Budget de la Sécurité sociale : tabac, vaccination, pilule… quels sont les changements en 2023 ?

5 min de lecture
3

L’Assemblée nationale a rejeté, vendredi 2 décembre, une nouvelle motion de censure de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) contre le gouvernement. Le parlement a finalement adopté le budget de la Sécurité sociale.

Le paquet de cigarettes à 11 euros

Mauvaise nouvelle pour les fumeurs : le prix moyen du paquet, aujourd’hui de 10,15 euros, doit passer à 11 euros en 2024, suivant l’inflation.

La fraude en ligne de mire

1 milliard d’euros environ doivent être gagnés du côté des remboursements de médicaments, dont 250 millions sur les laboratoires d’analyses, 150 millions sur l’imagerie, et autant sur les complémentaires santé. Les arrêts de travail prescrits en téléconsultation par un autre professionnel que le médecin traitant ou un médecin vu au cours des 12 derniers mois ne seront plus remboursés. Pour 2023, le déficit devrait normalement être quand même de 7,1 milliards.

Gratuité de la pilule du lendemain

La contraception d’urgence sera gratuite pour toutes les femmes, sans prescription médicale.

Le texte prévoit également de rendre possible le dépistage de certaines infections sexuellement transmissibles sans ordonnance pour tous, et gratuitement pour les moins de 26 ans.

Selon Le Monde, des consultations de prévention seront également proposées aux âges-clés de la vie (20-25 ans, 40-45 ans et 60-65 ans).

Le dépistage obligatoire de la drépanocytose chez les nouveau-nés sera expérimenté pendant trois ans.

Les vaccins prescrits par les pharmaciens

Les sages-femmes pourront davantage vacciner la population, tandis que les pharmaciens et infirmiers seront dotés d’une capacité de prescription vaccinale, précise Le Parisien.

L’internat prolongé d’un an

L’internat des généralistes sera allongé d’un an, avec des stages hors de l’hôpital et « en priorité » dans les déserts médicaux – des députés de tous bords plaidaient pour une obligation – pour mieux les former à l’exercice libéral et accompagner leur installation.

Prolongation jusqu’à fin 2035 de la possibilité pour les médecins et infirmiers de travailler jusqu’à 72 ans dans les hôpitaux.

Par ailleurs, les médecins libéraux dans cette situation seront exonérés des cotisations d’assurance vieillesse sous un niveau de revenu fixé par décret.

Garde et intérim

À cause de la pénurie de médecins de garde les soirs et week-ends, la « permanence des soins » devrait être étendue aux infirmiers, sages-femmes et dentistes.

Les jeunes soignants ne pourront plus travailler en intérim dès leur sortie d’école, mais devront au préalable exercer « dans un autre cadre », salarié ou libéral, « pendant une durée minimale » qui sera fixée par décret.

Recrutement en EHPAD

3 000 infirmiers et aides-soignants viendront renforcer les effectifs des maisons de retraite, avant un plan de 50 000 recrutements supplémentaires d’ici 2027. S’y ajouteront 4 000 places dans les services d’aide à domicile.

Réévaluation des aides aux familles monoparentales

L’aide financière versée aux familles qui font garder leur enfant par une assistante maternelle va être réévaluée.

Les familles monoparentales quant à elles percevront désormais l’aide financière à la garde d’enfants jusqu’à l’entrée au collège, et non plus jusqu’au début du CP. Et la pension alimentaire minimale que leur versent les CAF en cas de défaillance de l’autre parent sera revalorisée de 50 %, de 123 à 185 euros par mois.

Et aussi…

  • Le « tarif plancher » national par heure d’intervention des services d’aide à domicile est rehaussé à 23 euros en 2023. Il était établi à 22 euros depuis début 2022.
  • Réparation améliorée pour les enfants atteints d’une pathologie du fait de l’exposition professionnelle de l’un de leurs parents aux pesticides et indemnisation étendue aux ayants droit.
  • À l’exception des retraites, les allocations ne pourront plus être versées à partir de 2024 sur des comptes bancaires non européens.
  • L’accès à la complémentaire santé solidaire sera simplifié pour les jeunes et personnes âgées, sous conditions.

3 Commentaires

  1. « Les sages-femmes pourront davantage vacciner la population »: ce qui est dit ici pudiquement pour ne pas effrayer les gens avec les injections sur les nourrissons…

  2. Bon budget !
    La Sécu ne devrait plus rembourser les malades qui ont cherché leurs maladies en ne se vaccinant pas, les soins prodigués pour soigner les buveurs , fumeurs ne doivent plus être remboursés … les malades qui tombent malades à cause de leurs négligences doivent tout payer et non les impôts des autres !

  3. Le paquet de cigarettes à 11 euros en 2024, je crois que ça fait un bout de temps que c’est dépassé.
    Demain çà va faire un an exactement que j’ai brulé ma dernière cigarette, je fumais 1 paquet de 25 à environ 12 euros pour 2 jours, eh bien Messieurs Dames je suis un heureux, j’ai gagné plus de 2000 euros sans compter les bienfaits plus de toux et regains de souffle. Comme c’est en fin d’année je considère çà comme ma prime de fin d’année. Du coup j’encourage les fumeurs à faire comme moi, si on a un petit revenu en fin d’année c’est idéal pour le faire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

ONF : il n’y aura pas de distribution d’arbre de Noël cette année

Article suivant

Université de La Réunion : la faculté de Droit et d’Économie met à l’honneur ses majors

Free Dom