Des chiffres alarmants : 4 807 nouveaux cas de Covid-19 en une semaine et 8 décès

13 min de lecture
10

Du 18 au 24 décembre, 4 807 nouveaux cas de Covid-19 ont été identifiés à La Réunion (contre 4 558 la semaine précédente). Le taux d’incidence continue d’augmenter pour s’établir à 561,6/100 000 habitants (532.5 /100 000 habitants la semaine précédente). Le nombre de cas moyen journalier est désormais de 686,7 (contre 651 la semaine précédente).

Au cours de la dernière semaine, les dépistages réalisés sont en baisse du fait de l’arrêt des opérations en milieu scolaire. Le taux de positivité est quant à lui en forte hausse à 7,8 % (contre 5,8% la semaine précédente). Les taux de positivité les plus élevés concernent les 0-14 ans et les 25-34 ans. Le variant Delta représente 92,77 % des mutations détectées. A noter toutefois que 20 cas positifs au variant « Omicron» ont été identifiés à ce jour. Les opérations de séquençage se poursuivent.

Sur les 7 derniers jours, les admissions en réanimation ont doublé. La très grande majorité des patients hospitalisés en réanimation ne dispose pas d’un schéma vaccinal complet. Cette semaine, huit décès liés à la Covid-19 sont à déplorer. Aucun de ces patients n’était vacciné.

Au regard de l’évolution de l’épidémie et suite au conseil  de défense et au conseil des ministres exceptionnel du lundi 27 décembre, La Réunion est placée en état d’urgence sanitaire à compter du 28 décembre. Ce cadre réglementaire permet au préfet de La Réunion de prendre des mesures adaptées face à une situation instable et aggravée par l’apparition du variant Omicron sur le territoire. Une phase de concertation avec les élus et les acteurs sociaux-économiques du territoire est en cours. Elle permettra de préciser les leviers de freinage de l’épidémie qui seront actionnés en urgence.

En complément des mesures réglementaires qui seront mises en  œuvre et afin de contrer la vague épidémique en cours, Jacques Billant, préfet de La Réunion en appelle à la responsabilité individuelle et à la prudence de chacun. Les interactions sociales doivent être limitées au maximum, notamment lors du réveillon de la Saint-Sylvestre. Chaque citoyen, chaque entreprise, chaque administration est invitée à limiter le plus strictement possible les regroupements et les interactions sociales. L’enjeu de ces tous prochains jours est donc d’infléchir la courbe épidémique et de relâcher la pression qui s’exerce sur le système de santé.

Seuls le respect des mesures barrière, la limitation des rassemblements, l’application des mesures de restriction et l’accélération de la vaccination nous permettront de répondre à cette lutte collective et de préserver notre système de soins.

Il est rappelé que le délai entre la primo-vaccination et le rappel du vaccin contre la Covid-19 passe à trois mois, dès aujourd’hui. De plus, la validité du Passe sanitaire (7 mois) sera réduite à 6 mois au 15 janvier 2022 et à 4 mois au 4 février 2022, sous réserve du vote de la loi par le parlement.

 

La Réunion placée en état d’urgence sanitaire : les pouvoirs du préfet renforcés

 

L’Etat d’urgence sanitaire est applicable à La Réunion pour une période de 1 mois. Le Premier ministre a par ailleurs présenté hier au conseil des ministres un projet de loi rendant cet état d’urgence sanitaire applicable jusqu’au 31 mars 2022 à La Réunion.

 

Pour mémoire, l’état d’urgence donne au préfet la possibilité de prendre les mesures suivantes, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire:

–  couvre-feu : possibilité d’interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ;

– confinement ;

– restriction des déplacements aériens et maritimes : possibilité d’interdire ou de limiter les déplacements en provenance ou à destination de La Réunion ;

– jauges possibilité de limiter la capacité d’accueil dans les établissements recevant du public ;

– fermeture provisoire de certains types d’établissements recevant du public : possibilité de fermer provisoirement les salles de spectacles, restaurants, débits de boisson…

 

Situation sanitaire

La préfecture et l’Agence Régionale de Santé ont le regret d’annoncer le 28 décembre 2021 les décès, intervenus au cours des 7 derniers jours, de huit patients originaires de La Réunion :

–          1 personne était âgée de 45 à 64 ans,

–          7 personnes étaient âgées de plus de 75 ans.

7 présentaient des comorbidités, et aucun n’était vacciné.

Du 18 au 24 décembre, 4 807 cas ont été recensés en 7 jours (contre 4 558 la semaine précédente). Le taux de positivité est en hausse à 7,8 %.

Le taux d’incidence hebdomadaire est en forte hausse à 561,6/100 000 habitants (contre 532,5 la semaine précédente.

 

Le nombre de dépistages réalisés sur la semaine est diminution, avec 61 726 tests réalisés, du fait des vacances scolaires et de l’arrêt des opérations dans les établissements d’enseignement.

Parmi les 4 807 nouveaux cas de la période, on note pour les cas renseignés :

  • 2 115 cas classés autochtones,
  • 30 cas classés importés,
  • 3 cas classés autochtones secondaires.

Compte tenu des 69 431 guérisons et des 409 décès depuis le début de la crise sanitaire, 6 762 cas sont encore actifs à ce jour.

76 602 cas ont été investigués à ce jour par l’ARS, Santé publique France et l’Assurance Maladie.

Recherche de mutations Covid-19

Du 18 au 24 décembre, 4 379 tests positifs ont été criblés pour identifier une mutation : 3 834 cas présentaient une des mutations spécifiques sous surveillance, soit une proportion de 87,55%.  Le variant Delta représente 92.77 % des mutations détectées.

Présence du variant « Omicron » à La Réunion :

Depuis le 30 novembre, 20 cas positifs au variant « Omicron » ont été identifiés.

Les opérations de séquençage se poursuivent en particulier pour les criblages considérés comme suspects.

Point sur les clusters :

Au 28 décembre 2021, on comptabilisait 65 clusters actifs et 608 clusters clôturés.

Parmi les 65 clusters actifs :

–          20 clusters sont classés à criticité élevée : Le Port (2), Le Tampon (1), Saint-Benoît (1), Saint-Denis (8), Sainte-Marie (1), Sainte-Suzanne (2), Saint-Paul (2) et Saint Pierre (3).

–          20 clusters sont classés à criticité modérée : La Possession (1), Le Port (3), Le Tampon (2), Les Avirons (1), l’Etang Salé(1), Saint-André (1), Saint-Denis (3), Sainte-Marie (2), Sainte-Suzanne (1) Saint-Louis (1) , Saint-Paul (2) et Saint Pierre (2).

Concernant les autres indicateurs

Les taux de positivité les plus élevés concernent trois tranches d’âge en particulier :

–          les personnes de 0 à 14 ans : 9,1 %

–          les personnes de 25-34 ans : 8,3 %

–          les personnes de plus de 75 ans : 8,2 %

 

Situation hospitalière :

 

Au 28 décembre, 37 lits de réanimation sont occupés par des patients positifs à la Covid-19, ce qui amène à un total de patients en réanimation de 84 sur les 89 lits installés à La Réunion (soit un taux d’occupation de 95%). Le nombre d’admissions quotidiennes en réanimation a doublé sur les 7 derniers jours par rapport aux 3 premières semaines de décembre. Le nombre de lits occupés en médecine Covid est quant à lui de 58 sur les 71 lits ouverts (soit un taux d’occupation de 82%).

Pour les personnes admises en réanimation depuis le 1er décembre :

– 50% sont des hommes et 50% des femmes ;

–  3% sont âgées de 0-14 ans, 20% sont âgées de 15 à 44 ans, 47% sont âgées de 45 à 64 ans, 20% sont âgées de 65 à 74 ans, et 10% ont plus de 75 ans ;

– 83% présentent des comorbidités.

70 % des patients ont moins de 65 ans. La quasi-totalité des patients ne disposaient pas d’un schéma vaccinal complet.

Respectons les gestes barrières plus que jamais

 

  • Aérer les pièces de son domicile ou de son lieu de travail le plus souvent possible. L’aération fréquente des lieux clos est plus que jamais nécessaire pour ne pas laisser le virus s’installer.
  • Porter le masque dans les lieux clos, dans l’espace public et quand la distance recommandée avec la personne voisine ne peut pas être respectée.
  • Se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique  et éviter de se toucher le visage
  • Respecter une distance d’au moins deux mètres avec les autres et limiter au maximum ses contacts sociaux

La distanciation physique est fortement recommandée en raison de la forte contagiosité des variants du virus, surtout en l’absence de port du masque et en particulier pendant les temps de repas.

  • Saluer sans se serrer la main et éviter les embrassades
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique

Pour le moment, même vaccinés, continuons à porter le masque et à appliquer les gestes barrières.

10 Commentaires

  1. Zot le entrain fait toute po zot pass vaccinal de merd, après zot le vraiment band menteur de premier degré, zot i accepte pas ke lo vaccin le inefficace, la zot i rode fait toute pour avoir raison, arête avec zot maskarad de merd

    • Mdr…même vacciné portons le mask…haha…j’en peux plus de m’éclater de rire…haha…mem vacciné met mask…haha…sinon zot i peu attrap le covid mem vacciné…mdr..haha

  2. L’art de ne pas appeler un chat, un chat. J’admire ces phrases répétées à chaque point : « Sur les 7 derniers jours, les admissions en réanimation ont doublé. La très grande majorité des patients hospitalisés en réanimation ne dispose pas d’un schéma vaccinal complet. Cette semaine, huit décès liés à la Covid-19 sont à déplorer. Aucun de ces patients n’était vacciné. Pour les personnes admises en réanimation depuis le 1er décembre : 50% sont des hommes et 50% des femmes ; … , 70 % des patients ont moins de 65 ans. La quasi-totalité des patients ne disposaient pas d’un schéma vaccinal complet. » Que ne faut-il pas dire pour pousser à la vaccination. Hier on vaccinait en masse les personnes âgées, aujourd’hui on s’attaque aux enfants. Bientôt on vaccinera les foetus.
    Sommes nous devenus aveugles à ce point ? Israël, les Pays Bas, … ne nous servent-ils pas d’exemples ? Les vaccinés sont majoritairement hospitalisés et malgré le taux important de vaccination, la situation ne cesse de se dégrader.

    • t’as raison que des coneries surtout lorsqu’on est aux urgences et qu’on voit quantité de jeunes complètement amorphe, malade d’une grippette et qui dit « mi regrette mi l’a pas fait vaccin mi l’est malade zordi à cause les autres l’a dit à moin l’est pas bon…. goute à nous

  3. Le 22 mars 2021, François-Xavier Lescure a été nommé conseiller en charge de la lutte contre la (le virus est féminin dans certains textes officiels) covid-19 au cabinet du ministre des solidarités et de la santé.

    Le Pr Xavier Lescure exerce à l’hôpital Bichat au service des maladies infectieuses et tropicales, dirigé par le Pr Yazdan Yazdanpanah.
    Peut-on rester honnête dans ce contexte ? Yazdan Yazdanpanah a la réputation, non usurpée, d’être un chouchou des labos. En effet il touche de tous et en abondance (voir ci-contre un extrait de ses rétributions sur le site Transparence Santé).

    François Xavier Lescure a suivi la même voie (il a reçu 28.929 € des laboratoires, dont 8.621 € de Gilead). On aurait pu penser que depuis son entrée au cabinet du ministre de la Santé le 22 mars, il aurait arrêté. Pas du tout ! ses mauvais penchants ont prévalu. Sa nomination à peine parue au Journal officiel, le 1er avril 2021, il reçoit encore des cadeaux des laboratoires. Et pas de n’importe lesquels : du grand gagnant du marché français, Pfizer qui lui donne, les 27 et 28 mai, 5.085 € (voir tableau ci-dessous). Cela s’appelle un conflit d’intérêts — le terme corruption ayant été banni par la bien-pensance
    Celui qui réclamait le 23 mars 2020 plus de confinement et pour qui l’étude du Pr Raoult « est une honte scientifique » sera-t-il un jour condamné, comme son sponsor Pfizer l’a été (40 fois !), pour charlatanisme, falsification et publicité mensongère (et ce n’est pas fini) ? Comment, comme Pfizer, peut-il avoir la confiance du gouvernement et faire au niveau national la promotion de vaccins inefficaces et dangereux ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Covid-19 : les autotests vendus en supermarchés jusqu’au 31 janvier 2022

Article suivant

Jean Castex : « la production d’un test ne suffira plus » pour se rendre dans les restaurants et lieux publics

Free Dom