Wallis et Futuna : la procureure exerçait illégalement depuis près de 30 ans

2 min de lecture

Avec notre partenaire Infos Europe 1

Antonia Tamole est procureure de Wallis et Futuna depuis 28 ans… mais elle n’est pas magistrate. Elle a été nommée sur la base d’un décret datant de 1928, fixant pour certaines colonies ou territoires français la possibilité de nommer un procureur non issu de la magistrature. Or, ce décret a été abrogé en 1993, soit trois ans après la nomination de la procureure.

Il y a quelques mois, un avocat intrigué, Jean-Jacques Deswarte, a commencé un travail d’archéologie judiciaire. Il a alors découvert l’impensable.

Si les jugements déjà prononcés sont intouchables, tous les dossiers en cours, comportant des actes signés par la procureure, sont susceptibles de tomber à l’eau. L’un des clients de Me Deswarte, mis en cause pour homicide dans un accident de la route, pourrait s’en sortir. Un procès de fraude à la défiscalisation, avec 50 prévenus, pourrait aussi être annulé.

Ironie de l’histoire : la procureure de Wallis et Futuna, mise sur la touche depuis que le lièvre a été levé, devrait revenir aux commandes. Elle vient d’être nommée cette fois dans les règles de l’art, et doit seulement suivre une formation de cinq mois. À noter que la règle en vigueur aujourd’hui pour un procureur de la République est de travailler au maximum sept ans avant de changer de juridiction ou de poste.


Poster un Commentaire

avatar
Free Dom
WordPress Video Lightbox