Usine de Bois-Rouge : “encore une panne qui pénalise les planteurs”, d’après Frédéric Vienne

3 min de lecture

Suite à l’arrêt des réceptions de cannes sur l’usine de Bois-Rouge, dans le bassin Nord-Est, pour le 3e samedi consécutif, Frédéric Vienne, Président de la Chambre d’agriculture de La Réunion tire la sonnette d’alarme.“Encore une panne qui pénalise les planteurs”, écrit-il. Ci-bas son communiqué de presse :

Alors que le broyage des cannes suivait normalement son cours depuis le début de la campagne sucrière sur le bassin Nord-Est du département, les services de la Chambre d’agriculture relèvent depuis peu l’inquiétude et l’incompréhension grandissantes de nos planteurs dont les cannes sont réceptionnées sur l’usine de Bois Rouge.

Et pour cause, au delà des problèmes mineurs apparus sur site depuis le début de la campagne, un incident technique
(accouplement, raclette moulin) occasionne l’arrêt des réceptions des cannes de la zone pour le troisième samedi
consécutif.

En ma qualité de président de la Chambre d’agriculture, je regrette, avec l’ensemble de mes élu(e)s, cette nouvelle déstabilisation des livraisons et le retard de réception qui s’accumule au détriment de nos planteurs dont je rappelle qu’ils sont déjà confrontés depuis des années à des problématiques multiples affaiblissant, notamment, leurs revenus.

De nombreux canniers de la côte au vent nous on en effet fait part de leur vive inquiètude à l’heure où la météo de cette fin d’hiver austral est propice et que la richesse saccharine progresse malgré les freins que l’on rencontre sur le terrain.

Aujourd’hui, suite à un report de 5000 tonnes causé par cet incident, l’industriel impose aux planteur de ne pas livrer de cannes ce samedi. Pourtant, les planteurs ont pleinement joué leur rôle en ayant déjà livré près de 348.000 tonnes de cannes depuis le début de la campagne alors que les prévisions font état de près de 830.000 tonnes cumulées sur le bassin en fin de saison. Une fin de saison synonyme, on le sait, d’aléas climatiques grandissants et donc de richesses moindres pour l’agriculteur.

La Chambre d’agriculture de La Réunion soutient l’ensemble des planteurs dans ces nouvelles difficultés. Lesquels planteurs attendent désormais des propositions et des solutions de rattrapages pour pallier à ces incidents et, par extension, à ces arrêts à répétition. Je demande aussi à ce que ce problème soit, au plus vite, réglé pour ne pas pénaliser davantage nos canniers qui sont tout de même soumis à des quotas journaliers de 8.000 tonnes.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Joé Bédier présent à la 4ème rencontre nationale Action Coeur de Ville à Paris

Article suivant

Marché Péï au Jardin de l’État à Saint-Denis le samedi 11 septembre 2021

Free Dom