à une logique d’action ». Avec son bureau et notamment en compagnie du scientifique René Robert, aujourd’hui à la retraite, « Emergence Réunion » travaille sur « un modèle de développement durable, adapté, cohérent et solidaire », que le mouvement présentera d’ici à quelques semaines dans le cadre de son programme pour les municipales. Tout comme il dévoilera la composition de sa liste pour 2020.

Ce matin, lors de la conférence de presse, Serge Camatchy s’est contenté d’annoncer sa candidature. « En fait depuis deux ans, c’est Jean Paul Mardéya, professeur d’économie à la retraite, qui était pressenti pour conduire la liste, mais ce dernier, après réflexion, m’a demandé finalement, compte-tenu de mon expérience, de prendre la tête de liste à Saint-André ». Il ne cache pas toutefois avoir beaucoup réfléchi avant d’accepter. Il l’explique au micro d’Yves Mont-Rouge :

Comme nous vous l’avions annoncé déjà, Serge Camatchy a précisé qu’il avait pris soin de rassembler d’autres candidats afin de discuter d’une possibilité d’union sur Saint-André. « Nous ne sommes fâchés avec personne. J’ai rencontré Mike Sihou, Ranjit Camalon, Farid Mangrolia, Josette Vee, Jean-François Ramassamy. Nous avons échangé. Sylvie Moutoucomorapoulé avait été également invitée, mais elle était prise par son travail ».

Le président d’Emergence Réunion explique par ailleurs que son mouvement politique sera présent un peu partout dans l’île. A Saint-Pierre, le vice-président Sud Abdallah Bourhane sera sur la liste qui sera conduite par Imrhane Moullan, responsable d’Agir 974 (également collaborateur de la Région à mi-temps et attaché parlementaire de la députée Nathalie Bassire). Concernant l’Ouest et le Nord, les discussions sont en cours avec d’autres partis ou mouvements concernant Alix Jean Méra et Alain Puel.

« Emergence Réunion » a-t-il eu des contacts avec les autres candidats de Saint-André tels que Joé Bédier, Eric Fruteau ? « On n’est pas fâché », répond Serge Camatchy. Et avec Jean-Paul et Jean-Marie Virapoullé ? « notre porte est ouverte », dit-il, en souriant.

A-t-il discuté de sa candidature avec Didier Robert, le président de Région ? « Didier Robert est un ami. Il est au courant de ma démarche, mais il a une Région à gérer, donc il a beaucoup de travail qu’il mène dans l’intérêt de la Réunion ».

Promettant de revenir avec son programme détaillé ultérieurement, l’ancien premier adjoint de Virapoullé se dit motivé par cette campagne « où le contact avec les gens sont bons sur le terrain ». Avant d’ajouter : « parce que je suis un élu propre, je ne traine pas de casserole et même en étant plus élu j’ai toujours privilégié la proximité en gardant un contact quasi permanent avec les administrés de Saint-André.

Y.M.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Website Protected by Spam Master




19 Commentaires



Free Dom
WordPress Video Lightbox