Le cri d’alarme d’une habitante de Ste-Suzanne : « ma maison pourrait s’effondrer ! »

2 min de lecture
278

Mme Castelneau habite pas loin du cimetière de Sainte-Suzanne, cité Bel Air. Environ quatre familles résident dans ce secteur, dans des maisons avec vue sur mer, certes, mais aussi avec un fort risque d’effondrement car derrière leur case respective se trouve… le vide.

Juste derrière la cuisine de Mme Castelneau, environ 2 mètres de terrain séparent sa case du vide. (Crédit photos : YM)

Un terrain situé juste derrière le phare de Sainte-Suzanne qui ne cesse, avec le temps et, surtout après des périodes de fortes pluies, de s’éroder. Mme Castelneau a plus d’une fois tiré la sonnette d’alarme sur ce problème d’érosion « surtout depuis que le terrain qui se trouve en contrebas a été terrassé et creusé par un promoteur privé ».

La roche à laver de la voisine de Mme Castelneau n’existe plus. Elle s’est écroulée en raison de l’érosion du terrain sur lequel elle se trouvait.

Un privé qui projette de construire des bungalows sur le terrain se trouvant effectivement en contrebas, près du petit chemin  menant vers le phare et qui est emprunté par les sportifs amateurs de footing ou de marche. Un terrain que lui a vendu la municipalité.

« Depuis 2013, le propriétaire du terrain a commencé les travaux mais rien n’est sorti de terre depuis cette date. Sauf que, au fur et à mesure que les années passent, la terre sur laquelle se trouvent les maison ne cesse de foutre le camp », explique Mme Castelneau qui habite là (rue Edmond Albius) depuis environ 30 ans. Elle a peur de voir sa maison et celles des voisins s’effondrer un de ces quatre matins.

« Le maire nous a promis depuis plusieurs années déjà de faire le nécessaire pour consolider le terrain sur lequel nos maisons ont été bâties, mais rien ne bouge », regrette la mère de famille, inquiète. Elle explique que « la DEAL est déjà venue sur place et a constaté le phénomène d’érosion. D’ailleurs, il y a la roche à laver de la voisine qui est tombée dans le fond lorsqu’un pan de terre s’est écroulé. Depuis cette visite, nous n’avons plus eu aucune nouvelle de la DEAL ».

Des travaux de sondage de terrain ont débuté depuis le début de cette semaine.

Depuis le début de cette semaine, Mme Castelneau a constaté qu’un engin s’est installé sur le site en contrebas. Sans doute pour sonder le terrain avant le début de la concrétisation du projet de construction de bungalows entrepris par le propriétaire Philippe Picard. Elle espère qu’avant le début des travaux, le promoteur privé commencera par la réalisation d’un mur de soutènement afin de consolider les maisons qui se trouvent au-dessus.

Freedom.fr a contacté la mairie de Sainte-Suzanne afin d’en savoir un peu plus concernant ce phénomène d’érosion et la crainte des habitants du secteur. « Nous sommes conscients de la situation et de l’inquiétude des familles concernées. Il y a effectivement un projet d’hôtel mené par un privé. La municipalité a commandé une étude concernant ce problème. L’étude est en cours. L’objectif est bien de réaliser un mur de soutènement afin de protéger le futur projet tout en mettant à l’abri les maisons qui se trouvent rue Edmond Albius. Le maire Maurice Gironcel est au courant du dossier. Les choses avancent », nous a répondu un employé du service Urbanisme de la mairie de Sainte-Suzanne.

En attendant, Mme Castelneau et ses voisins continueront à dormir sur une oreille afin d’espérer pouvoir réagir à temps au moindre bruit de craquèlement, notamment après les fortes pluies.

 

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
278 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Université de La Réunion : budget en hausse en 2023

Article suivant

Trafic de cocaïne : un métropolitain condamné à 24 mois de prison par le tribunal de St-Denis

Free Dom