(VIDEOS)/ Comment nourrir les 50 millions d’habitants des îles de l’océan Indien dans 30 ans

dans Actualités/Infos Réunion/Vidéos

Un véritable défi auquel il faut s’y atteler dès à présent. Raison pour laquelle, les collectivités locales et les autorités internationales travaillent sur cette question de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans l’océan Indien depuis quelques années déjà via la Commission de l’océan Indien.

Ce matin, à la MJC de Bras-Panon, dans le cadre du 50 ème anniversaire de la foire agricole, les élus et autres représentants de divers organismes qui se penchent sur ce dossier ont souhaité faire un point sur cette thématique qui constitue un véritable enjeu pour les décennies à venir dans les îles de l’océan Indien. C’est ce qu’explique au micro d’Yves Mont-Rouge, Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon et chargé des relations internationales en tant que vice-président du Département. Pourquoi La Réunion doit-elle importer les carottes d’Australie, les oignons d’Inde et de Chine, du riz de Thaïlande ou autres pays asiatiques alors qu’il existe des îles à fortes potentialités au niveau de l’océan Indien ?

Plusieurs intervenants ont pris la parole à la conférence-débat de ce matin à la MJC de Bras-Panon qui s’est déroulée en présence des délégations venant des îles de l’océan Indien. Parmi eux, Lynda Lee Mow Sim, conseillère régionale chargée de la coopération régionale, Ibrahim Bamba, représentant du FIDA (Fonds international pour le développement de l’agriculture) qui est basé au Kenya et Patrice Talla de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). Patrice Talla explique les objectifs de la FAO dans le cadre du Programme régional de sécurité alimentaire et de nutrition :

Présents également à la réunion de ce matin : le Cirad représenté par son directeur régional Réunion/Mayotte Eric Jeuffrault, qui joue un rôle important dans ce programme, ainsi que l’AFD (Agence française de développement, représenté par son directeur Marc Dubernet.

La députée Ericka Bareigts a également assisté  à cette conférence-débat durant laquelle les invités ont été invités à réfléchir à la question suivante : comment produire plus et mieux pour nourrir dans les 30 ans qui viennent les 50 millions d’habitants que compteront les îles de l’océan Indien ? Un vaste programme fixé comme la priorité de la commission de l’océan Indien et de tous les organismes avec lesquels elle travaille, y compris nos collectivités locales.

 

Poster un Commentaire

avatar