Vie chère et risques de pénurie : l’Etat présente son plan d’actions

3 min de lecture
7

Le coût de la vie à La Réunion, pour un budget moyen de ménage est 7,1 % plus élevé que dans l’hexagone* tandis que le revenu médian par unité de consommation y est inférieur de 30 % *. Dans ce contexte, l’Etat travaille tout au long de l’année avec les acteurs économiques pour mettre en œuvre des mesures de lutte contre la vie chère.

Etat des lieux en septembre 2021 : les prix des produits de grande consommation restent globalement stables et les prix de certaines matières premières augmentent

Alors que la crise épidémique et la reprise économique mondiale induisent une augmentation des prix de certaines matières premières et coûts de transport, à ce jour, cette situation n’a pas eu de répercussions fortes sur les prix des produits de grande consommation. On constate toutefois que les prix de certains les matériaux de construction ont augmenté depuis le début du second trimestre 2021.

Présentation du plan d’action de lutte contre la vie chère à l’OPMR

Pour répondre aux inquiétudes des acteurs économiques et des consommateurs, Jacques Billant, préfet de La Réunion a réuni ce jour les membres et citoyens de l’Observatoire des Prix, des Marges et des revenus (OPMR) pour leur présenter un plan d’action contre la vie chère et les risques de pénurie.

Ce plan d’action comprend trois volets :

  • Transparence des prix : un baromètre des prix portant sur une liste de produits particu-lièrement emblématiques pour le territoire sera mis en place avec l’appui d’un organisme indépendant (BTP, fruits et légumes et grande distribution);
  • Renforcement de la sécurité d’approvisionnement en maîtrisant les coûts et en optimisant la fluidité logistique du Grand port maritime (GPM) ;
  • Lutte contre la vie chère avec des mesures telles que :

– le blocage du prix global maximum du BQP,

– l’information obligatoire de l’État pour toute demande de hausse de prix de la part des fournisseurs,

– la mise en place d’un accord interprofessionnel sur l’alimentation animale du 31 août 2021.

Débattu avec les membres et citoyens de l’OPMR, ce plan d’action prévoit d’autres mesures fortes, telle que la possibilité de réglementer des prix de certains produits au besoin. Il pourra enfin être enrichi par les propositions de la population et des acteurs économiques locaux.

* source INSEE, 2015 * source AFD, 2015

7 Commentaires

  1. Oui mettez en places toutes les modalités pour nous faire croire que les prix vont pas exploser et surtout n oubliez pas de mettre en premier dans nos paniers les produits que mr le préfet et élus ne mangent pas, donnez nous que du premier prix c est ce que nous aimons

  2. 7,1%, à d’autres… Il suffit de consulter les prix des drives leclerc de métropole. Yaourts… Plus du double du prix. Mais c’est bien connu, nous les reunionnais n’avons besoin que de riz. .

    • Cet y crois que la vie lé meilleur sous les tropiques y trompe à zot. Le créole la laisse à li dépasser par les évènements. La pas mazine lo pti. Dans le Pacifique na des parcelles pou planter lé mis au service la population. Guette-là nous la construit un tonne l’immeuble avec le jardin potager en moin. Alors que ça té existe en France depuis z’année 70. Et comme dit « dubitatif » créole va manze rienk 1er choix. Alors qu’en France ou na lo choix. Suivant out porte monnaie ça va de soi. Comme quoi comme dirait Balavoine « et dans le monde c’est partout pareil »…

Répondre à Kiki Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Créations d’entreprises à La Réunion : important rebondissement en 2020 après une chute durant le confinement

Article suivant

Webcup : la finale internationale aura lieu ce samedi 4 septembre

Free Dom