La Chambre d’agriculture et le Club Export interpellent les candidats

14 min de lecture

Lors d’une conférence de presse, Frédéric Vienne, président de la Chambre verte, entouré d’autres élus, ont tenu à sensibiliser les candidats têtes de liste aux régionales sur les doléances du monde agricole :

Nous nous approchons, comme vous le savez, de deux échéances électorales majeures avec les Départementales et les Régionales. Majeures en effet en raison des champs de compétencesde ces collectivités avec le Département qui demeure le premier interlocuteur du monde agricole en matière d’investissements mais aussi la Région à travers son rôle primordial pour permettre le développement agricole.

Ce sera bientôt l’occasion de débattre de différents sujets parmi lesquels l’avenir de notre agriculture à l’horizon 2030. Avant toute chose, je tiens à préciser avec mes élu(e)s que nous ne soutenons aucune liste ou candidature en particulier. Ce n’est en effet ni la vocation de notre institution ni l’objet de cette conférence de presse, ici sur les terres diversifiées de Danylo Tailamé à la Cafrine que nous remercions pour son accueil et son implication.

Jusqu’à maintenant, nous avons entendu tout en matière agricole d’où l’importance de recentrer le débat et de rappeler que l’agriculture n’est pas un fourre-tout électoral mais bien une composante majeure de notre économie et de notre société d’où l’importance de garder solidement les pieds sur terre. Nous sommes par ailleurs agréablement surpris de constater que nombre des projets initiés depuis plus de deux ans par notre équipe à la Chambre d’agriculture semblent désormais trouver un écho favorable à l’image des circuits courts, des magasins de producteurs ou de la nécessaire adaptation des exploitations aux risques climatiques.

Aujourd’hui, à travers ces deux scrutins, il existe des enjeux essentiels :

  • –  ASSURER UN REVENU DECENT AUX AGRICULTEURS ;
  • –  DEVELOPPER LES PRODUITS DE QUALITE ET LES MONTEES EN GAMME ;
  • –  ASSURER ET PERENNISER L’APPROVISIONNEMENT EN DENREES ALIMENTAIRES A LA POPULATION ;
  • –  FAIRE DE LA PROTECTION ENVIRONNEMENTALE UN AVANTAGE POUR LES AGRICULTEURS ;LES PROPOSITIONS DE LA CHAMBRE D’AGRICULTURE

    En matière REGIONALE d’abord quelques pistes de travail :

  • –  A TRAVERS LE SCHEMA D’AMENAGEMENT REGIONAL (SAR), PERMETTRE LE DEVELOPPEMENT DE TOUTES LES ACTIVITES MAIS AUSSI DES AMENAGEMENTS, CONSTRUCTIONS ET LOGEMENTS DE NOS AGRICULTEURS – EN EFFET, CES DOCUMENTS NE DOIVENT PAS RESTER DES ELEMENTS BLOQUANTS : SANS CONSTRUCTION INTELLIGENTE, IL SERA DIFFICILE DE TENDRE VERS NOS OBJECTIFS D’AUTONOMIE ALIMENTAIRE ET DE DIVERSIFICATION ;
  • –  IL DEVIENT URGENT DE RECONNAITRE LA BAGASSE COMME BIOMASSE A PART ENTIERE DANS LE CADRE DE LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE L’ENERGIE POUR UNE MEILLEURE VALORISATION AUX AGRICULTEURS CE QUI ENTRAINERA UNE AUGMENTATION DES REVENUS ;
  • –  FACILITER L’EXPORT DE NOS PRODUCTIONS. Y METTRE ENFIN DES MOYENS EN MATIERE LOGISTIQUE ET, DANS LE MEME TEMPS, FREINER VOIRE PENALISER LES IMPORTATIONS CONCURRENTES DE PRODUCTIONS LOCALES EN SAISON (AIL, OIGNONS, CAROTTES, PIMENTS, POMMES DE TERRE…) – LA PRODUCTION LOCALE NE DOIT PAS ETRE LA VARIABLE D’AJUSTEMENT DE L’IMPORTATION, BIEN AU CONTRAIRE ;
  • –  SUR L’OCTROI DE MER JUSQU’EN 2027 : CETTE TAXE DOIT PERMETTRE LA PROTECTION ET LE DEVELOPPEMENT DE NOS PRODUCTIONS LOCALES ;

En matière DEPARTEMENTALE il s’agira de :

  • –  FAIRE DAVANTAGE PROGRESSER TOUTES LES FILIERES, LA CANNE, LES FRUITS & LEGUMES, LES RACINES et l’ELEVAGEAVEC LE PLEIN SOUTIEN ET L’ECOUTE DES POUVOIRS PUBLICS ;
  • –  FACILITER LA DIVERSIFICATION POUR TENDRE VERS LA SOUVERAINETE ALIMENTAIRE SUR LES VEGETAUX ET VIANDES. LA PERIODE DU COVID A DEMONTRE L’IMPORTANCE D’UNE PRODUCTION LOCALE SOLIDE ET FORTE ;
  • –  FACILITER LE CIRCUIT COURT EN AMENAGEANT ET MULTIPLIANT DES LIEUX DE VENTE POUR LES AGRICULTEURS ;
  • –  DEVELOPPER LES PETITES UNITES DE TRANSFORMATION A LA TAILLE DES TERRITOIRES POUR PERMETTRE AUX AGRICULTEURS DE VALORISER LEURS PRODUCTIONS ET AINSI PARTICIPER AU DEVELOPPEMENT DES CIRCUITS COURTS SUR L‘ÎLE ;
  • –  ACCOMPAGNER TOUS LES MODES DE PRODUCTION – CONVENTIONNELS, RAISONNES, BIO, HAUTE VALEUR ENVIRONNEMENTALE – CAR C’EST CETTE COMPLEMENTARITE QUI PERMET DE NOURRIR LA POPULATION ET AUX CITOYENS D’ACCEDER AUX PRODUITS AGRICOLES LOCAUX ;-FACILITER ET BOOSTER L’AGROTOURISME ET L’APPORT AGRICOLE AU NIVEAU DU PAYSAGE AVEC UN ACCOMPAGNEMENT FORT ET, PAR EXEMPLE, L’OUVERTURE DES ENTREPRISES AU GRAND PUBLIC ;

– L’ENVIRONNEMENT, LA BIODIVERSITE ET l’ECOLOGIE DOIVENT ETRE AU CENTRE DE CHAQUE PROGRAMME. LE CHANGEMENT ET LES RISQUES CLIMATIQUES DOIVENT ETRE PRIS EN COMPTE ET PERMETTRE UNE ACCELERATION DANS LA TRANSITION AGROECOLOGIQUE: POUR CELA IL FAUT METTRE L’ACCENT SUR LA RECHERCHE ET L’INNOVATION AVEC UN TRAVAIL COLLECTIF EN LOCAL POUR, A TITRE D’EXEMPLE, REDUIRE DAVANTAGE L’USAGE DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES ;

Et, de manière globale, il s’agira aussi de :

  • –  MAINTENIR ET AUGMENTER LES ENVELOPPES D’AIDES EUROPEENNES, D’ETAT ET DES COLLECTIVITES POUR UNE AGRICULTURE FORTE. LES NEGOCIATIONS EN COURS SUR LE PROCHAIN PROGRAMME EUROPEEN FEADER, FEDER, FSE…. DOIVENT BENEFICIER AU MONDE AGRICOLE REUNIONNAIS DANS TOUTE SA PLURALITE ;
  • –  FACILITER LA COMMANDE PUBLIQUE (RESTAURATION COLLECTIVE) AUX AGRICULTEURS EN PRIVILEGIANT DAVANTAGE LA PRODUCTION LOCALE “.

Le Club Export Réunion sensibilise les candidats à l’internationalisation des entreprises de La Réunion

Dans une note rédigée à l’attention des candidats aux Régionales, le Club Export Réunion expose ses propositions pour que l’international bénéficie d’une place de choix dans les stratégies de développement économique. Objectif : accompagner l’essor de la filière en s’appuyant sur l’expertise des entreprises exportatrices pour atteindre le milliard d’euros de chiffre d’affaires généré à horizon 5 ans.

L’export, vecteur de croissance

L’association Club Export Réunion a décidé d’aller à la rencontre de l’ensemble des candidats aux élections régionales afin de les sensibiliser au sujet capital que représente l’export pour l’économie réunionnaise. Vecteur de croissance, l’ouverture à l’international a désormais pleinement intégré les préoccupations des chefs d’entreprise. Ceux-ci souhaitent partager davantage cette sensibilisation aux responsables politiques et intégrer le réflexe de l’international dans les feuilles de route des directions économiques de la Région et du Département.

Depuis 22 ans, le Club Export Réunion rassemble les pionniers à l’export. En rencontrant les différents candidats aux élections du mois de juin prochain, l’association souhaite capitaliser sur l’expérience et le réseau que ses acteurs ont tissés au fil du temps, en évoquant les résultats obtenus mais aussi les perspectives prometteuses pour les années à venir.

Une année favorable pour accélérer le changement

L’année 2021 est un tournant propice au renouveau. La crise sanitaire a bouleversé le commerce international en accentuant aussi les mutations. Le Club Export Réunion y voit plusieurs opportunités pour accélérer l’internationalisation des entreprises réunionnaises, notamment dans les îles de la zone, mais aussi les pays africains.

L’association propose de resserrer les liens entre les acteurs économiques de l’océan Indien et de redéfinir le positionnement de La Réunion au sein des réseaux de coopération. Ses acteurs envisagent donc, à terme, une reprise du commerce international dans une conjoncture régionale favorable à l’exportation de biens et de services et fixent même l’objectif ambitieux d’atteindre le milliard d’euros généré par l’export d’ici 5 ans (le double du CA actuel), notamment grâce à la progression de l’exportation de services.

La création d’un pôle régional de développement des entreprises de La Réunion à l’international

Afin d’appuyer son ambition, le Club Export Réunion a réfléchi à la rédaction d’une note, contenant des idées phares et des propositions pour accompagner la politique régionale de ces prochaines années.

D’abord, les acteurs de l’export souhaitent que l’international soit affirmé et valorisé comme levier prioritaire du développement économique du territoire ; et ainsi, inclure cette dimension de l’export dans toutes les politiques de soutien aux entreprises réunionnaises.

A cela s’ajoute le renforcement de la concertation de l’ensemble des parties prenantes (structures d’accompagnement et directions économiques des institutions) autour des enjeux et actions mises en place pour favoriser la projection des entreprises locales à l’extérieur.

Dans sa réflexion, le Club Export Réunion a également envisagé la création d’un véritable pôle dédié à l’international en confiant cette compétence à l’Élu responsable du développement économique à la Région, devenant ainsi l’interlocuteur référent des partenaires locaux et régionaux.

Les chefs d’entreprise attendent aussi que les futurs décideurs locaux puissent réaffirmer et renforcer les moyens financiers mis à disposition des acteurs privés pour encourager le développement de projets collaboratifs ou individuels contribuant au rayonnement de l’économie réunionnaise.

Le Club Export Réunion invite tous les candidats aux scrutins de juin à partager sa conviction forte d’une ouverture à l’international au cœur de la stratégie de développement économique de La Réunion, pour donner un nouveau souffle à l’export et lui permettre également de s’affirmer comme filière à fort potentiel de croissance pour le territoire”.

Rappelons que le Club Export Réunion accompagne depuis plus de 20 ans les entreprises dans leur développement commercial à l’international. L’association – qui compte une centaine d’adhérents – propose une offre complète de services individuels et collectifs adaptés aux besoins des entreprises réunionnaises afin de leur faciliter l’export et de contribuer à leur croissance sur les marchés extérieurs, en particulier dans la zone Océan Indien et en Afrique de l’Est.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Régionales : les “10 orientations” d’Huguette Bello pour “remettre la Région sur les rails…”

Article suivant

Olivier Hoarau : “Air Austral doit être une compagnie réunionnaise au service des Réunionnais”

Free Dom