Exercice grandeur nature à la SAPMER pour les sapeurs-pompiers de La Réunion

6 min de lecture

Le Service Départemental d’Incendie et Secours de La Réunion (SDIS 974) a organisé une cession de formation aux risques chimiques dans les locaux de la SAPMER. Les fuites de gaz et autres accidents chimiques peuvent intervenir à tout moment partout autour de l’île. Les sapeurs-pompiers doivent être formés annuellement à ce type d’intervention : la SAPMER a accueilli 6 soldats du feu en cours de cette formation afin que cette cession soit performante et efficace.

Ce jeudi, les véhicules du SDIS de La Réunion arrivent à vive allure sur les quais de la Darse de Pêche du Port Ouest, devant les locaux de la SAPMER. Le dispositif est impressionnant et les personnes présentes peuvent observer la mise en place d’une procédure de secours bien rodée. Il s’agit d’un exercice sur les risques chimiques en conditions réelles destiné aux sapeurs-pompiers souhaitant se spécialiser.

L’activité principale de l’armement qui exploite 5 navires à La Réunion, est bien entendu la pêche dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises, mais pas que. La société tient à maitriser sa chaine de valorisation de bout en bout et la réparation navale fait partie des compétences de la société. Une équipe de 30 personnes est dédiée au maintien des navires pendant les intermarées : les opérations de peintures, de soudure, de tôlerie, de mécanique nécessitent le stockage et la manipulation de produits parfois dangereux à terre et sur les navires.

Un terrain de formation idéal pour les sapeurs-pompiers en cours de spécialisation.

« Nous avons été sollicités une première fois en 2019 par le groupement de la formation du SDIS 974 en recherche de lieux adéquates au bon déroulement des exercices de formation, en particulier en zone portuaire. Ce type de partenariat est toujours très bénéfique pour les deux parties. Nous avons bien entendu accepté de mettre à disposition nos installations pour permettre aux équipes du SDIS 974 de mettre en place des exercices en situation réelle. En retour, les équipes nous font un retour d’expérience sur les points de vigilances identifiés au niveau de la gestion des risques. C’est également rassurant de savoir que les sapeurs-pompiers maitrisent les spécificités propres à nos activités », explique Loïc Coutel, Responsable SSE (Santé Sécurité & Environnement) de SAPMER pendant que le cordon de sécurité est installé sur la zone de l’incident.

L’exercice consistait à identifier l’origine d’une fuite de gaz inflammable utilisé pour la soudure et de mettre en place un périmètre de sécurité pour protéger les employés et le voisinage du site. « De telles substances sont utilisées dans les industries, les garages, etc. L’objectif de cette formation est d’aguerrir nos sapeurs-pompiers à des risques particuliers générés par ce type de produits. La ville du Port comprend sur son territoire des zones présentant des risques technologiques importants, nos sapeurs-pompiers doivent être mesure d’intervenir dans les meilleurs délais sur ces sujets. Il est important de pouvoir nous entrainer et nous former en conditions réelles sur des sites comme celui de la SAPMER », témoigne le commandant Sébastien Hoareau, Chef d’unité risques chimiques du SDIS 974.

Chaque année, les sapeurs-pompiers maintiennent annuellement leurs compétences en ce formant à l’ensemble de leurs missions courantes (incendie, secours à personne…). Ils peuvent sur la base du volontariat, se spécialiser dans différents domaines. La formation aux risques chimiques constitue l’une de ces spécialités : « nous avons aujourd’hui 6 sapeurs-pompiers qui suivent cette formation qui se déroulent sur la commune du Port. A l’issue, ils intègreront l’unité risques chimiques du SDIS 974 déjà composés de 68 spécialistes », précise le capitaine Philippe Humbert, du groupement de la formation du SDIS 974.

Cette année, les exercices seront étendus sur les différentes installations SAPMER avec un exercice incendie et un exercice d’évacuation de blessé.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Coup de gueule d’une joggeuse : “sous prétexte que ou c’est un madame, ou fais emmerde a ou”

Article suivant

Cellule de crise ouverte : alerte à la bombe dans un avion reliant Ndjamena à Paris

Free Dom