Insee : un quart des Réunionnais ont subi la dégradation de leur situation financière en 2020

4 min de lecture
2

Un quart des Réunionnais considèrent avoir subi une dégradation de leur situation financière au cours du confinement du 2e trimestre 2020. C’est un peu moins que les habitants de la France métropolitaine et des Antilles. À La Réunion, la part de personnes exprimant une dégradation de leur situation varie peu selon le niveau de revenu initial.

En particulier, les ménages les plus pauvres, dont les revenus sont davantage issus de prestations sociales préservées, sont un peu moins nombreux que ceux de métropole à percevoir une dégradation de leur situation. En revanche, les ménages qui considéraient que leur situation financière était déjà difficile ou très difficile avant le confinement se sentent les plus touchés. Comme dans l’Hexagone, plus que les autres, les artisans-commerçants et les ouvriers déclarent avoir vu leur situation financière se dégrader.

En 2020, la crise sanitaire a moins touché l’économie de La Réunion que celle de l’Hexagone

En 2020, la crise sanitaire entraîne une forte baisse de l’activité économique en France. Au cœur du confinement, en avril, elle est cependant moins marquée à La Réunion : – 28 %, contre – 33 % en France. Le pouvoir d’achat des ménages baisse dans des proportions nettement moindres grâce aux dispositifs publics mis en place (activité partielle, fonds de solidarité, prêts garantis par l’État, garantie jeunes, etc.). Ainsi, au niveau national, le pouvoir d’achat individuel serait stable par rapport à 2019. À La Réunion, le nombre de
bénéficiaires des minima sociaux augmente moins qu’au niveau national. En outre, le marché du travail retrouve en fin d’année 2020 une situation proche de celle d’avant-crise, l’emploi ayant notamment été très dynamique au second semestre 2020. L’impact de la crise sur les revenus des ménages serait ainsi en moyenne assez limité sur l’île à ce stade.

Plus de travailleurs pauvres ou modestes exposés à une perte de revenus qu’ailleurs

Toutefois, la population réunionnaise paraît particulièrement vulnérable à une perte de revenus. En effet, elle est plus sensible aux pertes éventuelles de revenus en raison de la prégnance de la pauvreté et du chômage. Face à la crise, 33 % des Réunionnais, travailleurs pauvres ou aux revenus modestes, cumulent un risque élevé de baisse de revenus et une situation financière fragile avant même le début de la crise. Cette part est nettement plus élevée que dans l’Hexagone (22 %).

Indépendamment du niveau de ressources, le risque pour les actifs en emploi de voir leurs revenus diminuer dépend aussi d’autres facteurs. Les secteurs les plus touchés par la crise sont moins présents dans l’économie réunionnaise que métropolitaine. À l’inverse, davantage de ménages sont fragiles du point de vue financier, car ils dépendent du revenu d’activité d’une seule personne. De plus, les salariés sous contrat court et les indépendants, sont plus nombreux sur l’île qu’en métropole.

Par ailleurs, 35 % des Réunionnais tirent la majorité de leurs ressources de revenus de transfert (minima sociaux, allocations de chômage, etc.) et revenus du patrimoine. Si leurs niveaux de vie sont a priori préservés de la crise, ces ménages, majoritairement pauvres, peuvent avoir subi une augmentation de leurs dépenses.

 

 

 

2 Commentaires

  1. Les GBH, CAILLÉ, THIAW KIME, … ETC…la pense a ces pov…. construction de plus en plus de magasins a gogo, po fė face à plus de précarité….foire à l euro, pagay coude a coude, …viv la surconsommation

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-André : des automobilistes interceptent une voiture folle sur la route

Article suivant

Covid-19 : accélération de la vaccination et élargissement des publics prioritaires

Free Dom