Départementales : le député Ratenon présente les candidats « LFI et Résistanz » de Saint-Benoit 1 et 2

9 min de lecture
2

Le député Jean-Hugues Ratenon a tenu une conférence de presse ce dimanche matin 23 mai 2021 à Saint-Benoit, accompagné de Philippe Le Constant et de Jean-Luc Saint-Lambert ainsi que des binômes et de leurs suppléants (La France Insoumise et Résistanz Egalité 974) qui se présenteront les 20 et 27 juin prochains aux élections départementales dans les cantons 7 (Saint-Benoit 1) et 8 (Saint-Benoit 2).

Ses candidats pour le canton 7 (Saint-Benoit/Plaine-des-Palmistes) sont : Amandine Ramaye et Jean-Louis Véry (Titulaires). Leurs suppléants sont : Ludivine Jomain De Launay et James Painiaye. (Photo ci-dessous de droite à gauche).

Pour le canton 8 (Sainte-Anne/Sainte-Rose et Saint-Philippe) : Eric Parlier et Nadège Payet (titulaires), Laurence Payet et Gilbert Hoarau (suppléants). Notre photo ci-dessous, de gauche à droite. Nadège Payet était absente.

Amandine Ramaye a 35 ans, elle est psychologue au GHER de Saint-Benoit et habite à la Plaine-des-Palmistes. Son binôme Jean-Louis Véry a 51 ans, il travaille comme agent de maîtrise à la Région. Eric Parlier, collaborateur du député Ratenon a 49 ans et Nadège Payet, animatrice dans le secteur de la petite enfance a eu 50 ans aujourd’hui.

De gauche à droite : Jean-Hugues Ratenon, Philippe Le Constant et Jean-Luc Saint-Lambert (Photos Yves Mont-Rouge)

C’est le député Ratenon qui, en premier, a pris la parole pour excuser Joé Bédier, maire de Saint-André ainsi que Wilfrid Bertile, conseiller municipal de l’opposition à Saint-Philippe, tous deux pris sur le terrain par la campagne électorale. Jean-Hugues Ratenon a expliqué que les candidatures de ses deux binômes tout comme ceux dans les cantons des autres cantons de l’Est estampillés « LFI/Résistanz et UDSA » reposent sur des valeurs de «cohérence ». « Avec Huguette Bello à la Région et nous au Département, nous marcherons d’un même pas. Chez nous, pas de combinaisons, pas de tambouille. On s’inscrit dans une politique de lutte contre le gaspillage de l’argent public, de lutte contre la corruption. Chez nous, il n’y a pas non plus de candidats condamnés comme le maire de Saint-Philippe, sans compter que celui de Salazie se retrouve aujourd’hui  lui aussi sous les projecteurs judiciaires ».

Jean-Luc Saint-Lambert, élu de l’opposition municipale à la Plaine-des-Palmistes et représentant de « la gauche palmiplainoise » a tenu à venir témoigner au binôme du canton 7 de tout son soutien, lui qui fut également ancien maire de la Plaine (2008-2014). Socialiste comme Philippe Le Constant, ils ont été tous les deux « oubliés » par leur parti politique pour ces élections départementales et régionales.

Philippe Le Constant a été conseiller départemental du canton 8 durant 5 mandats (depuis 1992). Il a décidé de ne plus se représenter. L’ancien maire de Saint-Benoit (1999-2001) également ancien patron du PS sera présent sur la liste d’Huguette Bello aux prochaines régionales. Il a insisté sur deux mots : « cohérence » et « logique ». « Cohérence » entre les départementales et les régionales « car nous formons une même équipe » et « logique » car « Eric Parlier a été sur ma liste aux dernières municipales à Saint-Benoit, tout comme Jean-Louis Véry ». Concernant les régionales, le secrétaire de la section PS de Saint-Benoit a mis l’accent sur deux points : « l’intégrité d’Huguette Bello qui n’a jamais eu le moindre problème avec la justice et la volonté de cette dernière de mettre l’Est, notre région en avant ; Sur les 14 premiers de sa liste, 6 sont de l’Est ».

Ce fut ensuite autour des candidats titulaires et suppléants de détailler leurs projets qui s’articulent autour des thématiques suivantes : vieillissement de la population (« il faudrait plus de structures d’accueil adéquates pour anticiper le papy-boom, plus de moyens aux CCAS afin de pouvoir gérer l’urgence » sociale, selon Amandine Ramaye) ; L’errance et la maltraitance animale (73 000 chiens en errance dans l’île et seulement une fourrière dans l’Est, à Saint-André).

Ludivine Jomain De Launay plaide pour une « stérilisation massive et gratuite et un renforcement des moyens financiers pour toute l’île qui ne bénéficie pour le moment que d’une enveloppe de 1,6 million d’euros pour lutter contre ce problème ; James Païniaye a mis l’accent sur la thématique de la Jeunesse en souhaitant « une revalorisation des aides en faveur des étudiants, une délivrance des bourses sans critères pour les étudiants, une généralisation de l’accès aux tablettes et au numérique de façon générale, plus de moyens pour lutter contre le harcèlement scolaire avec le développement des emplois de médiateurs dans les établissements scolaires, plus de structures d’accueil en matière de petite enfance…

Eric Parlier a insisté sur « un logement digne » pour les familles ; « Un logement est à la base de tout : d’une bonne santé et de bonnes conditions pour l’apprentissage scolaire des enfants », a-t-il dit avant d’ajouter que « chaque citoyen a droit à un logement décent et à un bol de riz, c’est la moindre des choses ». Le collaborateur du député Ratenon a aussi rappelé qu’il était farouchement opposé à « la politique de Macron ». S’il est est élu en juin prochain, Eric Parlier fait la promesse de passer de quartier en quartier dans le canton 8 pour être à l’écoute de la population et pour essayer autant que faire se peut de régler les problèmes relevant de la compétence du Département. En cas d’échec durant les six ans de la mandature, il prend l’engagement de ne plus se représenter en 2027.

Laurence Payet (petite fille de feu Ary Payet, maire communiste de Sainte-Rose de 1983 à 1989), ingénieure conseil à la Caisse générale de Sécurité Sociale, réclame « plus de justice sociale » et estime « qu’il est grand temps de redonner confiance aux électeurs ». Enfin, Gilbert Hoarau (ex Gilets Jaunes), syndicaliste qui a milité durant plus de 40 ans à Saint-Denis avant de s’installer à Sainte-Rose en 2018, inscrit sa candidature dans le cadre de la lutte contre la vie chère et il veut « redonner goût à la vie dans l’Est ».

 

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

2 Commentaires

  1. Mr Ratenon i commence par excuse le Bédier. Boug la la jamais fait terrain, ses colistiers l’a travaille pour li, c’est un gratel. Mr Ratenon ou di “pas de tambouille, pas de combinaison, ou plaisante. Comment ou explique, les mêmes candidats sur 2 elections différentes ; soit zot i trouve pas de colistiers ou plutot, le gateau lé bon i faut pas partager ? Ou maintien 1 discours et son contraire donne les jeunes zot chances,. Circulez, y a rien à voir

    • C’est sûr que le gâteau lé bon, c’est pour ça que l’autre repris de justice malgré sa condamnation a quand même tenu à briguer un autre mandat.
      Non seulement il est un gros magouilleur, en plus, il est menteur,.
      Il paraît qu’il a tenu sa promesse de 2000 bus, il a même fait plus, comme pour sa déclaration d’impôts 2000 + 2000, ça fait bien 2000, c’est de la magie

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Départementales : “LR” investit certains candidats de droite et de gauche

Article suivant

Le binôme Bachil Valy/Yolande Técher dans le canton 16 : « les Hauts nout’ fierté ! »

Free Dom