(VIDEOS) Contrats d’apprentissage : 1000 places à prendre dans 250 entreprises à La Réunion

C’est ce que propose la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion (CCIR) dont le président Ibrahim Patel a tenu une conférence de presse, ce matin, à Saint-Denis, entouré de plusieurs élus consulaires parmi lesquels Patricia Pérarnaud, vice-présidente à la Formation. Présente également, Marie Claude de Munari, directrice du Pôle Formation à la CCIR. Sans oublier des chefs d’entreprises ainsi que des jeunes accompagnés de leurs parents, venus pour signer leur premier contrat d’apprentissage.

En effet, la CCIR a décidé de mobiliser 250 entreprises de notre département afin d’accueillir des jeunes en apprentissage, tout en bénéficiant des dispositifs mis en place par le gouvernement, à savoir 5 000 € d’aide pour un mineur et 8 000 € pour une personne majeure. Ecoutez les explications d’Ibrahim Patel, président de la CCIR. Il est au micro d’Yves Mont-Rouge :

« Les jeunes doivent faire honneur à leurs parents qui vont les accompagner tout au long de leur parcours », a encore souligné le président Patel, avant de passer la parole à Patricia Pérarnaud, qui connaît très bien le domaine de la formation. «Ça fait vraiment plaisir d’être ici ce matin avec tous ces jeunes qui viennent signer leur contrat d’apprentissage. Un contrat qui constitue la voie de l’excellence et qui va leur offrir une perspective professionnelle avec un salaire au bout. Ça fait d’autant plus plaisir que ça apporte du positif à un moment où les entreprises vivent encore des moments difficiles en raison de la crise sanitaire que nous connaissons. Mais nous voulons montrer à la CCIR et avec le président Patel que nous ne baissons pas les bras. Au contraire, c’est justement le moment de se battre encore plus pour faire gagner La Réunion, faire gagner le monde de l’entreprise et surtout la jeunesse réunionnaise », a insisté Patricia Pérarnaud.

Les chefs d’entreprise s’engagent à dispenser le maximum de connaissances aux apprentis avec comme objectif de pouvoir les embaucher au sein même de la société où ils ont fait leur apprentissage. C’est le cas de Mr Prugnières, patron dans les hauts de l’île (à la droite du président Patel) dont une apprentie est devenue aujourd’hui la numéro 2 de l’entreprise. Il espère que l’apprenti qui a signé ce matin pourra devenir le numéro 3 (notre photo ci-dessus)

Les contrats d’apprentissage sont proposés dans plusieurs filières. Y compris dans le e-commerce, comme l’explique (vidéo ci-dessous) la jeune cheffe d’entreprise :

Mme Marie Claude de Munari a rappelé que la Chambre de commerce propose toute une palette de formations allant du CAP au Bac+5, des formations en alternance débouchant sur du concret. 340 diplômés au 22 juillet 2020. Avec un taux de réussite de 88%. 70 jeunes ont suivi un stage hors du département en 2019.

Notons aussi que 17 apprentis réunionnais du Centhor évoluent dans des restaurants prestigieux dans l’hexagone. La CCIR propose 500 places en filière tertiaire, 200 places en filière technique, 250 places en filière hôtellerie, restauration, tourisme et 90 places en filière numérique. Si vous êtes intéressés, rapprochez-vous de la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion.

Y.M.

([email protected])

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
3 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
6 Comment authors
33 Ap. JCTi contrat la rouletteAragotMoiMimi Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
letocard
Invité
letocard

c’est vraiment bien !!!! il y a beaucoup de jeunes qui méritent !!!! c’est mieux que de rester à la maison ou de traîner dans les rues….qui ne veut rien faire, trouve des excuses, qui veut faire trouve des solutions …courage à tous !!

Mimi
Invité
Mimi

C est bien beau tout ça.mon fils vient de terminer sa 3ieme et recherche un contrat d apprentissage maintenance mécanique et aucun patron ne veut le prendre.toujours les mêmes excuses.fallait venir plus tôt ou encore on ne prend pas plus de un apprenti pour cause de covid 19 et j en passe les excuses.après on dit que les jeunes sont paresseux. Que ce monsieur aille sur le terrain pour voir ce qui se passe avant de faire son coq auprès des médias. Pfff

Moi
Invité
Moi

Nous sommes tout les jours sur le terrain. Je reste persuadé qu’il y a une place pour votre fils. Il doit s’affirmer dans son besoin et être fier de ce qu’il veut devenir. Une carrière professionnelle est compliqué de nos jours mais ces jeunes sont notre avenir.

33 Ap. JC
Invité
33 Ap. JC

de quelle carrière parles tu ? C’est quoi ce langage de leche botte, tu dois être un planqué et palper du fric de l’état, assisté.

Aragot
Invité
Aragot

Bonjour je suis d’accord de toute ces belle paroles mais moi je suis dans le Nord sa fait bientôt 3 ans que je l’es appelle pour avoir un apprentissage en esthétique ou en gestion administration mais jamais rien ils ont jamais rien il me font juste tournée en rond !!!ils ont des liste d’entreprise mais il ne vous aide en aucun cas car ils ne veulent pas vous donner la liste d’entreprise dans le secteur que vous chercher même si vous avez chercher et rien trouver il n’aide pas c’est nul !!

Ti contrat la roulette
Invité
Ti contrat la roulette

La jeunesse veut être patron au lieu ouvrier