Virés comme des malpropres !

Rien à voir avec les Mahorais bloqués à La Réunion durant toute la période de confinement. Eux, ont pu, grâce au combat mené par les deux Collectifs (Re-Ma de Amina Djouma-Lihadji et SOS Rapatriement Réunion/Mayotte de Amni Mdroumbaba) rentrer enfin chez eux, soulagés, hier matin. J’y reviendrai dans un instant.

Avant d’évoquer le titre, je voudrais m’arrêter un instant sur une photo assez surprenante que vous avez été quelques uns (unes) à m’envoyer cette semaine. Photo que vous avez dû « capter », si j’ai bien compris, sur les réseaux sociaux. Vous me dites que vous avez été « choqués ». Il s’agit manifestement d’une petite fête familiale chez des gens bien, nantis et visiblement en bonne santé. Un bon repas en famille et entre amis dans une villa cossue avec piscine, du côté de Saint-Paul, chez la femme d’un élu, et non des moindres ! C’était le samedi 16 mai. Jusque là, rien de « choquant » pour reprendre votre mot. Bien au contraire ! Mais là où ça peut effectivement interpeller, c’est lorsqu’arrive le moment de passer au dessert : un beau et sans doute délicieux gâteau, sur lequel la maîtresse de maison a demandé au pâtissier d’inscrire la mention « Covid-19 » (voir photo ci-dessous). Surprenant tout de même quand on connaît le contexte !

Rappelons que le Covid-19 a déjà contaminé près de 15 millions de personnes dans le monde et que le virus en a tué près de 300 000 autres. Et ce n’est pas fini, malheureusement ! De là, à déguster un gâteau « Covid-19 », ça peut paraître un tantinet indécent, de mauvais goût, notamment vis-à-vis des malades et des familles qui ont perdu des proches à cause de ce foutu et maudit virus. Mais à chacun ses goûts justement, à chacun (ou plutôt chacune), son délire, son kiffe ! Parfois, l’argent et le pouvoir, ça fait tourner la tête et ça rend un peu « zinzin ».

La prochaine fois, à l’occasion d’un prochain « gueuleton », qui sait, peut-être fera-t-elle inscrire « Dengue » ou « cancer » sur le gâteau ! Le cancer est une maladie qui tue 150 000 personnes par an en France. Quant à la Dengue, elle en a tué 9, pour l’instant, à La Réunion. L’histoire ne dit pas s’ils ont mis un masque pour déguster le gâteau « Covid-19 ». Ben oui, poussons la folie (des grandeurs) jusqu’au bout ! Et puis, faut se protéger face au virus, qui est toujours là, ne l’oublions pas ! Faut penser aux gestes barrières. Le 16 mai, jour de ce repas, c’était aussi le jour de l’arrivée d’une cargaison de masques à La Réunion. Volontairement, j’ai recadré la photo uniquement sur le gâteau, afin de ne pas reconnaître les personnes présentes à ce repas familial et amical. Pas envie de me prendre un procès, même si les photos ont été publiées sur les réseaux sociaux ! Je le dis et le répète : à chacun ses goûts. Joyeux ou morbides !

Au lycée Evariste de Parny à Saint-Paul, « les innocents virés, les coupables protégés »

Venons-en au titre de l’édito à présent : « Virés comme des malpropres ! ». Suite à l’appel de plusieurs personnes « outrées », je voudrais attirer l’attention du recteur, du maire Joseph Sinimalé, de la députée Mme Bello et celle d’autres personnes sur ce qui arrive à 6 assistant d’éducation qui vont être « virés » du lycée Evariste De Parny de Plateau-Caillou à Saint-Paul. Vous comprenez mieux maintenant pourquoi j’ai cité Sinimalé et Bello. Il faudrait qu’ils interviennent sur ce dossier. La lettre de licenciement (oud de non renouvellement, ça revient au même !) a été tout récemment mise à la signature de la proviseure de l’établissement. Mais c’est une de ses adjointes qui s’est chargée du sale boulot. Laquelle souhaite d’ailleurs accélérer le processus pour débarquer au plus vite les six AED. Quel crime ont-ils bien pu commettre pour mériter pareille sentence ? Aucun. Les six assistants d’éducation, dont certains et certaines pères et mères de famille de La Réunion, n’ont en effet commis aucune faute professionnelle. La direction n’a strictement rien à leur reprocher. Ces six AED ont appris, à l’issue d’une réunion, lundi dernier, que leur contrat n’allait plus être renouvelé. Contrat qui arrive à échéance en juillet pour certains, en août et en octobre pour les autres. Ces assistants d’éducation étaient en poste depuis 4 ans pour certains d’entre eux. Ils font un « gros boulot » avec les 400 jeunes scolarisés en classes de seconde dans cet établissement. Il faut savoir que le lycée Evariste De Parny accueille 1600 élèves. Ces AED mènent un travail de suivi, de soutien auprès des jeunes et ils sont également les intermédiaires entre les nombreux parents et l’établissement scolaire. « Il y en a une qui n’avait même pas pris son congé maternité et qui avait travaillé jusqu’à son dernier mois de grossesse tellement qu’elle tient à son travail et qu’elle est engagée auprès des élèves », explique un des employés du lycée. Ces 6 AED dépendent du rectorat. Ils ont passé des concours (professeurs des écoles, professeurs, conseillers principaux d’éducation). En attendant les résultats et la fin de leur cursus universitaire, ces assistants titulaires de Master bénéficient donc de ce contrat et de la petite rémunération qui va avec pour subvenir aux besoins de leur famille.

Alors que les établissements scolaires ont besoin de main d’œuvre supplémentaire en cette période de crise sanitaire, d’autant que les lycées vont rouvrir leurs portes, début juin, la direction d’Evariste De Parny n’a rien trouvé de mieux que de « remercier » ces 6 AED qui l’ont appris au hasard d’une réunion et, pour l’instant, de façon orale par la voix d’une proviseure ajointe. Le motif du non-renouvellement de leur contrat ? Il est d’une bêtise consternante. Les 6 AED font partie de l’équipe placée sous la responsabilité de la CPE (Conseillère principale d’éducation) des secondes. Laquelle est en arrêt maladie depuis plusieurs mois car il y a bèsement dans la cour Patel avec la CPE des 1ères. Les deux CPE se regardent en chiens de faïence. Elles ne s’entendent pas du tout.

Selon nos informations, l’inspection a déjà mené une enquête interne en début d’année au sein de l’établissement concernant ce conflit entre les deux CPE. Aucune nouvelle depuis ! Et devinez qui va payer les pots cassés ? « Ce sont les innocents qui vont payer pour les coupables. Faute de ne pouvoir sanctionner les deux CPE fonctionnaires de l’éducation nationale, la direction du lycée a décidé de façon arbitraire de se défouler sur des pauvres contractuels en sacrifiant les 6 AED qui, pourtant, n’en ont que faire de ce problème entre deux adultes mal lunés. C’est dégueulasse et injuste ! Les 6 AED ne méritent pas ça ! Certes, ils vont sans doute être remplacés d’ici à quelques semaines, il va falloir de nouveau recruter, trouver les bonnes personnes, alors qu’eux, ils sont là, et ils font un travail de qualité, reconnu depuis des années par toute la vie scolaire, par les élèves ainsi que leurs parents», témoigne un employé du lycée, qui déplore « le silence » et « la non-réaction » de la proviseure, « laquelle ne dit mot et laisse faire son adjointe, au détriment des 6 AED ». A suivre !

Covid et rentrée scolaire : Association des maires ou « club de la lèche » ?

On reste dans le milieu scolaire pour vous dire que dans les huit communes de l’île où s’est déroulée la rentrée « progressive » lundi dernier, il n’y avait pas foule. Marmaille l’a gagne la patte ! Normal, le virus est toujours là. Les parents ont peur. Nombreux sont les maires de l’Association éponyme qui sont en pétard avec le président Stéphane Fouassin, également maire de Salazie. Ils auraient souhaité un « peu plus de  solidarité » de la part de leur président. Pour la petite histoire, les huit maires ayant décidé d’ouvrir les écoles ont été qualifiés en interne (au sein de l’association) par leurs collègues, de « membres du club de la lèche ». Rappelons que les huit communes sont : Sainte-Rose, Saint-Denis, La Possession, Salazie, Entre-Deux , Petite-Ile, Cilaos et les Avirons. Selon la majorité des maires, « toutes les conditions ne sont toujours pas réunies pour assurer une bonne sécurité sanitaire des enfants, lesquels se croisent obligatoirement dans les cantines ainsi que dans les toilettes. Nous n’avons pas assez de personnels pour mettre en place toutes les mesures conformes au protocole drastique imposé par le gouvernement », explique un maire du Sud qui a refusé « d’amener les marmailles à l’abattoir ». Il rappelle par ailleurs que « le problème se pose aussi au niveau des transports scolaires qui ne sont désinfectés que matin et soir alors qu’il aurait fallu le faire à chaque rotation. Les communes n’ont pas les moyens financiers pour payer toutes ces prestations. Le recteur nous déroule sa litanie tous les mardis après-midi en réunion des maires au palais de la Source en présence du préfet, mais ce sont les élus qui sont en première ligne et qui doivent gérer tout cela. C’est bien beau de tenir des grands discours, mais il faudrait aller sur le terrain pour être confronté à la vraie réalité. Nous sommes désolés, mais dans les conditions actuelles, les communes ne sont toujours pas en mesure de veiller comme il se doit à la santé des élèves ». Idem pour les masques. « Dans une commune où il y a 10 000 collégiens. Il faut en moyenne 20 000 masques par jour, soit deux par élève. Sachant qu’un masque coûte 1 euro, il faut compter 20 000 euros par jour. Multipliez cela par le nombre de jours dans un mois… Qui paiera l’addition ? L’Etat n’a pas été clair à ce sujet. Le problème, c’est que l’Etat décide et impose et il dit aux maires : démerdez vous ! Pareil, le recteur nous fait tout un speech sur les gosses des personnels soignants. Or, on a ouvert les écoles de l’île pour accueillir à tout casser 300 élèves des personnels soignants, soit 0,7 élève par école, lesquels jouent au Monopoly et au Scrabble », explique un maire du Sud, pas content d’autant « qu’en raison de la crise sanitaire et que faute d’octroi de mer, le budget des communes va être impacté d’au moins 15%. L’Etat décide et renvoie systématiquement la balle aux collectivités pour la gestion quotidienne de la crise ». Toujours à propos des masques, certaines sociétés locales seront subventionnées par les grandes collectivités afin d’en confectionner un grand nombre. En clair, les masques qui seront financés pour une partie avec l’argent de nos impôts seront ensuite vendus aux contribuables. Comprenne qui pourra ! En sachant qu’un masque à La Réunion coûte en moyenne 1 euro, alors que la boîte de 10 coûte 1 dirham (0,93 centimes d’euro) en Afrique du Nord, soit même pas 10 centimes l’unité. Attention donc aux requins masqués qui vont profiter de la crise sanitaire pour se faire du beurre sur le dos des malades et des Réunionnais !

« Le gouvernement autorise les avions bondés mais ferme les cinémas »

 Malgré une situation complexe, tout le monde essaye de mettre la main à la pâte. D’où les réunions de concertation toutes les semaines, sous la houlette du préfet Jacques Billant, dans l’hémicycle du palais de la Source, aux côtés Cyrille Melchior, président du Département. Tous les élus tentent de trouver des solutions pour freiner la propagation du virus, toujours présent, même si la population pourrait penser le contraire, vu le comportement de beaucoup d’entre nous. Le danger guette toujours. Et la décision du gouvernement d’évacuer vers La Réunion tous les Mahorais considérés comme cas graves Covid-19 ne rassure pas les esprits. Idem avec le déconfinement de l’aéroport et les prochains départs en vacances (et surtout les retours) d’ici à la mi-août, avant la grande rentrée scolaire. Il ne faut oublier que le premier cas Covid-19 est arrivé dans notre île via un croisiériste et que la quasi totalité des 400 cas enregistrés ici ont été importés. La Réunion a connu un premier décès Covid, avant-hier. Il s’agit d’un Mahorais. Il aurait été sans doute plus prudent de dresser un hôpital militaire (ou de campagne) sur place, avec des moyens mis en place par le gouvernement. Annick Girardin aurait ainsi fait le déplacement à Mayotte en mobilisant l’avion du gouvernement uniquement pour distribuer quelques masques ? Nous ne sommes pas à l’abri d’une deuxième vague de l’épidémie. De toute façon, l’Etat n’a plus les moyens de confiner. Il en va de notre économie qui s’est « écroulée » ! On verra d’ici au 2 juin, prochaine date-étape du déconfinement.

Pour l’instant, certaines décisions gouvernementales peuvent prêter à sourire. Comme l’autorisation de la reprise des vols entre l’hexagone et les régions ultramarines et, dans le même temps, l’interdiction jusqu’au début juillet de l’ouverture des salles de cinéma et de spectacle. Comme on a pu le voir sur les réseaux sociaux, qu’est-ce qui est le plus dangereux : passer 11 heures confinés dans un avion bondé le temps d’un voyage entre Paris et La Réunion ou une heure dans une salle de cinéma où la distance sociale peut-être respectée, le temps d’une projection ? Les technocrates ont déjà décidé pour nous.

« Où est passé l’argent voté pour les Mahorais bloqués à La Réunion ? »

Concernant les Mahorais bloqués dans notre île depuis plus de deux mois, comme précisé précédemment, grâce à la mobilisation des Collectifs « Re-Ma » et « SOS Rapatriement Réunion/Mayotte », la cinquantaine de Mahorais, jeunes et moins jeunes, ont enfin pu être rapatriés chez eux. Les deux Collectifs ont remué ciel et terre (et quelques députés dont Ratenon ici et Kamardine à Mayotte) pour que l’Etat se mette enfin à se remuer. C’est chose faite. Mais là où le Collectif « Re-Ma » d’Amina Djouma-Lahidji ne comprend pas, c’est la décision du conseil départemental de Mayotte de débloquer des fonds pour venir en aide aux Mahorais bloqués ici durant plus de deux mois, alors que ces derniers n’ont jamais pu bénéficier d’une quelconque aide. (Voir document ci-dessous).

 

« Où est passé cet argent. Tous les Mahorais bloqués à La Réunion dont certains se sont même retrouvés à la rue, faute de moyens, sont allés se renseigner auprès du Département de La Réunion sur cette aide votée soit disant par le Département de Mayotte. A chaque fois, il leur a été répondu localement que l’aide n’était pas encore arrivée à La Réunion », explique Amina Djouma-Lahidji. Qui s’interroge à nouveau : « où est passé cet argent ? ». Mystère et boule de gomme ! Les Mahorais, je vous l’ai dit, ont quitté notre île tandis que l’aide votée pour eux n’a toujours pas franchi nos côtes. Il y a comme qui dirait anguille sous roche !

« Sini, c’est fini, Melchior en piste à Saint-Paul ? »

La campagne électorale va-t-elle bientôt redémarrer ? Les messages recommencent à fleurir sur les réseaux sociaux. J’ai lu récemment le post d’un militant : « Monsieur Didier Robert, l’homme le plus intègre et qui a une vision claire, ambitieuse et pragmatique de la ville de Saint-Denis et de l’île de La Réunion ». Après tout, c’est sans doute vrai. Et c’est pas le procureur de la République qui pourra dire le contraire. S’il avait le moindre doute, il aurait déjà sorti de ses tiroirs les quelques dossiers concernant la Région. Des affaires qui trainent, qui trainent… La justice n’a pas encore trouvé le temps de les instruire. Peut-être faudra-t-il attendre l’arrivée de nouveaux magistrats au parquet, un jour !

Mais bon, ce n’était pas vraiment le but de mon propos ? Je voulais plus parler des élections municipales et, plus précisément du second tour dont tout laisserait à penser qu’il pourrait se dérouler le 28 juin prochain. Macron et Philippe y sont favorables, tout comme le Conseil scientifique, mais je préfère quand même employer un double conditionnel car aux dernières nouvelles, rien n’a été décidé et il est même dit que le scrutin pourrait se dérouler en janvier prochain sous prétexte que les maires sortants auraient depuis le 15 mars profité de la crise Covid pour mener campagne.

Allez, qu’on en finisse une bonne fois pour toutes s’il vous plaît ! On prend celles et ceux qui restent en lice et on met la balle au centre. Et que le meilleur (ou le plus rusé ou le plus blindé financièrement) gagne ! La semaine dernière, je vous annoncé que si le second tour devait se dérouler fin septembre-début octobre, une rumeur faisait état d’une possible candidature de Didier Robert à Saint-Paul, en place et lieu de Joseph Sinimalé, plutôt mal en point face à Huguette Bello. Mais j’ai aussi insisté sur le fait que c’était une hypothèse tirée par les cheveux. A Saint-Paul, et c’est un secret de polichinelle, la droite se préoccupe beaucoup du cas de Joseph Sinimalé, maire sortant d’une commune qui représente un gros vivier de voix, y compris pour toutes les échéances à venir. Avec seulement 19% des suffrages, loin derrière Huguette Bello (36%) et juste devant Bénard (14%), Sini se démène pour remonter la pente. Il aurait dit-on réussi à ramener tous les « poissons morts » (les éliminés du 1er tour) de la droite avec lui. Y’en a qui ont bossé durant le confinement. Oui, mais Bénard ne veut pas de Sini. Il y en a qui avancent alors l’hypothèse d’une liste fusionnée « Sini-Bénard » à une seule condition : que Melchior soit investi comme maire par le conseil municipal en cas de victoire de la droite. Et en cas d’échec ? Les chances de Cyrille Melchior tomberaient net à l’eau pour la présidence du Département en mars prochain. Les leaders de la droite réunionnaise ne le diront pas publiquement, mais ils pensent que « Sini, c’est fini », un peu comme Capri (avec un p) dans la chanson ! Les mauvaises langues vont même jusqu’à prétendre qu’une victoire d’Huguette Bello à Saint-Paul n’empêchera pas l’actuel exécutif régional de dormir. Idem en cas de succès (très probable) d’Ericka Bareigts à Saint-Denis. Ce qui lui ferait deux épines en moins dans les pieds pour les régionales de 2021. « Commérages, ladilafé ! », comme dirait une autre chanson. Didier Robert a rencontré récemment Alain Bénard ainsi que le maire sortant de Saint-Paul. Je reste malgré tout persuadé qu’une élection, c’est comme un match de foot. Il faut toujours attendre le coup de sifflet final de l’arbitre pour connaître le score. Joseph Sinimalé n’a pas encore dit son dernier mot. Le « dinosaure » est en difficulté arithmétiquement parlant, mais politiquement, il n’est pas « définitivement mooorrt », pour reprendre une expression mauricienne.

Pour terminer, je voudrais vous faire part d’un truc qui me turlupine un peu. Je vois régulièrement des gens porter le masque dans leur voiture. J’ai cru comprendre que le port du masque était obligatoire dans les transports en commun, qu’il était bien évidemment fortement recommandé depuis le déconfinement pour les collégiens, les lycéens, pour toutes les personnes qui se retrouvent dans un espace fermé (commerces, grandes surfaces, la Poste, les banques, bureaux…), pour les personnes vulnérables (âgées, malades…), mais je n’ai jamais compris – même si elles sont libres de leurs faits et gestes – toutes ces personnes portant un masque dans leur voiture. Des personnes qui ne sont ni infirmiers libéraux, ni médecins c’est-à-dire pas obligés de s’arrêter toutes les 20 minutes, pour un soin ou une consultation. D’où ma question : à quoi ça sert de porter un masque lorsqu’on est seul dans sa voiture, ou même accompagné de sa femme et/ou de ses enfants ? Zot va « touffer » marmaille ! Le virus bien que toujours présent (et sûrement encore pour un bon bout de temps) n’est toutefois pas dans l’air et encore moins dans votre voiture ! Aussi, je serai tenté de faire mienne cette boutade que j’ai vue sur les réseaux sociaux, à savoir « porter un masque seul dans sa voiture, c’est comme porter un préservatif le soir pour dormir ».  Sur ce, bon week-end et à la semaine prochaine, si Dieu le veut !

Y.M.

([email protected])

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

30
Poster un Commentaire

avatar
19 Comment threads
11 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
20 Comment authors
MôvéLangBy DESSavanaAsterAuprat Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Mala
Invité
Mala

Bravo monsieur mont rouges bel artcle
Comme dabitude

SAINT PAUL
Invité
SAINT PAUL

Un gâteau écrit « COVID 19 » dessus! Quelle honte pour l’énergumène qui a osé faire ceci. Belle maladie à ce personnage pour comprendre qu’on ne joue pas avec un virus qui plus est « mortel ». Évidemment monsieur Monrouge cette femme d’élu que vous mentionnez doit avoir une cervelle bien vide, la prochaine fois ce sera probablement écrit « cancer » comme vous le dites si bien sûr son gâteau . Un niveau plus bas qu’un caniveau. Lé gayard , lé gadiamb lo pouvoir, lé pou un temps comme dirait nos ancêtres.

Marine
Invité
Marine

Excellent Yves M.!

florence
Invité
florence

Lo gato lé belle lo frer, i mok lé malade du corronavirus . Mi Love lo gato mi love zot tout freedom , mi lov lo mask, mi yaime tro lo foto lé doss otwoi hap bon # don lo nom le zelu freedom # ma mok ã li

MôvéLang
Invité
MôvéLang

et love out momon aussi

Bouba
Invité
Bouba

Mr Montrouge s’occupe de ce que font ses voisins et de leurs vies privées, je trouve cela indécent pour un soi-disant journaliste ! L’histoire ne nous dit pas si la soirée s’est terminée en soirée masquée pour adultes consentants, cela aurait était une information plus croustillante…

Énervé
Invité
Énervé

La vie normale reprend ses droits avec tous ses maux et coups tordus. Les élections seront de toute façon un fiasco. Le droit de voter a été spolié au nom de je ne sais quoi si on enlève le problème immense du COVID. Cela prouve que le choix des électeurs est secondaire et depuis des années on a organisé cette fracture et ne pas voter est devenu un avantage pour une politique voulue. METTEZ LE VOTE ELECTRONIQUE et vous verrez…..
Se dit élu avec a peine un quart des voix !!!!!
Démocratie ? Démo crasse…..

Jean
Invité
Jean

Un masque en voiture ne peut servir qui si vous revenez de faire vos courses ou dans un endroit bondé de monde. Vous devez d abord vous laver les mains, ensuite le retirer. C est ca la vérité … sauf qu a mon avis 95% des gens qui le portent en voiture ne l ont pas compris …

La vérité si je mens !
Invité
La vérité si je mens !

Hélas
Citation : ” Ceux qui se prennent pour le nombril du monde se sont juste trompés de trou “

La vérité si je mens !
Invité
La vérité si je mens !

@ M. Montrouge yves

Qui sait, les électeurs qui ont parfois eu l’impression d’avoir été pris au piège – auront peut-être des choses à exprimer qu’ils n’avaient pas bien perçues début mars ?

N’est-ce pas à cela que sert, d’abord, une élection ?

Détourne minm...
Invité
Détourne minm...

Didier Robert, roi des MAFIEUX à la Réunion et son acolyte le procureur qui passe sur toutes les sales affaires…..

Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

C’est complet ! Félicitation à M. Mont Rouge !

Jack
Invité
Jack

Attention Mr YMR ne pas confondre fin de contrat (CDD a un début et une fin !) Et virer quelqu’un ! Beaucoup trop pense être en CDi quand il signe un CDD. Concernant le gâteaux comme d’habitude il se le partage et laisseront les miettes.. DR les affaires aux placards pour l’instant mais attendons l’année prochaine.. Un masque au volant oui si la personne est malade pour pas deposer de microbe sur le plastique en cas d’éternuements et ne pas contaminer les personnes qui utiliseraient la voiture ( de fonction ? De service ? Qui appartient a l’entreprise et donc… Lire la suite »

Rhuméo
Invité
Rhuméo

Un gâteau pour les cocos vides et gros culs politiques

Minette en chaleur
Invité
Minette en chaleur

Prochain gâteau ce sera pour la fête aux dépressives! Forcément Life is black for Her

Les oppresseurs
Invité
Les oppresseurs

La droite vous avez pas honte de faire travailler une femme enceinte ?L’argent de Mayotte sont où ?

lol
Invité
lol

BENARD ne veut pas, mais ces voix qu’il a eu au 1er tour ce sont celles des employés communaux en majorité qui étaient avec lui et mécontent de SINI, et la depuis le dimanche soir du 1er tour, ces employés sont retournés au bercail avec la peur au ventre de voir Huguette élue Maire. Donc que BENARD fait alliance ou part en triangulaire il a déjà perdu au moins 10% de ces voix en faveur de Sini

Supergirl
Invité
Supergirl

Un journaliste doit rapporter des faits et non faire la morale aux gens. Malheureusement M. MONTROUGE est dans le ladilafé comme ses con frères Tillier et Dupuy. Que cette personne fasse une fête avec un gateau sur lequel est écris Covid19 c’est son droit.

Maitresse 1 jour maitresse toujours
Invité
Maitresse 1 jour maitresse toujours

ridiculous this Woman !

Koo2gle
Invité
Koo2gle

Un gâteau entre gâteux trop gâtés !

En Vrai
Invité
En Vrai

Ce site est meilleur que z’infos 974

Le SOFER maigre
Invité
Le SOFER maigre

Peut-être le SOFER la ni mange gato corona ossi! Lilé tellement goulaf pareil son président ahahah
Manze même avec l’argent réunionnais band sadik ! Pou zelection zot coco va rest à ter !!!

St Paul
Invité
St Paul

Tellement zot lé vorace un bout de gâteau zot la pas donne aux SDF de St Paul . Zot n’a point la honte même

Auprat
Invité
Auprat

Lu fé lo tour du monde ek nout l’arzent zimpot, l’arzent la i sa fé mal à lu , bon dié i dort pas ça matelo

hugues
Invité
hugues

Par exemple avant d’aller faire mes courses je me lave les mains et mets mon masque chez moi et une fois rentré je me relave les mains et l’enlève voilà la raison pour laquelle vous me verrez conduire avec ledit masque .

Aster
Invité
Aster

Tout pareil. Avant de mettre un masque, et avant de l’enlever, il faut se laver les mains. Si je n’ai pas de quoi me laver les mains dans ma voiture, je mets mon masque en quittant chez moi et je l’enlève quand je suis de retour. Le problème actuel, c’est qu’on demande à tout le monde de porter un masque mais il n’y a pas de campagne d’infos pour savoir comment le porter, l’enlever etc. Donc on voit des gens qui, au choix : touchent 50 fois leur masque en 5 min, le mettentt sous le menton, le font pendouiller… Lire la suite »

Savana
Invité
Savana

Vos mains soit disant sont propres mais dans votre tête et dans votre cœur est sâle .

Aster
Invité
Aster

Hum je ne pense pas.

By DES
Invité
By DES

Est-ce bien cela mon monde (avec une présence, une réalité de plus : le virus dénommé COVID-19)? Celui dans lequel j’étais prédestiné à y vivre… Les Réunionnais ne sont pas les oubliés de l’île de La Passion, loin delà, mais La Réunion reste et demeure une terre (de France (et non de sous France? = souffrance!) émergée (dont la plus grande partie reste immergée!) isolée, bien éloignée de la Métropole (terme emprunt de colonialisme et sa dérivée: l’esclavage => exploitation de l’homme par l’homme, …), de l’Hémisphère Nord et du reste du Monde à vrai dire. Certes, les bateaux et… Lire la suite »

MôvéLang
Invité
MôvéLang

même si ça peut prend 2 mois pour la livraison, les masques chinois coûtent 11 centimes pièces, port compris.