/

Reconstruire le centre-ville de St-André : succès pour les journées de rencontre avec les professionnels et les administrés (VIDÉO)

16 min de lecture
34

Afin de présenter les grands projets structurants qui vont transformer le centre-ville de Saint-André dans les années à venir, la municipalité de Saint-André a tenu à organiser deux journées de rencontre avec les professionnels et les administrés. Deux journées qui ont eu lieu dans la cour de la Maison Loupy, rue de la Gare. La première a eu lieu mardi 19 octobre et la deuxième, aujourd’hui, mercredi 20 octobre. Celle d’aujourd’hui s’est déroulée sous forme ludique avec plusieurs animations au programme.

Elles ont, toutes les deux, connu un plein succès. Joé Bédier, le maire de la commune, s’est rendu sur place. Il se dit très satisfait d’avoir initié cette démarche de « dialogue, de concertation et de transparence » avec la population en amont de sur ce qui va être fait à Saint-André. Il est au micro d’Yves Mont-Rouge :

Bernard Virapin fait partie de nombreux administrés qui sont passés par les stands d’information dressés dans la cour Loupy et où il a pu également s’entretenir avec Capucine Dijoux et Mathieu Law-Yam, les responsables de projet du centre-ville dans le cadre du NPRU. Il se dit lui aussi « très satisfait » de toutes les informations qu’il a pu obtenir sur place et espère que « les paroles seront suivies d’actes ». Ecoutez ses premières impressions :

« Redonner un autre visage au centre-ville tout en reconstruisant progressivement l’ensemble de la ville». C’est le défi que le maire Joé Bédier et son équipe ont choisi de relever à travers quelques projets phares qui seront en quelque sorte « les marqueurs » de cette nouvelle politique municipale d’ici à la fin de la mandature. Pas moins de 150 millions d’euros d’argent public et privé devraient y être investis. Une transformation qui va passer par la démolition, entre autres, de l’actuelle salle des fêtes et celle des blocs d’immeubles vétustes du centre commercial.

En arrière plan, la salle des fêtes. C’était lors de la visite de la ministre de la Politique de la ville à Saint-André en début d’année. (Crédit Photos : Yves Mont-Rouge)

Il s’agit du projet « Centre-ville d’avenir » élaboré dans le cadre du Nouveau Programme de Rénovation urbaine (NPRU). L’objectif étant de « redonner à son centre-ville une nouvelle image, une nouvelle attractivité et offrir aux habitants un cadre de vie agréable « où chacun pourra grandir, vivre, s’épanouir », soutient le maire Joé Bédier.

Mardi 19 et mercredi 20 octobre : deux journées d’information ouvertes aux investisseurs et au public

La municipalité a prévu d’organiser deux journées d’information sur tous ces projets qui s’inscrivent dans le cadre du relooking complet de la ville. Une première journée de présentation d’appels à projets destinée aux professionnels, c’est-à-dire aux investisseurs potentiels. Ce sera demain, mardi 19 octobre, de 8h30 à 15h30, dans la cour de la Maison Loupy, rue de la Gare, juste à côté de la salle Guy Alphonsine.

La deuxième journée se déroulera, le lendemain, le 20 octobre, à l’attention, cette fois, de la population de Saint-André, désirant s’informer sur les projets structurants de la commune. Des projets dont la concrétisation ne se fera pas sans quelques « bouleversements des habitudes de la vie quotidienne » car, comme aime à le rappeler Joé Bédier, « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ». Un mal pour un bien, en somme.

Cette deuxième matinée du 20 octobre qui aura lieu de 9 heures à 12 heures, toujours dans la cour de la Maison Loupy, sera aussi l’occasion pour les administrés de faire connaître aux services municipaux leur desiderata pour leur commune. « Ce sera une matinée ludique et récréative. Nous voulons vraiment qu’il y ait un échange constructif entre les habitants de Saint-André, les élus et les administratifs car nous construisons pour eux mais surtout avec eux », explique Capucine Dijoux chargée de mission « Renouvellement urbain » à la mairie de Saint-André (notre photo ci-dessous). « La commune souhaite réellement une participation active des habitants à l’élaboration des projets. Soyez acteurs de votre quartier, inscrivez-vous dans la démarche de co-construction avec votre centre-ville : c’est le message du maire », rappelle Guillaume Govindin Ramassamy, le directeur de cabinet de Joé Bédier.

Capucine Dijoux, chargée de mission à la mairie de Saint-André.

Au total, pas moins de 150 millions d’euros vont être investis pour redonner un autre visage à la ville, soit 75 millions d’euros de crédits publics (55 millions de subventions, 20 M€ de la commune de Saint-André), sans compter 40 M€ des bailleurs sociaux (SHLMR, SIDR…), 10 M€ de la Cirest notamment pour le Pôle d’échanges et les investissements des privés. « Notre objectif est de transformer le centre-ville mais pas que… Nous menons parallèlement les dossiers relatifs aux autres projets que sont la Maison Valliamé, le développement dans le secteur du chemin Lefaguyès, celui des voiries de la commune, des sites sportifs, des écoles, de la réhabilitation des logements… C’est un travail permanent que le maire mène quotidiennement avec l’équipe-projets », signalent Guillaume Govindin Ramassamy et Mathieu Law-Yam, directeur de projets NPRU.

De gauche à droite : Mathieu Law-Yam et Guillaume Govindin Ramassamy.

La salle des fêtes et les blocs d’immeuble du centre commercial seront démolis

Immeuble du centre commercial, avenue de la République. La place sera complètement réaménagée.

Tout le programme NPRU s’articulera autour de quelques grands principes : « ville de couleurs » (apporter de la couleur à la ville à travers ses espaces publics/mobilier urbain, sols, éclairages nocturnes…) ; «De l’ombre » via la plantation d’arbres et de végétaux en centre-ville afin de créer des îlots de fraîcheur urbaine et une climatisation naturelle des espaces publics ; « Connections piétonnes et cyclables » avec les quartiers résidentiels limitrophes qui tournent actuellement le dos au centre-ville dans le but de rendre ces circulations douces, agréables confortables et sécurisées pour que les usagers laissent de plus en plus de côté leur voiture…

Parmi les grands travaux à venir figure la transformation de l’ancien centre commercial, Avenue de la République. Elle débutera d’ici à 2022 par la démolition de la salle des fêtes et l’ancien Leader Price. « Le maire a déjà rencontré tous les locataires et propriétaires à ce niveau ». Ce sera une opération à tiroirs avec démolition, relogement provisoire en attendant la reconstruction. Cela se fera bloc par bloc d’immeuble et étape par étape.

« L’aménagement de l’îlot de la Grande Place constitue la plus grosse opération du projet de renouvellement urbain du centre-ville », explique Mathieu Law-Yam. Un projet qui passera ainsi par : la démolition/reconstruction de la salle des fêtes et de l’ancien Leader Price pour laisser place à un nouvel ensemble commercial, bureaux et salle des fêtes en harmonie avec le paysage urbain; La réorganisation des stationnements sous le nouvel ensemble commercial, bureaux et salle des fête ; La démolition du bloc A du bloc A afin de réaliser une grande place urbaine et paysagère en capacité d’accueillir différents types d’animations (marché forain, Dipavali…) ; La démolition/reconstruction du bloc C pour un nouvel ensemble de commerces et logement ;

La gare routière (avant) deviendra le Pôle d’échanges (après). C’est le plus important de tout le territoire Est avec 200 bus en moyenne/jour à Saint-André. Livraison de l’opération début 2022.

La réorganisation des différents flux piétons et voitures, avec tout à proximité le nouveau Pôle d’échanges (gare routière) de la Cirest qui devrait être livrée début 2022.

Parc Lacaussade : recréer des espaces publics de qualité

Le Parc Lacaussade sera transformé avec plus de végétation afin d’encourager le déplacement piéton, des parkings pour désengorger le centre-ville, des espaces publics de qualité et de rencontres, des espaces de jeux pour les marmailles, réalisation du Jardin de la mémoire avec les statues, restauration de l’ancienne gare du CFR, un lieu pour accueillir des animations.

« Nous souhaitons créer un espace végétalisé, ombragé, un espace de rencontre, d’animations à Lacaussade… »

Le square Victoria : résidentialiser tout le secteur

C’est un groupe d’habitation de 218 logements géré par la SHLMR, qui envisage de démarrer très prochainement de réhabilitation des habitations et de résidentialisation de tout le quartier qui sera privatisé. Un quartier qu’on ne pourra plus « traverser » en voiture. Juste à l’arrière, côté lycée Jean Perrin, il sera réalisé un mail piétons/vélos complètement végétalisé.

La cité Victoria sera privatisée avec des portails de chaque côté des blocs d’immeubles qui comptent 218 logements SHLMR. Stop à la circulation automobile !

Le Carré de l’Eglise complètement revisité

Autre projet d’envergure, la restauration de l’actuel marché couvert qui ne ressemble plus à rien si ce n’est quasiment un champ de ruines et celle de la cour de l’école des Frères. « Dans la continuité de la Place Jeanne d’Arc, il s’agira d’offrir un espace de rencontre, d’animation arboré et ombragé avec la préoccupation de respecter l’histoire et la tradition liées à cet emplacement », précise Capucine Dijoux. Qui poursuit : « le maire souhaite retranscrire l’ambiance du marché couvert de l’époque et de donner une nouvelle fonction piétonne à la cour de l’école des Frères. Nous avons travaillé, pour cela, avec les historiens ».

Le marché couvert (photo d’archives). « Nous allons le refaire comme à l’époque ».
Le marché couvert côté centre-ville. Dans un état quasi d’abandon depuis plusieurs années déjà.
Le carré de l’Eglise, y compris le marché couvert, subiront une véritable transformation.

 Relifting pour le parvis de la mairie et stationnement payant

Voici à quoi ressemblera la future place de la mairie du centre-ville.

Sur les 2000 places de parking disponibles en ville, la mairie prévoit une partie de stationnement payant « mais 75% des parkings resteront gratuits ». Toujours en matière de stationnement, la municipalité s’engage à optimiser l’existant tout en créant de nouvelles poches. Mais l’objectif est surtout d’amener les administrés à changer leurs habitudes de déplacement. « Le maire veut privilégier une navette électrique qui quadrille le centre-ville ». D’ici à l’année prochaine, des travaux sont prévus avenue Bourbon, Ile-de-France et Mascareignes pour fluidifier la circulation. Idem pour la déviation au niveau de la Cressonnière.

Y.M.

([email protected])

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

34 Commentaires

    • C’est le projet déjà acte par l’ancien maire, nena rien de. Nouveau , sinon que ça a pris du retard et qu’il a perdu beaucoup de partenaire – voila le changement – mais laisse à li faire de la com on verra si li gagne gère les dossiers

    • Oui MAIS… s’il s’agit de refaire le centre ville comme on a refait la place Jeanne d’Arc, qu’on arrête tout de suite le massacre. La place Jeanne d’Arc en deux coups de pelles a perdu totalement son âme et son charme de place créole qui nous transporte dans le temps… On a à la place un carré certes moderne mais totalement irrespectueux de l’âme de la ville. Ce genre de rénovation urbaine ne m’intéresse pas. On n’est pas à Poissy ou dans le 93 pour ces rénovation béton amélioré. J’espère que l’équipe de la Mairie aura au moins l’intelligence de refaire la ville en gardant le charme historique du lieu. Sinon, ne faites rien. Par pitié.

    • Certes, certes mais toujours rien pour la culture. Rien. La salle Guy Alphonsine toujours un déchet. La ville ne comporte aucun AUCUN équipement culturel valable à part une médiathèque qui ne renouvelle pas son fonds documentaire même si des efforts sont faits pour des conférences interessantes. L’école municipale de musique est gérée par un incompétent et puis c’est le néant total. 50 000 habitants et rien pour la culture. Où sont les investissements pour le culture et la valorisation du patrimoine dans ce projet ? Soit on fait les choses en grand, sérieusement, soit en les fait à moitié.

  1. Ce qu’il ne dis pas c’est que c’est un projet déjà ficeler par l’ancienne municipalité. Pour preuve la première étape carre de l’église déjà fait et la gare routière en construction

    Pire il ne dis lui st qu’il a perdu de l’investissement sur ce projet . A cause de son imcompetence sur les dossiers

  2. Encore une fois manger cuit… Mathieu avait déjà tout calé avec l équipe précédente… Innovez un peu oté, 18 mois et que les projets de Vira qui sortent… ah non il y avait le creolia…

  3. C est pas moi qui l au fait, mon costume est définitivement trop grand… par contre je sais m approprier le travail des autres… Bon promis bientôt je vous présenteraiun super parc trop bien que j ai fait tout seul comme un grand, un parc colossal !!!

  4. Y a des millions dans ces projets de l ANRU. Faut espérer que ce maire ne cherche pas à s en mettre plein les poches et à faire bénéficier aux copains entrepreneurs des marchés juteux qui aboutiront apres des chantiers inachevés ou bâclés.

  5. Il est facile de récupérer les projets de son prédécesseur et d en faire sa propre pub. Mais Domoun le pu couillons comme il l a dit lui-même Bédier. Inutile donc de vouloir faire de la récupération politique à outrance.

    • On s’en fou si c’est son projet ou pas, la continuité est très importante. C’est toujours comme ça on récupère les projets des autres.

  6. Si na un affaire qui gaigne pas bouger et que lé là depuis des siècles c’est bien nos églises… pour pouvoir nous remémorer nout ti vie dan temps lontan…

    • Faut croire…. L’écharpe de maire se porte de l’épaule droite au côté gauche. C’est écrit dans tous les documents officiels. Joé, ne faits plus cette erreur stp. Bon courage pour votre projet et surtout SAUVEGARDEZ LE CHARME HISTORIQUE de la VILLE. Ne la transformez pas en ville de banlieue parisienne.

  7. Facile de récupérer les projets de son prédécesseur…
    Prochain contrat en 2026, Anges de la Téléréalité en pour Joe. Sans casting…

  8. j’ai grandi à St André j’avais 4 ans aujourd’hui j’ai 54 ans les maires précédents et le maire actuel je regarde les chemins à st andré et sur chemin d’eau , la gourgue….
    il faut arrêter avec Corona arrête passe la peinture.

  9. j’ai grandi à St André j’avais 4 ans aujourd’hui j’ai 54 ans les maires précédents et le maire actuel je regarde les chemins à st andré et sur chemin d’eau , la gourgue….
    il faut arrêter avec Corona arrête passe la peinture.

  10. j’ai grandi à St André j’avais 4 ans aujourd’hui j’ai 54 ans les maires précédents et le maire actuel je regarde les chemins à st andré et sur chemin d’eau , la gourgue….
    il faut arrêter avec Corona arrête passe la peinture.

  11. Franchement, la place Jeanne d’Arc la rénovation lé ratée comme jamais. La même pas gardé le sol en pierre d’époque. La pauvre statue, mal repeint, i ça va tombe dan l’escalier taleur. Le ban kiosque lé pareil porte caddie l’aéroport Orly. Ki sa la rénov la place là ? C’est pas le meme i sa réfé le centre ville mi espère.

    • Pleure pas. Barachois lé pareil. Bétonage amélioré version la France métropole. Le syndrome de la goyave de France appliqué généreusement dans la rénovation urbaine. Bientôt va met une Tour Eiffel. Wawar.

  12. C’est va être très compliqué pour ceux qui se défoulent anonymement derrière des commentaires car j’ai bien compris que ce maire est droit dans ses bottes et fait avancer sa ville. D’ailleurs quand on arrive à St André on voit le changement, c’est beaucoup plus propre, le parc du Colosse est nickel. Vous devriez être fiers !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Un bus supplémentaire pour Grand Galet !

Article suivant

Conseil Départemental : 1,4M€ pour améliorer les sentiers et aires d’accueil

Free Dom