Rentrée scolaire : « des injustices et des inégalités sont encore légion », selon Nadine Gironcel

38 min de lecture
9

La conseillère régionale communiste de Sainte-Suzanne a tenu une conférence de presse ce dimanche 14 août au restaurant « La Riviéra » pour parler rentrée scolaire. Elle était entourée du maire et d’autres élus de cette même commune de l’Est. Voici son intervention :

« Les spécificités du territoire de l’île de la Réunion, spécificités insulaires, historiques, culturelles, cultuelles, les handicaps structurels auxquels ce territoire est confronté, avec un taux de chômage, un taux de décrochage scolaire, un taux d’illettrisme, un taux de pauvreté hors normes et la part importante de jeunes au sein de sa population, soulèvent de nombreux enjeux en matière d’éducation, de formation et d’insertion professionnelles à La Réunion.

Il s’agit de créer en effet, les conditions, pour une meilleure réussite éducative de « nos marmay ». Dans cette perspective, force est de constater que des injustices et des inégalités sont encore légion, pour pouvoir relever le défi d’un territoire éducatif performant.

Et pour cette rentrée, je voudrais, aborder 3 sujets d’importance, qui impactent la vie de nos enfants et l’avenir de notre jeunesse.

L’actualité́ ne cesse d’être marquée, par des évènements climatiques exceptionnels : sècheresse, canicule, gigantesques incendies, fonte des glaciers, … et nous venons de vivre à l’échelle européenne, le mois de juillet le plus chaud de l’histoire. Ces phénomènes se multiplient et gagnent en intensité́. La Réunion n’est pas épargnée et nous devons nous préparer et anticiper, sur notre territoire exceptionnel mais fragile.

Et le premier sujet que je souhaiterai aborder, ce matin, concerne nos questions d’apprentissage au sein d’un île tropicale, impactée par ce réchauffement climatique.

Je voudrais profiter de ce temps de parole qui m’est donnée, pour rappeler notre combat, porté par le Parti Communiste Réunionnais, pour la mise en place d’un calendrier scolaire climatique, qui correspond le mieux à notre réalité́ et permettrait de meilleures conditions de travail et de confort, pour la réussite de nos élèves.

C’est l’objectif d’une meilleure qualité de vie à l’école (QVE). Il s’agit là du bien-être de nos enfants et des enseignants.  A l’image de ce qui existe, pour la qualité de vie au travail pour les salariés, pourquoi ne pas créer une qualité́ de vie à l’école pour nos élèves et nos enseignants?

Ce sont de nouvelles normes, une nouvelle charte, de nouveaux aménagements à définir et à mettre en œuvre. Tout plaide aujourd’hui, pour ouvrir ce chantier, surtout quand nous avons vu à l’échelle nationale, des adaptations liées aux différentes périodes de canicule.

« Il nous faut ce calendrier climatique pour une véritable prise en compte de nos spécificités réunionnaises »

Pour favoriser de meilleures conditions au service de la réussite scolaire des Réunionnais, le débat autour de l’année scolaire climatique doit être remis sur la table des discussions.

En effet, compte tenu de l’inversion des saisons, par rapport à la France Hexagonale, le bon sens serait de programmer les vacances en tenant compte de nos spécificités climatiques.

Dans quel pays préfère-t-on que les élèves travaillent, durant les périodes les plus chaudes par des températures de plus de 35°, par des taux d’humidité à plus de 80%, par des fortes pluies régulières alors que ces mêmes élèves sont libérés durant des périodes clémentes, tempérées aux mois de juillet et août où il ferait bon étudier.

Le Parti Communiste Réunionnais réclame une véritable concertation sur le sujet avec le personnel éducatif, les syndicats, les parents d’élèves et les élèves, pour une vraie politique éducative réunionnaise.

Oui, il faut faire du calendrier climatique, un vrai débat démocratique Il faut arrêter d’imposer des calendriers anti-pédagogiques, qui servent davantage des intérêts d’ordre économique (transports aériens etc. …), d’ordre administratif (mutations des personnels, rentrée des Grandes Ecoles, …) et surtout des préjugés d’ordre politique.

Un plan de rénovation thermique du bâti scolaire est nécessaire pour créer les conditions de réussite de la population réunionnaise.

Autre constat lié au climat, pénalisant la bonne scolarité des élèves, le dérèglement climatique avec des pics de température en Été. La chaleur de plus en plus étouffante empêche la bonne concentration en classe et est source de tension. Il y a donc lieu de repenser l’aménagement des écoles et intervenir globalement c’est à dire protéger les bâtiments des rayonnements solaires, isoler notamment la toiture et les parois, faire de la ventilation traversante naturelle, installer des brasseurs d’air de qualité, et surtout travailler sur l’extérieur, c’est-à-dire sur l’aménagement des cours d’école.

Pour ce faire, il y a nécessité de consolider un plan de rénovation thermique du bâti scolaire, pour accompagner les communes notamment dans cette démarche.

Le second sujet concerne l’emploi à La Réunion et particulièrement, le recrutement des enseignants. Vous avez suivi, comme moi, la situation des lauréats de concours. Là aussi, je tiens à rappeler la proposition du Parti Communiste Réunionnais de mettre en place, ce qu’on appelle un moratoire pour le recrutement, dans la fonction publique à La Réunion. Ce qui veut dire à compétence requise, recrutement local surtout le temps nécessaire, afin de répondre aux besoins en enseignants du territoire. Cette situation de mutation, qui déchire de nombreuses familles réunionnaises est injuste et ne peut pas se gérer, au cas par cas. C’est, certes, un concours national, mais le nombre de postes ouvert dans certaines académies est sur évalué́ par rapport aux besoins de l’académie et notre ile sert, trop souvent, de transfert au détriment des réunionnais. Notre forte croissance démographique justifie des postes supplémentaires, contrairement à d’autres académies.

Concernant la mutation des enseignants réunionnais, il faut favoriser l’embauche locale

 Chaque année, à la rentrée scolaire, des lauréats réunionnais au concours du CAPES, sont affectés en France Hexagonale.

Des mutations qui provoquent, dans certaines situations des déchirements familiaux et de lourdes difficultés personnelles comme pour, notamment trouver un logement dans un délai très court, lorsque tombe le couperet du lieu d’affectation. Une détresse insoutenable passée sous silence par l’académie de la Réunion, malgré les multiples appels et recours, présentés par nos jeunes diplômés.

Cette année, 212 Réunionnais doivent quitter l’île, pour la plupart direction l’Académie de Versailles, considérée à l’instar de Créteil comme déficitaire, tandis que 200 personnes sont mutées de l’Hexagone vers La Réunion. C’est une situation injuste et de non-sens qui ne peut plus durer. Une réflexion approfondie doit être menée et des solutions apportées, pour ne pas mettre au mouvement national, les postes disponibles à la Réunion.

Dans l’Éducation nationale, un fonctionnaire titulaire né à La Réunion bénéficie d’un bonus de 1000 points s’il demande un poste à La Réunion. Ces 1000 points correspondent à plus de 20 années d’ancienneté dont une partie en zone d’éducation prioritaire. Ceci permet malgré tout à la plupart des enseignants réunionnais qui le souhaitent d’être nommés à La Réunion au bout de quelques années. Ce système, certes, a le mérite d’exister mais n’est pas fiable, crée des inégalités et surtout ne règle pas le problème.

C’est pourquoi, le PCR propose de remettre en cause ce système, par l’intermédiaire d’un moratoire dans les règles de recrutement, dans la fonction publique.

Il demande que les postes disponibles ne soient plus dans le mouvement national. Il propose qu’ils soient d’abord pourvus par des Réunionnais, qui disposent des qualifications nécessaires. C’est cette méthode qui avait été mise en œuvre dans les années 1960, quand les besoins en instituteurs étaient très importants à La Réunion.

Un concours spécifique à La Réunion pour des postes dans notre île avait donc été mis en place. Appliquée à l’Éducation nationale, cette proposition permettra aux stagiaires habitant La Réunion de pourvoir aux postes vacants à La Réunion.

Par ailleurs, il faut demander l’attribution de postes de titulaires, à la hauteur des besoins éducatifs de l’île, avec un véritable plan de rattrapage en poste. Autorisé par la loi de transformation de 2019, le recours accru à l’emploi précaire doit être révisé, le statut est plus protecteur que le contrat.

Le 3ème sujet concerne la poursuite des études pour nos jeunes bacheliers

Il faut augmenter les cursus d’enseignement du supérieur à La Réunion

La Réunion est en effet la troisième région française, ayant le moins de diplômés du supérieur. En effet, la part des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur reste très inférieure à la moyenne nationale, bien qu’elle progresse de façon continue.

Malgré l’ouverture de nouvelles filières professionnalisantes, les bacheliers professionnels et technologiques sont encore trop souvent contraints de s’inscrire dans des filières longues, peu adaptées à leur cursus, du fait d’une offre locale restreinte et de difficultés de mobilités en France hexagonale.

Par ailleurs, la majorité des étudiants réunionnais post bac, qui partent étudier en France hexagonale ou dans d’autres pays, reviennent encore trop rarement ensuite sur l’Ile.

Pour remédier à cet état de fait, il faut donc mener une réflexion, pour inciter les grandes écoles, à s’installer dans l’île et construire de nouveaux cursus de formations porteuses et incluant les spécificités locales (comme la santé, l’architecture, l’audiovisuel et l’animation numérique).

Il s’agit de permettre à nos jeunes de rester sur place, pour qu’ils puissent ensuite travailler, pour le compte d’entreprises locales, qui ont de vrais besoins en jeunes talents dans divers secteurs.

Pour conclure, le défi d’une politique éducative globale, c’est donc de fonder un système dans lequel chacun peut trouver sa place, qui suscite des vocations et une volonté de s’engager. Il est donc important de penser l’éducation partagée, c’est-à-dire dispensée par de nombreux acteurs qui se rejoignent dans un partenariat, avec un projet commun, une vision pédagogique innovante.

Nos jeunes réunionnais méritent les mêmes chances de réussite que les jeunes installés en France Hexagonale. Pour ce faire, la prise en compte de nos spécificités locales restent incontournable et faire avec et pour les Réunionnais, pour aboutir à un projet Réunionnais, devient une évidence. Nou lé pas plus nou lé pas moin respekt à nou », a conclu Nadine Gironcel avant de laisser la parole à  Maximin ASTOURNE, Adjoint au maire délégué aux affaires scolaires

Maximin Astourne : « Bien grandir et s’épanouir à Sainte-Suzanne »

Priorité municipale, le travail pour le développement d’une politique éducative forte se poursuit à Sainte-Suzanne.

En effet, il s’agit de réunir, d’associer et de mobiliser les différents acteurs éducatifs au service de l’égalité des chances pour l’épanouissement et la réussite scolaire de chaque enfant.

Les grands enjeux du mandat se situent autour de la qualité de vie et de bien-être dans, et autour de l’école grâce à :

  • Une offre éducative et de loisirs développant le plaisir d’apprendre, l’autonomie ;
  • L’environnement éducatif avec un cadre d’apprentissage adapté et épanouissant ;
  • Le développement d’un projet éducatif concerté afin de pouvoir offrir des services en totale adéquation avec les besoins des enfants et jeunes de la ville ;

Répartis dans les 14 écoles suivantes :

  • Ecole élémentaire Sarda Garriga ;
  • Ecole maternelle Marie Aline WUATHION ;
  • Ecole maternelle Héva ;
  • Ecole élémentaire José BARAU ;
  • Ecole primaire Antoine BERTIN ;
  • Ecole primaire La Marine ;
  • Ecole primaire MAYA ;
  • Ecole primaire les Hirondelles ;
  • Ecole élémentaire René MANGLOU ;
  • Ecole maternelle Thérèse DAMOUR ;
  • Ecole primaire Victor HUGO ;
  • Ecole primaire Les Goyaviers ;
  • Ecole Privée Sainte-Vivienne ;
  • Ecole Privée Anne Marie Javouhey.

Des effectifs qui se maintiennent à Sainte – Suzanne.

A Sainte-Suzanne, le nombre d’enfants inscrits dans les établissements scolaires se maintient de manière générale, avec une légère augmentation des effectifs des élémentaires pour cette nouvelle année scolaire.

En septembre2021, on recensait 2073 élémentaires et pour la rentrée 2022, 2116 élèves en élémentaires(+43 élèves).

Une légère baisse est observée pour les inscriptions en maternelle, avec 1074 inscrits pour la rentrée 2022 contre 1205 en septembre 2021.(-131 élèves)

Dans le prolongement du dispositif de dédoublement des classes de CP et CE1 dans les écoles REP (Réseau d’Education Prioritaire), un dédoublement de classe a été réalisé à l’école Elémentaire Sarda GARRIDA, à Bagatelle

Il est à noter que Sainte-Suzanne compte 2 quartiers classés en REP : Bagatelle et le Centre-ville.

De nouvelles classes ouvriront également dont :

  • 1 classe à l’école Antoine Bertin (Centre-ville)
  • 1 classe à l’école Maya (Commune – Carron)

 

Pour cette nouvelle année scolaire, il n’a été procédé à aucune fermeture de classe sur le territoire de Sainte-Suzanne. Des écoles réaménagées et équipés pendant les vacances scolaires.

De nombreux travaux et aménagements ont été réalisés au cours de l’été pour un budget de près de 236 540,41€.

Travaux : le point école par école.

ECOLES 

NATURE DES TRAVAUX REALISES

VICTORHUGOMaintenance électrique- maintenance plomberie –maintenance portes-divers travaux dans le réfectoire
 

THERESEDAMOUR

Etancheitérefectoire-miseauxnormesporteréfectoire

-renforcementdesportesd’entréesdesclassesetinterclasses-maintenanceportail

 

SARDAGARRIGA

Maintenance circuit gaz cuisine scolaire – étanchéité

toiture – maintenance plomberie – maintenance des portes interclasses-maintenance portail et cloture –divers travaux dans les classes

 

MAYA

Remplacement des portes – maintenance plomberie –réalisation d’un mur des soutènement et de protection pluvial de l’école
MARIEALINEWUATHIONRenforcementdesportesd’entréesdesclasses-

maintenance plomberie – maintenance electrique -maintenanceclôture-maintenanceclim-autresdiverstravaux

LESHIRONDELLESRéparationportesinterclasses-reparationcloture-

autresdiverstravaux

LES GOYAVIERSRéparationascenseur-reparationportesinterclasses-

Travaux sur le pluvial-autres divers travaux

LAMARINEMaintenance électrique- maintenance plomberie-

maintenance clim –autres divers travaux

 

JOSEBARAU

Renforcement des portes d’entrées des classes-

maintenance plomberie – maintenance électrique –maintenance cloture-maintenance clim- autres divers travaux

 

HEVA

Maintenance électrique- maintenance plomberie-

Travaux peinture-maintenance cloture et portail-maintenance brasseurs d’air

ANTOINE BERTINMaintenance plomberie et réparation portes
RENE MANGLOU 

Maintenanceplomberie-maintenancedesportes

interlcalles-réhabilitation salle106

CUISINE CENTRALE QF 

Réalisation caniveau –réfection mur et cloisons – autres

Divers travaux

ANNE-MARIE JAVOUHEY

(REFECTOIRE)

 

Maintenance réfectoire

 

Acquisition et remplacement de mobiliers.

En raison des ouvertures et des dédoublements de classes, l’acquisition de nouveaux mobiliers a été nécessaire. En outre, il a été procédé également au remplacement de mobilier hors d’usage.

Ces opérations ont concerné les écoles suivantes pour un coût de 30 000 € :

  • Ecole Antoine BERTIN
  • Ecole Sarda GARRIGA
  • Ecole Les Goyaviers
  • Ecole Maya

Vers un projet éducatif, pour une meilleure articulation des temps de vie de l’enfant

La ville de Sainte-Suzanne s’est inscrite dans une démarche très volontariste en mettant l’éducation au centre de ses priorités.

Dans cette démarche, elle ambitionne de mettre en œuvre un projet éducatif qui visera avant tout à garantir la continuité éducative et favoriser la réussite scolaire pour tous.

Pour cela, il est nécessaire d’assurer la continuité, la complémentarité et la cohérence des différents temps éducatifs, de renforcer la communication avec les parents et favoriser les échanges avec les autres acteurs de l’éducation, de favoriser la réussite scolaire en offrant les meilleures conditions matérielles et pédagogiques aux enfants, dans le respect des projets des écoles.

Dans cette perspective, elle souhaite mettre en place des actions cohérentes et coordonnées avec la formalisation de partenariat renforcé avec les différents acteurs institutionnels et locaux afin de pouvoir offrir des services en totale adéquation avec les besoins des enfants et des jeunes de la ville .

Cette coopération entre acteurs est organisée dans le cadre d’instances de travail mises en place pour le suivi du P.E.D.T( Projet Educatif Territorial) .

C’est vers cette forme de structure de gouvernance que la municipalité souhaite tendre, pour favoriser l’action éducative concertée  sur le territoire.

Pour amorcer cette dynamique, la ville a réorganisé ces services en interne en rattachant sous le pôle animation et éducation globale, les directions qui interviennent sur les différents temps éducatif de l’enfant : scolaire, périscolaire et extrascolaire.

L’objectif est de faciliter la mutualisation des compétences et de moyens et garantir plus de transversalité dans les actions qui seront engagées dans le cadre du projet éducatif du territoire.

Des activités périscolaires et extrascolaires variées toute l’année.

La Caisse des Ecoles en collaboration avec la Ville de Sainte Suzanne propose tout au long de l’année, des activités périscolaires et extrascolaires sur le territoire. Toutes les activités sont à destination des enfants de 3 à 12 ans.

Elle a en charge la gestion des garderies communales primaires et maternelles qui seront au nombre de 14 pour la rentrée 2022-2023 et implantées dans les écoles suivantes : Sarda Garriga – Marie Aline Wuathion – José Barau – Héva – Antoine Bertin (primaire et maternelle) – René Manglou – Thérèse Damour – Victor Hugo (primaire et maternelle) – La marine (primaire et maternelle) et une nouvelle ouverture pour cette année : les Goyaviers (primaire et maternelle).

En garderie, une capacité d’accueil de 474 places est proposée.

Les mercredis-jeunesse :

  • René Manglou : 72 enfants
  • Antoine Bertin Primaire : 84 enfants
  • Antoine Bertin Maternelle : 60 enfants
  • Thérèse Damour : 50 enfants

La capacité d’accueils des mercredi-jeunesse est de 266 places mais une augmentation de cette capacité est possible.

Les séjours programmés en 2022

  • Jacques Tessier en mars 2022 pour 20 enfants de Bagatelle
  • Les Makes en mai 2022 pour 20 enfants de Deux Rives et Centre-Ville
  • La Plaine des Palmistes en octobre 2022 pour 20 enfants de Commune Carron, Commune Bègue

Mini-accueils :

  • En mai 2022 sur le groupe scolaire Antoine Bertin pour environ 20 enfants.

Le mode de participation des familles 

Le tarif pour la participation des familles aux activités proposées est calculé en fonction du quotient familial sur présentation des justificatifs et des ressources.

  • Autres actions engagées par la ville de Sainte-Suzanne :
  • La reconduction du dispositif petit déjeuner à Sainte-Suzanne et élargi aux élèves des écoles élémentaires.

Le dispositif « petits déjeuners » a été mis en œuvre par voie de convention entre l’éducation nationale et la commune par le biais de la restauration municipale. Ce dispositif a été organisé dans 9 écoles maternelles dans un premier temps, en termes d’expérimentation, sur la base d’1 petit déjeuner, 1 jour par semaine pendant 11 semaines, soit un prévisionnel de 10 395 petits déjeuners, sur la période du 14 avril au 8 juillet 2022.

Suite au bilan réalisé avec l’IEN, le dispositif a été bien accueilli par les élèves et les parents et sera reconduit pour l’année scolaire 2022-2023, élargi aux écoles élémentaires.

Une rentrée scolaire en toute sécurité

La ville de Sainte-Suzanne est mobilisée pour permettre l’accueil des enfants en toute sécurité et selon les recommandations de l’Etat. L’Education Nationale a prévu plusieurs niveaux pour la mise en œuvre du protocole sanitaire dans les écoles A compter de la rentrée scolaire du mardi 16 août, c’est le socle qui s’appliquera à la Réunion.

Qualité de l’air dans les écoles garantit par l’installation de capteurs de CO2

La surveillance de la qualité de l’air est assurée par les 134 capteurs de CO2 et les 9 hubs installés dans les classes de la commune, sur l’année scolaire 2021-2022 . Sainte-Suzanne était la 1ére ville de l’île à équiper ses écoles de capteurs de Co2″.

Hermann SAMBENOUN, élu à la ville de Sainte-Suzanne et vice –président à la CINOR.

Pour relever le pouvoir d’achat des familles, la CINOR consent à faire des efforts en adoptant les 2 mesures suivantes :

  • La gratuité des transports
  • L’accès à la lecture et culture pour tous ;

Maurice GIRONCEL, maire de Sainte-Suzanne invite le ministre de l’éducation à venir visiter sa commune 

« A mon tour, je vous remercie d’être venu. Et je remercie les élus qui m’accompagnent pour leurs différentes interventions. Vous aurez donc compris, que pour cette nouvelle rentrée scolaire, la ville de Sainte-Suzanne est prête à accueillir les élèves et le personnel. Une fois de plus nous avons, comme vous l’avez constaté, continué nos efforts pour la réussite de nos enfants. Je souhaite donc à mon tour une très bonne rentrée à la communauté éducative et aux agents communaux.

Cette rentrée se déroule avec un protocole COVID allégé, mais les derniers chiffres nous appelle à la plus grande vigilance et nous resterons vigilants avec les services de l’Etat pour s’adapter à l’évolution de l’épidémie. C’est malgré tout une grande satisfaction que cette rentrée se fasse pour toutes et tous en présentiel.

C’est donc le retour libre des relations entre les élèves et les enseignants, et va permettre le développement des activités de cohésion tel que la pratique sportive, annoncée par le Ministre de l’Education Nationale récemment. La pratique sportive est facteur de bonne santé et il faut l’encourager.

Sur cette rentrée, je note la venue du Ministre de l’Education Nationale, Pap Ndiaye la semaine prochaine dans notre île. Je note également l’annonce du Gouvernement d’augmenter les moyens alloués à l’Education Nationale (56,5 à 60,2 milliards d’euros pour 2023). Notre île, qui a des besoins croissants du fait même de l’augmentation de la population et des retards dans tous les domaines doit pouvoir bénéficier de moyens matériels et humains supplémentaires.

Parmi les sujets importants et qui devient urgent, se pose les questions, soulevées par la conseillère Régionale, Nadine Gironcel Damour, concernant le calendrier climatique et le recrutement à La Réunion des lauréats réunionnais. Face à une situation exceptionnelle, il faut des mesures exceptionnelles.

Je profite d’ailleurs de l’occasion pour inviter Monsieur le Ministre à Sainte-Suzanne pour échanger et pourquoi pas effectuer une visite dans une de nos écoles bio-climatique qui nous démontre notre capacité à s’adapter aux effets du réchauffement climatique.

  • POUVOIR D’ACHAT

Cette rentrée s’inscrit aussi dans un contexte particulier avec une vertigineuse augmentation des prix, et donc du cout de la vie qu’on peut tous constater au quotidien. Que ce soit à Sainte-Suzanne (je le constate dans mes réceptions du public) ou partout sur l’île, les familles ont de plus en plus de mal à joindre les 2 bouts sur tous les postes de dépenses. Déjà que la situation était déjà qualifiée de hors norme par l’INSEE, on pourrait dire qu’aujourd’hui, la situation est devenue invivable et les nouvelles attendues dans les prochains mois ne sont pas bonnes. Augmentation du cout de l’Energie, rareté des matières premières, difficultés d’approvisionnement, … Il nous faut plus que jamais agir. On peut noter les efforts de la loi pouvoir d’achat, on peut noter les initiatives de la Région et du Département sur le gaz, ou encore la rentrée scolaire, cependant il nous faut aller plus loin et anticiper les prochains mois.

J’estime que nous devons saisir, l’initiative annoncée dernièrement par le Ministère de l’Outre-Mer d’organiser pour le mois de Septembre, le « Oudinot de la vie chère ».

Mais avant le « OUDINOT », au sein de chaque territoire un débat doit émerger pour faire émerger une feuille de route. Aucun territoire ne pourra se développer sans les forces vives du territoire. En d’autres termes, il nous faut un plan Réunionnais pour le pouvoir d’achat des Réunionnais pour vivre dignement.

C’est pourquoi, je lance un appel, aux élus et aux forces vives pour élaborer et co-construire cette feuille de route et parler d’une voix réunionnaise au moment de l’« Oudinot de la vie chère ». Je vais pour ma part, proposer cette initiative au bureau de l’AMDR la semaine prochaine et à mes collègues présidents des intercommunalités dans les autres territoires ultramarins début septembre.

En attendant et face à l’urgence de la situation, j’ai demandé à mes services municipaux d’étudier nos possibilités pour redonner du pouvoir d’achat aux familles de Sainte- Suzanne.

En plus de maintenir, et pour reprendre les propos de notre Vice-Président de la Cinor Hermann Sambenoun, le bus scolaire gratuit et la carte de médiathèque et bibliothèque gratuite, nous allons baisser le prix de la restauration scolaire pour toutes les familles. Cette baisse sera à la hauteur de l’inflation, soit d’environ 6% pour toutes les familles.

C’est un premier geste qui en appellera d’autres de la part de la municipalité et qui sera acté lors du prochain conseil Municipal. Cette mesure s’accompagne d’efforts de maitrise budgétaires de la commune sans augmentation des impôts locaux ».

 

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

9 Commentaires

  1. les futurs profs quittent la réunion pour laissez les profs métro rentrés , une fois arrivée ici , il vont rester toute leurs vies, car ils vont dire que leur salaires et la vie est belle à la réunion, pendant ce temps nos compatriotes sont jetés dans les coins perdu en métropole, il y à parmi ces réunionais des familles des femmes enceintes, des enfants qui sont laissés à la réunion, il faut que les créoles ouvrent leurs yeux et il faut être solidaire entre vous , la préférence régionale doit être la priorité sur l’, île.alors stop aux injustices.

    • Si vous ne savez pas lire et comprendre les règles d’affectation d’un concours national, surtout pour des futurs professeurs, c’est très inquiétant
      Tous les concours nationaux ont les mêmes règles que ce soit dans l’éducation nationale que dans la fonction publique d’état. Affectation Nationale !!!!! ……….. NATIONALE et pas locale
      Aucune injustice là dedans, les règles sont les mêmes pour tous.
      Ils sont bons non futurs professeurs pei qui dans un futur proche auront devant eux des élèves pour leur transmettre des savoirs, le respect des règles de la vie en groupe. Quelle tristesse et honteux de voir cela
      Vous pensez que la personne qui vit sur l’Ile de Groix, marié avec enfants quand elle passe un concours national elle sera affectée sur son ile ? Non elle sait qu’elle ne pourra pas restée et devra partir et peut être que ce sera dans un village à 2500 m d’altitude dans les Pyrénées.
      Arrêtez de toujours vous plaindre et de mettre en avant la préférence régionale, car si on applique cela, moi je n’aurais plus de travail. Et trouver le même à la Réunion ce n’est pas possible car il n’y a pas de poste comme celui que j’occupe actuellement et il n’y en aura jamais
      Je suis français né dans le département de la Réunion et j’ai le droit d’aller travailler là où j’en ai envie
      Si ces pleurnicheurs ne voulaient pas quitter l’ile, ils ne devaient pas passer le concours national. C’est pas plus compliqué que cela. mais ont ils suffisamment de bon sens pour le comprendre ?

  2. Ma chérie balaye devant ta porte. La commune de ton papa est remplie de pauvres sans avenir pour lesquels ton papa chéri a fait une gigantesque Jamaïque sous leur nez. Voilà qui va pas aider la rentrée pour les 2 lycées et le collège à moins d’un kilomètre de cette poubelle géante qui leur donne maladies sur maladies dans les poumons et dans l’eau. Alors franchement épargne nous ton papier illisible aussi grand que la décharge Gironcel.

  3. La politique à la Réunion c est en famille : gironcel à sainte suzanne. Hoareau à Saint Louis. Ratenon et Ramaye dans l Est. Bello adore cette consanguinité.

  4. L inégalité vient aussi au niveau du climat, mettez ces goyaves là bas à travailler en peine chaleur ainsi que les élèves vous verrez ce que ça donne, faut trouver une solution sur le sujet du calendrier arrêtez de favoriser ces goyaves qui sont ici pour qu ils puissent voir leur famille la bas en vacances

  5. y serait temps que ns citoyens nous occupe à nous sérieusement de nos élus ke y aime passe langue dans boyo métropolitain,les élus de la Réunion y koné pu nous zot la fini donne a zot le moyen de conserve zot trône lé temps ke nous renverse la vapeur

  6. a koi serve dit tout ça le maire, le fille foutent rien la ville sainte Suzanne y fait pitié triste de voir ça vous devrait avoir honte prend un peu des exemples le maire y gagne pu fait rien et la jamais fait non plus soit disant t’ai devrait fait college sur bagatelle jamais vu le jour dechetterie l’était mieux, bocage en parle pas le parc de jeux ressemble à zot même aucun site les propres…n’a trop pou dit mi arrêt….

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Trois jeunes danseurs réunionnais brillent à l’international

Article suivant

Contrôles routiers : 290 infractions relevées du 12 au 15 août

Free Dom