NRL / Après 13h de réunion infructueuses, nouvelle rencontre à 14h30 ce vendredi

Les transporteurs ne savent donc toujours pas, après 10 jours de manifestations, s’ils vont pouvoir ou non reprendre le travail sur le chantier de la NRL (Nouvelle Route du Littoral). Un chantier en panne, notamment pour la partie dite de la Route Digue (le MT5-2) qui correspond aux 2,7 kilomètres restant à faire afin de boucler le chantier de la NRL dans sa globalité, à savoir 12 km au total dont environ 9 km en Viaduc.

Si la partie Viaduc est à présent terminée, celle de la Digue n’a toujours pas démarré. D’où la colère et l’inquiétude des transporteurs qui manifestent depuis maintenant une dizaine de jours. Ils avaient commencé par bloquer la Région avant de devoir libérer les lieux sur décision de justice, suite à un référé déposé par la Région. Les planteurs ont alors élu domicile sur un espace à Champ-Fleuri.

Pour autant, ils sont restés déterminés. Ce qu’ils veulent, c’est le démarrage du chantier. « Nous en avons rien à cirer de savoir si c’est de la faute à la Région ou du Groupement si ça bloque. Ce qui compte pour nous c’est le travail. Nous voulons le démarrage du chantier et le respect des paroles qui nous ont été données aussi bien par la Région, par l’Etat que par le Groupement », martèlent-ils.

Jean Bernard CAROUPAYE : 

Aussi, après 10 jours de manifestations avec blocage de la pyramide inversée, opération escargots etc…, les parties prenantes, c’est-à-dire la Région et le Groupement ont décidé de se rencontrer hier, jeudi, avec dans le rôle du médiateur, le préfet Jacques Billant, représentant de l’Etat.

La réunion de ce jeudi a débuté en préfecture vers 9h30 le matin et s’est achevée aux environs de 22 heures, soit plus de 12 heures de discussion entre Didier Robert, le président de Région assisté de Dominique Fournel, vice-président et délégué aux Grands Travaux, de son DGS et du service juridique de la pyramide inversée. Face à eux, les représentants locaux du Groupement NRL qui se compose des entreprises GTOI/Vinci/SBTPC.

Au menu de la discussion : le MT5-2 qui avait déjà donné lieu à une réunion en octobre 2019, puis en janvier dernier. Le marché avait été attribué au Groupement NRL qui n’a encore rien démarré faute de roches massives. Sauf que depuis janvier, il a été acté sous l’arbitrage de l’Etat que le Groupement pouvait commencer sur la base du protocole andains les premiers 500 mètres linéaires de cette route Digue en mer. Ce qui n’a toujours pas été fait. Le Groupement explique que c’est parce que la Région lui a adressé une lettre de résiliation du marché MT5-2 fin de l’année dernière.

De son côté, la Région explique que si elle l’a fait, c’est parce que le Groupement lui réclame une enveloppe supplémentaire conséquente pour commencer les travaux. Ce qui fait que l’enveloppe globale dépasserait les 15% d’augmentation autorisée et rendrait le marché hors la loi. Raison pour laquelle Didier Robert souligne qu’il a toujours été pour que ce chantier puisse s’achever mais en prenant soin de préciser à chaque fois « à un juste prix » et dans un cadre juridique adéquat. Une autre réunion aura lieu ce vendredi à 14h30. Ecoutez le président de Région. C’était hier soir à 22 heures, au sortir de la réunion à la préfecture. Il est au micro d’Yves Mont-Rouge :

Le marché de la route Digue s’élève à 298 M€. Faute de roches massives par manque de carrière exploitable pour l’instant, le Groupement demande une rallonge. C’est à ce niveau que ça bloque. Comme l’avait expliqué Dominique Fournel lors d’une conférence de presse, la Région ne peut pas donner satisfaction financièrement au Groupement en prenant en otages les contribuables réunionnais. Et demande donc au Groupement (la multinationale) d’honorer son contrat comme il avait été prévu initialement. Le premier coup de pioche avait été donné en 2015, année des régionales, et le contrat préconisait une fin de chantier en 2021. Or, compte-tenu du retard pris déjà sur la première tranche (Viaduc), la Région envisage à présent de livrer la partie Viaduc en 2021, afin de laisser le temps au Groupement de terminer la partie Digue d’ici à 2022-23. Mais encore faudrait-il démarrer les premiers 500 mètres tout de suite à partir des andains, ce qui donnerait du travail aux transporteurs au moins pendant un an, le temps aussi, peut-être, de pouvoir exploiter les carrières déjà inscrites dans le SAR et le schéma départemental. Pour l’instant ça bloque sur une question d’argent. « Un problème entre le Groupement et la NRL », indiquent les transporteurs qui ne veulent pas s’immiscer dans cette affaire. « Nous voulons travailler, un point c’est tout. Nous attendrons demain », ont redit, hier soir, les transporteurs à l’issue de la réunion, via Axel Mongin.

Jean-Bernard Caroupaye, qui avait pris le café jeudi matin avec le président Didier Robert, bien avant le début de la réunion en préfecture, espère que la rencontre de ce vendredi débouchera sur du concret :

Les transporteurs qui sont restés jusqu’à la fin de la réunion à attendre devant la préfecture ce jeudi soir, reviendront cet après-midi. Ils sont fatigués, toujours déterminés, mais gardent malgré tout le sourire et l’espoir de voir reprendre très vite ce chantier « complexe » de la NRL.

En tout cas, durant plus de douze heures, depuis les grilles de la préfecture, on aura vu un Didier Robert, un préfet, un Dominique Fournel et des représentants du Groupement de la NRL effectuer un va-et-vient entre la salle de réunion et la salle de visio-conférence avec le ministère à Paris car l’Etat est bien entendu partie prenante dans ce chantier financé sur la base du protocole de Matignon. Cette semaine, interrogé par le député Jean-Hugues Ratenon, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, a laissé entendre qu’il faudrait sans doute profiter des crédits de la relance économique, plus précisément des crédits européens (qui va accorder 40 milliards à la France) pour terminer cette NRL. Didier Robert a profité de sa rencontre avec Jean-Bernard Caroupaye, jeudi matin, pour faire passer un message aux transporteurs : « faites moi confiance ! ».

La Région a clairement fait comprendre depuis le début des manifestations des transporteurs que « la balle est dans le camp du Groupement ». L’on pensait que la réunion de ce jeudi allait être la réunion de la dernière chance, ce fut tout compte fait la réunion de l’avant-dernière chance.

La vraie réunion de l’ultime chance pour une reprise (ou non) du chantier de la Nouvelle Route du Littoral, sera sans conteste celle prévue, ce vendredi après-midi, à partir de 14h30 et qui n’est autre que le prolongement de celle démarrée jeudi matin à 9h30. Encore quelques heures de patience pour les transporteurs. Tout laisse à penser que l’Etat pèsera de tout son poids pour amener les protagonistes à trouver une solution en vue d’un démarrage du chantier de la route Digue. Au cas contraire, il faudra compter sur les transporteurs pour tout bloquer. « Quelle que soit la solution, nous on s’en fout, pourvu que nos camions puissent travailler car nous avons beaucoup investi pour pouvoir mener à bien ce chantier », disent les transporteurs. Comme à l’accoutumée, au sortir de la réunion d’hier soir, les représentants du Groupement n’ont fait aucune déclaration.

RESUME AUDIO DE LA JOURNEE

Y.M.

([email protected])

 

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

8
Poster un Commentaire

avatar
5 Comment threads
3 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
6 Comment authors
Truel7ACGravierViaduc de Gênes réaliséReprendre la main Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Zézé85
Invité
Zézé85

ARÉTE TOURNE À NOU CARRY SOUS RIZ RIEN MAINTENANT ZOT Y PENSE AUX CONTRIBUALES TROP TARD BANDES DE LOOSERS LE MAL EST FAIT LE GROUPEMENT FA FÉ PLI AZOT CAR QU’ELLE PART IL Y A QUELCHOSE QUI CLOCHE HISTOIRE DE DESSOUS TABLE PEUT ÊTRE QUI SAIT L’AVENIR NOU LE DIRA ET NOS ENFANTS AURONT DES DETTES À PAYER PAR LA FAUTE DES INCOMPÉTENTS DE LA RÉGION AVEC LEUR CHEF DIDIER 1ER N’AI PAS VERGÉS QUI VEUT.

Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

Finalement c’est à cause des plaintes des écolos bobos qui bloquent les carrières de roches qui enlisent les discussions ! On doit supprimer et renvoyer à l’école de la philo , tous les esprits apocalyptiques qu’on appelle “les Verts” !

Zigzag
Invité
Zigzag

La réunion avance pas a cause de “la droite” : affaire judiciaire dans presque toute les communes de droite, région de droite et un seul grand chantier qui monopolise les investissements sur l’île, manque de vision ! S’ils avaient une vision pr l’avenir il n’aurait pas accordé une carrière à cette entreprise : sbtpc.gtoi.vinci…qui va décrocher tt les futurs chantier de l’île en cassant les prix (car elle aura le monopole des matériaux) et en augmentant les prix pr ses concurent direct. Vous êtes de l’ancienne école et peu productif pr l’avenir et les enjeux qui attendent nos enfants

Reprendre la main
Invité
Reprendre la main

L’État doit reprendre la main seul pour finir le projet.
N’est pas Verges qui veut effectivement.

Viaduc de Gênes réalisé
Invité
Viaduc de Gênes réalisé

Le nouveau pont viaduc de Gênes (Italie). Un ouvrage qui a été reconstruit après l’effondrement de l’ancien pont en août 2018.

A la Reunion, ” rien de stupide ces routes qui ne mènent nulle part ” dixit Bruno Lemaire, ministre de l’économie.

Gravier
Invité
Gravier

La NRL c’est un sentier ?

7AC
Invité
7AC

Abandonnez ces 2,7Km de route restants, et surtout pas 1€ de plus pour les crevards, car vous le verrez, si vous cédez, quand le chantier sera terminé, ils remonteront au créneau pour avoir d’autres chantiers.
Qu’ils aillent bétonner en mer, tiens, pour faire une prison pour leurs vieux jours !

Truel
Invité
Truel

Fin du match amical , début de prosternation