Coca, citron, kiwi ou ketchup : quand des ados fabriquent des faux tests Covid positifs

3 min de lecture
8

À la sortie d’un collège du 15e arrondissement de Paris, un groupe de jeunes rencontré par France Inter regarde l’une de ces séquences des ingrédients qui permettent de fausser un résultat de test Covid dans plusieurs vidéos tutoriel sur les réseaux sociaux.

Les autotests réactifs à l’acidité

Effectivement, pour Lionel Barrand, le président du syndicat des biologistes médicaux, « l’acidité peut avoir un lien ». Il précise que cela peut varier selon le fournisseur. « Normalement on n’est pas censé faire ça. Mais ça peut au moins servir à alerter le consommateur que ces tests sont sensibles. On a des procédures extrêmement strictes et quand on sort de ces procédures on peut avoir des surprises. Donc il faut bien lire la notice. »

Si les jeunes font cela pour « rire », cette découverte a priori innocente fait le jeu des antivax. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes en déduisent que les tests sont truqués ou inutiles. « L’arnaque des tests Covid mis à jour. On arrête l’hystérie quand ? », peut-on notamment lire sur Twitter.

Sur les réseaux, on peut voir une personne plonger un écouvillon, non pas dans son nez mais dans un verre de soda et, comme par magie voir l’autotest devenir positif. « Sur Tik Tok on voit même passer des gens qui essaient avec du parfum ou de la compote », dit en rigolant Manon, assise sur un banc avec ses amis.

Un bon moyen de sécher les cours

Ces vidéos, publiées avec le hashtag #Fakecovidtest, sont devenues virales ces derniers mois, certaines ont même été vues des millions de fois. Un phénomène venu du Royaume-Uni, lorsque des collégiens britanniques ont fait cette découverte il y a quelques mois pour pouvoir sécher les cours. « Moi je n’ai jamais essayé, j’ai le BAC dans quelques mois, si je suis positive je vais devoir rester à la maison, c’est mort ! », poursuit Manon.

Un peu plus loin, Thomas et sa bande affirment y avoir déjà pensé. « Oui ça peut être une solution sinon j’ai vu qu’on pouvait frotter un autotest dans le métro. Vu que c’est hyper sale ça devient positif. » Un autre lycéen a une autre explication : « Il faut de l’acidité, j’y crois pas du tout et puis c’est plus simple d’aller directement acheter des faux tests positifs. On a un pote qui fait ça ! »

8 Commentaires

  1. Des futurs chimistes ??? C’est normal de sécher ses cours … la France est un pays distributeur de fric à outrance surtout pour les gratteurs de c …

  2. Bonjour/GusDeGus l’intérêt c’est de sécher les cours, cas contact positive 1 semaine à la maison, ça ne vas pas faire des prix Nobel 🙂

  3. C’est dire la fiabilité de ces tests… ça pourrait presque en être comique, malheureusement tous ce cirque nous coute des milliards, qu’il faudra bien rembourser un jour…

  4. Quel intérêt à faire du faux ? Ils veulent sécher les cours… qu’ils patientent après leur bac. Lorsqu’ils seront dans la vie active ils auront tout le loisir de squatter leur chambre… sont vraiment naze ces djeuns !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

URMA Ste-Clotilde : un show qui décoiffe ce dimanche !

Article suivant

Le vaccin Novavax annoncé dans l’île : l’alternative sans ARN Messager

Free Dom