Marco Boyer : “c’est promis, je me calme ce soir au conseil municipal” (VIDEOS)

4 min de lecture
4

Le 6 décembre dernier, le maire de la Plaine-des-Palmistes avait, selon les dires de plus d’un, “pété un câble” lors du conseil municipal. Il s’était brusquement levé de sa chaise, s’était précipité vers son opposant, le socialiste et ancien maire Jean-Luc Saint-Lambert et l’avait pris par la manche de sa veste pour le faire sortir manu militari de la salle. Marco Boyer, l’ancien prof de collège, n’avait pas apprécié qu’en dépit de ses conseils de “discipline”, l’opposant se soit montré “indiscipliné” pour reprendre son expression. Le conseil municipal avait alors été suspendu et reporté à une date ultérieure, à savoir aujourd’hui, mercredi 19 décembre, à partir de 16h30.

Que s’est-il réellement passé le 6 décembre dernier ? Pourquoi Marco Boyer a-t-il vu rouge ? Comment expliquer ce coup sang du maire ? Quelques jours après son conseil, son 1er adjoint Daniel Jean-Baptiste dit Parny démissionna de ses délégations. Comment se fait-il qu’avoir avoir été comme “chouchoute ek la morue”, les deux hommes en soient arrivés à de telles relations aujourd’hui au point que Marco Boyer décide d’inscrire à l’ordre du conseil municipal de cet après-midi le retrait ou le maintien des fonctions et des indemnités de Daniel Jean-Baptiste dit Parny ? Le maire envisage même, si le vote à bulletin secret sur cette question le met en minorité, de “démissionner” tout le conseil, y compris lui, afin d’installer une délégation spéciale à la mairie. Chantage ? Dans la vidéo ci-dessous, Marco Boyer s’explique sur tous ces points. Il répond aux questions d’Yves Mont-Rouge. Avec Jean-Luc Saint-Lambert, il reconnaît avoir été un peu “ferme”, mais précise aussitôt que “je ne lui ai pas arraché les oreilles ni enlevé ses yeux; Il n’y a pas eu de coup de fusil, ni de révolver. J’ai répondu à une provocation…”

A quelques heures du conseil municipal de cet après-midi, nous avons également rencontré le 1er adjoint Jean-Baptiste dit Parny qui, à son tour, explique pourquoi il a démissionné de ses délégations et pourquoi cette relation de confiance s’est rapidement détériorée. Il considère que ses délégations étaient “fictives” et il est aujourd’hui persuadé que le maire souhaite pousser Sophie Arzal, une élue de Bras-Panon, aux municipales de 2020 à la Plaine-des-Palmistes. Daniel Jean-Baptiste dit Parny explique que le maire, Sophie Arzal et le président de Région, Didier Robert, se sont déjà rencontrés chez un militant à la Plaine-des-Palmistes pour parler de cette échéance. Il indique que ce qui importe pour lui, “c’est le mieux être des Palmiplainois”. Aussi, envisage-t-il sérieusement de se présenter aux municipales de 2020, même sans le soutien du maire sortant. Lequel soutien lui avait été pourtant publiquement promis il n’y a pas si longtemps par Marco Boyer en personne. Mais la politique a ses raisons que la raison parfois ignore !

Par ailleurs, nous avons essayé de joindre le conseiller municipal de l’opposition, le socialiste Jean-Luc Saint-Lambert, en vain.

Y.M.


4
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
DidierCoup pas nouplainemandelakréol Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox